100 days my prince (drama coréen)

100 Days My Prince (PMP Korean Drama, 16 Eps, English Subtitles, All  Region): Amazon.fr: DVD et Blu-ray

AVIS

J’ai découvert ce drama en parcourant le catalogue Netflix. Le titre m’intriguant, je me suis laissé tenter et ai enchaîné les quatre premiers épisodes un soir d’insomnie. Mon rythme de visionnage a été par la suite bien plus lent, étant peut-être un peu moins passionnée par l’intrigue et la relation entre les deux protagonistes. Pas que celle-ci soit inintéressante, mais plutôt qu’elle perd un peu en piquant. Dans tous les cas, malgré quelques longueurs qui, je vous l’avoue, m’ont conduite à faire régulièrement des avances rapides (mais je n’ai absolument aucune patience devant une série et le dernier épisode traîne vraiment en longueur), j’ai passé un bon moment devant cette romance historique pleine d’humour, dont le gros atout est Hong Sim, une jeune femme souriante, pugnace, intelligente, débrouillarde, courageuse, juste et altruiste.

Des qualités qui cachent pourtant un drame familial, lui-même lié à des intrigues et complots politiques. D’ailleurs, les intrigues de cour et les complots sont au cœur du récit par l’intermédiaire d’un personnage machiavélique, retors et d’une intelligence redoutable. Il va être responsable de tous les malheurs de nos héros, mais le destin et l’amour semblent plus forts que tout. Sinon comment expliquer que la route du prince hériter Lee Yul et celle de Hong Sim finisse par se recroiser ?

Le drama, en plus de nous enchanter par de magnifiques costumes d’époque, contient ce que j’apprécie : beaucoup d’humour, un personnage amnésique, de l’amour, de belles amitiés, des drames sans pathos, des secrets, des mensonges, des trahisons, de la tension, du suspense, des complots, des histoires de famille complexes et compliquées, et des héros attachants ! Car si Hong Sim est l’atout charme de ce drama, d’autant que le jeu de l’actrice est irréprochable, le prince héritier se révèlera être également un personnage intéressant, froid en apparence, mais touchant et fidèle à ses valeurs et à son amour d’enfance... J’ai apprécié de le voir évoluer au sein du palais, un panier de crabes dans lequel il se sent bien seul et semble bien mal entouré.  Mais ce que j’ai préféré, c’est le suivre durant ses cent jours d’amnésie où il devient Won Deok, un simple homme du peuple, mais par un facétieux concours de circonstances, le mari de Hong Sim !

Leurs débuts en tant que faux couple, ni l’un ni l’autre ne désirant ce mariage, sont truculents et ne manqueront pas de vous arracher des sourires. Il faut dire que si Lee Yul a perdu la mémoire, il a conservé son goût pour le luxe et les belles choses, sans, hélas pour lui, avoir les moyens de s’y adonner. Du moins, s’y adonner sans conséquence fâcheuse pour sa nouvelle épouse qui, elle, a les pieds sur terre et le sens des réalités ! Je loue d’ailleurs la patience de Hong Sim devant les grosses bourdes de son mari qui va devoir apprendre d’urgence la valeur de l’argent…

Autour du couple, se dessine une palette de personnages secondaires variés et, dans l’ensemble, plutôt bien construits et développés : quelques-uns sont adorables comme le père adoptif et la meilleure amie de Hong Sim, d’autres détestables, quand certains se révèlent finalement plus complexes qu’il n’y paraît…Je vous laisserai le soin de le découvrir par vous-même, mais j’ai également apprécié tout le mystère et le drame entourant un personnage du passé de Hong Sim. Quant au triangle amoureux, récurrent dans les dramas romantiques, il est finalement assez léger pour ne pas gêner l’intrigue puisqu’on n’a pas vraiment de doute sur l’issue finale. Néanmoins, si j’ai apprécié le prince héritier et la manière dont il est resté fidèle toute sa vie à un amour qu’il croyait perdu, ainsi que sa sensibilité cachée sous une couche de froideur, j’avoue avoir également apprécié l’homme tournant autour de Hong Sim. Niveau personnalité, c’est un peu son pendant ! Pour ma part, je l’ai trouvé extrêmement touchant, bienveillant, altruiste et attentif.

En bref, sous fond de complot politique, d’intrigue de cour, de jeux de pouvoir et de corruption, voici une romance historique sympathique qui vous offrira de beaux moments, de l’émotion à l’état brut (j’ai versé ma larme), de la tension, des histoires d’amour avec un grand A, un peu de drame, des sourires et des rires, le tout porté par un duo attachant et complémentaire !

Drama visionné dans le cadre du Challenge Coréen organisé par Depuis le cadre de ma fenêtre.

 

Films et séries en pagaille #5 (mai 2021)

Sur le modèle des articles Mini-chroniques en pagaille, j’ai décidé de tenter un nouveau type d’article : Films et séries en pagaille. Chaque fin de mois, je reviendrai rapidement sur les séries et films visionnés. Une expérience qui, je l’espère, me permettra de fixer un peu plus longtemps dans ma mémoire les œuvres vues…


Le bilan de mai est très positif puisque tous mes visionnages m’ont plu.

SÉRIE

  • Lucifer saison 2 – 18 épisodes (Netflix)

Lucifer

Je n’ai pas grand-chose à dire si ce n’est que comme pour la saison un, j’ai passé un bon moment, mais je n’ai toujours pas ressenti de sentiment d’attachement profond aux personnages ou cette envie irrépressible d’enchaîner les épisodes. Je pense que le fait que les enquêtes soient tellement classiques qu’elles en deviennent prévisibles m’empêche d’être complètement accro.  

En revanche, j’aime de plus en plus le jeu d’acteur de Tom Ellis qui s’est totalement approprié le personnage de Lucifer. Je ne pourrais imaginer un autre acteur à sa place ! Quant à cette seconde saison, elle marque l’arrivée d’un personnage qui relance un peu la dynamique de la série et qui m’a pas mal fait cogiter quant à ses réelles intentions. J’ai fini par développer une certaine fascination pour ce personnage plus complexe qu’il n’y paraît et qui semble provoquer en Lucifer des sentiments contradictoires, mais vu leur lien et leur passé, cela semble plutôt normal…

FILMS

  • Oxygène (Netflix)

Bande-annonce OxygèneAppréciant beaucoup Mélanie Laurent, je n’ai pas hésité quand j’ai vu passer ce film sur Netflix.

Et si je n’ai pas eu la claque que j’attendais, j’ai quand même beaucoup apprécié ce huis clos étouffant et angoissant que je déconseillerais fortement aux personnes claustrophobes. Que ce soit grâce à la mise en scène ou au jeu impeccable de l’actrice, on sent parfaitement ce sentiment d’asphyxie qui monte à mesure que s’égrènent les minutes. Pourquoi notre héroïne est-elle coincée dans cette capsule microscopique ? Qui est-elle ? Peut-elle espérer être sauvée à temps ou est-elle condamnée à mourir asphyxiée ? Tout autant de questions qui nous tiennent en haleine et qui nous font entrer en totale empathie avec une femme qui se trouve dans une situation angoissante et inimaginable sans même savoir pourquoi.

Je n’en dirai pas plus parce que c’est clairement le genre de film à regarder sans rien en savoir ou presque, ne serait-ce que pour faire de l’angoisse de la protagoniste la sienne et ainsi ressentir ses émotions, de l’incompréhension, à l’espoir en passant par la peur. Mais parce qu’enfermée, ne signifie pas démunie, notre héroïne va se battre pour retrouver la mémoire et enfin démêler les fils d’un mystère bien opaque. Après tout, c’est une question de vie ou de mort !

Un jeu d’actrice incroyable, tout le film reposant sur la performance de Mélanie Laurent, un suspense omniprésent et une tension constante, qui ne fait que monter crescendo, voici un film que vous regarderez en apnée !

  • Adolescence explosive (Prime Video)

Adolescence explosive

Adolescence explosive fut la bonne surprise du mois. Je l’ai lancé en m’attendant à un gentil navet, alors que je me suis très rapidement prise au jeu de cette histoire plutôt originale d’adolescents qui explosent littéralement. Pourquoi ? Mystère et boule de gomme même si vous vous doutez bien que les autorités ne vont pas rester sans rien faire, et vont enquêter et tenter de régler le problème avec, comme vous le verrez, plus ou moins de succès.

Allégorie ou non de la tendance de certains adolescent(e)s à exploser, au sens figuré du terme cette fois, j’ai apprécié ces explosions physiques aléatoires qui introduisent une bonne dose d’angoisse dans la vie de lycéens qui vivent désormais avec une épée de Damoclès au-dessus de leur tête. Chacun d’entre eux ne peut que se demander s’il va exploser en prenant son petit-déjeuner, sur le trajet du lycée, à moins que ce ne soit son ou sa meilleur(e) amie qui vienne soudainement tapisser de sa cervelle et de ses boyaux ses habits. D’ailleurs, les âmes sensibles devraient peut-être s’abstenir…

Je ne sais pas comment j’aurais réagi face à une telle situation, mais je dois dire que j’ai adoré la fausse désinvolture avec laquelle Mara prend la situation. Impertinente à souhait, elle m’a bien souvent faire rire, mais aussi touchée que ce soit en raison de sa relation à la vie à la mort avec sa meilleure amie, ou de celle qu’elle nouera avec un garçon de sa classe. Tomber amoureuse en pleine apocalypse, bonne ou mauvaise idée ?

Je vous laisserai le soin de le découvrir et de vous forger votre propre opinion, mais ce qui est certain, c’est que si vous avez envie d’un film avec de l’hémoglobine, mais pas trop, de l’amitié, de l’humour, un grain de folie qui permet de garder un semblant de lucidité face à une situation qui pourrait faire perdre la tête à n’importe qui, et de l’amour, Adolescence explosive est fait pour vous.

Et vous, qu’avez-vous vu en mai ?
Connaissez-vous ces œuvres et/ou vous tentent-elles ?

Élite – Au fond la classe, Abril Zamora

Paula souffre parce qu’elle ne peut parler à personne de son amour impossible. Janine garde un lourd secret qui la mettrait en danger si elle le révélait. Gorka, son ami obsédé par le sexe, tombe amoureux de la personne qu’il ne faut pas et Mario. Le redoublant habitué à harceler les autres, se retrouve pour la première fois victime de chantage. María Elena que tout le monde la Mèche, après avoir perdu ses cheveux suite à des problèmes émotionnels, porte une triste histoire de famille, derrière sa façade glamour.

Tous ont de sérieux problèmes mais à la fin de l’année scolaire, lors de la fête du lycée, un drame survient…

Marina est trouvée morte au bord de la piscine. L’inspectrice en charge de l’enquête reçoit un mystérieux journal intime, remplis de phrases haineuses à propos de l’adolescente assassinée. Quelqu’un la détestait et tout indique que l’auteur de ce journal était dans la même classe que la victime. Les cinq protagonistes, Melena, Janine, Mario, Paula et Gorka, se verront mêlés d’une manière ou d’une autre à l’affaire.

Connue pour sa belle carrière d’actrice et réalisatrice au cinéma, au théatre et à la télévision, ABRIL ZAMORA est aussi LA SCÉNARISTE DE LA SÉRIE ÉLITE, dont elle offre aujourd’hui une prolongation dans ce roman inédit.

Hachette Romans (22 janvier 2020) – 306 pages – Broché (15,90€) – Ebook (10,99€)
Traduction : Axelle Demoulin – Nicolas Ancion

AVIS

J’ai lu ce roman après un roman de dark fantasy, et je dois dire que niveau violence, Élite n’a rien à lui envier ! Certes, nous ne sommes pas dans de sanguinolents combats épiques, mais la violence est omniprésente dans le récit : stigmatisation systématique des personnes jugées comme « grosses », entendez mettant un 40, coups bas, harcèlement, abandon parental, agressions physiques, solitude, dénigrement… Il ne fait pas bon d’être lycéen à Las Encinas.

Cette violence atteint son paroxysme avec l’assassinat d’une élève, Marina. Qui a bien pu commettre cet odieux acte et pour quel motif ? Ce meurtre suscite moult questions et introduit un certain suspense bien que j’aurais apprécié que l’enquête soit peut-être un peu plus palpitante puisqu’elle se révèle finalement accessoire… J’ai néanmoins apprécié la manière dont le récit oscille entre une narration à la troisième personne, des extraits haineux d’un journal intime dont on ne connaît pas tout de suite le ou la propriétaire, et les pensées des différents personnages.

Ces derniers sont variés à défaut d’être très attachants : un beau gosse dans la beauté extérieure ne cache pas la laideur intérieure, un ado obsédé du sexe qui se révèle toutefois bien plus sensible qu’il n’y paraît et qui fait preuve d’une vraie dévotion à l’égard de sa meilleure amie, une fille qui couche avec un ami en s’imaginant être au lit avec le garçon qui l’intéresse vraiment, une lycéenne montrée du doigt pour son physique, mais qui garde la tête haute…

Les personnages évoluent dans un milieu favorisé, ce qui m’a donné parfois l’impression qu’ils étaient complètement déconnectés de la réalité. Entendre, par exemple, une lycéenne se plaindre des différences de classe en soulignant les stigmatisations qu’elle subit parce que ses parents ne sont que des nouveaux riches, ça peut légèrement mettre les nerfs à vif, et donner envie de conseiller à la demoiselle de se plonger dans quelques ouvrages de référence pour saisir la véritable notion de lutte des classes…

Cela ne veut pas dire que le désœuvrement de certains n’est pas réel et poignant. Je pense notamment à Melina dont la mère, ancienne mannequin qui rêve de renouer avec la gloire, se montre maltraitante d’abord psychologiquement, puis physiquement. Voir la lycéenne plonger dans l’enfer de la drogue est difficile d’autant que dans ses moments de lucidité, elle n’est pas dénuée d’un certain recul et d’une réelle capacité de réflexion, notamment sur son milieu et ses semblables. De la même manière, difficile de ne pas ressentir un minimum d’empathie pour la victime qui apparaît finalement très peu, mais qui permet à l’autrice de montrer que les apparences sont parfois trompeuses et que derrière le glamour peuvent se cacher des personnes en souffrance.

À travers ce livre, l’autrice aborde des thèmes parfois difficiles dont l’un qui se révèle assez rare en littérature adolescente alors qu’il me semble important : le VIH et la peur que ces trois lettres peuvent susciter. Il est également question d’amour, de sexualité, d’amitié, de trahison, de drogue, d’argent, d’image et d’acceptation de soi dans un milieu formaté où aucune place n’est laissée à l’erreur et à la différence… Des sujets divers et variés qui devraient parler aux adolescent(e)s et aux jeunes adultes. Si le ton du livre se révèle assez sombre, l’autrice a heureusement veillé à distiller par-ci, par-là quelques notes d’espoir. À cet égard, j’ai particulièrement apprécié la fin qui introduit un peu de lumière dans l’obscurité…

En résumé, bien qu’il m’ait fallu quelques pages pour m’habituer à la narration protéiforme et au style plutôt original de l’autrice, Élite fut, dans l’ensemble, une lecture intense et prenante que ce soit en raison des différentes thématiques abordées ou des comportements destructeurs et autodestructeurs auxquels on assiste. Élite ou une plongée mouvementée dans la vie de lycéens fortunés pour lesquels argent ne semble pas rimer avec épanouissement !

À noter que ce roman revient sur les événements de la saison 1 de la série Élite que je n’ai pas encore visionnée…

Et vous, ce roman vous tente-t-il ?
Connaissez-vous la série ?

Merci à NetGalley et à Hachette Romans pour cette lecture.

Les nouvelles aventures de Sabrina : l’heure des sorcières, Sarah Rees Brennan

PRÉSENTATION ÉDITEUR

Ce prequel exclusif révèle une facette de Sabrina que vous n’avez pas découverte dans la nouvelle série NETFLIX. Quelle décision prendra Sabrina… et fera-t-elle le bon choix ?
L’été précédant son seizième anniversaire, Sabrina Spellman sait que sa vie est sur le point de basculer. Elle a toujours étudié la magie avec ses tantes, Hilda et Zelda, mais en parallèle, elle vit aussi une vie banale  : lycéenne à Baxter High, elle passe son temps avec ses meilleures amies Susie et Roz ou au cinéma avec Harvey Kinkle.
Désormais, ses jours dans le monde normal sont comptés.
Quitter Roz, Susie et Harvey se révèle plus difficile que Sabrina ne le pensait, d’autant plus qu’elle n’est pas sûre des sentiments d’Harvey à son égard. Son cousin Ambrose lui suggère de jeter un sort à son petit ami pour découvrir ce qu’il ressent vraiment, mais un esprit des bois interfère, et le sort se retourne contre elle.
Sabrina a toujours été attirée par ses pouvoirs de sorcière, mais pour la première fois, elle se demande s’ils lui font emprunter le mauvais chemin. Renoncera-t-elle au chemin de la lumière  ? Choisira-t-elle le chemin des ténèbres  ?

Hachette Romans (10 juillet 2019) – 270 pages – Broché (14,90€) – Ebook (4,99€)
Traduction : Charlotte Faraday

AVIS

Grande fan de la série originale, je me suis jetée sur le reboot proposé par Netflix que j’ai apprécié notamment pour son côté assez sombre. Un aspect que l’on retrouve dans ce prequel puisque loin du caractère un peu nunuche de la série de la fin des années 90, on parle ici de Seigneur Obscur, d’allégeance au diable, de meurtres en famille pour se passer les nerfs, de magie noire, de démons… C’est donc dans un environnement particulier que Sabrina, jeune sorcière allant sur ses seize ans, évolue…

Orpheline, elle a été élevée par ses tantes Helda et Zelda, l’une figure maternelle par excellence, l’autre figure satanique par vocation. Dans la maisonnée des Spellman vit également Ambrose, le cousin assigné à résidence suite à un crime commis il y a de nombreuses années. Une famille peu banale qui suscite de la méfiance à Greendale, ce qui n’a pas empêché Sabrina de se lier d’amitié, dès son enfance, avec Rozie, Susie et Harvey. Si j’ai toujours trouvé Harvey fade, Sabrina l’a, quant à elle, tout de suite profondément aimé. Un amour réciproque, le cœur du jeune homme n’ayant jamais battu que pour elle !

Néanmoins, la jeune sorcière doute. Est-ce que ce garçon auquel elle voue une tendre passion l’aime vraiment ? Sorcière, adolescence, doutes, cousin facétieux… Vous sentez venir la catastrophe ? Sur les conseils plus ou moins avisés de son cousin, Sabrina lance un sort à Harvey pour s’assurer de ses sentiments à son égard. Peut-être pas la meilleure idée… Sabrina va ainsi devoir affronter certaines questions notamment sur son futur tout en faisant face aux conséquences de ses actes inconsidérés. 

J’ai adoré la présence d’une créature de la mythologie slave que l’on a peu l’occasion de voir dans la littérature fantastique alors qu’elle se révèle effrayante à souhait. De la même manière, j’ai apprécié que l’on creuse plus profondément les doutes de Sabrina quant à sa vie future. En embrassant sa vie de sorcière, ne risque-t-elle pas de se couper de son ancienne vie d’humaine, de ses amies et de son petit ami qu’elle aime tant ? Une situation intolérable pour la jeune fille qui n’aspire qu’à mener de front sa vie d’humaine et de sorcière, et ainsi trouver un équilibre entre normalité et sorcellerie/diablerie.

La relation Harvey/Sabrina ne m’a pas particulièrement touchée, mais elle ancre la jeune sorcière dans la réalité en lui donnant un côté « adolescente comme les autres » avec ses propres peines de cœur. Cette histoire d’amour contrariée possède également un petit aspect Roméo et Juliette qui pourra plaire à certaines personnes… En plus de la relation entre ces deux personnages, l’autrice met à nu les liens profonds unissant Sabrina, Harvey et leurs amies d’enfance ainsi que les grandes caractéristiques de chacun bien que l’on reste en surface des choses en ce qui concerne Rozie et Susie. L’amitié est donc une valeur prépondérante dans ce prequel tout comme les liens familiaux.

J’ai ainsi adoré explorer la relation entre Ambrose et Sabrina qui s’adorent, mais qui vont être confrontés à des non-dits et autres malentendus. Complices, ils sauront vous émouvoir par les liens forts qu’ils ont développés au fil des années passées à s’entraider, à se chamailler et à comploter. Deux personnages très différents, mais aussi intéressants l’un que l’autre : Sabrina est déterminée, courageuse, optimiste et attachante quand Ambrose possède un charisme presque animal et une aura de mystère et de danger qui le rendent intrigant.

J’ai passé un bon moment de divertissement avec ce tome qui aurait toutefois gagné à être mis en valeur par une écriture un peu plus élégante bien que je reconnaisse que le style de l’autrice colle parfaitement à l’ambiance de la série. Je n’ai d’ailleurs eu aucun mal à visualiser les personnages, les décors et les enjeux de l’intrigue. La seule chose qui a légèrement terni ma lecture est le fait d’avoir déjà vu la série et donc de m’être sentie détachée vis-à-vis de certaines déclarations sachant pertinemment comment les choses allaient évoluer.

En résumé, rapide à lire grâce à une narration alternée apportant beaucoup de dynamisme, ce roman est un excellent moyen de retrouver l’ambiance de la série Netflix et de prolonger le plaisir de suivre Sabrina et ses amis dans un univers sombre où sorciers et humains ne sont pas destinés à vivre ensemble. Cela peut-être également une manière rapide de se lancer dans les nouvelles aventures de Sabrina, une jeune sorcière plutôt douée pour se mettre dans des situations infernales. Les amateurs d’histoires de sorcières, d’amitiés et de famille devraient apprécier ce roman rythmé qui leur ouvre la porte d’un monde plein de dangers et de forces obscures !