Les chroniques d’Azfaréo (tome 1), Shiki Chitose

Les chroniques d'Azfaréo, tome 1 par Shiki

La rumeur raconte que le royaume d’Azfaréo est protégé par le pouvoir du Dragon Bleu… Mais depuis quelques temps, il ne pleut plus sur les terres, et l’équilibre est menacé. Le pouvoir du dragon serait-il en train de s’affaiblir ? C’est dans ce contexte que Rukul, héritière d’une famille de prêtres, est envoyée pour servir la créature mythique. Cette dernière, en échec familial, trouvera-t-elle sa place auprès du dragon ? Et quels secrets royaux découvrira-t-elle ?

Akata (10 septembre 2020) – 182 pages – 6,99€
Traduction : Sahe Cibot

AVIS

Une jolie couverture avec un dragon bleu, il n’en fallait pas bien plus pour attirer mon attention sur un manga que j’ai trouvé fort sympathique.

Nous faisons la connaissance de Rukul, une jeune fille appartenant à une lignée de prêtres, envoyée à la cour servir le dragon bleu du royaume d’Azfaréo. Une tâche importante puisqu’il est dit que l’état de la créature influe directement sur la météo. Or le pays a désespérément besoin de pluie… Contre toute attente, alors que les autres jeunes filles se sont évanouies devant l’impressionnante créature, Rukul ne montre aucun signe de peur et semble bien déterminée à prendre soin de ce dragon au caractère difficile.

Gaffeuse, naïve, pas très sûre d’elle, mais téméraire, bienveillante, sincère, gentille et pleine de bonne volonté, Rukul se révèle aussi sympathique que touchante et émouvante. Elle n’a pas le talent de sa sœur que tout le monde encense, mais elle possède beaucoup de cœur et fait de son mieux pour s’occuper de Julius. Il est d’ailleurs amusant de voir un personnage aussi délicat physiquement se poser en farouche protecteur d’un dragon caractériel à la taille imposante. Pour ma part, j’ai adoré cette jeune fille d’une grande fraîcheur et ai apprécié la voir, au fil des pages, prendre de plus en plus confiance en elle, même si elle a toujours en elle ce petit complexe d’infériorité dû notamment à un père qui m’a paru assez dur et cassant.

Le duo formé par Rukul et Julius fonctionne à merveille, d’autant que contrairement aux apparences, ce dernier n’est peut-être pas aussi revêche que cela. Je n’en dirai pas plus si ce n’est que j’ai apprécié tout l’enjeu autour de son identité, et sa manière de prétendre être agacé et malpoli quand il se révèle surtout pudique quant à ses sentiments. Je l’ai d’ailleurs trouvé assez mignon et plutôt protecteur, bien qu’il ne serait pas probablement ravi que je le mentionne. N’a-t-il pas une image de dragon à préserver après tout ? On découvre, en outre, chez ce dragon une réelle et surprenante volonté de protéger le peuple qui rend le personnage fort sympathique et plus profond qu’il n’y paraît.

Entre l’existence d’une malédiction et la différence de caractère et de nature entre nos deux protagonistes, il y a un côté La Belle et la Bête, syndrome de Stockholm en moins, qui m’a bien plu. À cela, on peut ajouter une dimension politique avec un complot qui apporte une petite tension dramatique intéressante. Le seul point qui m’a un peu moins convaincue est que tout semble arriver trop vite que ce soit au niveau politique ou de la relation entre les personnages, notre apprentie prêtresse faisant tomber rapidement certaines barrières. Cela n’est pas dérangeant en soi, mais ce bémol rend la lecture un peu superficielle pour des lecteurs ou souhaitant un réel travail sur l’univers et l’évolution des sentiments.

Bien qu’effleuré, l’univers semble néanmoins prometteur avec, entre autres, cette idée de lier dragon, météo et prospérité d’un royaume, sans oublier cette aura de secret et de mystère qui hante la cour. Des secrets que Rukul semble bien malgré elle destinée à percer, ce qui ne sera pas aux goûts de tous, mais qui aura au moins le mérite de faciliter sa complicité naissante avec Julius et de promettre quelques péripéties…

En résumé, j’ai passé un très bon et divertissant moment de lecture auprès de deux protagonistes attachants et mignons dont on prend plaisir à suivre la rencontre et l’évolution de la relation. Si vous avez envie d’un manga porté par de superbes illustrations, alliant finesse et expressivité, dans un univers de fantasy intéressant où il est question, entre autres, de dragon et de secret, cette série est faite pour vous. 


En fin de manga, est proposée une petite histoire complètement indépendante et qui, sans être transcendante, reprend un peu ce schéma d’un personnage bougon et d’un autre plus placide. Nous découvrons ainsi une adolescente de caractère, au physique juvénile, qui décide d’apprendre à nager et entraîne, bien malgré lui, un maître-nageur dans son aventure. Les deux se révèlent sympathiques et mignons, d’autant qu’au gré des leçons, ils vont se rapprocher et revoir les idées qu’ils s’étaient fait l’un sur l’autre. Mignonne, cette histoire vaut également pour le message positif qu’il apporte sur la force de la détermination et la capacité à surmonter ses peurs pour atteindre un objectif qui nous tient à cœur… 

Mercy, tome 3 : La mine, nos souvenirs et la mortalité, Mirka Andolfo

Alors que la communauté de Woodsburgh livre ses derniers secrets, Lady Hellaine parvient enfin à ses fins. Ce plan machiavélique qu’elle a préparé soigneusement depuis toutes ces années arrive à son dénouement et nous découvrons enfin ses véritables intentions. Mais un grain de sable vient semer le trouble dans l’esprit de la mystérieuse jeune femme : quels sont donc ces sentiments nouveaux qu’elle ressent ? Serait-elle véritablement capable d’aimer ? Il y a fort à parier que le final explosif de la trilogie Mercy saura en surprendre plus d’un…

Glénat BD (24 février 2021) – 64 pages – 14,95€

AVIS

Ayant beaucoup aimé les deux premiers tomes (La dame, le gel et le diable et Des chasseurs, des fleurs et du sang), j’avais hâte de lire ce troisième et dernier tome qui s’est révélé à la hauteur de mes attentes.

On retrouve le charme incroyable des illustrations de Mirka qui allient beauté et horreur, et qui rendent la lecture aussi forte que marquante. Pour ma part, je suis satisfaite des réponses apportées aux nombreuses questions soulevées tout au long de la série. Mais ce qui m’a frappée dans ce tome, c’est qu’à mesure que l’on progresse dans l’intrigue, l’horreur monte d’un cran, tout en laissant de plus en plus de place à l’humanité. Car monstre ou pas, esprit d’un parasite détraqué par des souvenirs qui ne sont pas les siens, mais qui imprègnent sa psyché ou non, dans cette conclusion, lady Hellaine nous révèle sa superbe dualité. Derrière son aura de dangerosité et sa monstruosité, se dessine en filigrane quelque chose d’autre, des émotions, de la tendresse, de l’amour même, et des remords que bien trop humains… Ce personnage m’a touchée et attendrie malgré ses crimes, malgré sa nature, ou peut-être à cause d’une nature qui n’est plus vraiment celle d’un monstre, mais qu’on ne peut raisonnablement pas qualifier d’humaine.

Surprenante, lady Hellaine l’est ! Tout comme l’est un retournement de situation que je n’avais pas anticipé, mais qui s’intègre à merveille à une trame où l’horreur n’est jamais très loin, et dans laquelle l’humanité déploie ses vices même à des endroits et en des personnes inattendues. Néanmoins, dans cette ambiance sombre autant sur le fond que la forme, la lumière n’est jamais absente, faisant des percées marquées et appréciées. Cette luminosité passe notamment par Rory, cette fillette à laquelle lady Hellaine s’est attachée bien malgré elle, et qui sera autant un objet de rédemption que de perte. Il se joue indéniablement quelque chose de fort et de puissant autour de cette fillette qui touche et fait vibrer la corde sensible chez le lecteur, mais pas que, sans que l’autrice ait besoin de sortir les violons.

Cette BD fait, d’une certaine et déroutante manière, écho à l’amour maternel, qu’il soit traditionnel ou entouré d’une dose de surnaturel rendant les choses plus compliquées, mais pas moins puissantes. À cet égard, lady Hellaine devrait vous surprendre et Gloria vous toucher. Cette femme forte et intelligente est prête à tout pour protéger ses enfants, et notamment un aîné pris dans le piège de l’amour, et dans les filets d’une femme dont il n’imagine pas la vraie nature ni les réels desseins. Mais le danger ne vient pas forcément de là où on pense ! Et l’inimitié peut parfois laisser place à de déroutantes ententes, apportant un vent d’espoir et une certaine sensibilité à une histoire qui peut à tout moment sombrer dans l’horreur. Je n’en dirai pas plus, si ce n’est que la fin est à l’image de la série, spectaculaire, horrifique et belle à la fois.

En conclusion, si vous souhaitez vous plonger dans une histoire fascinante mêlant habilement horreur, fantastique, suspense, mystère, manipulation, secrets, et personnages sombres et dangereux, cette série est faite pour vous. À fortiori si vous cherchez une identité graphique forte, qui réussit à mettre de la beauté dans la monstruosité, et de la monstruosité derrière la grâce d’une lady qui n’est peut-être pas aussi belle que son physique le laisse penser. Voici une série courte mais riche en promesses et en sensations fortes que je ne peux que vous recommander, d’autant que le final ne devrait pas manquer de vous surprendre, et de vous rappeler la dualité d’une œuvre qui prend le temps de dévoiler toute sa noirceur et ses (sombres) secrets.

PAL du mois #9 : septembre 2021

PAL DU MOIS

En début de chaque mois, j’établis une liste d’ouvrages que j’aimerais lire : dans le cadre de challenges littéraires et/ou de lectures communes, reçus en SP, pour diminuer ma PAL, suite à des découvertes en bibliothèque ou sur des blogs… Cette PAL me sert donc de guide de lecture sans pour autant être figée dans le marbre.


Comme toujours, cette PAL est à titre indicatif et est fortement susceptible d’évoluer au fil des jours.

  • Lecture prioritaire : c’est en voulant le lire que je me suis aperçue que je n’avais pas Steam Sailors dans ma PAL. Soit je l’ai égaré soit j’ai oublié de le commander, la conclusion étant que je n’ai pas pu le lire en août. Je pense donc le lire dès que je l’aurai reçu, puisque les votes pour le vainqueur du PLIB est ouvert et que la date butoir approche.

  • Lectures que je suis certaine de faire (SP) : ce mois de septembre va être indéniablement tourné vers les éditions de l’Archipel et ses très bonnes parutions. Et c’est Les Indécis qui va ouvrir le bal, un roman que je compte lire en lecture commune avec Valmyvoyou lit.

Couverture Les indécis

La baronne des glaces : La fin d'un monde par VosselerMerlin et son chatCouverture Black Blade, tome 1 :  Froid brûlant

  • Livres de ma PAL personnelle que j’aimerais lire : je vais piocher en priorité dans ma très longue PAL que je vous ai présentée dans mon article sur le Pumpkin Autumn Challenge.
  • PAL ouvrages graphiques : voir mon article pour Le mois de la BD où je vous présente quelques BD et mangas que j’aimerais lire.

  • Livre audio : je compte continuer l’écoute de The shadows between us que j’aime bien mais sans être vraiment passionnée par l’histoire. La faute au manque total d’attachement envers les personnages et à la voix de la narratrice que j’ai de plus en plus de mal à supporter.

The Shadows Between Us

Avez-vous déjà lu certains de ces romans ou certains vous tentent-ils ?
Que comptez-vous lire en septembre ?

Bilan du Mois de la BD (septembre 2020)

 

Pour rappel, j’ai participé, durant  le mois de septembre, au challenge Le mois de la BD organisé par Ludo du blog et de la chaîne Youtube Prends un livre et détends-toi. Le mois de septembre n’est pas terminé, mais sachant que je n’aurai pas le temps de lire d’autres BD, j’ai décidé de publier mon bilan un peu en avance.

BILAN PAR NOMBRE DE PAGES

  • Entre 0 et 55 pages (1 point)

Couverture Lily et Doudoumonstre

  • Entre 56 et 100 pages (2 points)

Couverture Dracula : Le prince valaque Vlad Tepes

  • Plus de 100 pages (3 points)

Couverture Moriarty, tome 7Couverture La Lanterne de Nyx, tome 3Couverture La petite faiseuse de livres, tome 1

BILAN PAR ITEM

  • Une référence à un film ou une série

Couverture Moriarty, tome 7

  • On voit une bibliothèque

Couverture La petite faiseuse de livres, tome 1

  • On voit un doudou

Couverture Lily et Doudoumonstre

  • Un échange de coup de feu

Couverture Moriarty, tome 7

  • Le personnage principal est une femme

Couverture Lily et DoudoumonstreCouverture La petite faiseuse de livres, tome 1

  • Un sujet sérieux
  • Une BD sans case
  • Une seule case sur la page
  • Un coucher de soleil
  • Il y a un chiffre

TOTAL : 18 points

On est très loin de ma PAL de départ plutôt ambitieuse, mais à part le septième tome de Moriarty qui m’a profondément ennuyée, j’ai apprécié toutes mes lectures, ce qui est l’essentiel. J’ai également enfin commencé une série qui me tentait depuis des lustres : La Petite Faiseuse de Livres. Une série que je vous recommande d’ailleurs chaleureusement et qui aura été, de loin, ma meilleure lecture. J’ai également beaucoup aimé le troisième tome de La lanterne de Nynx bien que j’aurais préféré être plongée en plein Japon plutôt qu’en plein Paris, pas assez dépaysant à mon goût.

Et vous, avez-vous participé ?
Avez-vous fait de belles découvertes ?

C’est le 1er, je balance tout ! août 2020

c-est-le-1er-je-balance-tout-banniere-bleue

C’est le 1er, je balance tout est un nouveau RDV livresque mensuel créé par Allez vous faire lire. Son objectif est de « remettre au centre de sa pratique de la blogosphère la notion de partage qui unit la toile ». Pour ce faire, il vous suffit de partager des informations en fonction de 4 catégories. Depuis quelques mois, les partages se font sur Charmant Petit Monstre.


J’ai pris un peu de retard dans la publication de cet article, mais voici un petit bilan du mois d’août qui est passé à une vitesse folle…

1) Le Top & Flop de ce que vous avez vu/lu le mois dernier

  • Durant le mois d’août, j’ai eu deux excellentes lectures qui ont frôlé le coup de cœur : Mers mortes et La belle-mère. Si je ne devais vous conseiller qu’un thriller paru en 2020, ce serait certainement La belle-mère. Le travail effectué sur la psychologie de Diana, la belle-mère bien plus incomprise qu’odieuse, mérite à lui seul que l’on s’attarde sur cet excellent page-turner. Quant à Mers mortes, en plus du message écologique fort, on retiendra également un personnage marquant et charismatique en la personne d’un capitaine qui s’avère bien plus complexe et torturé qu’il n’y paraît !

Mers mortes par WellensteinLa belle-mère par Hepworth

Avec ces deux livres, je me rends compte que si longtemps, j’ai d’abord été sensible à la plume d’un auteur, le travail effectué sur la psychologie des personnages devient un critère d’appréciation de plus en plus important pour moi…

  • Pas de FLOP pour moi en août, mais des lectures qui ne m’ont pas complètement convaincue : Sauvages en raison d’une narration froide et d’un problème de gestion du rythme, Les couleurs du dragon parce que si le livre possède certains atouts, il aurait gagné à être un peu plus développé…

Sauvages, tome 1 : Le dernier loup par ValeLes couleurs du dragon par T

  • Niveau graphique, toutes mes lectures m’ont plu, mais j’en retiendrai plus particulièrement trois :

Rady, un chat aux petits soins par FuchigamiComme un million de papillons noirs par NsafouLe chemin de Jada par Nsafou

2) Chroniques d’ailleurs lues le mois dernier

Alice au pays des merveilles par Carroll

  • Lire à la folie, vous donne son avis sur un livre audio dont je n’avais jamais entendu parler, mais qui semble utiliser brillamment le contexte historique de l’Allemagne nazie pour développer une enquête policière prenante.

Les Ombres de Katyn par Kerr

  • Le blog de l’Apprenti Otaku, quant à lui, nous propose un article intéressant et, comme toujours, d’une grande richesse sur un manga qui me tente depuis un certain temps, mais que je n’ai jamais trouvé à la médiathèque : Innocent.

Innocent, tome 1 par Sakamoto

3) Liens adorés hors chronique littéraire

  • Alberte Bly vous donne 5 bonnes raisons de lire Notre-Dame de Paris, un article qui va peut-être enfin me pousser à lire l’édition illustrée par Benjamin Lacombe qui me nargue depuis ma bibliothèque.

Notre Dame de Paris par Lacombe

  • Les lectures d’Ororia vous éclaire sur l’ordre dans lequel lire les livres de Rick Riordan. Un article que je trouve intéressant si l’on ne sait pas par quel bout attaquer l’œuvre de l’écrivain qui peut se révéler quelque peu intimidante et/ou confuse.

4) PAL

J’ai déjà terminé les deux romans que je devais lire ce mois-ci pour le PLIB : Félines et Je suis fille de rage. Et je suis ravie de pouvoir d’ores et déjà vous dire que je les ai tous les deux beaucoup appréciés même si pour moi, Une fille de rage est bien plus un roman historique qu’un roman de la littérature de l’imaginaire…

Ces deux romans lus, je compte faire baisser ma PAL de SP en lisant au moins quatre romans même si dans l’idéal, il faudrait que j’en lise le double :

Couverture Les hommes de nuit, tome 1 : La RoseMême pas morts par [Marc Magro]

Couverture de LA VALLÉE DES CARNUTES par Jean-Pierre DeséchalliersPorc Braisé par [An Yu]

  • Quant à mes lectures personnelles, elles seront plutôt orientées ouvrages graphiques. Pour découvrir les titres que j’aimerais lire, je vous invite à lire mon article sur le Mois de la BD. Côté roman, j’espère découvrir Le Prince Cruel dont on a beaucoup entendu parler, mais le mois étant bien entamé, il est probable que j’en reporte la lecture à octobre.

Le Prince Cruel, tome 1 par Black

Et vous, que retenez-vous de ce mois d’août ?
Un film, une série ou un livre en particulier ?