Dans la peau, Armèle Malavallon

Je remercie les éditions Ramsay de m’avoir permis de découvrir Dans la peau d’Armèle Malavallon.

PRÉSENTATION ÉDITEUR

Paris, en plein été. Le corps d’une femme non identifiée est repêché dans la Seine. Adèle Hème, journaliste spécialisée dans les faits divers, est en pleine rupture sentimentale quand elle tombe sur cette information a priori anodine. Quel est le lien entre l’inconnue de la Seine, Jérôme Fasten, flic à la Criminelle, et Oscar Ortiz, un mystérieux artiste parisien ? A tenter de vouloir le découvrir, Adèle va sombrer petit à petit dans l’obsession et la paranoïa au point de tutoyer la folie…

Ramsay (3 mai 2019) – 250 pages – Broché (19€)

AVIS

Surprise, agréablement surprise. À eux seuls, ces quelques mots pourraient résumer mes impressions une fois la dernière page tournée. En ce moment, j’enchaîne les thrillers, et je dois dire que celui-ci rompt clairement avec les codes. Il serait d’ailleurs presque dommage de cantonner cet ouvrage à un seul genre, l’autrice nous offrant une histoire tout en subtilité.

Attristée par la décision unilatérale de rompre de son amant, Adèle se lance à cœur perdu dans une enquête afin de lever le voile sur l’inconnue de la Seine, un terme presque poétique pour désigner le cadavre non identifié d’une femme repêché dans le fleuve. On est loin du glamour parisien bien que l’amour, sentiment indissociable de la Ville Lumière, soit ici présent. En filigrane, sans être intrusif, mais comme une toile de fond dans laquelle Adèle se noie. L’eau comme fil conducteur à moins que ce ne soit la peau…

Cette peau que la journaliste a décidé de marquer et d’embellir. Son envie de tatouage, ce n’est pas un caprice soudain ou une envie spontanée, mais un projet mûrement réfléchi. Alors son tatoueur, Oscar Ortiz, elle a pris le temps et le soin de le choisir ! À moins que ce ne soit le travail de l’artiste et sa vision très personnelle, quasi mystique de son art, qui ne l’aient choisie elle. Cet homme dégage une telle aura de mystère et un tel charisme que, comme Adèle, on ne peut s’empêcher de ressentir une pointe d’admiration et une certaine fascination pour lui. Artiste accompli, il ne se contente pas de reproduire des images sur un corps, il les imagine et les implémente avec précision et une totale dévotion… C’est peut-être sa faculté à ne faire qu’un avec la peau de ses clients qui fait de lui un si bon observateur des tourments de l’âme.

Il arrive ainsi à cerner le trouble qui enserre la poitrine d’Adèle. Il faut dire qu’en plus d’une rupture qui l’a profondément meurtrie et déstabilisée, l’enquête de l’inconnue de la Seine touche beaucoup plus la journaliste qu’elle ne le devrait. Une sorte d’identification à la victime s’opère en elle, bien que Jérôme, policier et amour de jeunesse, essaie de lui faire garder les pieds sur terre. Enfin, quand il n’est pas obnubilé par l’idée de la reconquérir ou qu’il ne doit pas faire face à ses propres démons !

Plus que l’enquête qui passe ici au second degré, c’est bien la psychologie des personnages qui revêt ici un intérêt particulier. L’autrice nous offre, en effet, des personnages complexes, voire torturés, qui ne pourront pas vous laisser indifférents. À ma grande surprise, ce n’est pas Adèle qui m’a le plus touchée, mais un autre personnage dont on découvre progressivement toute la délicatesse et la fragilité. Certains chapitres laissent ainsi entrevoir les fêlures qui se sont créées et creusées au fil du temps et des rejets. En plus de rendre le personnage intrigant, cela soulève certaines réflexions à la portée quasi philosophique…

Devient-on un monstre parce que tout le monde nous traite comme tel, l’est-on par le poids de l’hérédité ou ce que l’on qualifie de monstre n’est parfois, ni plus ni moins, que ce meurtrier que chacun d’entre nous porte en son sein ? Une question plutôt dérangeante que l’on est amené à se poser à mesure que l’on avance dans l’intrigue et que l’étau se resserre autour d’Adèle. Entre pertes de mémoire, malaises, doutes et questionnements, la journaliste oscille entre folie et réalité jusqu’à ce qu’un dramatique événement va, d’une certaine manière, la (re)mettre sur le chemin de la vérité…

Sans tomber dans un inutile et dérangeant sensationnalisme, Armèle Malavallon n’épargne pas ses lecteurs prenant des décisions radicales quand cela sert le récit. Éprouvant pour le cœur, mais terriblement efficace tout comme sa très jolie plume qui apporte beaucoup de cachet et de chaleur au récit. On nous plongeant d’emblée dans la vie et l’esprit de son héroïne, l’autrice instaure une certaine connivence avec les lecteurs. Se dégage donc des pages une ambiance que j’aurais envie de qualifier d’intimiste. Le récit aborde des thèmes parfois difficiles, et la vie d’Adèle est pour le moment chaotique, mais les lecteurs sont complètement absorbés par les pages sans arriver à prendre de distance. Je n’ai ainsi pas ressenti beaucoup d’empathie pour Adèle, car bien trop différente de moi, mais j’ai vécu les événements à ses côtés sans aucune réserve…

En conclusion, Dans la peau est un roman prenant et immersif qui, sous prétexte d’une enquête, nous plonge avec brio dans la vie d’une journaliste dont on apprend à connaître les forces et les faiblesses. Original et intéressant notamment par les thèmes abordés, il offre également une petite incursion du côté d’un art que je connais peu, mais qui mérite ici toutes ses lettres de noblesse, le tatouage. Bien plus qu’une histoire de meurtre à élucider, c’est aussi le récit d’une vie à mener avec le poids des souvenirs, des mots, des regrets, et de nos actes…

Retrouvez le roman chez votre libraire ou en ligne sur Place des libraires.

À bout de nerfs, James Barnaby

Je remercie les éditions De Borée de m’avoir permis de découvrir À bout de nerfs.

PRÉSENTATION ÉDITEUR

Angelica, une Américaine de 25 ans, travaille comme fille au pair à Londres. Un soir, en rentrant du pub où elle a l’habitude de retrouver son ami Jim, elle découvre avec horreur que le père de famille a mis fin à ses jours après avoir abattu sa femme et ses deux petites filles.

Sous le choc, la jeune femme accepte alors l’étrange offre d’emploi que lui a dénichée Jim dans les petites annonces : un poste de nurse richement rémunéré dans un château en Écosse. Ils se rendent tous les deux sur place, sont reçus par un couple excentrique qui embauche aussitôt la jeune femme et lui confie la garde de leurs deux enfants pour vingt-quatre heures. Jim reste avec son amie pour lui tenir compagnie. L’orage gronde, quand soudain, l’électricité est coupée, plongeant le sinistre manoir dans l’obscurité. Lorsque la lumière revient, Jim et les enfants ont disparu…

Harcelée par les enquêteurs qui la soupçonnent d’être impliquée dans l’enlèvement des petits, Angelica commence à se poser des questions. Qui est vraiment Jim ? Est-il victime, ou auteur de ce rapt ? Cherche-t-il à la manipuler ? A moins qu’un danger plus grand encore ne la menace…

Éditions De Borée (10 octobre 2019) – 405 pages – Broché (20,50€) – Ebook (4,99€)

AVIS

Dans la vie, il y a les chanceux et les poissards. Et vu les circonstances, on peut raisonnablement penser qu’Angelica appartient à la seconde catégorie.

Cette Américaine de vingt-cinq ans doit d’abord faire face au massacre de la famille anglaise pour laquelle elle travaillait comme fille au pair avant d’affronter la suspicion de la police écossaise l’accusant de l’enlèvement des deux enfants de ses nouveaux employeurs, un couple d’Écossais. Ce qui s’annonçait comme un nouveau départ suite au drame londonien se révèle donc une nouvelle épreuve d’autant que la jeune femme n’est pas au bout de ses peines…

En parallèle, nous suivons une affaire d’escroquerie financière d’envergure internationale qui prend ses racines en Israël. Le flou entourant l’entreprise dans le collimateur des autorités, TradeOption, et la complexité de ses montages financiers nécessiteront l’intervention de professionnels spécialisés dans la traque des dérives financières que ce soit le Lahav 433, sorte de FBI Israélien, ou l’agent Sleuth du FBI.

Ce dernier a une motivation toute personnelle d’intervenir, Angelica étant sa nièce. C’est donc sans hésiter qu’il se rend en Angleterre et en Écosse où il finira par découvrir que les malheurs de sa nièce semblent inextricablement liés à cette fraude financière qui met en émoi son contact israélien. Mais quel est le lien entre les deux affaires et comment aider sa nièce qui se retrouve dans une situation bien fâcheuse ? N’est-il d’ailleurs pas trop tard ?

James Barnaby nous propose une enquête passionnante et rondement menée qui nous fait voyager entre Israël, Angleterre et Écosse, pays dont il a su retranscrire l’atmosphère si particulière. C’est donc dans une ambiance étouffante, teintée de folklore et de légendes locales, que l’on suit l’enquête qui se révèle bien plus complexe qu’il n’y paraît. Mais quand l’argent entre en jeu, n’est-ce pas toujours le cas ?

Il faudra donc toutes les bonnes volontés pour avancer ! Et ce n’est pas l’agent Sleuth qui vous dira le contraire. Désespéré par la police locale bien plus encline à accuser sa nièce d’enlèvement qu’à tenter de faire toute la lumière sur cette étrange histoire, il enquêtera  de son côté se fiant à son flair, son expertise et ses contacts. Si j’ai apprécié ce personnage très humain qui fait de son mieux pour venir en aide à sa nièce, j’ai regretté un manque d’éclat. J’aurais ainsi souhaité qu’il nous épate un peu plus, son rôle restant finalement accessoire. Mais on peut comprendre que ses liens avec Angelica ne lui permettent pas d’avoir l’objectivité nécessaire pour mener à bien, et de manière détachée, des investigations.

J’ai, en revanche, beaucoup apprécié Angelica, une femme forte, indépendante et courageuse qui fait face aux épreuves sans jamais se lamenter et avec un certain aplomb ! En plus d’avoir la tête sur les épaules, elle possède aussi beaucoup d’empathie, une certaine imagination et une vraie capacité d’adaptation, des qualités qui expliquent peut-être l’excellent contact qu’elle entretient avec les enfants. Des enfants qu’elle fait d’ailleurs passer avant tout !

Bien que le roman fasse un peu plus de quatre cents pages, on ne voit pas le temps passer, l’auteur apportant beaucoup de rythme et de dynamisme à son récit. D’une plume fluide et immersive, il nous fait naviguer avec simplicité dans les méandres de la finance, mais aussi dans ceux de l’esprit humain prompt à toutes les extrémités pour s’enrichir… Grâce à des personnages variés, et pour certains plutôt excentriques et énigmatiques, il veille également à semer le doute dans l’esprit des lecteurs qui ressentent alors la même perplexité que l’agent Sleuth face à cet embrouillamini.

Qui est vraiment Jim, l’ami d’Angelica, qui l’a plus ou moins convaincue d’entrer au service du couple écossais et comment expliquer sa double personnalité ? Que penser de ce laird excentrique, débonnaire et haut en couleur qui semble bien prendre à la légère l’enlèvement de ses enfants ? Quelle est la véritable envergure de la fraude orchestrée par TradeOption et comment est-elle liée au drame londonien et à l’enlèvement des deux enfants en Écosse ? Qu’en est-il de cette action de crowdfunding lancée pour payer la rançon des enfants ? Vraie démarche ou nouvelle manière d’extorquer de l’argent à de naïfs contributeurs ? Les questions ne manquent pas et les révélations, du moins pour certaines, ne devraient pas manquer de vous surprendre…

En bref, finance, magouilles et appât du gain offrent ici un tango endiablé à l’issue duquel ne reste que la vision de personnes prêtes à beaucoup, certaines au pire, pour conserver leurs acquis et s’enrichir. Suspense, tension, mensonges, révélations choquantes, faux-semblants et jeux de dupe sont donc au rendez-vous de ce thriller mêlant avec beaucoup de charme folklore local et dure réalité… L’argent n’a pas d’odeur ? Peut-être, mais elle a ici le goût du sang !

Retrouvez le roman sur la boutique en ligne des éditions de Borée.

Mortelle tentation, Christophe Ferré

Mortelle tentation par [Ferre, Christophe]

Je remercie les éditions de l’Archipel pour m’avoir permis de découvrir Mortelle tentation de Christophe Ferré.

RÉSUMÉ

Connaît-on vraiment la personne avec qui l’on partage sa vie ? Dans un coin sauvage des Pyrénées, le cadavre d’une jeune femme est retrouvé entièrement nu. Peter, un ancien international de rugby aujourd’hui architecte d’intérieur, est parti randonner en solitaire à cet endroit, mais il est injoignable depuis le jour du meurtre. D’abord inquiète qu’il ait croisé la route de l’assassin, Alexia, sa femme depuis plus de vingt ans, découvre avec effroi qu’il connaissait la victime… Et si Peter avait quelque chose à se reprocher ? Et s’il était en réalité le meurtrier ? C’est en tout cas ce que semble penser la police…Quand l’homme que vous aimez est accusé du pire, la confiance et la passion vacillent… Déchirée entre l’amour et le doute, Alexia doit faire éclater la vérité.

Archipel (9 octobre 2019) – 384 pages – Broché (22€)

AVIS

Emballée par le résumé et la promesse d’un bon thriller domestique comme je les aime, je me suis lancé avec enthousiasme dans ma lecture. Malheureusement, si le roman possède quelques atouts, ils n’ont pas suffi à compenser ses faiblesses. Mon avis sera donc mitigé…

Alors que l’on découvre le cadavre nu d’une jeune femme dans les Pyrénées, Peter, parti seul en randonnée, ne donne plus de signe de vie à sa femme… Les deux affaires sont-elles liées ? L’intuition d’Alexia lui souffle que c’est bien le cas, mais reste une question en suspens : son mari a-t-il croisé la route d’un prédateur ou est-ce lui le prédateur ? Et si après tout, son tendre et aimant Peter n’était pas le mari et père parfait qu’elle pensait ?

Christophe Ferré, que je découvre avec ce roman, a repris les codes assez classiques du genre, ce qui ne m’a pas dérangée les trouvant toujours aussi efficaces. C’est donc sans surprise que j’ai rapidement identifié le coupable du meurtre, mais cela ne m’a pas empêchée d’avoir été complètement happée par le suspense et la tension que l’auteur insuffle à son récit. Il faut dire que tout est mis en place pour faire douter les lecteurs, à commencer par les deux époux tout aussi instables l’un que l’autre.

J’ai ainsi été dubitative de la rapidité avec laquelle Alexia, qui se dit amoureuse de son mari comme au premier jour, en vient aussi rapidement à le soupçonner. Pas très réaliste ni très convaincant, mais vous verrez que cette femme n’est pas la personne la plus cohérente qui existe… Quant à son mari, difficile de porter crédit à ses dires, ses explications pour justifier son absence et son silence étant aussi changeantes qu’abracadabrantesques. Ce n’est plus à un ex-professionnel du sport qu’on a affaire, mais à un véritable scénariste !

Entre une femme qui change d’avis comme de chemise pensant « l’homme de sa vie » innocent pour le déclarer coupable trois phrases plus loin, et un homme se déclarant innocent, mais n’arrêtant pas d’enchaîner mensonge sur mensonge, on en vient à se demander où se situe exactement la vérité, mais surtout à qui se fier… Ce couple, tout comme la plupart des autres personnages au demeurant, se révèle donc assez exaspérant avec une mention spéciale pour le parfait mari, devenu le parfait suspect, qui n’hésite pas à se lancer dans un petit viol conjugal histoire d’assouvir son appétit sexuel d’ogre. Quitte à être suspecté de meurtre et être traqué par la police autant faire les choses en grand !

Si ces deux personnages exaspèrent, on se surprend néanmoins à suivre leurs mésaventures et l’enquête avec une certaine curiosité. Qui a bien pu tuer la jeune femme et pourquoi ? Notre ex-sportif beau gosse à qui tout réussit ne cache-t-il pas des zones d’ombre comme une petite tendance au meurtre ? Ce bonheur conjugal étalé à la face du monde depuis plus de vingt ans est-il aussi solide qu’Alexia le pense ? Tout autant de questions qui vous tiendront en haleine et vous pousseront à tourner les pages rapidement d’autant que l’auteur a opté pour des chapitres courts et dynamiques qui apportent une certaine fluidité à la lecture.

J’ai donc dévoré le roman en deux séances de lecture malgré des personnages antipathiques, un comportement d’adolescente transie d’amour oscillant entre idiotie et naïveté qui ne sied guère à une avocate supposée avoir la tête sur les épaules, certaines répétitions, des propos manquants parfois de naturel, et des révélations qui pèchent peut-être par leur manque de réalisme. Le scénario m’a ainsi donné le sentiment d’un film à l’américaine avec des rebondissements quelque peu improbables bien que très cinématographiques.

En bref, voici un thriller que l’on peut qualifier de page-turner par la vitesse avec laquelle on le dévore, mais qui souffre de certaines maladresses pouvant rendre la lecture parfois agaçante.

Découvrez un extrait sur le site des éditions de l’Archipel.
Retrouvez le roman chez votre libraire ou sur Place des libraires.

Qui ment ? Karen M. McManus

Profitant d’une offre promotionnelle dans le cadre de mon abonnement Amazon Prime, j’ai téléchargé gratuitement ce livre audio.

PRÉSENTATION ÉDITEUR

Dans un lycée américain, cinq adolescents sont collés : Bronwyn (l’élève parfaite), Addy (la fille populaire), Nate (le délinquant), Cooper (la star du baseball) et Simon (le gossip boy du lycée). Mais Simon ne ressortira jamais vivant de cette heure de colle…

Et les enquêteurs en sont vite sûrs, sa mort n’est pas accidentelle. Dès lors qu’un article écrit par Simon contenant des révélations sur chacun d’eux est découvert, Bronwyn, Addy, Nate et Cooper deviennent les principaux suspects du meurtre.

Audible Studios (30 mars 2018) – 10 heures et 3 minutes – 19,95€
Narratrice : Leïlou Bellisa

AVIS

J’ai écouté ce roman il y a plusieurs mois, mais j’en garde un souvenir très positif. Il faut dire que téléchargé sur Audible sans grande conviction, j’ai été dès les premiers chapitres happée par l’histoire. Quelques élèves sont collés quand l’un d’entre eux s’écroule avant de définitivement quitter la scène. Qui a bien plus le tuer et comment s’y est-il pris ?

J’ai deviné dès le début de l’histoire le meurtrier parce que la mise en scène m’a rappelé un autre roman lu il y a deux ou trois ans. Mais sans cette précédente lecture, je n’aurais probablement pas vu venir la révélation finale ! Cela ne m’a nullement empêchée d’apprécier la manière dont l’autrice nous immerge dans cette vie lycéenne auprès de personnages peut-être stéréotypés, mais qui deviennent, au fil des pages, assez attachants ou du moins, intéressants.

Je n’ai pas adhéré à toutes les personnalités comme celle de la fille parfaite et bien lisse qui se laisse dicter sa vie entière par son petit ami supposé aussi parfait qu’elle. Je sais que ça arrive, mais je ne peux pas comprendre comment on peut en arriver là surtout à un âge aussi jeune. La popularité et l’envie d’être en couple justifient-elles vraiment qu’on annihile sa propre personnalité au point de ne même plus savoir ce que l’on aime ou n’aime pas ? Une question que l’autrice va subtilement soulever grâce à ce personnage agaçant en début de roman, mais qui va, petit à petit, se détacher de sa vie d’avant pour enfin apprendre à s’aimer et à avancer par elle-même.

D’ailleurs, l’évolution des personnages est le grand atout de ce roman puisque tous vont gagner en consistance au fil de l’intrigue, et se dévoiler à nous dans toute leur complexité, leurs doutes et leurs espoirs quant à un futur quelque peu assombri par cette affaire de meurtre. C’est qu’au cours de l’enquête, les secrets de chacun vont s’ébruiter avec des conséquences plus ou moins graves selon les cas et les situations : quid de l’entrée à une grande université, comment affronter le regard des autres sur sa sexualité, comment prouver son innocence quand on vient d’une famille pauvre et défaillante et qu’on est déjà engagé dans des activités illicites, comment passer de la popularité au rejet total…

Derrière cette histoire de meurtre, sont donc abordés des thèmes variés et forts : l’homosexualité et la peur du rejet, la délinquance, les familles défaillantes, l’alcoolisme, la quête d’identité et la difficulté de trouver sa place, le poids des secrets, la jalousie et l’envie, la pression scolaire, le harcèlement et les dégâts parfois conséquents que peuvent engendrer les rumeurs et dénonciations notamment quand elles sont propagées par les réseaux sociaux et les nouvelles technologies…

Au-delà de ces thématiques actuelles, mais pas forcément joyeuses, l’autrice offre également aux lecteurs quelques moments de douceur et de tendresse notamment entre une grand-mère et son petit-fils qu’elle encourage à s’accepter tel qu’il est sans craindre le jugement d’autrui. Et puis il y a cette histoire d’amour naissante entre deux personnages que tout oppose : personnalité, milieu social, culture, vision de la vie…

Malgré leurs différences, ils vont toutefois se rapprocher et nouer une certaine complicité qui va se transformer en quelque chose de bien plus fort. Je ne suis pas fan des histoires d’amour surtout quand elles suivent le schéma classique du bad boy et de l’intellectuelle, mais ici, j’ai trouvé la romance touchante et très réaliste. On sent que l’attirance entre les deux adolescents n’est pas récente et que malgré leurs différences, ils sont faits pour être ensemble. La complicité entre les deux est palpable au point de m’avoir donné envie d’un happy end ou du moins, d’un possible futur à deux.

En conclusion, si vous êtes à la recherche d’un thriller young adult prenant Qui ment est fait pour vous. Sous couvert d’une enquête intéressante sur le meurtre d’un jeune homme loin d’être un modèle de respectabilité, l’autrice aborde des thématiques variées et actuelles qui devraient parler aux adolescents mais aussi aux lecteurs plus âgés. Bien menée et terriblement addictive, voici une histoire que je ne peux que vous recommander.

L’ombre de la menace, Rachel Caine

Je remercie les éditions de l’Archipel pour m’avoir permis de découvrir L’ombre de la menace de Rachel Caine.

PRÉSENTATION ÉDITEUR

L’un des thrillers les plus commentés sur les réseaux sociaux américains

La vie sans histoire de Gina vole en éclats lorsque la police découvre un corps sans vie pendu dans le garage familial.
Le mari de Gina est condamné à mort. Elle est acquittée. Mais l’opinion publique reste persuadée qu’elle était complice de son mari, du moins qu’elle couvrait sa folie meurtrière.
Victime de harcèlement, elle décide de fuir avec ses enfants. Mais, où qu’elle aille, quelqu’un dans l’ombre l’épie, l’obligeant sans cesse à changer d’identité et de vie.
Quatre ans ont passé. Gina vit à Stillhouse Lake, où elle commence enfin à baisser la garde. Jusqu’à ce qu’un cadavre de femme soit repêché du lac…

Archipel (11 septembre 2019) – 336 pages – Broché (20,99€) – Ebook (14,99€)
Traduction : Sebastian Danchin

AVIS

Après en avoir entendu bien des louanges, j’attendais énormément de ce thriller, et je dois admettre ne pas avoir été déçue par la manière dont Rachel Caine a su construire un récit prenant et haletant qui pousse les personnages dans leurs retranchements ! Et cela commence dès le début de l’histoire où l’on assiste, impuissant, à la pulvérisation de la vie de Gina.

Mère de famille heureuse, elle était loin de se douter que son quotidien n’était que pur mensonge, un mensonge fabriqué de toutes pièces par l’esprit complètement dérangé de son mari. Un psychopathe froid, manipulateur et démoniaque dont le passe-temps favori était de kidnapper et de torturer minutieusement et méticuleusement des jeunes femmes avant de les tuer…

Accusée de complicité, quand son seul crime fut la naïveté, elle sera acquittée, mais à quel prix ? Conspuée, menacée et poursuive par des personnes déchaînées prêtes, du moins verbalement, à toutes les horreurs, Gina sera contrainte de fuir avec ses deux enfants. Mais comment se (re)construire quand vous passez votre vie à fuir, à craindre tout le monde, à vous réinventer une identité à chaque déménagement, à refuser de créer des liens avec de nouvelles personnes… ?

La force de ce roman est de plonger les lecteurs dans la vie de cette famille qui lutte, jour après jour, pour survivre malgré le passé et cette instabilité qui ne lui permettent pas de vivre une vie normale. Gwen est une véritable lionne qui fait de son mieux pour tenir éloigner ses enfants de toute la haine que sa famille suscite. Car si son mari est condamné à mort, la vindicte populaire n’en est pas pour autant apaisée… Entre le cyberharcèlement, les menaces de mort, de viol et de torture, Gwen ne peut relâcher son attention un seul instant sous peine de mettre en danger les siens.

Une situation d’autant plus intenable qu’elle affecte ses enfants de plus en plus perturbés par les règles de sécurité draconiennes imposées par leur mère, l’absence de repères, de racines et de liens sociaux. En protégeant leur vie coûte que coûte, Gwen les fait donc également souffrir… Alors peut-être que cette maison achetée à Stillhouse Lake pourrait être enfin leur foyer, un endroit calme où repartir de zéro. C’est en tout cas ce qu’elle espérait jusqu’à ce qu’un cadavre soit retrouvé près de chez elle !

À partir de là, le suspense monte crescendo, l’ombre de l’ex-mari psychopathe planant plus que jamais sur la vie de cette famille qui a tout fait pour briser ses chaînes. Ce meurtre est-il un pur hasard ou la preuve que Mel Royal n’en a pas fini avec les « siens ». Si tel est le cas, que veut-il, et surtout, comment s’y prend-il pour, depuis les murs de sa prison, continuer à propager le mal ?

Une question qui nous pousse, comme Gwen, à devenir parano au point de nous méfier de chacun des personnages qui évolue autour d’elle et de ses enfants. Qu’en est-il de ce sympathique gérant de l’école de tir où elle s’entraîne, de ce charmant voisin qui l’aide pour les réparations de sa maison et semble avoir noué de bonnes relations avec ses enfants… L’autrice sème, avec un certain talent, le doute dans l’esprit de ses lecteurs même si mes soupçons se sont révélés fondés. Cela ne m’a toutefois pas dérangée d’autant que je n’ai pas eu de certitude avant la fin du roman et que je n’avais pas anticipé certaines révélations dont l’une que j’ai trouvée particulièrement effroyable.

L’autrice prend le temps de poser son intrigue, ce qui nous permet d’entrer de plain-pied dans la psychologie de Gwen pour laquelle on développe rapidement une totale et sincère admiration. Malgré l’adversité, les dangers, les doutes, les tensions et parfois les reproches de ses enfants, elle ne baisse jamais les bras, et se refuse à s’enfermer dans le rôle de la victime. En découvrant, il y a quatre ans, la vérité sur son mari, elle a enterré sa vie d’avant, mais aussi cette passivité qui la caractérisait. Adieu Gina, la femme naïve et soumise, et bienvenue Gwen la battante !

Un changement d’autant plus remarquable que l’ombre de Mel est tenace et difficile à effacer. J’aurais apprécié que les passages et les confrontations avec ce diable à visage humain soient plus nombreux, mais bien qu’il soit en prison, sa présence se fait lourde et palpable. Si Gwen ne ressent que de l’horreur pour cet homme, la situation est plus ambivalente pour ses enfants, et notamment pour son fils. Celui-ci n’a pas eu la possibilité de faire le deuil de ce père aimant et doux que Mel s’évertuait à jouer… J’ai trouvé cette ambivalence des sentiments intéressante d’autant qu’elle soulève une autre question : est-il réellement souhaitable de cacher à l’enfant toutes les atrocités commises par son père ? Cela ne risque-t-il pas de le conforter dans une image faussée de son père avec, à terme, des conséquences difficiles à gérer ?

Une question parmi tant d’autres, car en plus de nous divertir, ce thriller des plus efficaces a le mérite de nous faire réfléchir à différentes notions comme la responsabilité, le sentiment de culpabilité, la vengeance, le cyberharcèlement… Le déferlement de haine virtuelle contre Gwen et ses enfants est effrayant d’autant qu’il semble possible et plausible. On arrive à comprendre que les familles des victimes doutent de l’innocence de Gwen, après tout, contrairement aux lecteurs, ils ne la connaissent pas. Difficile alors pour eux d’imaginer qu’une femme ait pu vivre auprès d’un monstre durant des années sans le percer à jour, ou pire, l’aider. Même Gwen n’en revient toujours pas et ne se pardonne pas son aveuglement. Mais comment accepter toutes ces personnes qui, sous prétexte de venger des victimes dont elles se moquent éperdument, laissent parler leur violence, leur méchanceté, leur perversion, leur haine des femmes… Il n’y a définitivement pas qu’un monstre dans cette histoire !

À noter que ce roman se suffit à lui-même, mais la fin laisse entrevoir une suite que je lirai avec plaisir.

En conclusion, L’ombre de la menace porte particulièrement bien son nom puisque durant toute la lecture, on perçoit avec une grande acuité la présence de Mel Royal, un tueur en série qui, même derrière les barreaux, continue à phagocyter sa famille. Entre la présence vaporeuse de ce monstre et les menaces immondes émises par des personnes tout aussi malfaisantes que ce dernier, la vie de Gwen et de ses enfants est sur le fil du rasoir… Riche en rebondissements, en tension et en suspense, voici un thriller haletant dont votre cœur ne devrait pas sortir indemne !

Chaos, Robert de Rosa

Je remercie les éditions De Borée de m’avoir permis de découvrir Chaos et je remercie l’auteur pour sa dédicace.

PRÉSENTATION ÉDITEUR

1999 : année de l’éclipse totale de soleil. Une catastrophe s’abat sur Clermont-Ferrand et sa région. Une épidémie surgie du passé, la peste, affole la population. À la peur s’ajoutent le désordre et les comportements irrationnels encouragés par la crainte de l’an 2000. Mais quand la contamination est maîtrisée, on constate que les morts de quatre victimes sont des meurtres. Le commissaire Marcel Broust et ses adjoints Des Cartes et Spinoza, assistés de la jeune stagiaire Framboise Sagan, passent du rôle d’assistants sanitaires à ceux d’enquêteurs criminels. Leur les amènera à découvrir les agissements d’un parti politique extrémiste, d’une secte promouvant un Ordre Nouveau, de francs-maçons transfuges et de pseudo-chevaliers du Temple.

De Borée (juin 2019) – 320 pages – Broché (19,90€) – Ebook (9,90€)

AVIS

Chaos est un roman policier que j’ai trouvé prenant et plutôt original. L’auteur commence par nous plonger au XIVe siècle avant de nous ramener en 1999 dans un Clermont-Ferrand en proie à une épidémie de peste. Un fléau dont l’Europe s’était débarrassée, mais que la grande curiosité de trois enfants a fait réapparaître. Le lien entre le passé et le présent nous apparaît assez vite évident et plutôt bien amené à tel point que j’ai rêvé de pouvoir intervenir dans le roman afin d’éviter la catastrophe. L’auteur a, en outre, fait preuve d’une certaine audace, du moins pour la lectrice que je suis, avec un choix scénaristique qui m’a prise de court…

Il est juste un peu dommage que l’épisode de peste, qui apporte pas mal de tension au récit, soit assez vite endigué bien qu’on comprenne, en fin de lecture, que l’auteur a su jouer de métaphore… Une fois le calme revenu et les citoyens rassurés, les autorités doivent faire face à quatre décès non imputables à la peste. Le commissaire Marcel Broust, ses adjoints Des Cartes et Spinoza ainsi que la jeune stagiaire, Framboise Sagan, se lancent alors sur la piste des responsables de ces meurtres en apparence indépendants les uns des autres. Mais est-ce vraiment le cas ou un lien peut-il être établi entre les victimes ?

Je vous laisserai le soin de le découvrir, mais je peux d’ores et déjà vous dire que les policiers vont avoir du pain sur la planche avec des tensions entre différents ordres, un prophète du nom de Savonarole qui, fort heureusement, n’a pas le même talent que le célèbre prédicateur pour soulever les foules, des personnes aux idées nauséeuses… L’auteur arrive donc à tenir en haleine ses lecteurs en leur offrant une intrigue prenante dont on a hâte de détricoter les fils qui, comme vous le verrez, tissent une toile bien plus complexe qu’il n’y paraît.

L’enquête, en plus d’être intéressante, est également l’occasion de soulever de nombreux sujets et des questions quasi philosophiques : la religion et ce besoin viscéral de croire en quelque chose, l’exploitation abjecte de la misère humaine, la financiarisation à outrance de l’économie, le racisme, l’obscurantisme, la solitude des plus âgés, l’hypocrisie… Tout autant de sujets qui apportent une certaine richesse et profondeur au récit, mais qui pourront décontenancer les amateurs de thrillers à l’américaine qui tendent plutôt à jouer sur le rythme et des rebondissements bien souvent spectaculaires. Pour ma part, j’ai apprécié les différentes réflexions étayant le roman d’autant que la plume tout en finesse de l’auteur les rend très accessibles. Pas de longueurs donc, mais la sensation d’être plongé dans une histoire pensée de A à Z pour offrir une expérience de lecture agréable et enrichissante.

L’auteur a donc joué la carte de la réflexion mélangée à l’action sans oublier de faire un vrai travail sur ses personnages qui se révèlent plutôt atypiques et complémentaires : une jeune femme impulsive, mais pas casse-cou, au passé mouvementé qui n’a pas sa langue dans sa poche, un policier mettant sa passion de la photographie au service de son métier, un scientifique contrarié… Cette équipe de policiers ne peut donc que marquer les esprits et donner envie de la suivre dans ses investigations. J’ai néanmoins un peu regretté de ne pas avoir lu les deux premiers tomes de la série puisqu’on sent qu’il y a un passif entre le commissaire et ses deux adjoints et que leurs précédentes aventures les ont rapprochés et soudés.

Si cela ne m’a pas empêchée de suivre avec intérêt l’enquête et les interactions entre les personnages, j’ai parfois eu l’impression d’être la petite nouvelle qui débarque… Une position qui m’a heureusement permis de me sentir assez proche de la stagiaire qui s’intègre avec naturel à l’équipe bien qu’il lui faille un peu de patience pour amadouer le commissaire Broust. Un peu plus sur la réserve que ses adjoints, ce policier est celui avec lequel j’ai eu le moins d’affinité même si, de fil en aiguille, j’ai fini par l’apprécier. Et puis il était en concurrence avec un amateur de chats et n’avait donc objectivement aucune chance d’être le premier à me séduire.

En conclusion, sous fond d’épidémie de peste, au sens propre comme au sens figuré, Robert de Rosa nous offre un roman immersif, non dénué d’une certaine profondeur, qui mélange avec subtilité et intelligence enquêtes, réflexions et action. Un cocktail détonant mis en valeur par une jolie plume sans oublier le charme de ce retour mouvementé à la fin des années 90 et l’arrivée à la fois crainte et attendue de l’an 2000 !

Retrouvez ce roman sur les sites des éditions De Borée.

L’inconnue de Queen’s Gate, Anne Martinetti

Je remercie les éditions De Borée de m’avoir permis de découvrir L’inconnue de Queen’s Gate d’Anne Martinetti.

PRÉSENTATION ÉDITEUR

A 20 ans, Beth devient cuisinière pour l’aristocratique famille Hewes : une chance pour cette jeune femme dégourdie et créative. Un soir, alors qu’elle est discrètement sortie fumer dans le jardin, elle découvre le corps d’une inconnue poignardée avec un kriss malais appartenant à Lord Hewes. Rajiv, le valet indien de la famille et amant de Beth, fait un coupable bien commode : n’est-ce pas lui qui a offert l’arme du crime au maître de maison ? Doutant de tous, naviguant dans les milieux interlopes de la prostitution et des suffragettes, Beth ne pourra compter que sur sa ténacité pour sauver Rajiv et faire la lumière sur cette sombre histoire.

Éditions De Borée (20 juin 2019) – 284 pages – Broché (19,90€) – Ebook (9,99€)

AVIS

Devenue, du moins temporairement, cuisinière à tout juste 20 ans chez une famille d’aristocrates, les Hewes, Beth se distingue nettement des autres domestiques de la maison. Elle n’a pas eu la chance de recevoir une instruction lui permettant, par exemple, de savoir lire, mais cela n’entache en rien ses ambitions professionnelles. Intelligente, sûre d’elle, dotée d’un sacré sens pratique et d’une bonne capacité à garder la tête froide en toute occasion, Beth est un personnage auquel on s’attache d’emblée séduit autant par son franc-parler que sa personnalité de battante.

Une personnalité qui lui sera fort utile pour faire face à une découverte macabre dans le jardin de ses employeurs. Une inconnue assassinée chez des aristocrates bien établis ? So shocking pour la bonne société londonienne ! Cela explique peut-être la rapidité avec laquelle le maître de maison laisse arrêter son fidèle valet indien que les preuves semblent bizarrement accabler. Pratique après tout, l’affaire résolue rapidement, les chances que le scandale s’ébruite s’amenuisent. Tellement pratique et rapide d’ailleurs que Beth, qui partage régulièrement la couche de Rajiv, décide de mener sa propre enquête. Quittant dès qu’elle le peut sa cuisine qui l’occupe quand même pas mal, il faut dire que la jeune femme aime son métier, elle récoltera certains indices et prendra même un mystérieux homme en filature jusqu’à Buckingham Palace ! Mais à trop s’exposer, ne se met-elle pas en danger ?

En parallèle de son envie d’innocenter son amant et de tous ces petits plats qu’elle prépare avec amour dès le levé du jour, elle s’inquiète également pour la famille Hewes. Entre un employeur toujours en goguette, une Lady pleine de secrets et dont l’engagement en faveur des suffragettes n’est pas sans danger, une jeune fille de 12 ans aux étranges confidences, un jeune homme qui se noie dans la luxure et le jeu, servir cette famille d’aristocrates n’est pas une sinécure, loin de là.

L’immersion dans le quotidien de Beth et les petits secrets de ses employeurs est l’aspect du roman qui m’a le plus intéressée, l’autrice nous offrant une critique assez fine de cette aristocratie anglaise de la fin du XIXe siècle engluée dans des principes qu’elle propage doctement, mais qu’elle est bien loin de suivre. Ce n’est pas M. Hewes et son addiction au sexe tarifé avec des beautés « exotiques » qui vous dira le contraire… Mme Hewes n’est pas non plus la dernière pour accepter de vivre dans une hypocrisie permanente. Alors qu’elle est fermement engagée dans un mouvement visant à assurer aux femmes des droits dont celui de vote, son combat s’arrête là où commence la différence de classe. Autre époque, autre idée…

Heureusement pour elle, grâce à son solide sens des réalités et à un certain cynisme, Beth n’est pas dupe et comprend fort bien que pour améliorer ses conditions de vie, elle ne pourra que compter sur son travail et son talent. C’est peut-être cette acuité dans la perception des choses de la vie qui font d’elle une femme en avance sur son temps qui sait tirer partie de chaque opportunité pour avancer et s’imposer. En femme de son époque qui a bien compris les règles du jeu pour les « petites gens », elle accepte donc avec un détachement assez perturbant de subir certains affronts ou, du moins, de parler sans émotions de ceux du passé. C’est là qu’on se dit que même s’il y a encore beaucoup de combats à mener, les droits des femmes en Europe ont quand même bien avancé…

La dénonciation d’une époque, de ses inégalités, de ses travers et cette montée en puissance du féminisme qui ne se fera pas sans heurts sont des sujets qui m’ont particulièrement plu, car ils sont très bien intégrés à l’histoire. Le ton très actuel rend, en outre, les propos accessibles et plutôt fluides, ce qui devrait plaire aux lecteurs ayant un peu peur des récits dans lesquels le contexte historique revêt une place primordiale. Le roman se lit donc très vite d’autant que la plume de l’autrice est simple et agréable, et les dialogues plutôt entraînants et réalistes. 

L’enquête, quant à elle, n’est pas inintéressante, mais elle reste peut-être un peu trop en surface des choses pour les amateurs du genre. D’ailleurs à ma grande surprise, si Beth se lance bien sur la piste du véritable meurtrier, cela est loin de totalement l’accaparer. Elle se contentera, avec ses moyens et le temps dont elle dispose, de récolter des indices et de faire certaines connexions. Ses apports à l’enquête seront donc utiles, mais il faudra également le travail d’investigation d’une journaliste têtue qui ne manque pas de courage, et les intuitions d’un inspecteur pour découvrir les tenants et aboutissants d’un meurtre bien plus complexe qu’il n’y paraît. Sous fond de corruption, la résolution de cette enquête passera ainsi par la découverte d’une pratique abjecte et révoltante qui ne pourra que vous pousser à vous interroger sur la bassesse et la noirceur de l’âme humaine.

Ce premier tome étant le premier d’une série, le traitement de certains personnages, à l’instar de Ravij, reste assez superficiel alors que l’on sent un véritable potentiel à exploiter, notamment en ce qui concerne son passé sur lequel plane de grandes zones d’ombre. Attendant avec impatience d’en apprendre plus sur les personnages, j’espère donc bientôt lire la suite des aventures culinaires et criminelles de Beth, une redoutable cuisinière et une graine d’enquêtrice.

En conclusion, les lecteurs friands d’enquêtes historiques se déroulant dans la bonne société anglaise de la fin du XIXe siècle devraient être ravis d’en retrouver l’ambiance si particulière. À travers un meurtre auréolé d’un certain mystère, l’autrice nous offre une héroïne attachante et combative, une enquête rythmée, et une plongée mouvementée et passionnante dans les méandres d’une classe sociale obnubilée par les conventions, le prestige et l’argent…

Retrouvez le roman chez votre libraire ou en ligne.