Les nouvelles aventures de Carnacki, Frédéric Livyns

Les nouvelles aventures de Carnacki par [Livyns, Frédéric]

Je remercie Évidence Éditions pour m’avoir permis de découvrir Les nouvelles aventures de Carnacki de Frédéric Livyns.

PRÉSENTATION ÉDITEUR

Carnacki, le légendaire détective du surnaturel créé par William Hope Hodgson revient dans de nouvelles aventures.
À travers les six épisodes de cette première saison, vous vous mesurerez, avec lui, à de démoniaques entités qui vous feront passer des nuits blanches.
Repris par l’auteur belge Frédéric Livyns, lauréat à trois reprises du Prix Masterton, ce Sherlock Holmes du surnaturel vous emmènera aux portes de la peur ; à vous de décider si vous souhaitez les franchir ou non.

22 novembre 2019 – Ebook (7,99€) – Broché (14,99€)

AVIS

Dès les premières lignes, j’ai été séduite par la plume de l’auteur qui dégage un charme suranné avec cette impression de faire un plongeon dans le passé, ce qui n’est guère étonnant si l’on considère que Frédéric Livyns a choisi de redonner vie à un personnage créé au début du XXe siècle par William Hope Hodgson. Je ne connais pas la version originale, mais je peux vous dire que j’ai été plus que séduite par la manière dont Frédéric Livyns s’est approprié ce détective de l’étrange qui n’hésite pas à se confronter à des forces qui le dépassent.

Si vous connaissez mon appétence pour les enquêtes à la Sherlock Holmes et le fantastique, vous ne serez pas étonnés qu’un livre regroupant ces deux genres m’ait fait passer un très bon moment de lecture empli de frissons. Il faut dire que les fantômes et autres créatures de cauchemar que l’on rencontre au détour des pages ne peuvent laisser de marbre. À travers six nouvelles à l’ambiance particulièrement soignée, l’auteur nous entraîne ainsi dans le monde de l’occulte, de l’étrange, du surnaturel, du frisson, des secrets, de la vengeance, de la monstruosité qu’elle soit surnaturelle ou tristement humaine… 

Et pour ce faire, il suit toujours le même schéma : Carnacki convie son groupe d’amis à venir l’écouter narrer ses aventures. Un procédé plutôt astucieux qui nous donne l’impression de faire partie des quelques privilégiés qui ont l’honneur de ces instants intimes et feutrés durant lesquels l’incroyable prend vie. Cela nous procure également la satisfaction de nous sentir directement concernés lorsque détective s’adresse à ses amis…

Carnacki nous apparaît comme un personnage téméraire, mais réfléchi, qui prend un véritable plaisir à exercer son savoir-faire des plus particulier ! Sans se révéler très attachant, c’est un homme dont on ne peut qu’admirer la force de caractère et la pugnacité. En plus d’avoir un véritable talent pour faire face avec aplomb à des situations effrayantes pour le commun des mortels, Carnacki possède un certain sens de la déduction et une bonne capacité à percer les secrets de l’âme humaine. Des traits de caractère qui lui seront fort utiles dans ses investigations…

Je regrette seulement les allusions, trop nombreuses à mon goût, aux précédentes enquêtes du détective. Je n’ai pas eu le sentiment que cela présentait un réel intérêt pour la compréhension du recueil même si ces allusions permettent de sentir tout le poids de l’expérience du détective, et de créer une certaine connivence entre ce dernier et ses amis/les lecteurs.

En conclusion, si vous appréciez les plumes au charme suranné, les enquêtes et le surnaturel, ce recueil devrait vous plaire. À travers six nouvelles entraînantes, l’auteur vous offre la dose parfaite de frissons pour un délicieux moment de lecture où l’angoisse se dispute à la curiosité d’explorer le monde de l’occulte aux côtés d’un personnage qui n’a pas froid aux yeux.


Si vous souhaitez en apprendre plus sur les différentes nouvelles, je vous en donne brièvement mon avis ci-dessous.

Encre, Red, Éclaboussures, Résumé

  • Chambre rouge : quand l’un de ses amis fait appel à lui, Carnacki sait tout de suite que la situation est grave. Tom, endeuillé par le suicide de sa femme, n’est pas du genre à crier au loup sans raison. Il lui aura d’ailleurs fallu attendre que deux personnes se tuent dans sa propre maison, transformée en maison d’hôte, avant de tirer la sonnette d’alarme ! Heureusement que le flair de Carnacki va lui permettre de percer le mystère de ces suicides et de faire le lien entre ces drames et le drame personnel vécu par Tom.

Quand la douleur, la mort, le deuil et une entité malfaisante à vous faire dresser les cheveux sur la tête se mêlent, cela donne une histoire pleine de sang, de tension et de frissons ! L’auteur a su, en une trentaine de pages, créer une atmosphère angoissante qui rendra chaque petit bruit qui vous entoure suspect. Cette nouvelle m’a fait forte impression peut-être parce que l’horreur de celle-ci passe autant par les événements obscurs de la Chambre rouge que les faits qui en sont à l’origine…

Armoire, De Stockage, Meubles, Intérieur

  • Le placard qui chuchote : c’est un Carnacki fatigué par sa dernière affaire que ses amis découvrent… Appelé à l’aide par le fils d’un homme récemment décédé, il a vécu une situation difficile autant physiquement qu’émotionnellement. Si les monstres revêtent parfois le voile de la mort, d’autres sont, quant à eux, bien humains. Une vérité qui frappera le détective et les lecteurs de plein fouet !

Je ne développerai pas outre mesure mon avis sur cette nouvelle sous peine de vous gâcher la lecture, mais je peux néanmoins vous dire que l’auteur aborde des thèmes forts tout en arrivant à instaurer une ambiance gothique avec une demeure ancienne dont la partie délabrée ne sera pas sans rappeler la nature de certaines personnes qui n’ont d’humaines que le nom. Apparence, secret, vengeance et famille au cœur d’un récit glaçant !

Ancre, Chaîne, Nautiques, Océan, Mer

  • Ce qui murmure : instant nostalgie avec un Carnacki qui se remémore et raconte l’une de ses premières interventions… Alors que le monde de l’occulte venait de s’ouvrir à lui, il accepte d’aider un de ses anciens amis dans une situation délicate, ses nuits étant hantées de manière assez surprenante. Mais de fil en aiguille, nous comprenons que les choses sont bien plus complexes  qu’au premier abord et qu’il existe une zone d’ombre autour de cette histoire. Mais comment régler le problème quand votre ami vous ment par omission ? Une question qui taraudera Carnacki loin, à l’époque, de posséder tout le savoir et le savoir-faire qui font aujourd’hui sa force.

J’ai trouvé cette nouvelle différente des précédentes, pas dans le style ni le frisson que l’on ressent à l’évocation d’une entité qui réclame le prix du sang, mais plutôt dans l’identité de la vraie victime, la fin réservant un retournement de situation qui pose la question de la justice et de la vengeance. Il est intéressant de voir que Carnacki ne semble pas avoir fait un trait sur ce souvenir que l’on sent encore empli d’émotions ! C’est d’ailleurs la première fois que l’on perçoit réellement l’humanité du personnage avec ses moments de doute et ses regrets. J’aurais néanmoins apprécié qu’il condamne plus fermement un acte qui ne pourra que vous révolter surtout quand l’on considère les chiffres actuels…

Union, Alliance, Mariés

  • L’écho de son ombre : c’est, cette fois, auprès d’un père et de ses deux filles que le détective intervient. Une entité vient, nuit après nuit, hanter le repos de la maisonnée au point de faire fuir tous les domestiques ! Le père est éreinté et apeuré à  l’éventualité que ses filles soient blessées… Malheureusement, une fois n’est pas coutume, la victime ne se montre pas totalement honnête avec le détective sur l’entité qui a pris possession de sa demeure. Il faudra alors à Carnacki toute sa patience et son sens de la déduction pour faire la lumière sur le problème et trouver une solution à une situation qui n’a que trop duré.

De nouveau, l’intérêt de la nouvelle repose sur l’ambiance instaurée par l’auteur, une ambiance mêlant surnaturel, amour tourmenté, injustice et vengeance. Si je n’ai pas trouvé le récit fondamentalement original par rapport aux précédents, j’en ai, en revanche, apprécié la fin émouvante et la morale sans oublier la satisfaction de voir que rien n’est jamais perdu, et que des personnes dans l’erreur peuvent finir par trouver le chemin de la rédemption…

Halloween, Horreur, Gruselhaus

  • La plaintivel’auteur signe ici une nouvelle diablement effrayante reprenant avec efficacité ce qui fait le succès du genre : spiritualisme, fantômes, maison hantée…  Dès les départ, l’ambiance se veut angoissante avec cette maison dont chaque mur semble nous crier de fuir. Même le très courageux Carnacki sent que quelque chose ne va pas et que la prudence lui recommanderait de prendre ses clics et ses malles et de partir sans se retourner. Mais le détective ne peut décemment pas abandonner à son sort le maçon qui l’a appelé pour purifier cette maison que, sur demande de son riche employeur, il doit retaper. Prenant son courage à deux mains et en affichant une confiance de façade, Carnacki entreprend alors de cerner le problème et de sonder cette demeure de malheur dont l’aura funeste le prend à la gorge…

Pour la première fois, on tremble vraiment pour Carnacki qui va être confronté à des forces d’une puissance incroyable qui semblent bien décidées à ne pas le laisser franchir le seuil de la porte vivant. Quant à la fin, elle m’a rappelé certains films, mais elle n’en demeure pas moins terriblement efficace pour vous faire dresser les cheveux sur la tête. Vous avez ici ma nouvelle préférée du recueil et celle qui m’a le plus angoissée !

Portes, Choix, Choisir, Décision

  • L’envers : pas de vacances pour les braves ! Alors que Carnacki profitait d’une accalmie dans son activité pour prendre quelques jours de vacances, le voilà de nouveau en prise avec des forces occultes. Question de karma peut-être… En passant la nuit dans son hôtel, il ne s’attendait certainement pas à être réveillé par des bruits et des coups étranges ! Libre de ses mouvements, le détective aurait pu prendre la poudre d’escampette, mais après une conversation avec un bavard du coin, il décide de retourner à son hôtel afin de se confronter à ces forces occultes qui ont eu l’audace de perturber un repos bien mérité.

L’auteur ménage ses effets en introduisant un mystère bienvenu autour des tragédies qui ont frappé l’établissement. On suit donc avec plaisir le détective dans son enquête puis dans ses préparatifs pour sauver les gérants d’une situation dont ils ont bien du mal à se dépêtrer. Sa volonté de les aider est d’autant plus généreuse que leur accueil fut loin d’être chaleureux, mais vu la terreur dans laquelle ils vivent depuis plusieurs années, on leur pardonnera aisément. Voici encore une enquête rondement menée par un personnage débrouillard qui, même dépourvu de tout son matériel, réussit à s’imposer comme la référence en matière de lutte contre les forces du mal !

Retrouvez le livre sur le site d’Évidence Éditions.

 

Madisonville : Le manoir des fondateurs, Nicolas Combe

Je remercie Nicolas Combe de m’avoir envoyé le premier tome de Madisonville via le site Simplement.

RÉSUMÉ

Après des années sans laisser de nouvelles, Barbara, une mordue du monde du surnaturel, retourne dans la ville de son enfance, y retrouver son ancienne amie répondant au doux nom de Joy, et dans le même temps faire de nouvelles connaissances.
Mais des retrouvailles s’avèrent toujours compliquées, surtout quand de nouvelles têtes ne semblent pas t’apprécier et que les fantômes viennent mettre leur nez dans tout ça.

Que se passe-t-il quand le paranormal s’impose dans les vies d’adolescents normaux ?
Venez à Madisonville le découvrir.

  • Date de publication : 26/08/2017
  • Nombre de pages : 84
  • Prix : 8.50€
  • Autre format : ebook

AVIS

Une couverture attrayante qui vous plonge dans l’ambiance…

Je dois avouer avoir été tout de suite attirée par la couverture aussi belle qu’énigmatique. Il ne m’a donc fallu qu’un petit instant pour lire le résumé et avoir immédiatement envie de découvrir le manoir des fondateurs de Madisonville aux côtés de Barbara et de Joy. Il faut dire que son état de délabrement visible sur la couverture laisse présager un endroit lugubre probablement hanté par des entités plus ou moins sympathiques. Bref, vous aurez compris que je trouve la couverture parfaite pour vous donner envie de vous plonger dans le livre à condition, bien sûr, d’aimer les histoires de maisons hantées.

L’histoire…

Barbara, elle, aime ça ! L’adolescente va d’ailleurs, dès son retour dans la ville de son enfance, embarquer son ancienne meilleure amie Joy, dans une expédition au sein de cet intrigant manoir. Passionnée par les fantômes et le surnaturel, ses plus folles attentes en la matière vont être comblées et au-delà de ses espérances. Joy, quant à elle, ne partage pas du tout le goût pour le surnaturel de cette ancienne meilleure amie qu’elle considère, et cela n’a rien d’amical, comme « tarée ». Elle préfèrera d’ailleurs, dans un premier temps, nier ce qu’elle a vu dans le célèbre manoir Madison…

Gênée par le retour de Barbara, Joy n’aura pourtant pas forcément d’autre choix que d’accepter sa présence dans son groupe d’amis. C’est donc accompagnée de ses nouveaux camarades que Barbara va se lancer dans une  deuxième visite du manoir. Et le moins que l’on puisse dire c’est que cette visite ne laissera personne indifférent, humains et êtres surnaturels compris. Au-delà de son amour du surnaturel, si Barbara s’est lancée dans une nouvelle visite du manoir malgré les avertissements reçus la première fois, c’est aussi pour prouver à tous, et surtout à une geek particulièrement désagréable, que oui, les fantômes existent !

Les personnages…

J’ai apprécié Barbara, peut-être parce que c’est elle que l’on découvre en premier, et son envie de vivre sa passion du surnaturel malgré le jugement d’autrui. Elle a, en outre, ce côté excentrique qui m’a donné envie d’apprendre à la connaître. Son retour dans la ville de son enfance après de nombreuses années et ses tentatives pour s’intégrer la rendent également sympathique. Si vous avez déjà déménagé, je pense que vous ne pourrez que compatir à sa situation ! A l’inverse, difficile de ne pas vous prendre d’inimitié pour une geekette qui ne voit pas d’un très bon œil l’arrivée de Barbara dans la bande, et qui le lui fait bien comprendre. Heureusement, l’expédition dans le manoir et les événements sur place vont arrondir les angles entre les deux jeunes filles laissant espérer, peut-être, une amitié dans le tome suivant.

Je ne vais pas vous parler de tous les personnages, mais d’Élise que j’ai trouvé fort sympathique. C’est un peu la gentille fille du groupe dont l’enthousiasme pour tout et n’importe quoi est tourné en dérision par ses camarades. Ceux-ci la considèrent d’ailleurs comme folle quand je la trouve rafraîchissante parmi une bande d’adolescents passablement blasés par la vie. Avec Barbara, c’est une jeune fille que j’aurais plaisir à retrouver dans de nouvelles aventures.

De l’amitié oui, mais du surnaturel aussi…

Au-delà de l’amitié qui est un élément important dans le récit, Madisonville c’est aussi une histoire mettant à l’honneur le surnaturel à travers la présence de deux fantômes hantant le manoir Madison. La rencontre avec ce couple fantomatique va impressionner les adolescents qui ne sont définitivement pas les bienvenus. Pour la défense des fantômes, si on ne peut même pas vivre sa mort en paix, où va-t-on ! Alors fantômes très méchants ou entités surnaturelles ne demandant qu’à être tranquilles ? Je vous laisse le plaisir de le découvrir par vous-mêmes. Je peux néanmoins vous dire que la rencontre avec le Baron Samedi m’a un peu fait penser à la nouvelle d’Oscar Wilde : Le fantôme de Canterville.

Les amoureux de SOS Fantômes devraient, quant à eux, être comblés par les références à la franchise que ce soit à travers l’équipement de Barbara ou des allusions plus directes. Ayant dévoré les films et le dessin animé durant mon enfance, c’est un point que j’ai apprécié.

Une histoire et une plume accessibles

La plume de l’auteur se révèle très accessible, le registre du livre oscillant entre langage courant et familier. Le contenu est donc accessible aux enfants même si je pense que la familiarité des personnages risque de gêner certains parents. Si vous êtes sensible à ce point, je vous conseillerais de feuilleter le livre avant de le confier à vos enfants.

L’histoire est courte et la mise en page très aérée ce qui en rend la lecture très rapide et plutôt aisée. Après une journée difficile ou stressante, ce petit roman devrait donc vous offrir une pause détente agréable. Il semble également particulièrement bien adapté pour une petite lecture d’Halloween ou pour un moment où vous avez envie d’une histoire avec des fantômes, mais sans trop de frissons.

Enfin, si j’ai passé un très bon moment de lecture, j’ai néanmoins regretté la présence de coquilles…

En conclusion, j’ai lu avec plaisir Le manoir des fondateurs et suis impatiente de découvrir la suite des aventures du petit groupe d’amis découvert dans ce premier tome. Si vous êtes en quête d’une histoire qui se lit très rapidement et très facilement avec une bonne dose d’amitié et de surnaturel, ce livre devrait vous plaire.

Page FBSite de l’auteur

Vous pouvez acheter ou feuilleter quelques pages de Madisonville sur Bookelis

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer