Throwback Thursday Livresque #140 : fantasy

J’ai décidé de participer à un nouveau rendez-vous autour du livre : le Throwback Thursday Livresque. Imaginé par Bettie Rose Books, le principe est de partager chaque semaine sa lecture autour d’un thème mensuel qui sera décliné chaque semaine. Depuis peu, les liens de participation sont à déposer sur My-books.


Pour ce thème, j’ai tout de suite pensé à des incontournables comme La Passe-Miroir, La croisée des mondes ou encore à Un palais d’épines et de roses. Mais vous ayant déjà parlé de ces livres, j’ai préféré m’orienter vers un roman de fantasy que j’avais adoré et qui me semble un peu moins connu : Pierre-de-vie de Jo Walton.

Couverture Pierre-de-vie

« Applekirk est un village rural situé dans les Marches, la région centrale d’un monde où le temps ne s’écoule pas à la même vitesse selon que l’on se trouve à l’est – où la magie est très puissante et où vivent les dieux – ou à l’ouest – où la magie est totalement absente.
C’est la fin de l’été, et la vie s’écoule paisiblement pour les villageois. Mais le manoir va être mis sens dessus dessous par le retour de Hanethe, qui fut autrefois la maîtresse des lieux. Partie en Orient, elle y est restée quelques dizaines d’années. Mais, plus à l’ouest, à Applekirk, plusieurs générations se sont succédé. Ayant provoqué la colère d’Agdisdis, la déesse du mariage, Hanethe la fuit. Mais Agdisdis est bien décidée à se venger. »

Pourquoi ce choix ?

Assez surprenante d’un premier temps, la narration particulière soutenue par une double temporalité vaut à elle-seule lecture de ce roman dans lequel on suit le destin d’une famille ordinaire qui ne l’est finalement pas tant que ça…

L’autrice prend des risques en nous proposant un schéma familial original sortant nettement des normes actuelles. Mais elle nous enchante surtout par la place de choix accordée aux femmes qui sont toutes très fortes et déterminées bien que pour moi, l’une d’entre elle, tire son épingle du jeu…

Quant à l’univers, en plus d’être fascinant et complexe, il se révèle diablement immersif et particulièrement bien pensé !

Pour en apprendre plus, je vous invite à lire ma chronique de Pierre-de-vie dont voici la conclusion :

Roman de fantasy mais aussi roman de vie, Jo Walton nous propose ici une jolie fresque familiale dans laquelle la magie du cœur a tout autant d’importance, si ce n’est plus, que celle des Dieux. Entre les bouleversements liés à deux personnages qui font le pont entre présent et passé, le quotidien d’une famille ordinaire aux liens extraordinaires, et un monde original qui remet en question notre conception du temps, de l’amour et de la famille, ce roman vous promet un très beau et intense moment de lecture.

Et vous, connaissez-vous ce roman ? Vous tente-t-il ?
Quel titre auriez-vous choisi ?

Pierre-de-vie, Jo Walton

Je remercie les éditions Denoël pour m’avoir permis de découvrir Pierre-de-vie de Jo Walton.

PRÉSENTATION ÉDITEUR

Applekirk est un village rural situé dans les Marches, la région centrale d’un monde où le temps ne s’écoule pas à la même vitesse selon que l’on se trouve à l’est – où la magie est très puissante et où vivent les dieux – ou à l’ouest – où la magie est totalement absente.
C’est la fin de l’été, et la vie s’écoule paisiblement pour les villageois. Mais le manoir va être mis sens dessus dessous par le retour de Hanethe, qui fut autrefois la maîtresse des lieux. Partie en Orient, elle y est restée quelques dizaines d’années. Mais, plus à l’ouest, à Applekirk, plusieurs générations se sont succédé. Ayant provoqué la colère d’Agdisdis, la déesse du mariage, Hanethe la fuit. Mais Agdisdis est bien décidée à se venger.

Subtil roman de fantasy – prix Mythopoeic en 2010 –, Pierre-de-vie dresse le portrait de femmes simples et merveilleuses, d’une famille sans histoires mais singulière, confrontées à des changements qui les dépassent, dans un monde hors du commun.

Denoël (23 mai 2019) – Collection Lunes d’encre – 336 pages – Broché (21,90€) –
Ebook (15,99€) – Traduction : Florence Dolisi

AVIS

Je dois avouer que c’est d’abord la superbe couverture du roman qui a attitré mon attention. Un travail d’illustration à la hauteur d’un roman simple et complexe à la fois. Simple par la facilité avec laquelle l’autrice nous immerge dans la vie d’une famille dont on va apprendre à apprécier les membres, et complexe en raison d’un univers dont il faut prendre le temps d’appréhender les spécificités. La notion de temps est ainsi bien différente de la nôtre puisqu’en fonction de l’endroit où l’on se situe, il s’écoule différemment : lentement à l’est où la magie est bien ancrée, et plus rapidement à l’ouest où la magie est inexistante. Cette double temporalité au sein d’un même monde est très bien exploitée par l’autrice qui a réussi à l’intégrer au récit sans jamais se perdre dans des détails superflus.

En se focalisant sur les conséquences d’un tel décalage temporel, notamment à travers un personnage, plutôt que sur les causes, Jo Walton permet aux lecteurs de s’immerger rapidement dans la vie de la famille du seigneur du village d’Applekirk dont on ne quitte jamais, du moins physiquement, les frontières. Alors que la vie dans ce village s’écoulait paisiblement au rythme des saisons, l’arrivée de deux voyageurs, un savant à la curiosité insatiable, et l’ancienne maîtresse d’Applekirk, va entraîner de profonds changements, et mettre en péril l’équilibre de la famille, voire du village entier. C’est que le premier est un bourreau des cœurs à la désinvolture fâcheuse quand la seconde, Hanethe, s’est attiré les foudres d’une divinité bien décidée à se venger…

Au fil des pages, nous découvrons les différents membres de la famille et les liens qui les unissent, les pouvoirs magiques de chacun, certains étant bien plus faciles que d’autres à gérer, mais aussi les différentes formes de dangers que cette famille unie va devoir affronter, la déesse bafouée ayant bien plus d’un tour dans son sac pour obtenir sa vengeance. Si tous les personnages apportent quelque chose à l’intrigue, j’ai trouvé qu’Hanethe se distinguait par sa complexité et la touche de suspense qu’elle apporte indéniablement à l’histoire. Il faudra ainsi attendre un long moment avant de découvrir le crime qu’elle a commis pour susciter le courroux de la déesse du mariage… Une découverte qui ajoutera à l’aura de mystère qui plane autour de cette femme égoïste mais prête à tout sacrifier pour ses idéaux et le bien commun, une femme froide et hautaine envers les « ploucs », mais capable d’un dévouement le plus total et sincère pour une enfant qu’elle connaît à peine… Que l’on apprécie ou non ses choix, Hanethe fascine donc par sa force de caractère et sa faculté à se battre pour obtenir ce qu’elle souhaite, et ne pas se laisser enfermer dans une vie qui ne lui sied guère.

Cette force de caractère est un trait commun à toutes les femmes du livre, l’autrice nous offrant une galerie de protagonistes féminins forts et déterminés. Les femmes du roman consentent à faire certains sacrifices pour le bien de la famille, mais elles n’en demeurent pas moins des personnes à part entière avec leurs propres besoins et aspirations qui se concrétisent dans cette pierre-de-vie, plus ou moins facile à trouver. Il se dégage ainsi du roman un bel hommage aux femmes qui sont ici complètes : ni juste mères, ni juste épouses, elles sont avant tout elles-mêmes !

J’ai également apprécié que l’autrice valorise un métier courant mais bien trop souvent déconsidéré, celui de maîtresse de maison. Gérer la vie du foyer est la pierre-de-vie de Taveth qui s’acquitte avec beaucoup de patience, de bienveillance et d’abnégation de toutes ces tâches du quotidien indispensables au bon fonctionnement de la vie d’une famille. Si certains événements vont la pousser à se sentir parfois peu reconnue dans sa fonction, le lecteur ne pourra que s’apercevoir du rôle central qu’elle tient dans le roman et dans la vie de chacun. C’est par la force et la constance de son travail que chaque membre pourra se consacrer à sa propre destinée…

Le traitement respectueux des personnages féminins est pour moi le point fort de ce roman qui a également le mérite de questionner notre modèle familial traditionnel. Dans ce monde atypique, la monogamie est chose rare, et le polyamour, la normalité. Cette vision de la famille qui n’est pas courante dans notre société est amenée avec délicatesse et justesse. Pas de jugement, mais la découverte d’une famille organisée selon un schéma familial dans lequel l’exclusivité des relations amoureuses et de l’autorité parentale n’existe pas. Cela peut rendre les liens entre les différents personnages un peu confus en début de lecture, mais on s’y fait rapidement d’autant qu’on se rend compte que finalement, peu importe les liens de sang, ceux du cœur pouvant se révéler tout aussi puissants.

Malgré un rythme assez posé, le récit n’étant pas truffé de scènes d’action ni de retournements de situation époustouflants, Pierre-de-vie est un roman immersif et prenant que j’ai lu très rapidement, séduite par la fluidité de la plume de l’autrice, et la manière dont elle arrive à retranscrire avec force et beauté aussi bien les petites choses du quotidien que les grands changements. Tout est intense et calme à la fois dans ce livre, un paradoxe souligné par une narration audacieuse et épurée qui alterne entre ce présent paisible où la vie de tous les jours a repris ses droits, et cette période mouvementée du passé qui a redéfini l’équilibre d’une famille et de ses membres.

En conclusion, roman de fantasy mais aussi roman de vie, Jo Walton nous propose ici une jolie fresque familiale dans laquelle la magie du coeur a tout autant d’importance, si ce n’est plus, que celle des Dieux. Entre les bouleversements liés à deux personnages qui font le pont entre présent et passé, le quotidien d’une famille ordinaire aux liens extraordinaires, et un monde original qui remet en question notre conception du temps, de l’amour et de la famille, ce roman vous promet un très beau et intense moment de lecture.

Découvrez un extrait du roman sur le site des éditions Denoël.