Top Ten Tuesday #183 : 10 livres de SFFF que j’aimerais lire

566856438

« Le Top Ten  Tuesday est un rendez-vous hebdomadaire dans lequel on liste notre top 10 selon le thème littéraire prédéfini. Ce rendez-vous a initialement été créé par The Broke and the Bookish et est repris en français sur le blog Frogzine. »


En ce moment, je lis peu de SFFF alors que c’est quand même ce que je préfère…J’ai donc décidé de vous présenter 10 livres de SFFF que j’aimerais lire.  Si certains seront lus prochainement (Backup, Mers mortes, Sigurd…), j’ai peur que d’autres, comme Le Prieuré de l’Oranger, me prennent un peu plus de temps…

Couverture Le Prieuré de l'OrangerCouverture BackupCouverture Mers mortes

Couverture SigurdCouverture Gods of Jade and Shadow Couverture Ana l'étoilée, tome 1 : L'ours et la colombe

Couverture Le baron noir, intégrale : Volume 1864Couverture Les chants de la terre lointainehttps://img.livraddict.com/covers/220/220315/couv46856392.jpg

Couverture Les voies d'Anubis

Avez-vous lu certains de ces romans ?
Qu’en avez-vous pensé ?

Challenge Le Printemps de l’Imaginaire Francophone 2020

pt-logo-pif_0

C’est avec plaisir que je retrouve Le Printemps de l’Imaginaire Francophone qui se tiendra du 1er mars au 1er juin 2020.

Ces trois mois seront l’occasion de mettre à l’honneur les livres de SFFF (Science-Fiction, Fantasy, Fantastique) d’auteurs francophones. Pour valider le challenge, il vous suffit de lire un seul ouvrage de SFFF francophone et de partager votre avis.

Pour ceux qui aimeraient aller plus loin, plusieurs paliers sont proposés.  Pour ma part, j’ai choisi le plus élevé, Bibliothécaire céleste, qui consiste à lire 15 livres (romans, nouvelles, BD, livres audio..). Un objectif ambitieux, mais réalisable, si l’on considère que ma PAL regorge d’auteurs de SFFF francophones.

Pour corser le challenge, il est possible de participer à des défis, mais ce n’est pas obligatoire. Un livre peut remplir une ou plusieurs consignes… Voici une petite idée des livres de ma PAL vers lesquels je pense m’orienter même si je ne compte pas tout lire et qu’il y a de fortes chances pour que je finisse par dévier de ces prévisions de lecture.

  • Lire un-e auteur/-trice européen-ne francophone qui n’est pas français-e

Couverture L'Immortelle, tome 1 : la clef de cuivre

  • Lire un-e auteur/-trice candien-ne francophone

Couverture Le Royaume de Lénacie, tome 1 : Les Épreuves d'AlekCouverture Blanche Neige

  • Lire un livre en rapport avec le printemps ou qui vous fait penser au printemps (par un titre qui rappelle le vent ou la nature ; l’histoire qui se passe au printemps ; la couverture avec de la nature ou des fleurs…)

Couverture L'Imparfé, tome 1 : Le Royaume qui perdait ses couleursCouverture Les mémoires d'un elfe

  • Lire un livre d’au moins 500 pages

Couverture Chroniques des Cinq Trônes, tome 1 : Moitiés d'âme

  • Lire une nouvelle ou un recueil de nouvelles

Couverture Vampire malgré luiCouverture Notre-Dame-aux-EcaillesCouverture Serpentine

  • Lire un livre autoédité

Couverture Projet Espoir, tome 1 : TouchéeCouverture L'or et le fer, tome 1 : Pas de trois

  • Lire un livre d’une petite maison d’édition

Couverture Outre-Temps, tome 1Couverture Aiden Jones, tome 1 : La Marque

  • Lire un récit avec un personnage principal féminin

Couverture AmazonesCouverture Les Aventures Occultes de Lady Bradsley

  • Lire un livre écrit par une autrice

Les Chroniques de la Cité: Exil par [Guyot, Magali]Couverture Monstr'Hotel, tome 1 : Les chasseurs de trésorCouverture Semblables, tome 1

  • Continuer/Terminer une série

Couverture Le Cycle des âmes déchues, tome 3 : Coeur de TénèbresCouverture Bane Seed, tome 4 : Mort sur la landeCouverture L'agence Pendergast, tome 2 : Le monstre des égouts

  • Lire une relique de votre PAL

Couverture Le ballet des âmesCouverture Les Tangences divinesCouverture Pegasus, tome 1 : Les terres oubliées

  • Lire un livre d‘un auteur ou d’une autrice que vous avez découvert-e au cours du challenge de cette année ou des années précédentes (Dans les PAL ou les suggestions des autres participant-e-s, par exemple) : j’ai découvert ce livre sur le blog Histoires de Clarisse

  • Se faire choisir un livre dans sa PAL au hasard ou par une autre personne : j’ai pioché dans la liste des livres sélectionnés par Lully dans le cadre de l’épreuve des alliés du PLIB.

Couverture Un jour une étoileCouverture Miss Pook, tome 1 : Miss Pook et les enfants de la luneCouverture KerebanCouverture La pelote d'épingles

Couverture MemoryCouverture L'écrivain abominableCouverture La stratégie des as

  • Lire un livre qui parle d’une créature légendaire (griffon, sirène, dragon, kelpie, basilic, dullahan…)

Couverture Seirens, tome 1 : Rivage

  • Lire un livre en rapport avec le folklore celte/breton/gaulois (par exemple : réécriture de la matière de Bretagne ou des contes et légendes de nos contrées ; des récits qui parlent de fées, de druides, de dieux et déesses celtes…) :

Couverture La magie d'Avalon, tome 1 : Morgane

Pour tous les détails, je vous invite à lire l’article dAline Wheeler. N’hésitez pas non plus à rejoindre le groupe FB si vous avez envie d’échanger de manière conviviale autour de vos lectures.

Et vous, comptez-vous vous participer ?
Pour rappel, il suffit de lire un livre pour valider le challenge…

 

Souffle Celte, Alvyane Kermoal

Je remercie Alvyane Kermoal pour m’avoir permis de découvrir son recueil de nouvelles, Souffle Celte.

PRÉSENTATION AUTEURE

Il existe des lieux qui parlent à votre âme, qui vous offrent des histoires où se mêlent le passé et le présent. Alors vient l’idée de les écrire, au fur et à mesure qu’elles apparaissent. Des scènes de vie qui se mettent en place, crescendo… où peu à peu la magie s’installe. »Souffle celte » vous offre ce voyage au travers des chemins de Bretagne… entre réalité et rêves, parfois cauchemars, la vie, l’amour, la mort, la haine… des liens qui rendent la vie plus passionnante et précieuse. Des nouvelles qui parlent au cœur.

Auto-édition (2 mars 2019) – 103 pages – Broché (4,99) – Ebook (1,99€)

AVIS

Avec 15 nouvelles en cent pages, vous vous doutez que les récits sont courts, voire très courts, pour certains. Des nouvelles concises, un pléonasme probablement, mais j’ai pour ma part l’habitude de nouvelles plus longues. Ce point ne m’a pas dérangée trouvant même un certain charme à cette idée de déambuler rapidement d’une histoire à l’autre, mais je sais que cela pourra gêner certains lecteurs…

Au gré des pages, l’autrice nous offre une plongée dans cette Bretagne qui semble si chère à son cœur. Vous voyagerez et découvrirez, en parcourant des lieux qui existent, une terre aux mille facettes, entre légendes et traditions, entre rêves et réalité… Dans un souffle, la beauté viendra côtoyer le funeste, les souvenirs se teinter tour à tour de sang et de joie, l’espoir se confronter aux dangers d’une terre soumise aux caprices d’une nature fascinante et indomptée…

Un voyage entraînant et immersif sublimé par la plume poétique et imagée de l’autrice qui invite à l’évasion et à l’abandon. Et pour ceux qui aimeraient en apprendre plus sur ce joli recueil, je vous propose un bref avis pour chacune des nouvelles :

  • Breizh, ma bro : une très touchante et poétique déclaration d’amour à cette Bretagne multiple, accueillante, fascinante avec ses légendes, ses zones d’ombre et de lumière qui sait s’immiscer dans le cœur de ses habitants et de ses visiteurs.

Coeur, Herzchen, L'Amour, Romance

  • L’expatrié : une certaine nostalgie se dégage de ce texte abordant le thème du déracinement, du temps qui passe et qui apporte son lot de changements parfois synonyme de perte de sens, de racines et de repères. Mais un regard dans les yeux de sa fille suffit à notre narrateur pour regagner ce souffle de vie qui le pousse à vouloir regagner les terres qu’il apprécie tant avant de leur redonner leur âme et offrir à son enfant une précieuse denrée, des racines.

Arbre, Root, Forest, Impressionnant

  • La galette de blé noir : très proche de ma grand-mère, j’ai été particulièrement touchée par cette séance de cuisine entre une grand-mère et sa petite-fille en pleine préparation de galettes, un moment important qu’il convient de faire dans les règles de l’art. Au passage, les gourmands devraient être ravis de découvrir les différences entre les crêpes et les galettes !
  • Le Kig-ha-Farz : à travers ce titre énigmatique, l’autrice nous propose un nouveau voyage dans l’antre de la très riche et généreuse cuisine bretonne vecteur de gourmandise, mais aussi de partage et de beaux moments de rires et de joie.
  • L’indomptable : entre amour et défiance, entre provocation et respect, notre indomptable jeune Bretonne prend de la hauteur pour affronter  la nature et la prier de ne point lui ravir l’être aimé. On sent toute l’ambiguïté qui peut exister entre des personnes aimant cette nature dans laquelle elles puisent leur force, mais dont elles redoutent également les colères.

Jeune Fille, Femme, Côte, Rive, Falaises

  • La Terre-Neuva : une autre nouvelle qui nous montre que l’homme n’est que peu de chose face au déchaînement de la nature comme l’en atteste la confrontation de notre marin avec la mer, une maîtresse parfois généreuse, parfois cruelle et implacable.

Bateau, Détresse, Mer, Vague, Transférer

  • Le lien :  après le funeste, l’autrice nous plonge dans le beau et le romantique avec une jeune femme guettant le retour de son mari, un capitaine qu’elle espère retrouver sain et sauf malgré les combats et les batailles qu’il n’a pas dû manquer d’affronter… Cette touchante histoire d’amour nous montre la force du lien qui peut exister entre deux êtres unis malgré les périodes de séparation. La fin nous offre, quant à elle, un très beau moment de douceur.

Corde, Noeud, Attaché, Twisted, Bateau

  • Le peintre d’azur : ou comment un peintre anonyme arrive à saisir l’instant présent, à capter et capturer une atmosphère, la beauté d’un décor, d’un moment, d’un endroit et de sa nature… Une jolie immersion au pays de la création qui sublime et illumine l’existant.

Peinture, Peinture D'Homme, Peintre

  • La petite flamme de Locronan : une sympathique tranche de vie durant laquelle une fillette en vacances avec les siens va assouvir sa gourmandise, sa curiosité et faire une étrange rencontre qui rendra ce séjour en famille, qu’elle craignait ennuyant, palpitant ! Pour ma part, je rêverais de visiter la Librairie Celtique mentionnée, et peut-être, à mon tour,  découvrir que l’imagination a parfois une part de réalité.
  • Les amoureux de Belle-Ile : à huit ans, l’amitié est facile et ne dépend que d’une barre de chocolat… Mais plus que la complicité touchante qui unit nos deux jeunes protagonistes, c’est bien les légendes et l’aura de magie et de mystère qui entourent l’île qui devraient séduire les lecteurs.

Coucher De Soleil, Mariage, Mariée

  • Les amants de Sainte-Barbe : je resterai volontairement vague vous laissant le plaisir de la découverte, mais je peux néanmoins vous dire que passé et présent s’appellent, se mêlent et s’entremêlent dans un murmure de désir et de passion.
  • Souffle de la mort : c’est probablement la nouvelle qui m’a le plus surprise ne m’attendant pas à la tournure prise par les événements, l’autrice nous plongeant dans un passé fait de sang, de larmes, de morts et de vengeance. Mais c’est aussi l’identité de la protagoniste qui apporte le sel du récit, condensé de ces scènes de guerre qui furent l’apanage de nos ancêtres et que la mémoire collective porte en elle.

Fantaisie, Pierre Tombale, Creepy

  • L’ovate et le chirurgien : l’autrice nous propose un dialogue entre deux figures historiques qui, les chanceuses, devraient avoir l’éternité pour l’alimenter. Empreints de vérité et de réflexions non dénuées d’intérêt, ces échanges ne manquent ni de mordant ni de piquant !
  • La photo cornée : en découvrant, par une journée maussade, une vieille boîte, des enfants offrent à leurs grands-parents un très joli et émouvant voyage dans le passé. Beaucoup de tendresse et d’émotions dans cette histoire qui illustre le parfait exemple du véritable amour.

Photo, Album, Photographe, Vieux, Photos

  • Hommage : difficile de ne pas percevoir derrière les mots et les émotions de l’autrice, l’être exceptionnel et de conviction auquel s’adresse ce bel hommage tout en délicatesse et émotions. Pour ma part, j’ai été touchée par le début du texte qui m’a rappelé mon grand-père paternel dont je n’ai jamais su surmonter le départ :

Il existe des hommes qui vous marquent à jamais. Des êtres à l’humanité profonde qui par leurs actes deviennent figure de proue. Ce sont parfois des âmes discrètes, à l’écoute facile, ou des esprits libres, qui mettent en avant leur valeur et amour des autres.

En conclusion, vie, mort, amour, vengeance, mythes et légendes vous attendent dans ce recueil empli de poésie et porté par l’écriture tout en finesse et délicatesse de l’autrice.

Alvyane Kermoal, auteure

Site de l’autriceLien d’achat

#PLIB 2020 : ma sélection/la sélection officielle

logoplib2020(1)

 

J’ai décidé de participer au PLIB2020 et ai donc dû, comme les autres jurés, faire une sélection de 20 romans parmi les 124 présélectionnés. Le choix a été difficile, mais après avoir lu les résumés et une dizaine de pages des livres que j’avais en ma possession, j’ai décidé de retenir :

Couverture Agravelle ou l'Envers du TempsCouverture Aiden Jones, tome 1 : La Marque
Couverture Rouge sang & noir corbeau, tome 1 : L'apprentie faucheuseCouverture Félines
Couverture Chroniques des Cinq Trônes, tome 1 : Moitiés d'âmeCouverture L'Arrache-motsCouverture Le cirque interdit
Le garçon et la ville qui ne souriait plus par BryCouverture Le MusicienCouverture Les héritiers d'Higashi, tome 1 : Okami-Hime
Couverture Les noces de la renardeCouverture L'Estrange Malaventure de MirellaCouverture Magic Charly, tome 1 : L'apprenti
Couverture Vert-de-lierreCouverture Seirens, tome 1 : RivageCouverture Monstr'Hotel, tome 1 : Les chasseurs de trésor
Couverture Violette Hurlevent et le jardin sauvageCouverture Wicca, tome 1 : Le manoir des Sorcelage

 

J’ai déjà lu et beaucoup aimé Vert-de-Lierre, Le garçon et la ville qui ne souriait plus et L’arrache-mots. Parmi ma liste, seuls 9 romans ont passé l’étape de la sélection, mais cela ne m’empêchera pas de lire les autres puisqu’ils me tentent énormément.

Voici donc la sélection finale : 

Couverture Rouge sang & noir corbeau, tome 1 : L'apprentie faucheuseCouverture L'Arrache-motsLes Brumes de Cendrelune, Tome 1 : Le jardin des âmes
https://booktubers-app.com/images/books/9791097434274.jpg

 

Parmi cette sélection, quels sont les romans que vous me conseillez de lire en priorité ou ceux dont vous aimeriez un avis sur le blog ? 

Manx Cat, Christine Sterbik #PLIB2020

Manx cat (Imaginaire) par [Sterbik, Christine]

J’ai lu Manx Cat de Christine Sterbik (éditions Alter Real) dans le cadre du PLIB2020.

PRÉSENTATION ÉDITEUR

Qui est vraiment Sylla, l’énigmatique romancière londonienne à succès ? L’envoûtante jeune femme qui vit avec ses magnifiques chats Manx dans un appartement cossu de Covent Garden veille farouchement sur sa vie privée. Rien ne doit filtrer, du moins rien qu’elle n’ait contrôlé. Olivier, apprenti journaliste français n’en croit pas ses yeux : son rédacteur en chef le charge d’interviewer la secrète Sylla. Une aubaine ? Peut-être, mais aussi un défi. Au fil des jours, le jeune étudiant va percer le mystère à ses dépens et sera entraîné bien malgré lui dans un conflit qui remonte aux origines de l’humanité.

Et si la réalité du monde était bien différente de ce que vous croyez ?

Alter Real Editions (7 juin 2019) – 240 pages – Ebook (5,99€) – Broché (17€)
#ISBN9782378121143

AVIS

Profitant de l’ebook offert gracieusement par la maison d’édition aux jurés du PLIB2020, je me suis jetée dans cette lecture dont le titre et la couverture m’ont tout de suite attirée.

Si vous me suivez régulièrement, vous connaissez mon amour des chats, et à ce niveau, j’ai été plus que ravie, l’autrice nous offrant une histoire les mettant à l’honneur que ce soit dans leur forme traditionnelle ou sous leur aspect imaginaire. En effet, avec Manx Cat, vous allez vous plonger aux origines fantasmées de la création des Manx, une race de chats assez peu connue en France, mais qui se caractérise par l’absence de queue. On regrettera d’ailleurs peut-être la photo d’illustration qui, si elle est très belle, ne met pas en avant cette particularité.

Mais loin de se cantonner à un traité sur les chats, l’autrice nous plonge dans un imaginaire fascinant, mélange de réalité et de fiction, dans lequel des métamorphes prennent vie. Et l’on suit plus particulièrement une métamorphe chat, seule de son espèce, Sylla. Devenue romancière écrivant le jour et vivant sa vie féline la nuit, elle narre à un journaliste stagiaire, d’abord à travers ses carnets puis de vive voix, sa vie à travers les âges. Une vie riche et bien remplie faite de voyages, de rencontres plus ou moins amicales, de moments de joie et de peine… Se dessine ainsi, au fil des pages, le portrait d’une femme forte et hors du commun qui ne peut que susciter une certaine admiration.

J’ai beaucoup apprécié cette partie qui nous parle de mythologie, nous transporte au temps des pharaons, nous fait vivre la montée du christianisme et le déclin du paganisme, évoque la chasse aux sorcières sans oublier cette haine grandissante des chats qui ne sera pas sans conséquence pour Sylla… Puis le roman prend un nouveau tournant, cette dernière mettant à exécution un projet assez égoïste mais qu’on arrive à comprendre. À partir de là, l’histoire m’a semblé bien moins intéressante. Il faut dire qu’elle se focalise sur Olivier, l’apprenti journaliste français, avec lequel j’ai eu fort peu d’atomes crochus.

Assez immature et surtout ayant tendance à commenter le physique de chaque femme rencontrée, c’est typiquement le genre de protagoniste masculin que j’ai en horreur. Certaines de ses phrases et de ses interactions avec Peter, son ami et co-locataire, principalement centrées sur leurs conquêtes et la gent féminine m’ont donc fortement chiffonnée. Je pense que cet aspect ne gênera pas tout le monde d’autant que les deux jeunes hommes ne tombent jamais dans la vulgarité, mais c’est dommage d’avoir privilégié des dialogues parfois creux au détriment de la psychologie des personnages. À part Sylla, les personnages m’ont ainsi semblé manquer de profondeur.. À cet égard, j’ai regretté que le côté mystérieux de Peter ne soit pas plus exploité, cela aurait pu apporter bien plus d’intensité et de tension au récit.

Si j’ai dévoré la première partie du roman avec plaisir, ma lecture fut donc par la suite plus laborieuse bien que j’aie apprécié les phases d’action, et notamment les batailles entre chats et rats. Un combat ancestral ici très bien retranscrit et que l’autrice enrichit d’une dimension plus humaine, voire politique, les alliances et mésalliances ainsi que les trahisons ayant, comme chez les humains, toute leur place !

Le mélange humain/chat à travers la figure du métamorphe est le point fort de ce roman d’autant que c’est plutôt une forme originale en littérature. J’ai adoré découvrir la mythologie autour de cette particularité de la nature, la haine qu’elle peut susciter, mais aussi la manière dont Sylla a dû y faire face optant bien souvent pour une vie solitaire, loin des humains mais aussi loin des chats. Pont entre deux espèces distinctes que rien ne destinait à se mêler, Sylla n’est finalement acceptée par aucune des deux. Une vie passée à être rejetée et à susciter de la méfiance jusqu’à une certaine rencontre qui va changer sa vie à jamais. On pourrait faire, d’une certaine manière, le parallèle avec la difficulté pour certains de concilier différentes origines et cultures notamment quand le rejet des uns et des autres s’en mêle.

La seule chose qui m’a perturbée dans ma lecture, mais j’imagine que c’est personnel, est cette idée qu’une femme gardant sa personnalité, même lors de ses transformations en chat, tombe amoureuse d’un chat non métamorphe… Il est vrai que l’autrice a fait le choix d’animaux s’exprimant et réfléchissant de manière très humaine, mais cela n’en demeure pas moins assez déstabilisant.

En conclusion, Christine Sterbik mêle habilement imaginaire et réalité afin de nous immerger dans la vie mouvementée d’une femme hors du commun et d’un étudiant en journalisme qui connaîtra également son lot de péripéties. Bien que non exempt de petits défauts notamment au niveau des dialogues et du manque de profondeur des personnages, Manx Cat est néanmoins un roman que je conseillerais aux amateurs de récits rythmés, de chats et aux personnes souhaitant découvrir une forme de métamorphe plutôt originale en littérature !

Retrouvez le roman en ligne notamment sur Place des libraires.

L’arrache-mots, Judith Bouilloc

J’ai lu L’arrache-mots de Judith Bouilloc dans le cadre du Challenge Netgalley, mais n’avais pas encore pris le temps de publier ma chronique. Je remercie le site ainsi que les éditions Hachette pour cette excellente lecture.

PRÉSENTATION ÉDITEUR

La jeune Iliade a un don merveilleux : le pouvoir de donner vie aux mots et aux histoires. Ce don fait d’elle la bibliothécaire la plus célèbre de tout le royaume d’Esmérie. Le matin où elle reçoit une demande en mariage presque anonyme, elle n’est sûre que d’une chose : son prétendant est un membre de la famille royale !

Bien décidée à comprendre qui s’intéresse à elle et surtout, pourquoi cette personne lui propose un contrat de mariage si avantageux, Iliade se rend dans la capitale. Là-bas, elle découvre les fastes de la cour… et la froideur de son fiancé. Pourtant, elle finit par s’attacher et à lui et se retrouve, bien malgré elle, propulsée au cœur d’intrigues et de complots auxquels rien ne la préparait.

Hachette Romans (22 mai 2019) – 280 pages – Broché (15,90€) – Ebook (10,99)

AVIS

Le résumé était tentant, la couverture sublime ! Il n’en fallait pas bien plus pour me donner une furieuse envie de découvrir ce livre que j’ai adoré.

Dès les premières pages, je suis tombée sous le charme du récit, de l’univers et de la plume de l’autrice un peu comme je l’avais été avec La Passe-Miroir de Christelle Davos. On retrouve d’ailleurs ici quelques points communs comme une héroïne possédant un étrange don, une demande en mariage qui a de quoi laisser perplexe, un voyage pour rencontrer le futur mari aux côtés d’un chaperon qui sort les crocs (ou plutôt ici du feu) en cas de besoin, un fiancé plus proche du rustre que du prince charmant…

Mais je vous rassure, nous ne sommes pas dans une pâle copie de l’une de mes séries préférées, Judith Bouilloc nous offrant une intrigue avec ses propres particularités et enjeux. Nous découvrons ainsi Iliade qui possède un fascinant don, celui de littéralement animer les livres. Cette arrache-mots très douée enchante donc les usagers de la bibliothèque où elle exerce sa profession de bibliothécaire. Passionnée de littérature, aucun autre métier n’aurait pu la rendre plus heureuse…

C’est donc avec tristesse, mais avec l’envie de s’éloigner de celui qui lui a brisé le cœur, qu’elle accepte d’aller à la Capitale pour en apprendre plus sur cette très inattendue demande en mariage d’un homme dont elle ne sait rien si ce n’est qu’il est lié à la famille royale. Un début qui ne laisse présager rien de bon d’autant que ce fiancé mystère ne semble pas pressé de se présenter à sa promise malgré son arrivée remarquée à la cour.

J’ai pris beaucoup de plaisir à voir se nouer la relation entre Iliade et son fiancé, ces deux personnages ayant, en début d’intrigue, quelques difficultés à se comprendre. Il faut dire que malgré son éloquence dans sa vie professionnelle, cet homme est bien moins loquace dans la vie de tous les jours… On apprend heureusement, aux côtés d’Iliade, à voir au-delà les apparences, et on se rend compte que derrière une certaine froideur se cache un homme attachant et d’une grande bonté.

Quant à Iliade, je l’ai simplement adorée ! Rat de bibliothèque qui a une légère tendance à vivre à travers ses livres, je n’ai pu que m’identifier à elle ou, du moins, me sentir très proche d’elle. Sensible et gentille sans être niaise, elle saura garder la tête froide face aux fastes de la cour et aux méchancetés dont elle ne manquera pas d’être victime. Et puis il faudra bien sa force de caractère pour faire vaciller les barrières d’un certain homme qui trouvera en elle bien plus qu’une arrache-mots.

La seule chose que j’ai un peu regrettée est que le talent d’Iliade ne soit pas plus exploité. Il lui sera utile pour affronter certaines situations, mais j’aurais aimé que cet aspect du roman soit bien plus développé. Or le roman étant assez court, l’autrice semble avoir préféré se focaliser sur la romance. Je dois avouer que, pour une fois, cela ne m’a pas dérangée outre mesure ayant trouvé les deux personnages attendrissants et plutôt mignons dans leurs interactions. Leur relation évolue assez rapidement ce qui ôte peut-être un peu au côté dramatique du livre, mais j’ai apprécié que le jeu du chat et de la souris ne s’éternise pas…

Quant à l’aspect politique du livre, il apporte un certain suspense, la monarchie en place semblant sur le point d’évoluer, ce qui ne plaira pas à tout le monde… Là où nous avons l’habitude de rois despotiques, l’autrice nous offre un roi humaniste aux tendances révolutionnaires qui suscite admiration et empathie chez les lecteurs, et des sentiments bien plus négatifs chez certains membres de la cour. Entre faux-semblants et complots, Iliade va d’ailleurs devoir faire attention de ne pas être prise en étau entre deux camps aux objectifs bien différents…

Autre atout charme de ce livre que j’ai dévoré, la plume tout en finesse et élégance de l’autrice. Bien que nous soyons dans un livre jeunesse, l’écriture est travaillée et plutôt lyrique tout en demeurant très accessible. Bercés par les mots de l’autrice et la facilité avec laquelle Iliade leur fait prendre vie, vous ne devriez donc pas voir les pages défiler. Vous devriez également vous émerveiller de la subtilité avec laquelle Judith Bouilloc insuffle son amour des livres à travers son héroïne. Par son intermédiaire, Flaubert, Victor Hugo, Baudelaire, La Fontaine et tant d’autres auteurs qui ont marqué le paysage de la littérature française, mais pas que, viendront ainsi enchanter de leur magnifique présence le récit.

En conclusion, en nous plongeant aux côtés de deux protagonistes que tout oppose dans un monde où le pouvoir des livres est source de changement et d’émerveillement, l’autrice nous offre une très jolie histoire d’amour teintée de mystère et de cette magie qui imprègne le cœur de chaque lecteur. Bien écrit et enchanteur, voici un roman que je recommande à tous les amoureux des mots, des livres et de l’amour.

Feuilletez l’ouvrage sur le site des éditions Hachette Romans.

 

Throwback Thursday Livresque #125 : imaginaire

J’ai décidé de participer à un nouveau rendez-vous autour du livre : le Throwback Thursday Livresque. Imaginé par Bettie Rose Books, le principe est de partager chaque semaine sa lecture autour d’un thème mensuel qui sera décliné chaque semaine. Depuis peu, les liens de participation sont à déposer sur My-books.


Difficile de ne sélectionner qu’un seul ouvrage parmi toutes les pépites que recèle la littérature de l’imaginaire, mais vous ayant déjà parlé d’Alice au pays des merveilles, du célèbre sorcier à lunettes et de La Passe-Miroir, mes incontournables en la matière, j’ai décidé de me tourner vers une trilogie fort sympathique : Le Paris des merveilles de Pierre Pevel.

Présentation éditeur : « À première vue, on se croirait dans le Paris de la Belle Époque. En y regardant de plus près, la tour Eiffel est en bois blanc, les sirènes ont investi la Seine, les farfadets, le bois de Vincennes, et une ligne de métro rejoint le pays des fées… Dans ce Paris des Merveilles, Louis Denizart Hippolyte Griffont, mage du Cercle Cyan, est chargé d’enquêter sur un trafic d’objets enchantés, lorsqu’il se retrouve impliqué dans une série de meurtres. Il lui faudra alors s’associer à Isabel de Saint-Gil, une fée renégate que le mage ne connaît que trop bien… « 

Je n’ai pas la chance de posséder l’une de ces deux superbes intégrales, mais les couvertures des tomes individuels sont également très belles…

Lorsque j’ai découvert cette trilogie, j’étais dans une période thriller ce qui explique que ce premier tome m’avait intéressée sans me captiver alors que presque trois ans après ma lecture, j’en garde un souvenir très positif. Avec du recul, je ne peux que reconnaître le superbe travail réalisé par l’auteur au niveau d’un univers qui reste très longtemps en mémoire tout comme ses personnages hauts en couleur qu’il réussit à rendre attachants et inoubliables. Cerise sur le gâteau, la série se bonifie tome après tome ! Il faudrait d’ailleurs que je programme une relecture…

Si cette série vous intéresse, je vous invite à découvrir mon avis sur les trois tomes : Les enchantements d’Ambremer, L’Élixir d’oubli et Le Royaume immobile.

Et vous, connaissez-vous cette trilogie ?
Qu’en avez-vous pensé ?

Challenge Le Printemps de l’Imaginaire francophone 2019

pt-logo-pif_0

Lisant beaucoup de littérature de l’imaginaire et d’auteurs francophones, je ne  pouvais que participer de nouveau au Challenge Le Printemps de l’Imaginaire francophone qui se tient du 1er mars au 1er juin 2019.

Ces trois mois seront donc l’occasion de mettre à l’honneur les livres de SFFF (Science-Fiction, Fantasy, Fantastique) d’auteurs francophones. Cela tombe bien puisque j’en ai un certain nombre dans ma PAL.

Pour valider le challenge, il vous suffit de lire un seul ouvrage, mais vous pouvez bien sûr, vous fixez un objectif plus ambitieux. Parmi les différents paliers proposés, j’ai choisi le plus élevé, Bibliothécaire céleste, consistant à lire 15 livres.

En plus d’être accessible à tous, ce challenge demeure très flexible puisque sont aussi bien autorisés les romans que les nouvelles ou les ouvrages graphiques, et ceci sous toutes leurs formes (papier, ebook, audio).

Pour pigmenter le challenge, 17 défis, des options et des jokers sont proposés. Je verrai au fur et à mesure de mes lectures les défis validés, mais j’ai choisi l’option Guerrier/Guerrière des mots : un livre = 1 défi.

Pour tous les détails, je vous invite à lire l’article de Monde Fantasy et à vous inscrire sur le groupe FB si vous avez envie d’échanger de manière conviviale autour de vos lectures.

Je ne reste jamais bien fidèle à mes PAL de départ, mais j’ai noté quelques lectures que j’aimerais bien faire dans le cadre du challenge :

Couverture PentacleCouverture Lys Striker, tome 1 : Piégée par le passé

Couverture Le Cycle des âmes déchues, tome 3 : Coeur de TénèbresCouverture Frères d'enchantement

Couverture Avalon, tome 1 : Les reines de BrocéliandeCouverture La Geste des braves, tome 1 : La Guerre des rois

Couverture De Terre et de Racines

Couverture La Citadelle des dragonsCouverture Le Cycle d'Ekysse, tome 1 : La Cité des Abysses

Couverture Blanche NeigeRésultat de recherche d'images pour "Cœur de menhir adrien"

Couverture Eden, tome 1: Le mirage de GemmaCouverture Anthea, tome 1 : Les mastels

Couverture Ninn, tome 1 : La ligne noireCouverture Odyssée (BD), tome 1 : La Malédiction des pierres noires

Couverture Les enfants d'Evernight (BD), tome 1 : De l'autre côté de la nuit

Et vous, participez-vous à ce challenge ?

L’évasion, Benoit Toccacieli

Couverture L'Evasion

Un grand merci à Benoit Toccacieli pour l’envoi de son roman, mais aussi pour sa très chouette dédicace.

20181207_145352

QUATRIÈME DE COUVERTURE

Dès qu’Alice ouvre un livre, les personnages qu’il contient prennent vie dans la réalité.
Pour son dixième anniversaire, ses parents lui offrent son premier roman policier. Au même moment, un mystérieux tueur en série commence à sévir. Quand Alice découvre ça, c’est la panique ! Elle décide alors de partir à sa recherche pour le neutraliser.
Pourra-t-elle compter sur Pompon, son chat qui rêve de conquérir le monde ? Comment réagiront ses parents, deux adultes enfermés dans leur quotidien ?

Auto-édité (23 juin 2018) – 183 pages – Broché (14€) – Ebook disponible (0.99€)

AVIS

Avec son aspect gaufré et son illustration pleine de mystère, la couverture attire tout de suite le regard. Mais plus que le soin apporté au travail éditorial, c’est bien le résumé qui m’a donné envie de parcourir ce livre qui, malgré sa relative petitesse, s’est révélé d’une très grande richesse au point de me donner envie, à chaque page ou presque, de noter des citations et autres extraits.

L’auteur, à travers l’histoire d’Alice, une petite fille qui a érigé la lecture en art de vivre et l’imagination en maître à penser, nous offre une réflexion, ou plutôt, de multiples réflexions sur des sujets divers et variés qui ne manqueront pas de parler à beaucoup de lecteurs. Au centre du récit, il y a d’abord cette question de l’éducation. Où se situe la frontière entre responsabilisation et laxisme ? Un sujet qui ne manquera pas de mettre à rude épreuve les nerfs de la mère d’Alice, Sophie, qui a peur de la place que prend l’imagination dans la vie de sa fille. Mais comment lui reprocher de trop lire et d’envahir chaque recoin de la maison avec ses livres quand la fillette se montre toujours aussi positive et volontaire ? D’un autre côté, laisser une enfant vivre en permanence dans un monde peuplé de livres et de personnages tout droit sortis de romans, est-ce vraiment souhaitable et raisonnable ? Un questionnement sur le besoin ou non de recadrer Alice qui n’est pas partagé par le père, Yann, trop obnubilé par son travail et un chef tyrannique, pour porter crédit aux angoisses de sa femme quant à l’avenir de leur fille. Une petite fille qui est d’ailleurs, de par sa maturité et sa bonne humeur, sa petite bouée d’oxygène.

Le roman, de manière très naturelle et avec beaucoup de justesse, aborde la question de la famille et de la relation dans un couple après l’arrivée d’un enfant mais aussi celle du travail et ses multiples problématiques : le besoin de (re)trouver un équilibre entre vie professionnelle et vie familiale, la nécessité de se retrouver soi-même et de mettre un peu de passion dans un quotidien qui laisse peu de place à l’épanouissement personnel, l’envie de trouver un sens à son travail… Des questions quasiment philosophiques viennent également étayer la lecture : le pouvoir créateur et destructeur de l’imagination, la tristesse qui vient ternir le cœur des adultes quand ceux-ci oublient d’imaginer et de rêver, la notion de méchanceté et ses vaporeux contours…

Alice, du haut de ses dix ans, a d’ailleurs une vision très particulière de la méchanceté qu’elle considère avec une certaine naïveté, mais paradoxalement, avec un certain bon sens. Cela la conduira néanmoins sur un chemin dangereux quand elle se mettra en tête d’arrêter un tueur d’enfants qu’elle est persuadée d’avoir libéré en égarant un livre policier offert par son père. C’est que pour Alice, livres et réalité sont intrinsèquement liés. Dans son imaginaire, chaque personne rencontrée est issue d’une histoire, et un livre ouvert peut être le début d’une nouvelle aventure pour les personnages qu’il renferme. Mais contrairement à un conte, dans la vraie vie, les méchants ne deviennent pas forcément gentils quand ils entrent en contact avec de bonnes personnes… Si on s’attendrit devant l’imagination de cette enfant et sa volonté, aux côtés de son chat Pompon, de sauver le monde, on tremble parfois un peu devant le danger qui la guette. Mais vous verrez qu’Alice a plus d’un tour dans son sac et que sa détermination à toute épreuve fait d’elle un adversaire redoutable. Les méchants n’ont qu’à bien se tenir !

De fil en aiguille, nous suivons donc avec plaisir et curiosité cette famille dont la vie est rythmée par les fantaisies d’une enfant à l’imagination fertile qui, sans le vouloir, chamboulera le quotidien de ses parents pour le meilleur et pour le pire. La traque de cet énigmatique tueur en série aura, en effet, des conséquences inattendues…

La plume de l’auteur est fluide et rythmée tout comme la cadence de ce récit marqué par l’alternance des points de vue entre Alice, sa mère, son père et, plus sporadiquement, Jacques Lenoir, le grand méchant (pas loup, mais ça pourrait). Le tueur n’intervient que très peu, mais ça m’a suffi pour apprécier la manière dont l’auteur a construit son personnage. Il nous propose en effet un méchant, un vrai, pas comme ceux des histoires pour enfants d’Alice qui deviennent gentils quand on leur en donne la chance. Mais malgré, ou grâce à sa misanthropie, le personnage n’est pas pour autant dénué d’un certain potentiel comique. Le prologue consacré au tueur, que je vous conseille de lire sur le site de l’auteur, m’a d’ailleurs énormément amusée au point de me donner envie de lire d’une traite le livre.

Seule petite déception, le rôle mineur de Pompon que j’aurais adoré voir un peu plus souvent, mais en grande amoureuse des chats, je ne suis pas très objective sur ce point…

Pour conclure, Benoit Toccacieli a réussi le tour de force de nous offrir, en moins de deux cents pages, un récit plaisant et facile à lire qui vous invite autant à la détente qu’à la réflexion. À l’issue de votre lecture, vous devriez regarder votre quotidien sous un autre jour, et avoir envie de laisser une place plus importante à l’imagination, au rêve et à l’émerveillement dans votre vie. Alors si vous avez envie d’évasion, ce roman est fait pour vous. Cerise sur le gâteau, une fois la dernière page tournée, point de frustration à l’idée de quitter tous ces personnages hauts en couleur, mais juste l’impatience d’imaginer leur futur comme l’auteur nous pousse à le faire en laissant, en fin d’ouvrage, quelques pages blanches à cet effet.

Et vous, envie de découvrir le roman ?
Commandez-le chez votre libraire ou sur Internet.

https://lightandsmell.files.wordpress.com/2018/12/bff13-Je2Bvide2Bma2Bbibliotheque.jpg?w=773&h=147

Throwback Thursday Livresque #102 : Fantasy, fantastique, magie, SF, irréel, incroyable, miracle, au delà, anges et créatures…

Print

J’ai décidé de participer à un nouveau rendez-vous autour du livre : le Throwback Thursday Livresque. Organisé par Bettie Rose Books, le principe est de partager chaque semaine sa lecture autour d’un thème qu’elle aura au préalable défini.


Thème de la semaine : Fantasy, fantastique, magie, SF, irréel, incroyable, miracle, au delà, anges et créatures…

Aimant beaucoup la littérature de l’imaginaire, la difficulté n’a pas été de vous présenter un livre, mais de n’en sélectionner qu’un. J’ai tout de suite pensé à La Passe-Miroir de Christelle Dabos dont j’attends avec impatience la parution du dernier tome, mais ayant déjà joué cette carte, j’ai opté pour un roman que j’ai également beaucoup aimé : Le passageur : Le coq et l’enfant d’Andoryss. 

Couverture Le passageur, tome 1 : Le coq et l'enfant

Matéo n’aurait jamais dû hériter du don de sa mère.
Il n’aurait jamais dû entendre les pleurs des fantômes.
Désormais, il n’a d’autre choix qu’accepter son héritage… ou sombrer dans la folie !
C’est au temps de la Commune, au milieu des horreurs de la semaine sanglante, qu’il débute son apprentissage…
Matéo Soler sait que les fantômes existent. Il le sait parce que sa mère en a aidé des dizaines à trouver le repos, jusqu’à ce qu’elle-même meure, des années auparavant. Ce que le jeune garçon ne pouvait pas deviner, par contre, c’est qu’il hériterait de son pouvoir. Devenu Passageur à son tour, le voilà contraint de lutter contre un trushal odji, une âme affamée. Pour s’en libérer, Matéo n’a d’autre choix que de rejoindre l’âme dans son époque d’origine afin d’y apaiser sa mort. Mais alors qu’il est propulsé au temps de la Commune et au milieu des horreurs de la semaine sanglante, il comprend que sa tâche ne sera pas si facile…

Pourquoi ce choix ?

L’ayant noté 18/20 sur Livraddict, ce roman m’a indéniablement plu et fait passer un très bon moment de lecture. Il faut dire qu’Andoryss a su capter mon attention dès les premières pages à travers une écriture fluide et immersive, et un personnage pour lequel on se prend vite d’affection.

Le Passageur fait partie de ces séries que je vous recommande si vous aimez les histoires fantastiques, teintées d’horreur (mais rien de bien méchant), qui vous font voyager entre présent et passé, entre fantastique et réalité historique.  L’autrice nous transporte, en effet, au temps de la Commune, une période sanglante de notre histoire qui me semble peu abordée en littérature. Cerise sur le gâteau, le travail éditorial des éditions Lynks est, comme à chaque fois, sublime : effet gaufré, dorure, mise en page aérée…

J’attends donc avec impatience la sortie du deuxième tome sur lequel l’autrice est en train de travailler. En attendant, si vous souhaitez en apprendre un peu plus sur ce premier tome, je vous invite à lire ma chronique dont voici la conclusion :

Ayant craqué sur la couverture et le résumé, j’avais de grandes attentes pour ce roman et je dois dire qu’elles ont été plus que comblées. En nous proposant un personnage attachant autour duquel plane une aura de danger et en veillant à nous offrir un récit mené tambour battant, l’auteure captive le lecteur dès les premières pages. Si on ajoute à cela un style d’une grande finesse et une capacité à construire une histoire riche et complexe dont les fils se dévoilent progressivement sous nos yeux, on obtient un roman captivant dont il est bien difficile de se détacher.

 

Et vous, le roman vous tente-t-il ?