Throwback Thursday livresque #206 : e comme…

J’ai décidé de participer à un nouveau rendez-vous autour du livre : le Throwback Thursday Livresque. Imaginé par Bettie Rose Books, le principe est de partager chaque semaine sa lecture autour d’un thème mensuel qui sera décliné chaque semaine. Depuis peu, les liens de participation sont à déposer sur My-books.


Pour le thème de la semaine E comme, j’ai décidé de vous parler d’un roman épistolaire qui m’avait beaucoup plu : Il n’est jamais trop tard d’Anne Youngson. La couverture en elle-même me semble d’ailleurs pas mal correspondre à ce thème.

Couverture Il n'est jamais trop tard

 

Rien de tel qu’un parfait inconnu pour se révéler à soi-même. Lorsque Tina Hopgood écrit une lettre depuis sa ferme anglaise à un homme qu’elle n’a jamais rencontré, elle ne s’attend pas à recevoir de réponse. Et quand Anders Larsen, conservateur solitaire d’un musée de Copenhague, lui renvoie une missive, il n’ose pas espérer poursuivre les échanges. Ils ne le savent pas encore, mais ils sont tous deux en quête de quelque chose.
Anders a perdu sa femme, ses espoirs et ses rêves d’avenir. Tina se sent coincée dans son mariage. Leur correspondance s’épanouit au fur et à mesure qu’ils s’apprivoisent au travers de leurs histoires personnelles : des joies, des angoisses, toutes sortes de découvertes. Quand les lettres de Tina cessent soudainement, Anders est plongé dans le désespoir. Leur amitié inattendue peut-elle survivre ? Un premier roman plein de grâce et de fantaisie.


Dans ce roman, on suit les échanges de lettres entre Tina, qui, de sa campagne anglaise, subit une vie familiale et maritale ne lui convenant guère, et un conservateur de musée de Copenhague. Deux pays, deux vies totalement différentes, mais pourtant une belle et tendre amitié qui leur permettra d’aborder en toute confiance de nombreux sujets et de réfléchir à leur vie.

Pour en apprendre plus, voici la conclusion de mon avis sur Il n’est jamais trop tard :

Porté par deux êtres que tout oppose mais qui vont nouer, grâce à un concours de circonstances, de profonds et solides liens, ce roman aborde avec sensibilité et justesse des thèmes forts et universels : l’amitié, la famille, le deuil, le bonheur, le sens de la vie, et cette question du temps qui passe… Ayant été séduite autant par le fond que la forme, je ne peux que vous conseiller de vous laisser séduire par cette histoire qui nous offre un très beau message d’espoir quant à l’avenir, Tina et Anders nous prouvant qu‘il n’est jamais trop tard pour arrêter la course du temps et construire une vie qui nous ressemble !

Et vous, connaissez-vous ce livre ?
Vous tente-t-il ?