Ivy Wilde, tome 3 : S.O.S. fantômes en détresse, Helen Harper

Couverture Ivy Wilde, tome 3 : S.O.S. fantômes en détresse

Si quelqu’un peut comprendre ce que reposer en paix veut dire, c’est bien Ivy. Enfin, « se » reposer en paix, en tout cas.

Tout juste remise sur pied après son affrontement macabre avec un nécromancien, Ivy est de nouveau plongée dans un monde de mystère, d’aventure, et de désastre imminent. C’est pas de sa faute : apparemment, elle est désormais la seule personne au monde à pouvoir communiquer avec les morts. Et malheureusement pour elle, ils ont la langue bien pendue et une grosse liste de réclamations.

Quand, en échange de son aide, les fantômes lui apprennent qu’un tueur en série assassine discrètement des sorcières, Ivy ne peut pas rester sans rien faire. Elle risque cependant de s’attirer plus d’ennuis qu’elle ne l’imagine… et c’est sans parler du dîner en costard prévu chez les parents de Winter…

AVIS

Avis Tome 1 : Quand fainéantise rythme avec magie – Avis tome 2 : Meurtre, magie et télé-réalité

Je râle souvent contre les séries de bit-lit et d’urban fantasy à rallonge, mais je n’aurais pas été contre quelques tomes supplémentaires, adorant Ivy Wilde et sa fausse fainéantise. Mais puisque toutes les bonnes choses ont une fin, je me suis plongée avec plaisir dans cet ultime tome, en me faisant la promesse de ne pas attendre trop longtemps pour lire la nouvelle bonus.

Si j’ai apprécié ce tome, j’ai peut-être été un peu déçue de son côté très classique et presque trop sage par rapport à un deuxième tome, dont la tension montait crescendo jusqu’à se faire suffocante. Ici, alors que l’autrice évoque un tueur en série de sorcières particulièrement calculateur et sans cœur, je n’ai jamais ressenti d’angoisse particulière ni cette peur viscérale qu’il arrive quelque malheurs aux personnages. J’ai néanmoins suivi avec intérêt l’enquête d’Ivy et de Raphaël sur les traces de ce meurtrier qui voue une haine féroce aux sorcières, des êtres qu’il accuse de tous les maux et qu’il traque méthodiquement et avec un certain machiavélisme, voire professionnalisme. Vous verrez, en effet, qu’il a pensé à tout et qu’il ne laisse aucune place au hasard !

Bien que l’enquête reste très classique dans son fond, elle a au moins le mérite de permettre à Ivy d’exploiter son nouveau talent : la communication avec les morts ! Un petit effet secondaire de sa rencontre avec un jeune nécromancien dans le tome précédent. Des fantômes, en veux-tu en voilà pourrait être le nouveau crédo de la pauvre Ivy qui doit entendre sans relâcher leurs jérémiades et se faire houspiller de manière plus ou moins véhémente. Mais vous connaissez Ivy maintenant, une fois le choc passé face à ses nouvelles capacités, elle reprend du poil de la bête et fait ce qu’elle sait faire de mieux, remettre à leur place les impudents. Cela ne l’empêchera pas de les aider quand elle le peut, notre sorcière ayant un bon cœur. Pour ma part, j’ai beaucoup apprécié le fantôme d’une jeune fille qui a vu son cercle de sorciers décimé et celui de l’Ipsimus qui a permis à l’Ordre d’être l’organisation que nous connaissons. Autoritaire, méprisant et colérique, au fil des pages, on finit néanmoins par s’attacher à cette figure de l’Ordre que j’aurais adorée voir un peu plus…

Ce tome, mené tambour battant, ne manque pas d’action, mais il permet également de constater l’évolution de la relation entre Raphaël et Ivy qui sont plus proches, complices et complémentaires que jamais. Si l’efficacité du duo sur le plan professionnel ne fait aucun doute, on apprécie également de voir à quel point, ils forment un beau couple au quotidien. On s’amusera, en outre, de l’influence qu’ils ont l’un sur l’autre : grâce à Ivy, notre sorcier a appris la flexibilité, la diplomatie et la nécessité de savoir parfois transgresser les règles, et grâce à Raphaël, Ivy a gagné un certain sens des responsabilités et une relative tempérance. Mais ce qui fait le charme de nos amoureux, c’est aussi la manière dont ils continuent à se taquiner et à se moquer gentiment des défauts de l’autre qu’ils acceptent sans réserve. Helen Harper nous brosse donc le portrait d’un couple amoureux ayant su développer une relation touchante et saine, ce qui n’est pas si courant…

Bien que la série soit terminée, j’ai le sentiment qu’il y a encore matière à faire vivre d’autres (més)aventures à Ivy, d’autant qu’un grand changement s’annonce autour d’elle. Alors si je n’ai pas vu de communication autour d’une reprise de la série, j’en serais ravie même si je ne suis pas certaine que Brutus, notre félin au vocabulaire peu châtié, soit d’accord pour qu’on vienne de nouveau interrompre ces sacro-saintes siestes ! Après tout, s’il a choisi d’être le familier d’Ivy, c’est bien pour une raison : sa supposée fainéantise…

En conclusion, bien que cette conclusion manque peut-être un peu de flamboyance, elle n’en demeure pas moins fidèle à ce qui fait le charme de la série : de l’humour, des personnages attachants, de l’amour, beaucoup d’action, de la magie et des tas d’ennuis ! Si vous en quête d’un roman qui vous fera sourire et passer quelques heures de divertissement sans prise de tête, Ivy Wilde devrait vous plaire.

109 rue des soupirs : Fantômes sur le grill (tome 2) , Mr Tan et Yomgui Dumont (illustrations)

Couverture 109, rue des Soupirs, tome 2 : Fantômes sur le grill

À défaut de pouvoir profiter de ses parents toujours absents, Elliot passe du temps avec sa nouvelle famille, les fantômes Eva, Angus, Amédée et Walter.
Cette fois, un redoutable inspecteur du CRI (Commission des Revenants Inadaptés) débarque au 109 pour contrôler que la maison est correctement hantée… Ce qui n’est pas tout à fait le cas, étant donné la bienveillance des fantômes envers Elliot. Ceux-ci vont devoir redoubler d’imagination pour faire croire à l’inspecteur qu’ils sont terrifiants : pièges, tortures et hurlements à tous les étages.
C’est sans compter le retour de la chasseuse Ulrika Von Paprika… Comment faire peur et être discrets à la fois ?!

Une nouvelle histoire à mourir… de rire !

Casterman (3 juin 2020) – 128 pages – 10,90€

AVIS

Fantômes sur le grill s’inscrit exactement dans la même lignée que le premier tome, Fantômes à domicile, que j’avais adoré : des fantômes, de l’humour à la pelle, de la bonne humeur à gogo, de l’action, des péripéties, le tout dans une belle ambiance gothique qui passe, entre autres, par les dessins de Yomgui Dumont. Des dessins toujours aussi dynamiques et d’une rondeur bon enfant qui souligne le côté amusant de l’histoire et de ses personnages hauts en couleur.

Quel plaisir de retrouver Elliot et sa bande de joyeux lurons fantomatiques : Walter, le cowboy rentre-dedans, Angus, le poète avec un talent tout relatif, Eva, la cantatrice mère poule et Amédée, l’adolescente du groupe. Des personnalités très variées pour des échanges pleins de piquant et quelques chamailleries qui ne remettent néanmoins jamais en question la force des liens qui unissent ces fantômes terriblement amusants et attachants. Des fantômes au bon cœur qui servent un peu de famille à Elliot, un petit garçon complètement délaissé par ses parents qui se montrent plus intéressés par le travail que par leur fils…

On peut donc comprendre que nos personnages sont sur le pied de guerre quand une menace, si ce n’est une double menace, vient mettre en péril leur cohabitation. Ils doivent ainsi faire face au retour d’une célèbre chasseuse de fantômes bien décidée à prouver que la maison d’Elliot est hantée, et l’arrivée impromptue d’un inspecteur de la Commission des Revenants Inadaptés, qui a le pouvoir de chasser nos fantômes de la maison. Une situation complexe à gérer pour nos héros qui vont devoir faire preuve de débrouillardise et d’inventivité. C’est que, voyez-vous, il est hors de question que quelqu’un, qu’il soit vivant ou mort, vienne troubler la vie au 109 rue des soupirs ! Du moins, pas plus qu’elle ne l’est déjà…

Avec beaucoup d’humour et une joie toute communicative, l’auteur nous offre une histoire truculente à souhait, alternant entre les dangers, les péripéties, les moments de tendresse, les bons jeux de mots et les allusions détournées au monde des vivants. Il en résulte une aventure diablement savoureuse qu’on lit d’une traite, le sourire aux lèvres. Cette série jeunesse à l’ambiance délicieusement gothique est d’ailleurs l’une de mes préférées. On s’amuse, on houspille les méchants, on s’enthousiasme auprès de nos personnages de leurs plans, on croise les doigts pour que tout finisse bien et on referme l’ouvrage avec, en tête, un tonitruant : vivement la suite !

Pour ma part, en plus des gags et de l’ingéniosité avec laquelle nos héros gèrent la situation, j’ai adoré la révélation faite en fin de livre sur notre groupe de fantômes, car elle laisse entrevoir encore de beaux moments d’émotions et de complicité. La fin offre également une jolie morale sur la notion de famille, qui ne se limite pas aux liens du sang, et sur l’importance de laisser chacun choisir la vie dont il souhaite/rêve. Attendez-vous, en outre, à une petite surprise qui aura des conséquences sur la suite de la série. J’ai hâte de découvrir la manière dont cela va faire évoluer la dynamique entre les personnages.

Mon seul petit regret est, peut-être, le côté caricatural de notre chasseuse de fantômes même si, au regard de la cible de la BD, cela ne s’avère pas gênant. Et puis, pas besoin de connaître sa personnalité en détail pour comprendre qu’elle n’est guère sympathique. D’ailleurs, on notera l’excellent travail de l’illustrateur qui arrive à faire transparaître toute sa vilenie sur son visage.

En conclusion, que vous rêviez ou non d’habiter une maison hantée, n’hésitez pas à pousser les portes du 109 rue des soupirs. Rires, doux frissons et bonne ambiance garantis ! Mais n’escomptez pas vous arrêter trop longtemps, la maison est dorénavant au complet !

Yumi, Véronique Charrière

Yumi

PRÉSENTATION ÉDITEUR

Yumi, jeune japonaise de quatorze ans, vient passer dix jours chez son correspondant écossais, Alistair. Passionnée par l’histoire de cette partie de l’Europe, elle veut profiter de son séjour au maximum…

Évidence Éditions (16 décembre 2017) – 64 pages – Ebook (3,99€) – Poche (10€)
Adapté aux lecteurs dyslexiques

AVIS

C’est sa couverture avec sa connotation livre d’horreur qui m’a donné envie de découvrir Yumi de Véronique Charrière, une envie satisfaite grâce à Évidence Éditions qui m’en a fait parvenir un exemplaire numérique dans le cadre de notre partenariat.

J’ai passé un très bon moment aux côtés de personnages plutôt attachants. Nous faisons ainsi la connaissance de Yumi, une jeune Japonaise venue passer une dizaine de jours dans la famille de son correspondant écossais, Alistair. Très bien accueillie par les parents de ce dernier ainsi que par sa petite sœur, Maura, la jeune fille profite de ce séjour en Europe pour faire le plein de beaux souvenirs. Au programme, des visites de châteaux, un peu d’histoire écossaise et des sensations fortes !

C’est que le problème qui occupait son esprit au Japon semble l’avoir suivie en Écosse pour son plus grand désarroi. Mais elle va heureusement pouvoir compter sur l’aide de ses nouveaux amis pour faire face à la situation…

Le roman est court et m’a donc, en tant qu’adulte, un peu frustrée, mais j’ai adoré faire un peu de tourisme dans un pays que j’aimerais beaucoup visiter notamment pour ses châteaux et ses légendes. Des légendes qui ne sont pas sans rappeler, dans une certaine mesure, un mythe japonais que je connaissais déjà, mais que j’ai pris plaisir à retrouver ici. La manière dont l’autrice arrive, par le biais du surnaturel, à faire le lien entre Écosse et Japon se révèle fort intéressante et originale.

J’ai, en outre, apprécié l’amitié et la complicité entre les trois jeunes personnages qui vont travailler main dans la main pour affronter les dangers sans jamais hésiter à prendre des risques pour s’entraider. Le genre de belle amitié interculturelle qui devrait plaire à tous les lecteurs tout comme la jolie relation fraternelle entre Alistair et Maura qui ont également la chance d’avoir des parents attentifs et aimants.

L’ouvrage étant court, les événements s’enchaînent rapidement, ce qui ne permet pas à l’autrice de nous offrir de longues phases de description, mais cela ne nuit en rien à l’immersion dans cette Écosse du surnaturel qui, pour ma part, me fascine. Cette histoire devrait d’ailleurs procurer de légers frissons aux lecteurs les plus jeunes et/ou les plus impressionnables, et offrir un beau moment d’évasion aux autres…

À noter qu’en plus du côté fantastique, l’autrice fait une brève, mais intéressante incursion, du côté d’un autre genre que je vous laisserai bien sûr le plaisir de découvrir. Cela apporte un certain charme à l’intrigue et intensifie sans aucun doute le sentiment de danger et d’urgence que l’on peut ressentir durant la lecture.

Entre tourisme, amitié et phénomènes surnaturels, Yumi est une lecture divertissante que je ne peux que vous conseiller si vous aimez l’Écosse, les histoires de fantômes et les belles rencontres.

Retrouvez le roman sur le site d’Évidence Éditions.

Premières lignes #44 : Le passageur, Le coq et l’enfant d’Andoryss

Premi!èr-1

J’ai décidé de participer au rendez-vous Premières lignes, initié par Ma lecturothèque, dont le principe est de citer, chaque semaine, les premières lignes d’un livre.


Matéo n’aurait jamais dû hériter du don de sa mère.
Il n’aurait jamais dû entendre les pleurs des fantômes.
Désormais, il n’a d’autre choix qu’accepter son héritage… ou sombrer dans la folie !

C’est au temps de la Commune, au milieu des horreurs de la semaine sanglante, qu’il débute son apprentissage…

Matéo Soler sait que les fantômes existent. Il le sait parce que sa mère en a aidé des dizaines à trouver le repos, jusqu’à ce qu’elle-même meure, des années auparavant. Ce que le jeune garçon ne pouvait pas deviner, par contre, c’est qu’il hériterait de son pouvoir. Devenu Passageur à son tour, le voilà contraint de lutter contre un trushal odji, une âme affamée. Pour s’en libérer, Matéo n’a d’autre choix que de rejoindre l’âme dans son époque d’origine afin d’y apaiser sa mort. Mais alors qu’il est propulsé au temps de la Commune et au milieu des horreurs de la semaine sanglante, il comprend que sa tâche ne sera pas si facile…

PREMIÈRES LIGNES

Je n’ai jamais vu la mer et pourtant, lorsque j’ouvre les yeux, elle est devant moi. C’est l’aube, ou le crépuscule, impossible à savoir. Le soleil est bas à l’horizon et tout est teinté de violet, de parme et de rouge profond. Des couleurs incroyables, un ciel plein de relief et de lumière. Les vagues roulent sur le sable, et le vent nous apporte le parfum du sel. Je respire à pleins poumons, comme je ne respire jamais dans la vraie vie, pas depuis la maladie. J’ai l’impression de sentir l’odeur de l’air pour la première fois. Les vent est enfin un allié.

Maman est assise près de moi sur les dunes. Elle serre ses bras contre elle, enroulée dans son châle rouge à franges. Ses cheveux sont noués dans une tresse lâche et ils ont la même couleur cuivrée que les herbes qui nous entourent. Ses yeux, que je sais pourtant bleu pâle, ont l’intensité de l’or fondu. Je suis heureux de la voir, mais elle ne me regarde pas. Elle observe l’horizon et sourit. Ça me donne envie de sourire aussi et pourtant, je n’y arrive pas.

Et vous, ces premières lignes vous donnent envie de lire le roman ?

Les blogueurs et blogueuses qui y participent aussi :

La Chambre rose et noire
Songes d’une Walkyrie
Au baz’art des mots
Chronicroqueuse de livres
Les livres de Rose
Les livres de George
La couleur des mots
La Booktillaise
Café littéraire gourmand
Lectrice assidue en devenir
Au détour d’un livre
Lady Butterfly & Co
Le monde enchanté de mes lectures
Cœur d’encre
Les tribulations de Coco
Bettie Rose Books
La vie page à page…
Les livres de Noémie
La Voleuse de Marque-pages
Le Monde de Callistta
Kaly Bizoux
Le chemin des livres
Vie quotidienne de Flaure
Les mots de Junko
Sheona & books
Ladiescolocblog
A Blue Feather Blog
Ma petite médiathèque
Hubris Libris
Le temps de la lecture
Libris Revelio
I believe in pixie dust
Selene raconte
Les lectures d’Angélique
Aliehobbies
Pousse de gingko
Prête-moi ta plume