Éléonore et les Démagicatrices, Loreleï Plume

Couverture Éléonore et les démagicatrices

À la mort de sa grand-mère, Éléonore, une jeune fille de dix-huit ans, découvre une boite qui change sa vie à jamais : une démagicatrice.
Celle-ci l’entraine dans un monde magique totalement inconnu, régi par une reine despotique.
Accueillie par une famille de sorciers qui l’aide à développer ses pouvoirs, elle se lie d’amitié avec Axel, Jérémy et Topaze.
Tout bascule lorsque Opale, la sœur de ce dernier, disparait mystérieusement.Qui a pu enlever cette jeune femme au-dessus de tout soupçon ? Pourquoi ?
À quatre, ils décident de mener l’enquête qui les entrainera dans les confins du royaume sorcier.

Auto-édition – (29 août 2020) – 402 pages – Papier (17€) – Ebook (5,99€)
Couverture : Christophe Ribbe Schrib

AVIS

Parce que je ne résiste jamais à une belle couverture et que le titre a tout de suite attiré mon attention, je me suis lancée avec grande curiosité dans ce roman qui m’a fait passer un moment de lecture des plus dépaysants. En effet, l’autrice a réalisé un travail absolument colossal et incroyable sur la construction de son univers qui m’a fait penser à Harry Potter. Pas dans son essence, bien que monde réel et monde des sorciers se côtoient également, mais plus dans cette impression que le monde qui se déploie sous nos yeux est bien réel. Loreleï Plume n’a ainsi rien laissé au hasard, son univers ayant été pensé avec soin dans ses moindres détails. De son histoire, à ses règles sociétales, en passant par ses spécificités, tout sonne vrai, réaliste et réalisable alors même que l’on parle magie, fées et sorcellerie !

Dans le monde des sorciers, on peut voyager à bord d’un coussin volant, bien que ce ne soit définitivement pas le moyen de locomotion le plus sûr, les cirques n’ont pas besoin d’animaux en chair et en os pour vous offrir des spectacles à vous couper le souffle, tenter de faire le ménage au moyen de son esprit dans une esthétique très Disney à portée de main pour certains, créer une bulle protectrice, un jeu d’enfant pour d’autres… En d’autres termes, vous en prenez plein les yeux à la moindre occasion sans pour autant ne jamais douter de l’existence de ce monde que vous ne pourrez que rêver d’explorer, du moins pour quelques heures ou quelques jours.

Car si ce monde magique est formidable pour les plus nantis et les voyageurs temporaires, c’est surtout un monde cruel dans lequel la royauté tient son peuple d’une main ferme et autoritaire, n’hésitant pas à exploiter les plus pauvres et à les faire vivre dans un climat de peur constant. Et c’est dans ce monde injuste et menaçant qu’Éléonore et Axel vont être brutalement plongés ! Après le décès de sa grand-mère, Eléanore va, en effet, découvrir que, pour la protéger, cette dernière lui avait caché la vérité sur sa nature et son héritage familial. Elle se pensait normale, elle se découvre sorcière et la reine légitime d’un royaume gangréné par la dictature. Si son identité est une réelle surprise pour elle, elle la met surtout en danger de mort... Prudent ou pas, la voilà donc contrainte de quitter sa vie d’humaine pour embrasser son destin. Elle pourra heureusement compter sur Axel, un protecteur, pour l’accompagner dans ce monde des sorciers aussi menaçant qu’attirant et excitant. 

Si le départ est précipité, le duo possède de précieux alliés sur place : les membres d’une famille soudée que l’on prend plaisir à découvrir et pour laquelle on se prend vite d’affection. Les journées, puis les mois passent donc entre découverte d’un monde dont Eléanore et Axel doivent s’approprier l’Histoire et les codes sociaux et sessions d’entraînement pour apprendre à maîtriser leur pouvoir respectif. Mais, entre la peur de la jeune fille d’être démasquée et la disparition d’un membre de la famille, les choses se compliquent et obligeront les différents protagonistes à prendre des chemins différents avant, peut-être, de mieux se retrouver. Comme avec La septième fée, j’ai été surprise que l’autrice choisisse de séparer le groupe, mais je concède que le choix est judicieux et permet moult rebondissements, entre scènes d’action, enquête policière, suspense, danger, mystère et tension !

On suit donc alternativement les différents personnages et l’on tremble pour eux, car ils vont devoir affronter des situations périlleuses qui ne les laisseront pas indemnes et qui les feront tous évoluer. Si l’autrice prend le temps de poser son intrigue, créant peut-être un sentiment de langueur dans la première partie du roman, les choses s’accélèrent jusqu’à atteindre un point de tension extrême dont l’issue m’a surprise et quelque peu choquée, mais dans le bon sens du terme. Avec la couverture, je m’étais attendue à une histoire gentillette, mais si vous pouvez vous attendre à de jolis moments de tendre amitié et de belle complicité, il y a aussi de la violence et des scènes assez difficiles, dont l’une qui m’a terriblement peinée. Bravo donc à l’autrice d’avoir osé emprunter des chemins inattendus qui apportent une certaine complexité et noirceur à une intrigue dont la magie nous enchante, mais dont la vérité sociétale nous dégoûte. Corruption, violence policière, misère, travail forcé, injustice, stigmatisation, complot… Sorciers et humains ne sont peut-être pas aussi différents que cela en fin de compte…

La situation sociale, humaine et politique du monde des sorciers nous révolte, mais elle convient parfaitement à la reine en place qui s’est assurée de la soumission de ses sujets. Elle ne voit donc pas d’un très bon œil l’arrivée d’une rivale, a fortiori désignée par la magie elle-même. Prête à tout pour conserver sa place et son pouvoir, elle s’engage alors dans une lutte sans merci, où tous les coups sont permis, mais Eléanore est-elle en mesure de faire face au danger ? Arrivera-t-elle à faire taire ses doutes afin de s’approprier cette place de reine qui lui revient de droit ? Pour le savoir, il vous faudra lire le roman, mais ce qui est certain, c’est que la jeune fille évolue grandement et gagne en maturité. Il faut dire qu’en quelques mois, elle a découvert la magie, l’amitié, le sentiment d’appartenance, l’excitation de la découverte, mais elle a aussi dû affronter la peur, la douleur et la trahison. Tout autant d’expériences qui l’ont rendue plus forte en même temps que très consciente de ce que son statut de reine légitime implique autant pour elle que pour ses amis et sa famille de cœur.

Quant à ses amis, ils ont également dû consentir à des sacrifices, certains très lourds, et pour se protéger et pour protéger Eléanore, seule capable de rétablir la lumière dans un royaume plongé dans les ténèbres. Parmi les différents protagonistes, j’ai été plus particulièrement touchée par Jérémy qui, en décidant d’aider la jeune fille, a pris une décision courageuse : celle de quitter une famille maltraitante qui ne pensait qu’à l’exploiter afin de faire tourner l’affaire familiale. Alors que son pouvoir est, dans son monde, déconsidéré, il se révélera un atout majeur pour l’enquête dans laquelle il se lance… Si j’ai développé au fil des pages mes préférences, chaque personnage semble avoir un rôle important à jouer, nous donnant l’impression que comme avec l’univers, l’autrice a pris le temps de bien penser en amont sa galerie de personnages, et la manière de faire converger les histoires et péripéties de chacun.

Autre atout de ce roman, l’écriture de Loreleï Plume qui se révèle aussi fluide qu’agréable. Le choix des mots semble étudié avec attention et le soin apporté aux détails rend le roman particulièrement immersif. Je pense néanmoins que les lecteurs habitués aux textes qui vont droit au but pourront être un peu décontenancés par la manière dont l’autrice prend le temps de développer le contexte, les décors et les différentes actions. Pour ma part, loin de me gêner, cela a nettement contribué au plaisir que j’ai pris à me plonger dans ce roman que je conseillerais à tous les lecteurs ayant envie de découvrir un monde magique particulièrement bien pensé, dont le côté enchanteur ne doit pas faire oublier la noirceur et la complexité.

Magie, amitié et action pour une intrigue aux différentes ramifications, dont l’issue est incertaine, mais la tension constante et l’héroïne incandescente !

Je remercie l’autrice de m’avoir envoyé son roman en échange de mon avis.