The Music Book TAG

À l’occasion de la Fête de la musique, j’ai eu envie de répondre à un TAG faisant référence à la musique. Après une petite recherche, je suis tombée sur The Music Book TAG proposé par Bookchanted. J’ai traduit les différentes catégories, mais n’étant pas bilingue et ayant fait au plus simple, n’hésitez pas à proposer votre propre traduction si vous reprenez ce TAG.


Lire la suite

Les jeux du Japon, Jean-Manuel Mascort

Découvrez le Japon avec ses jeux traditionnels ! Une présentation richement illustrée, avec règles et histoire, de plus de trente jeux : jeux de cartes, jeux de plateau, jeux d’enfants et jeux d’adresse.

De la toupie de combat pour enfants à la subtilité du jeu de Go, de la poésie des cartes Hanafuda à la technicité du Kendama, ce livre vous emmène à la rencontre des richesses ludiques de ce pays, avec la description de trente-cinq jeux et d’une présentation de ceux apparaissant dans les mangas.

Le Comptoir des Jeux – 109 pages – relié – 14,90€

Lire la suite

Top Ten Tuesday #215 : 10 couvertures qui correspondent à votre continent, selon sa couleur (Jaune = Europe)

566856438

« Le Top Ten Tuesday est un rendez-vous hebdomadaire dans lequel on liste notre top 10 selon le thème littéraire prédéfini. Ce rendez-vous a initialement été créé par The Broke and the Bookish et est repris en français sur le blog Frogzine. »
Lire la suite

Une histoire de genres : Guide pour comprendre et défendre les transidentités, Lexie

Une histoire de genres par Lexie

À l’heure où les questions de genre et d’identité sont de plus en plus présentes dans l’espace public, voici un guide qui déconstruit tous les préjugés, les abus de langage, les non-sens liés aux transidentités, afin de mieux les comprendre et de donner les armes pour s’en émanciper. Car si être trans est une histoire de rapport de soi à soi, de prise de conscience individuelle, c’est aussi un rapport à des normes et constructions sociales, culturelles et historiques.

Véritable prolongement du compte Instagram sur lequel Lexie s’emploie avec patience et grande rigueur à éduquer sur les questions de genre, ce livre est une vraie boussole et un outil d’empowerment pour les personnes trans qui sont souvent isolées, moquées, stigmatisées et font l’objet de violences extrêmes ; mais aussi pour les non trans, concernés ou non, car au-delà des transidentités, c’est sa propre place dans la société et le traitement des différences qu’il s’agit de questionner.

Marabout (10 février 2021) – 224 pages – 19,90€

AVIS

Tout d’abord, je dois souligner la très grande justesse du titre qui résume à merveille à ce que vous retrouverez dans cet ouvrage : un guide pour comprendre et défendre les transidentités. Deux points fondamentaux pour permettre à la communauté trans d’être visible dans l’espace public, politique et social, et pour permettre à toutes les personnes trans de vivre en toute sécurité sans devoir craindre la stigmatisation, les menaces, les violences physiques et morales… Et à la lecture de cet ouvrage, on ne peut qu’en déduire que le chemin est encore long pour en arriver là. Car en plus de souffrir d’un cruel manque de représentation, les personnes trans doivent faire face à des situations intolérables que ce soit dans la sphère publique, privée ou familiale. À cet égard, la partie concernant les exemples de violences sociétales, médicales et administratives subies par des personnes trans est édifiante et certains propos, notamment de parents vis-à-vis de leur propre enfant, d’une violence inouïe.

Et pourtant, si l’autrice pose clairement un cadre qui a de quoi faire frémir, le ton n’est jamais alarmiste :  elle dénonce des faits difficiles, tout en rappelant que cette violence directe ou indirecte n’est pas la réalité de toutes les personnes trans. Les situations sont diverses, chacun.e ayant sa propre expérience de vie, d’autant que la communauté trans est plurielle et bien plus variée que l’on aurait tendance à le croire quand on est peu informé. On découvre également dans cet ouvrage l’importance du tissu associatif et communautaire. Et si en France, il y a une réelle peur du communautarisme, on se rend compte ici que plus qu’une source de dissension, c’est un espace de libre écoute et d’échange important et nécessaire pour des personnes dont la parole est bien souvent remise en question, et qui souffrent d’un manque évident de représentation.

J’avais un peu peur de ne pas arriver à tout suivre et d’être noyée sous un jargon académique quelque peu abscons. J’ai donc été très agréablement surprise de la manière dont Lexie a réussi à rendre son livre  instructif, mais également très accessible, que ce soit grâce à une restitution claire et personnelle de son travail de recherche ou une plume aussi fluide que plaisante. Le travail éditorial réalisé rend également la lecture très agréable : sommaire détaillé permettant de guider la lecture, découpage en différentes parties, encarts pour attirer l’attention des lecteurs sur certains points, lexique présent en fin d’ouvrage…

Si le style de Lexie est très accessible et clair, j’avoue que certains termes et concepts vont me demander un peu de temps pour les retenir et, je l’espère, les utiliser correctement. Ceci est d’autant plus important que l’autrice rappelle à quel point « entendre au quotidien un vocabulaire mal employé, volontairement ou non, est une source de détresse et de malheur profond ». L’inclusion repose donc aussi sur une utilisation éclairée des mots ! Mais là où l’autrice aurait pu faire preuve d’une certaine impatience et véhémence sur la manière dont on peut parfois se montrer blessant sans s’en rendre compte, je l’ai trouvée extrêmement bienveillante. Au lieu de se focaliser sur les erreurs, elle offre un véritable travail d’information, de sensibilisation et d’accompagnement qui ne peut qu’éveiller les consciences.

Elle propose également des pistes concrètes pour s’adresser aux personnes trans et veiller à leur inclusion : les mots à éviter, la question des nouveaux pronoms qui offrent une inclusivité que la langue française genrée et binaire ne permet guère, les sujets à ne pas évoquer (du moins sans y avoir été invité.e), l’importance de s’informer par soi-même afin d’éviter de faire peser le poids de l’éducation sur les épaules des personnes trans qui n’ont pas à vocation à instruire les autres, la nécessité d’écouter les expériences des personnes trans sans jamais remettre en cause leurs propos…

Avant de tomber sur des posts engagés notamment de la part d’auteur.e.x trans, je ne m’étais guère interrogée sur la notion de genre, si ce n’est que les stéréotypes qui lui sont associés m’ont toujours fortement agacée. J’ai donc apprécié que Lexie fasse le point sur cette question nous permettant de saisir que loin d’être une donnée biologique et binaire, c’est avant tout une construction culturelle et sociale. À cet égard, la partie consacrée à la transidentité à travers le monde, et surtout les siècles, est passionnante ! Avec des exemples à l’appui et un vrai travail de fond, elle déconstruit ces stéréotypes et fausses vérités sur lesquels sont bâtis nos sociétés occidentales et qui servent de terreau, ou du moins d’excuse, à la haine et à la violence. Cette démarche de déconstruction peut-être déstabilisante pour certains, car il n’est jamais facile de remettre en question ce que l’on a appris, mais elle me semble indispensable pour faire évoluer nos sociétés vers plus de tolérance et d’inclusivité.

Il est à noter que l’autrice étant directement concernée par le sujet, ses propos n’en sont que plus forts. Ils seront également peut-être une source de reconnaissance pour les personnes trans auxquelles on n’accorde que peu la parole alors qu’elles sont pourtant les premières et seules aptes à vraiment s’exprimer sur la thématique des transidentités. Un point que les pouvoirs politiques et, dans une certaine mesure, les instances médicales semblent prendre soin de ne pas reconnaître, ajoutant une violence supplémentaire à une liste déjà bien trop longue. Cet ouvrage regroupe, en outre, un certain nombre d’informations pratiques qui me semblent intéressantes pour les personnes trans.

Ma chronique n’a pas vocation à restituer toute la richesse de ce livre, mais je tenais à souligner le magnifique travail de recherche réalisé par l’autrice qui aborde autant les aspects sociétaux, sociologiques, administratifs médicaux, que culturels et historiques, entourant la question du genre et des transidentités. J’ai, pour ma part, appris beaucoup de choses et si certaines sont d’ores et déjà fixées dans mon esprit, il y a en encore beaucoup d’autres sur lesquelles je compte revenir.

En conclusion, en plus d’être un d’un guide pour les personnes trans, cet ouvrage est également un bel outil pédagogique pour les lecteur.e.x qui souhaiteraient sortir des stéréotypes et idées préconçues autour de la question des genres, de manière à la considérer dans sa pluralité. Proche de l’essai dans le travail rigoureux de recherche réalisé par l’autrice, sans posséder la rigidité et la complexité que l’on peut associer à ce type d’écrit, voici un ouvrage que je ne peux que vous recommander afin de comprendre les transidentités, et la nécessite de faire de l’inclusion des trans, et des minorités en général, un objectif sociétal fort.

Je remercie Babelio et les éditions Marabout pour cette lecture.

Vikings de Vincent Carpentier, illustré par Jeff Pourquié

Vikings !

Ils viennent de Scandinavie sur leurs navires à tête de dragon. Durant plus de cent ans, de la fin du VIIIe au début du Xe siècle, les Vikings déferlent sur le nord de l’Europe. Ils remontent les fleuves et mettent villes et campagnes à feu et à sang. Au-delà de ces expéditions conquérantes, ce livre révèle de multiples aspects d’une culture plus raffinée qu’on ne le pense.

Coédition Actes Sud Junior (31 août 2016) – 76 pages – 14,90€
À partir de
9 ans

AVIS

Les Vikings ont le vent en poupe, mais que connaît-on vraiment de ce peuple, dont la légende mêle autant réalité qu’imaginaire et préjugés colportés, entre autres, par les œuvres qu’elles soient littéraires ou cinématographiques ?

Pour en apprendre plus et aller au-delà des idées préconçues, je ne peux que vous inviter à découvrir Vikings, un documentaire jeunesse que j’ai dévoré. J’ai apprécié son accessibilité et la pédagogie avec laquelle l’auteur, archéologue de profession, survole la civilisation viking, abordant aussi bien les aspects géopolitiques que culturels, mythologiques, historiques, religieux ou militaires.

Vikings Acte Sud Junior

On y découvre également les grandes conquêtes vikings, ces deniers ayant été de redoutables conquérants, explorateurs, commerçants et pillards. Ils auront d’ailleurs laissé des traces dans les pays pillés et/ou avec lesquels ils auront noué des relations de négoce. À cet égard, saviez-vous que le mot crique était issu du mot kriki ou encore que le terme vague provenait du mot vagr ?

Destiné aux enfants à partir de 9 ans, ce documentaire a tout pour leur plaire : un effort de vulgarisation certain avec des entrées courtes et simples, chacune illustrée par une image en grand format, un texte aéré et concis, des thématiques variées permettant à chacun de sélectionner les informations qu’il désire lire, un format très agréable à prendre en main…

Vikings, documentaire

Tout est ainsi mis en place pour rendre la lecture attractive, plaisante et pédagogique. Et cet effort de présentation ne fonctionne pas que sur les enfants ! Pour ma part, complètement happée par ma lecture, j’ai lu le documentaire d’une traite, et en ai profité pour noter quelques points que j’aimerais approfondir.

En bref, ce documentaire synthétique et agréablement présenté me semble être une excellente porte d’entrée pour partir à la rencontre des Vikings et ceci quel que soit son âge !

Top Ten Tuesday #164 : 10 livres hors fiction que je vous recommande

566856438

« Le Top Ten  Tuesday est un rendez-vous hebdomadaire dans lequel on liste notre top 10 selon le thème littéraire prédéfini. Ce rendez-vous a initialement été créé par The Broke and the Bookish et est repris en français sur le blog Frogzine. »


Si j’aime beaucoup la fiction, il m’arrive aussi parfois de lire d’autres genres : essais, biographies, documentaires, livres d’histoire… Je vous recommande donc une sélection de 10 ouvrages hors fiction qui m’ont beaucoup plu. Tous ces livres ont été chroniqués sur le blog.

  • Du côté de l’Asie : Les évaporés du Japon est un reportage-photo fascinant sur un phénomène japonais conduisant des personnes à choisir délibérément, et avec l’aide d’entreprises de déménagement, de disparaître de la société. De ces trois titres, c’est mon ouvrage préféré et probablement le plus accessible.

Couverture Les évaporés du Japon : Enquête sur le phénomène des disparitions volontairesCouverture Urbanités coréennesCouverture Séoul, visages d'une ville

  • Histoire et biographies : si Léonard de Vinci ne m’a pas entièrement convaincue, le travail colossal réalisé par l’autrice n’en demeure pas moins impressionnant ! Quant à Cléopâtre, je ne peux que vous encourager à vous pencher dessus si cette figure historique vous intéresse. Destiné aux enfants, Rencontre avec Vercingétorix est un album dont je garde un très bon souvenir…

Couverture CléopâtreCouverture Léonard de Vinci : L'Indomptable

Couverture Nostalgie FriendsCouverture Tu sais pas quoi ?!, tome 2Couverture Grand dictionnaire des superstitions et des présages

Couverture Chats : Tout ce qu'ils essaient de  nous dire

Et vous, lisez-vous parfois autre chose que de la fiction ?

 

Nostalgie Friends, Kelsey Miller

Je remercie les éditions HarperCollins de m’avoir permis de découvrir Nostalgie Friends de Kelsey Miller.

PRÉSENTATION ÉDITEUR

Un phénomène depuis 25 ans.

Enfin une rétrospective complète et très riche qui explore toutes les facettes de cette série devenue culte, de ses origines improbables aux raisons mystérieuses pour lesquelles nous la regardons toujours. Kelsey Miller, journaliste et spécialiste de la culture populaire, nous fait revivre les moments mythiques de la série, analyse ses thématiques et expose les tendances qu’elle a lancées, de l’essor de la culture des coffee-shop au « Friendsgivings », en passant par la coiffure culte des années 90, le Rachel.
Regroupant commentaires, entretiens inédits et anecdotes des acteurs stars de la série, ce livre est un incontournable pour tous les amateurs de la série et un ouvrage marquant pour toutes les générations Friends

HarperCollins (6 novembre 2019) – 368 pages – Broché (17€) – Ebook (10,99€)
Traduction : Typhaine Ducellier

AVIS

Ni fan inconditionnelle ni téléspectatrice occasionnelle, je fais partie de ces personnes qui ont vu tous les épisodes de Friends et qui ont passé d’excellents moments à ses côtés sans pour autant lui vouer une passion démesurée. J’étais néanmoins curieuse de découvrir les petits secrets et dessous d’une série culte qui a marqué des générations en plus du paysage audiovisuel américain si ce n’est planétaire. 

Après nous avoir expliqué la genèse de cet ouvrage, l’autrice revient sur celle de Friends, une série qui n’aurait jamais pu exister sans l’amitié et l’alchimie légendaire de Marta Kauffman et David Crane. Découvrir le parcours de ce duo de choc ainsi que les difficultés rencontrées et les petits ajustements qu’ils ont dû opérer  pour que la série soit diffusée se révèle intéressant… Rien n’était joué d’avance, mais ils ont avancé main dans la main et cru jusqu’au bout à leur projet !

Si l’alchimie entre les deux producteurs explique, en partie, le succès de la série, c’est bien celle entre les différents acteurs qui a fait toute la différence. L’autrice revient d’ailleurs sur le casting et sur la situation de chaque acteur avant le début de la série. À l’exception de David Schwimmer pour lequel le rôle avait été créé et que les producteurs ont dû convaincre de troquer l’habit d’homme de théâtre pour celui d’acteur de sitcom, les autres acteurs ont dû s’imposer, et faire face à des difficultés personnelles et/ou professionnelles à l’instar de Jennifer Aniston déjà sous contrat au moment du casting.

On découvre ainsi que les chaînes américaines sont parfois prêtes à tout pour mettre des bâtons dans les roues de leurs concurrents, mais aussi que personne n’a jamais réussi à se glisser dans la peau de Chandler à part Matthew Perry, que Courteney Cox a dû prouver qu’elle ferait une parfaite Monica quand on voyait en elle une Rachel, que c’est grâce à Matt LeBlanc que le personnage de Joey a pu perdurer dans la série… C’est donc le casting complet et complémentaire qui, en apportant sa propre touche aux personnages, a fait de Friends la série que l’on connaît !

En plus de nous faire (re)vivre l’épopée Friends de sa construction, à ses débuts en passant par son évolution, l’autrice partage différentes anecdotes et revient ce qui fait la force de Friends : l’amitié ! Que ce soit celle présente dans la série et qui offre une véritable valeur refuge aux téléspectateurs ou celle bien réelle entre les différents acteurs qui n’hésiteront d’ailleurs pas à faire front commun pour obtenir la fameuse augmentation collective qui avait fait beaucoup de bruit à l’époque. Dans Friends, pas de star ou de tête d’affiche donc, mais des acteurs solidaires…

Difficile de penser à la série sans évoquer l’icône qu’elle est devenue au fil du temps influençant aussi bien le style capillaire de millions de femmes que l’essor des chaînes de café. Elle a toutefois également connu son lot de critiques surtout à l’heure actuelle où une prise de conscience sur certains sujets est amorcée : sexisme, grossophobie, blagues lourdes, éculées et stigmatisantes, manque cruel et flagrant de diversité, suspicion d’homophobie d’autant que la présence du couple lesbien emblématique Susan/Carol n’a pas suscité que de l’enthousiasme parmi la communauté LGBT.

Loin d’être exemplaire, Friends a cependant su, du moins pour l’époque, faire également preuve d’une certaine audace avec, par exemple, le premier mariage lesbien diffusé en prime time… Une étape importante qui a marqué les esprits bien qu’on puisse regretter l’absence de baiser entre les deux femmes, ce qui est difficilement justifiable à un mariage ! Pour ma part, je pense que Susan/Carol fut le premier couple lesbien découvert à la télé et le seul dont je me souvienne vraiment. J’ai apprécié que l’autrice ne tombe jamais dans une vision idéalisée de la série, ce qui aurait nui à la portée de son travail. Elle nous présente ainsi ses atouts et souligne les moments de réconfort qu’elle a apporté à des millions de personnes qui ont grandi à ses côtés tout en évoquant ses égarements et ses lacunes en termes de représentativité…

En plus d’un travail de recherche impressionnant comme l’en attestent les très très nombreuses sources citées, l’autrice a nommé chacun des chapitres à la manière si particulière et reconnaissable de Friends. Un petit détail certes, mais un détail plein de charme ! L’écriture est, quant à elle, fluide, la narration dynamique et le plaisir de découvrir plein de choses sur et autour de la série indéniable ! Construit comme un documentaire, le livre se lit donc très vite et avec gourmandise.

Toutefois, en essayant d’être la plus complète possible et de situer la série dans son contexte culturel, politique et social, l’autrice apporte une foule de détails qui ne passionnera pas tous les lecteurs. Pour ma part, je me suis laissée bercer par la plume entraînante de l’autrice et sa manière de nous faire vivre de l’intérieur la construction d’une série culte et doudou qui m’a accompagnée de mon adolescence à ma jeune vie d’adulte.

En conclusion, les fans de la première heure et les téléspectateurs occasionnels devraient prendre plaisir à parcourir cet ouvrage particulièrement bien documenté qui offre une rétrospective passionnante et éclairée sur une série que l’on connaît tous au moins de nom. Nostalgie Friends nous pousse à considérer avec un regard tantôt attendri tantôt critique, une série culte, mais non exempte de défauts, qui a su s’imposer dans le cœur et la vie de millions de téléspectateurs.

I’ll be there for you, un générique qui n’a jamais autant sonné comme une prédiction !

Lire un extrait/acheter le livre sur le site des éditions HarperCollins.

 

Throwback Thursday livresque #137 : sport

J’ai décidé de participer à un nouveau rendez-vous autour du livre : le Throwback Thursday Livresque. Imaginé par Bettie Rose Books, le principe est de partager chaque semaine sa lecture autour d’un thème mensuel qui sera décliné chaque semaine. Depuis peu, les liens de participation sont à déposer sur My-books.


Pour ce thème, j’ai hésité entre deux ouvrages avant d’opter pour un titre qui me sort quelque peu des mes habitudes de lecture : #MeFoot de Lucie Brasseur.

« L’événement est historique. Vingt-huit ans après sa création, la France accueille – enfin – pour la première fois, la Coupe du monde de football féminin.

Un an après le titre retentissant de la bande à Mbappé, l’occasion est inespérée de prendre la parole sur la place des femmes au sein du sport le plus populaire de la planète. Évidemment représentative de ce qu’il se passe dans le reste de la société.

Moins diffusées, (beaucoup) moins rémunérées, moins soutenues dès l’enfance, les footballeuses en particulier, mais de manière plus générale toutes les femmes, « ont trop souvent l’impression de s’incruster dans un monde qui ne veut pas d’elles » (Mélissa Plaza, ex internationale). Les lignes bougent, lentement. À quoi pouvons-nous croire ?

Un voyage exceptionnel au cœur du foot féminin pour que l’on arrête enfin de dire aux femmes qui elles doivent être.

#MeFoot, c’est l’extraordinaire road trip dans lequel Lucie Brasseur (romancière) et l’iconique Marinette Pichon (1ère footballeuse française professionnelle) se lancent à la veille de la 1ère Coupe du Monde de Foot Féminin. Écrit à la première personne du pluriel, comme un roman d’aventure, on rit, on pleure, on tremble, on s’émeut à la lecture de ces pages. 6 pays, 30 personnalités incontournables, un livre et un documentaire qui en finissent avec les clichés. »

Pourquoi ce choix ?

Je ne m’intéresse pas vraiment au football qu’il soit sur écran ou non… Et s’il peut m’arriver parfois d’aller voir un match de l’ASSE, c’est clairement plus pour l’ambiance du Chaudron et passer un bon moment entre amis que pour le match.

Toutefois quand Lucie Brasseur m’a proposé son ouvrage, j’ai accepté sa proposition appréciant que pour une fois, on aborde le thème du football du point de vue féminin. L’autrice, à travers différentes rencontres et voyages, fait un état des lieux des inégalités entre les hommes et les femmes qui existent dans le milieu tout en soulignant l’avancée des mentalités.

Avec ce livre, j’ai appris des choses édifiantes comme cette interdiction de jouer au football qui a pesé sur les femmes ou la difficulté pour ces dernières de se consacrer entièrement à leur carrière professionnelle… Alors si évidemment, l’enjeu n’est pas une rétribution égalitaire entre les hommes et les femmes, le football masculin générant des retombées financières bien plus importantes, il serait temps que l’on donne aux femmes les moyens nécessaires pour mener à bien leur passion et leur carrière. Cela passe autant par l’arrêt des préjugés stupides qui commencent dès la cour d’école que le matériel, des salaires réévalués, ou une meilleure couverture médiatique…

Pour en apprendre plus, je vous invite à découvrir mon avis sur #MeFoot.

Et vous, connaissez-vous ce livre ?
Quel titre auriez-vous choisi ?