L’extraordinaire voyage du chat de Mossoul raconté par lui-même, Élise Fontenaille

PRÉSENTATION ÉDITEUR

Il était une fois un chat extraordinaire, et ce chat, c’est moi !Je vivais à Mossoul chez ma maîtresse, Samarkand, et je ronronnais à longueur de journée : le chat le plus heureux du monde ! Mais un jour, les hommes en noir ont envahi la ville. Nous nous sommes enfuis, nous avons traversé des frontières et moi, pour la première fois, j’ai vu la neige et la mer. Oui mais voilà : je me suis perdu ! Et bien croyez-moi ou pas : c’est très loin tout au nord que j’ai retrouvé ma famille. De l’Irak à la Norvège, ça en fait un bout de chemin, mais c’est ce qui s’est vraiment passé ! Et moi je suis toujours le chat le plus heureux du monde !

Gallimard jeunesse (4 octobre 2018) – à partir de 6 ans – 28 pages – 13€
Illustratrice : Sandrine Thommen

AVIS

Attirée par le titre et la couverture, j’ai tout de suite eu envie de découvrir L’extraordinaire voyage du chat de Mossoul raconté par lui-même. Et je peux d’ores et déjà vous dire que j’ai eu un coup de cœur pour cet album jeunesse qui aborde le sujet des migrants, un sujet qui est hélas toujours d’actualité. 

Le jeune public auquel est destiné cet ouvrage explique le parti pris de l’auteure de parler de ce sujet difficile et complexe de manière simple, accessible et assez « légère ». Cela est rendu possible par la narration effectuée par un chat auquel on s’attache immédiatement. Il faut dire qu’il n’est pas dénué d’humour et qu’il se révèle terriblement touchant par l’amour qu’il porte à sa maîtresse et à ses quatre filles. Celles-ci, obligées de fuir en raison de l’arrivée de Daech à Mossoul, vont entreprendre un périple afin de gagner l’Europe.

Sans entrer dans les détails, l’auteure nous fait ressentir la tristesse de ces femmes devant tout quitter, patrie, amis, famille et biens, pour fuir la barbarie et l’oppression. Elles auront néanmoins la chance de ne pas rencontrer trop d’obstacles sur leur route et de pouvoir arriver en sécurité en Europe, et plus particulièrement en Norvège, pays où elles pourront reconstruire une vie joyeuse et sereine.

Le texte est poignant alors même qu’il n’y a aucun pathos. Toutes les émotions sont suggérées que ce soit par le texte tout en subtilité ou les illustrations dont les couleurs reflètent les joies et les tourments des personnages. Les dessins se veulent joyeux et colorés à l’évocation de la vie à Mossoul avant l’arrivée des fanatiques, un peu plus sombres et mouvementés pour suggérer les peurs et les dangers comme cette traversée en bateau à laquelle beaucoup ne survivent pas…

20190120_105401-1.jpg

Alors que le récit, tiré d’une histoire vraie, évoque un sujet triste et grave, il en ressort beaucoup d’optimisme, de joie et d’amour ! Amour d’abord de cette mère envers ses filles pour lesquelles elle abandonne sa vie d’antan sans se retourner, mais aussi amour entre un chat et ses « humains ». Séparé des siens lors de la fuite pour l’Europe, notre matou va vivre une aventure hors du commun…

De Mossoul à la Norvège, le périple sera long et semé de rencontres, mais il sera surtout la preuve que rien ne peut venir à bout de l’amour infaillible et total d’un chat pour ses adoptants. Si vous appréciez les chats, vous ne pourrez qu’être ému par ce matou aimant, drôle et adorable qui saura d’ailleurs séduire les personnes qui croiseront sa route.

Quant à la fin, en plus d’être émouvante et de m’avoir donné quelques frissons, je l’ai trouvée pleine de beauté, de tendresse et de sagesse. L’auteure nous offre ainsi une jolie réflexion sur la notion de bonheur, et nous prouve qu’avec un peu d’humanité, on peut offrir à des personnes qui ont tout perdu une nouvelle chance de reconstruire leur vie.

En conclusion, L’extraordinaire voyage du chat de Mossoul raconté par lui-même est un magnifique album jeunesse abordant de manière légère, drôle et touchante le sujet difficile des migrants. L’écriture tout en finesse et empreinte d’amour et d’optimisme rend la lecture riche en émotions. À mettre en toutes les mains !

Feuilletez l’ouvrage sur le site des éditions Gallimard
Retrouvez le livre chez votre libraire ou en ligne

Publicités

Bilan lecture mars 2016

 

Cet article inaugure une nouvelle catégorie : le bilan lecture. Par manque de temps ou n’étant pas toujours inspirée, je ne chroniquerai pas forcément tous les livres que je lis mais cette catégorie me permet néanmoins de vous les présenter rapidement. Voici donc les différents livres lus au cours de ce mois de mars. Ils proviennent tous de la bibliothèque excepté Les petits secrets d’Emma que j’ai retrouvé en faisant un peu de rangement.

ROMANS

« Cela fait longtemps que Julie ne croit plus aux contes de fées. Caissière dans un supermarché, elle élève seule son petit Lulu, unique rayon de soleil d’une vie difficile. Pourtant, un jour particulièrement sombre, le destin va lui sourire. Ému par leur situation, un homme les invite dans sa maison du bord de mer, en Bretagne. Tant de générosité après des années de galère : Julie reste méfiante, elle n’a pas l’habitude. Mais pour Lulu, pour voir la mer et faire des châteaux de sable, elle pourrait bien saisir cette main qui se tend… « 

Pour en apprendre plus, je vous invite à lire ma chronique du livre. Ce livre n’a pas été un coup de coeur, à lire pour la plume de l’auteur néanmoins.

index

  • La fille du train de Paula Hawkins :

« Depuis la banlieue où elle habite, Rachel prend le train deux fois par jour pour aller et revenir de Londres. Chaque jour elle est assise à la même place et chaque jour elle observe une jolie maison. Cette maison, elle la connaît par cœur, elle a même donné un nom à ses occupants qu’elle aperçoit derrière la vitre : Jason et Jess. Un couple qu’elle imagine parfait, heureux, comme Rachel a pu l’être par le passé avec son mari, avant qu’il ne la trompe, avant qu’il ne la quitte. Mais un matin, elle découvre un autre homme que Jason à la fenêtre. Que se passe-t-il ? Jess tromperait-elle son mari ? Quelques jours plus tard, c’est avec stupeur qu’elle découvre la photo de Jess à la une des journaux. La jeune femme, de son vrai nom Megan Hipwell, a mystérieusement disparu… »

Je n’ai pas encore chroniqué ce roman mais c’est un gros coup de cœur. Je vous le conseille vivement, les pages défilent à une vitesse folle.

41iRZXaX2vL._AA160_

« Ce n’est pas qu’Emma soit menteuse, non, c’est plutôt qu’elle a ses petits secrets. Par exemple, elle fait un bon 40, pas du 36. Elle ne supporte pas les strings. Elle a très légèrement embelli son CV. Et avec Connor, son petit ami, au lit ce n’est pas franchement l’extase. Bref, rien de bien méchant, mais plutôt mourir que de l’avouer.
Mourir ? Justement… Lors d’un voyage en avion passablement mouvementé, Emma croit sa dernière heure arrivée. Prise de panique, elle déballe tout à son séduisant voisin… »

Un roman léger pour les adeptes de la chick-list afin de se vider la tête. Pour en apprendre plus, je vous invite à lire ma chronique.

iemmandex

 

  • Celle qui en savait trop de Lindwood Barclay :

« Pour arrondir ses fins de mois, Keisha Ceylon a eu LA bonne idée : troquer ses balais de femme de ménage contre une boule de cristal. Entre thème astral et marc de café, elle s’est fait une spécialité : faits divers et disparitions. Cinq mille dollars contre l’espoir de retrouver un être cher : certaines familles sont prêtes à tout. Et justement, Wendell Garfield est sans nouvelles de sa femme Ellie, volatilisée à la sortie du supermarché une semaine plus tôt. Aucun indice, la police piétine. La presse est en émoi. Wendell et sa fille sont affolés : l’heure est idéale pour l’arnaqueuse qui se prépare à livrer sa plus belle, sa plus troublante, sa plus dangereuse vision… Car, sans le savoir, la fausse voyante vient de frôler de très près une vérité meurtrière. Et de réveiller les instincts d’un tueur en liberté… »

Le roman manque un peu de rythme, ce n’est pas le meilleur de l’auteur. Il se lit cependant sans peine.

51uwEVlOVTL._AA160_

MANGA/BD

  • Le maître des livres de Umisharu Shinohara, tome 1 :

« Mikoshiba est un homme simple, presque banal, mais dans la bibliothèque où il travaille, il excelle. Découvrez ou re-découvrez en sa compagnie les grands classiques de la littérature jeunesse. Retrouvez ces émotions et sentiments enfouis qui vous ont fait vibrer dans le passé et apprenez de nouvelles leçons de vie pour avancer encore plus loin. Découvrez ou re-découvrez tous ces contes et aventures qui ont fait vibrer des enfants et des adultes dans le monde entier. »

Après la lecture du premier tome, je me suis empressée d’aller emprunter le tome 2 et 3 à la bibliothèque. Ce manga découvert sur la blogosphère est à conseiller à tous les amoureux de la littérature, petits ou grands.

indmangaex

  • Isabellae, Illustrations de Gabor et Scénario de Raule, Tome 1 à 4

« Japon, 1192. Sept ans après la bataille de Dan-no-ura qui ouvrit le bal de l’ère féodale. Sept années qu’Isabellae Ashiwara arpente les routes du pays en compagnie du fantôme de son père, gagnant sa vie à la pointe de son sabre. Sept années passées à rechercher sa soeur Siuko, disparue. Le temps est finalement venu pour la chasseuse de primes de se confronter à son passé et de prendre les rênes de son destin… »

 

En conclusion, ce mois de mars m’a permis d’avancer dans mon big challenge Livraddict avec la lecture d’Avant le bonheur qui, je l’avoue, m’a déçue. J’ai heureusement eu un vrai coup de coeur avec la Fille du train que je conseille un peu à tout le monde autour de moi tellement ce roman m’a plu.

Et vous, vous avez fait de belles découvertes ce mois de mars?

 

Banana Rhum Raisin, Alcante

DSC_0429

Je vous avais parlé de ma première commande Alcante qui m’a enchantée. A froid, la plupart des senteurs achetées m’ont plu. Mais j’ai particulièrement apprécié Banana Rhum Raisin et son originalité.

J’ai donc décidé de la sélectionner comme Bougie de la semaine. A la base, je ne pensais pas inclure des bougies non commencées dans cette catégorie. Cependant, l’odeur de Banana Rhum Raisin m’ayant beaucoup plu à froid, j’avais très envie de la sentir tout au long de la semaine.

Pour ce test, j’ai chronométré le temps d’allumage de la bougie et j’ai également mesuré la quantité de cire fondue. Il a été difficile de mesurer avec précision la cire fondue car la verrine gênait un peu. Mais il y a environ 1.2 centimètre de différence entre les deux photos pour un temps de fonte de 7 heures. La senteur Banane Rhum Raisin a donc une fonte homogène et plutôt lente. Je suis confiante sur les 40h de bonheur olfactif annoncées par Alcante.

DSC_0427

Bougie neuve

DSC_0492

Bougie après 7h de fonte

Maintenant, passons à la description de la bougie donnée sur le site Alcante et mes impressions sur cette dernière:

« Addictif, son originalité se trouve dans une note onctueuse de banane, de raisin qui enrobe les senteurs de Rhum vieilli. Un cocktail Daïquiri pour une ambiance sucrée et alléchante dont on ne peut plus se passer. »

Banana Rhum Raisin est la première bougie à la banane que je teste et je dois dire que c’est une très belle réussite. Je ne savais pas trop quoi à m’attendre avec cette bougie. Je pensais que son odeur se rapprocherait de celle de la glace Rhum Raisin.

glace-rhum-raisin-1200

Photo du site Meilleur du chef.com

Elle lui ressemble un peu mais la senteur de la bougie est beaucoup plus subtile et raffinée. A froid, Banana Rhum Raisin dégage de très belles effluves de banane bien riches et sucrées. Lors de la diffusion, l’odeur de banane évolue, elle devient plus sucrée et développe des notes caramélisées. Au bout de quelques minutes, on a l’impression de se retrouver à côté d’une banane flambée. D’ailleurs, l’odeur de rhum est  bien présente et apporte un peu d’exotisme.

Le seul inconvénient de cette bougie est son très faible pouvoir de diffusion. Malgré son format, elle n’a jamais réussi à embaumer une pièce entière même de petite taille. C’est un peu le problème inhérent à certaines marques françaises qui privilégient le raffinement et la subtilité au pouvoir de diffusion des bougies.

Indépendamment de la senteur, j’ai trouvé le contenant sublime. Il est vraiment très élégant et au toucher, il semble d’une excellente qualité. Je n’ai pris qu’une bougie avec verrine mais je pense me laisser séduire de nouveau d’autant que d’autres couleurs sont disponibles.

En résumé, Banana Rhum Raisin est un vrai coup de cœur: à défaut de m’envoler pour les Antilles ou pour La Réunion, je peux compter sur cette bougie, et ses notes de banane flambée, pour m’offrir un peu d’exotisme. Je  la reprendrai donc sous un autre format pour une meilleure diffusion car oui, cette bougie offre une  » ambiance sucrée et alléchante dont on ne peut plus se passer ».