La fille des eaux vives, Antonin Malroux

La Fille des eaux vives (ESSENTIELS) par [Malroux, Antonin]

Je remercie les éditions de Borée de m’avoir permis de découvrir La fille des eaux vives d’Antonin Malroux. Une lecture qui m’a laissé un avis assez mitigé malgré des débuts très prometteurs.

PRÉSENTATION ÉDITEUR

L’apparition d’Émilie a éveillé la curiosité des habitants de Besse, petite ville du Puy-de-Dôme. Qui est donc cette jeune femme qui arpente les rues, armée de son appareil photo ? Pourquoi prend-elle chaque jour des clichés de la maison de Romain ? Intrigué, ce jeune retraité se lie avec la vacancière. Émilie lui confiera-t-elle le mystère qui l’a conduite sous sa fenêtre ? Le cœur des hommes est parfois si fragile… Et le passé d’Émilie si douloureux.

Dans cette Auvergne qui veille sur son passé comme sur ses secrets, Émilie est loin de se douter que son aventure l’entraînera au cœur d’une légende. Et même, qui sait, sur les pas de la reine Margot.

Éditions De Borée (14 novembre 2019) – 234 pages – Broché (13,50€) – Ebook (6,99€)

AVIS

J’ai lu le livre rapidement séduite par la belle plume de l’auteur qui manie à merveille l’art de la description, et qui semble posséder un véritable talent pour faire ressortir ce qu’il y a de plus beau de l’Auvergne. L’auteur partage également quelques bribes d’histoire sur cette région que j’ai la chance de connaître un peu. Il m’a donc été aisé de me projeter dans le récit et de m’imaginer les décors et les différents lieux nommés.

De la même manière, je n’ai pas eu de mal à m’immerger dans la vie de cette petite ville du Puy-de-Dôme qui voit sa tranquillité menacée par l’arrivée d’Émilie, une Parisienne passionnée par la photographie. C’est d’ailleurs cette passion qui va la mener devant la maison de Romain avec lequel elle va, au fil des rencontres, développer des liens forts avant de succomber à son attrait pour ce célibataire qui a tout pour plaire. Ni leur différence d’âge ni les commérages ne les arrêteront !

Si je ne suis pas très romance, j’avoue avoir été, dans un premier temps, touchée par la relation entre ces deux êtres qui apprennent à se connaître au gré de leurs balades bien qu’une zone d’ombre persiste autour d’Émilie. Une zone d’ombre qui apporte un peu de mystère à l’intrigue et qui nous donne envie d’en apprendre plus sur cette jeune femme venue en Auvergne suite à un drame personnel… J’ai été toutefois quelque peu agacée par la tournure prise par les événements et l’attitude invraisemblable des personnages. Je ne suis pas contre un peu de dramatique et de romanesque dans un récit, mais ici on tombe clairement dans la surenchère. Tant de souffrance, de temps perdu et de douleur pour rien…

Je veux bien que le poids du passé puisse être lourd à porter, mais de là à tomber dans une telle extrémité surtout quand la vie d’une personne qui n’a rien demandé est en jeu ! La situation m’a semblé d’autant plus incongrue que l’autre membre du couple mis à distance ne tente même pas d’amorcer un dialogue comme n’importe quel adulte un tantinet sensé l’aurait fait préférant se comporter également comme un parfait idiot à l’égo bien mal placé… L’intérêt du début a donc fini par laisser place à de l’agacement puis à un franc ennui d’autant que je m’attendais probablement à autre chose à la lecture du résumé…

Vous aurez donc compris que si j’ai apprécié Romain et Émilie en début de livre, leur évolution en tant que couple ne m’a pas vraiment convaincue ayant eu l’impression de tomber dans un drame sans queue ni tête, un peu à la mode soap américain. Dommage parce que les thématiques soulevées comme le passé, le poids de son héritage et de ses racines n’étaient pas dénuées d’intérêt.

Malgré une déception liée à l’évolution peu cohérente des personnages, le roman possède néanmoins des atouts comme de touchants personnages secondaires. J’ai ainsi particulièrement apprécié un instituteur à la retraite non dénué de sagesse ainsi que le meilleur ami de Romain. Un homme devenu tétraplégique suite à un accident qui entretient une amitié fraternelle avec notre protagoniste. Aidé de sa mère dont il est très proche, il va faire de son mieux pour soutenir son meilleur ami et tenter à sa manière de lui faire ouvrir les yeux sur ses sentiments. Ce ne sera pas toujours un franc succès, mais s’il y a une chose que je retiendrai de ce roman, ce sont les liens profonds qui unissent ces deux hommes pourtant très différents. En grande amoureuse des animaux, la complicité entre Romain et sa chienne m’a également touchée.

En résumé, après avoir été conquise par la plume immersive et empreinte de poésie de l’auteur ainsi que par ses personnages, j’ai fini par ressentir un sentiment de trop-plein, trop de drames inutiles et de comportements incohérents et immatures. Je ressors donc frustrée de ma lecture qui avait pourtant très bien commencé. Comme toujours, si le roman vous intéresse, je vous invite néanmoins à vous forger votre propre opinion.

Retrouvez le roman chez votre libraire ou sur le site de la maison d’édition.

Du sang sur la neige, Serge Camaille

Je remercie les éditions De Borée de m’avoir permis de découvrir Du sang sur la neige de Serge Camaille.

PRÉSENTATION ÉDITEUR

Jeune citadine à la vie trépidante, s’est installée dans une maison coupée du monde, non loin du village de Courgoul, dans les monts d’Auvergne. à vrai dire, elle n’a pas eu le temps ni le choix pour s’adapter à cette nouvelle vie. Un jour, le téléphone qui sonne. La gendarmerie. Luc, son mari, a eu un accident. Il est dans le coma. Plusieurs semaines déjà qu’il s’était isolé dans cette maison pour écrire son premier roman. Pourquoi son mari a-t-il tout quitté soudainement ? Et comment a-t-il pu avoir un accident de voiture, lui d’habitude si prudent ? Et si finalement elle ne connaissait pas si bien que cela l’homme qu’elle a épousé ? Lorsqu’une inconnue frappe à sa porte en pleine nuit, Claire ne se doute pas qu’elle vient de faire entrer le malheur dans son foyer…

Éditions De Borée (10 octobre 2019) – 267 pages – Broché (19,90€) – Ebook (9,99€)

AVIS

Bien que peu coutumière des romans ruraux, je me suis plongée avec curiosité dans ce roman qui nous transporte dans un village d’Auvergne. En tant que stéphanoise, c’est une région qui ne m’est pas inconnue, mais si certains noms de villes m’ont parlé, j’en ai découvert bien d’autres. J’ai d’ailleurs fortement apprécié ce sentiment de faire un peu de tourisme depuis mon canapé.

Un sentiment qui n’est hélas pas partagé par Claire qui vient d’emménager avec sa belle-mère et son beau-fils dans une maison reculée bien loin du confort de sa vie de citadine. La situation est d’autant plus difficile à vivre pour elle que cette vie à la campagne est avant tout le choix de son mari, un éminent professeur et addictologue qui a décidé de tout plaquer pour se terrer dans ce coin perdu afin de se consacrer à son roman. Sans son accident de voiture l’ayant conduit dans le coma, sa femme, son fils et sa mère n’auraient d’ailleurs dû le rejoindre que plus tard…

Alors que tout semble déjà bien sombre pour cette famille, une succession d’évènements dramatiques et étranges vient la frapper de plein fouet. Tout commence par cette femme qui demande de l’aide en pleine nuit suite à un accident de voiture, puis il y a le sabotage de la voiture de Claire, cette personne mystérieuse qui lui ressemble et qui rend visite à son mari, des menaces, des découvertes surprenantes et ce mari sur lequel on finit par se poser de nombreuses questions…

D’ailleurs, cet homme idéal dont la réputation est dorénavant bien établie, Claire, qui l’a épousé très rapidement, le connaît-elle vraiment. À mesure que l’on progresse dans l’intrigue et que le voile commence doucement à se lever, on ne peut qu’en douter. Simple victime d’un dramatique, mais banal accident de voiture, ou Luc a-t-il été victime d’une vengeance ? Pourquoi ce besoin soudain d’isolement et cette envie de troquer des écrits scientifiques plébiscités pour un projet de roman, une bluette de surcroît ? Tout autant de questions qui vous tiendront en haleine et vous pousseront à tourner les pages avec avidité. Il faut dire que l’auteur sait faire monter la pression et manie plutôt bien l’art du mystère et du suspense.

Alors que sa vie va à vau-l’eau, Claire pourra heureusement compter sur son sympathique voisin qui sera un peu sa lumière dans les ténèbres. Ce dernier fera de son mieux pour la soutenir que ce soit en lui servant de chauffeur, en l’écoutant ou en participant activement à l’enquête dans laquelle elle se lance au mépris du danger et des menaces. Le fait qu’il soit profondément attaché à son chien a dû également contribuer à la sympathie ressentie pour cet homme sans lequel Claire aurait probablement craqué, sa belle-mère semblant quelque peu dépassée par les événements.

Si j’ai eu un peu de mal à me sentir attachée émotionnellement à notre héroïne qui m’a paru parfois un peu trop brusque, voire quelque peu égocentrique, j’ai, en revanche, complètement compati à sa situation et eu envie, comme elle, de faire toute la lumière sur son mari et cette menace qui pèse sur sa famille. Une menace qui prendra une forme contraignant la police à prendre très au sérieux le problème.

À partir de là, Claire reste un peu sur le côté et l’on suit le travail des policiers. Je dois dire que j’ai beaucoup aimé cet aspect du roman puisque l’auteur nous fait vivre l’enquête de l’intérieur aux côtés de personnages avenants et très professionnels. Les policiers font de leur mieux avec les cartes qu’ils ont en main et les moyens dont ils disposent. Et dans cette France rurale de 1980 en plein épisode neigeux, ce n’est pas une sinécure !

Ce retour dans le passé, loin des avancées technologiques qui font maintenant partie de notre vie et dont on est devenu quelque peu dépendant, est d’ailleurs intéressant puisqu’en absence de téléphone portable et de GPS, tout devient soudainement plus lent, compliqué et contraignant. Il se dégage ainsi un charme presque suranné de ce roman qui nous plonge dans une enquête à l’ancienne où la police compte autant, voire plus, sur la coopération entre les services et les régions que sur la technologie même si les caméras dévoilent déjà ici leur intérêt. Le petit clin d’œil au détective Quim Vargas, créé par l’un des amis de l’auteur m’a, en outre, bien plu et donné envie de le découvrir dans l’une de ses enquêtes. Quelque chose me dit que lui et sa secrétaire doivent être plutôt du genre haut en couleur !

Quant à la fin, je vous laisse le soin de la découvrir, mais je l’ai appréciée dans la mesure où elle répond à toutes nos questions et qu’elle permet de revoir le roman sous une autre perspective, rien n’étant tout blanc ni tout noir dans cette histoire. Cela ne veut pas dire qu’on accepte certains comportements délictueux et immoraux, mais on arrive au moins à les comprendre… Le seul petit bémol, mais vous savez que j’aime pinailler, est une réaction qui m’a paru assez peu crédible.

En conclusion, d’une plume fluide et immersive et avec un sens indéniable de la mise en scène et du suspense, Serge Camaille nous propose ici un voyage mouvementé et immersif dans le passé et le monde rural. Rythmé et plein de tension, ce roman, plus complexe qu’il n’y paraît, vous offrira une enquête dont on prend plaisir à suivre le fil en plus d’une réflexion intéressante sur des sujets comme la famille, la morale, la déontologie et la vengeance…

Retrouvez le roman sur le site des éditions De Borée.

https://i1.wp.com/delivrer-des-livres.fr/wp-content/uploads/2019/08/logorl2019.png

C’est le 1er je balance tout ! Septembre 2018

c-est-le-1er-je-balance-tout-banniere-bleue

C’est le 1er, je balance tout est un nouveau RDV livresque mensuel créé par Allez vous faire lire. Son objectif est de « remettre au centre de sa pratique de la blogosphère la notion de partage qui unit la toile ». Pour ce faire, il vous suffit de partager des informations en fonction de 4 catégories.


1) Le Top & Flop de ce que vous avez lu le mois dernier

  • Je ne m’attendais pas à ça !

Pas vraiment de FLOP, mais une lecture déstabilisante : La légende de Sleeppy Hollow. Écouté en anglais, je ne suis pas certaine d’avoir tout saisi, le niveau de langue étant plutôt élevé. Mais surtout, je ne m’attendais pas à ce style de récit qui ressemble plus à une critique sociétale qu’à une histoire laissant une large place au surnaturel.

  •  Bonnes voire très bonnes lectures !

Au niveau des top, je retiendrai en priorité Déracinée que j’ai eu le plaisir de lire en lecture commune avec Loetitia du blog Albédo. Porté par une héroïne qui ne se laisse pas marcher sur les pieds et par un mystérieux magicien, ce roman de plus de 500 pages se lit tout seul. Il faut dire que la plume de l’autrice est un régal. Ma chronique est disponible sur le site eMaginarock, mais je peux d’ores et déjà vous dire de foncer chez votre libraire l’acheter.

Couverture Déracinée

Dans un autre genre, j’ai passé un bon moment de lecture avec un roman de chick-lit français : Alice au pays des casseroles. Plein d’humour et sans prise de tête, évasion assurée ! Et je me suis également beaucoup amusée avec un petit livre jeunesse remis au goût du jour : Gazoline et Grenadine.

Couverture Alice au pays des casserolesCouverture Gazoline et Grenadine

2) Chroniques d’ailleurs lues le mois dernier

  • Femmes de lettre nous parle d’un roman suisse dont je n’avais jamais entendu parler : Les Billes du Pachinko. Rien qu’avec cette phrase « Comme en clin d’œil à Miyazaki, Les Billes du Pachinko sont une nouvelle réécriture de Heidi, dont l’action prend place dans la Tokyo contemporaine », elle m’a convaincue de lire le roman.

thumb-large_dusapin_billes_140x210_112

  • Le monde d’Elhyandra nous présente un livre qui me faisait envie et qui va être réédité par les éditions Voy’el : En revenir aux fées. Outre le jeu de mots qui me plaît beaucoup, les différentes nouvelles qui composent le recueil semblent intéressantes.

th

3) Liens adorés hors chronique littéraire

  • J’ai trouvé ce petit film d’animation abordant le thème de la dyslexie plutôt touchant :

  • Audiobook : le prix des audiobooks étant assez élevé, je préfère en général les emprunter ou les écouter/télécharger gratuitement et légalement quand ils sont tombés dans le domaine public. C’est ainsi que j’ai écouté La légende de Sleepy Hollow en VO sur Youtube.

  • Sur ce blog en anglais, vous trouverez une petite liste de romans Young Adult avec pas ou peu de romance, le genre d’articles pour les lecteurs qui en ont marre de voir des histoires d’amour de partout plutôt intéressant…

Résultat de recherche d'images pour "no romance"

4) Ce que j’ai fait de mieux le mois dernier

Quand j’ai vu le message passé sur les réseaux, je n’ai pas hésité et me suis inscrite pour la deuxième année au conte participatif proposé sur Deedr. Je suis un peu stressée à  l’idée de ne pas savoir sous quel angle continuer l’écriture de l’extrait que je recevrai pas mail, mais je reste quand même très excitée à l’idée de participer à cette aventure collective. Je garde un très bon souvenir du conte complètement barré qui avait résulté de cette initiative : La folle épopée d’Apollin le lutin. Bon, c’était à l’occasion de Noël et non d’Halloween mais le principe reste le même… Inscription possible jusqu’au 5 octobre !

Ce mois a aussi été marqué par pas mal de moments de détente et d’évasion. D’abord à Sainte-Maxime en vacances avec mon frère, ma belle-sœur, ma nièce et mon neveu.

L’image contient peut-être : océan, ciel, plein air, eau et nature

Puis avec mon compagnon et mon père, j’ai fait un petit tour au Puy-en-Velay pour assister à un spectacle de lumière. Nous en avons bien sûr profité pour faire un peu de tourisme.

En fin de mois, nous avons également passé avec M. deux jours à Moulins, une petite virée en amoureux ponctuée de pas mal de marche et de la visite de deux musées fort sympathiques : le Musée de l’illustration et de la jeunesse et Le Centre national du costume de scène. L’exposition temporaire sur les contes de fées de ce deuxième musée était juste magique d’autant qu’une des scènes était consacrée à Alice au pays des merveilles ! Je peux vous dire que je me suis régalée.

Résultat de recherche d'images pour "Musée de l’illustration et de la jeunesse moulin"

Musée de l’illustration et de la jeunesse (Photo du site https://www.allier-auvergne-tourisme.com)

Centre National du Costume de Scène (photo du site http://www.ville-moulins.fr)

Aucun texte alternatif disponible.L’image contient peut-être : une personne ou plus

L’image contient peut-être : personnes debout

5) Ma Pal prévisionnelle

Septembre est donc un mois durant lequel j’ai passé pas mal de temps à l’extérieur, ce qui s’est ressenti dans mon rythme de lecture puisque j’ai bien moins lu que les mois précédents. J’ai donc pour le mois d’octobre une PAL prévisionnelle constituée en grande partie de lectures urgentes :

Couverture de Le cri de la raison par Renzo PalmonariCouverture Le Rôle de la Guêpe

Couverture L'Assassin de ma soeurCouverture Les chemins de la délivrance

Couverture Altérés, tome 1 : La proie du dragonCouverture Pentacle

Si certain(e)s d’entre vous sont intéressé(e)s par une lecture commune, n’hésitez pas à me contacter en commentaire ou par mail.

Face au retard pris dans la lecture de mes SP, je prévois de faire un WE à 1000 (concept inventé par Lili bouquine) du 5 octobre (à partir de 19h) au 7 octobre (jusqu’à 23h59). Si vous voulez me rejoindre dans l’aventure, ce serait avec plaisir. Comme toujours le but est de se faire plaisir, alors même si vous ne pensez pas arriver à lire les 1000 pages, vous êtes les bienvenus.

Et vous, que retenez-vous de ce mois de septembre ?