Le matin des larmes, Bruno Sanna

J’ai lu Le matin des larmes de Bruno Sanna dans le cadre du Prix des auteurs inconnus, le roman concourant pour la catégorie imaginaire.

Prix des auteurs o

RÉSUMÉ

À son réveil, avec un mal de tête et des courbatures partout, Sophie crut apercevoir son mari sortir de la chambre. L’émotion qui l’avait submergée la veille en regardant les photos devait probablement lui jouer des tours. Cependant, elle trouva qu’il régnait une étrange atmosphère dans la pièce. Pour s’assurer que ce n’était pas le fait de son imagination, elle se leva et ouvrit les volets roulants pour laisser entrer la lumière du jour. Elle fut stupéfaite en découvrant que cette chambre ne correspondait en rien à la sienne. De la décoration au mobilier, tout était différent. Elle resta immobile, seul son regard balayait cette pièce qui lui semblait étrangère. Après une brève réflexion, elle se précipita dans la chambre de sa fille et fut surprise de découvrir une pièce complètement vide. Abasourdie, elle se rendit dans celle de son fils et s’aperçut qu’il s’agissait cette fois d’un bureau…

  • Epub : 142 pages
  • Editeur : Agence Francophone pour la Numérotation du Livre (10 avril 2017)
  • Prix : 2.99€
  • Autre format : broché

AVIS

Ce livre me faisait un peu peur, mais j’ai finalement passé un bon moment de lecture. Le roman n’est pas exempt de petits défauts, mais dans l’ensemble, le récit se lit tout seul.

Nous découvrons ainsi Sophie, médecin, mariée et mère de deux enfants, Betty et Sam, dont le quotidien va être chamboulé par un phénomène étrange… Elle se retrouve ainsi dans une réalité différente de la sienne, une réalité où tout le monde est à sa place, mais où tout le monde semble différent. Une prise de conscience très perturbante pour Sophie qui va, en plus, découvrir qu’elle a quitté son monde pour un monde beaucoup plus sombre et violent, un monde où l’effroyable est arrivé…

Difficile de vous parler de ce roman sans vous spoiler, mais je peux néanmoins vous dire que l’auteur a imaginé une uchronie dans laquelle le continent européen est devenu une seule et même nation. Gouvernée par une dictature aux idées nauséabondes que l’auteur a piochées dans notre Histoire, cette « grande » nation m’a donné des sueurs froides puisque je n’ai pas pu m’empêcher de me dire « et si ». Et si le postulat de départ de l’auteur était vrai ?

Le roman est relativement court, ce qui explique que l’auteur va droit au but et ne se perd pas dans des détails inutiles ou dans de longues descriptions pour expliquer la vie dans cette France rêvée ou plutôt cauchemardée. Les amateurs d’univers détaillés en long et en large risquent donc une certaine déception de ce côté-là, mais pour ma  part, cela ne m’a point dérangée. L’auteur se basant sur des idées et des pratiques qui ont bel et bien existé par le passé, il n’a pas besoin de s’appesantir sur les détails. Notre mémoire nous permet ainsi de nous imaginer sans peine la violence d’une nation construite sur la haine de l’autre…

Et si on ne fait que deviner la violence quotidienne, on assiste par contre très bien à celle qui émane du pouvoir politique notamment en la personne du vice-président. Autoritaire, violent, raciste, sexiste… ce charmant personnage a tout du bon psychopathe des familles que l’on n’a pas envie d’avoir en face de soi. Détestable et effroyable, j’ai néanmoins regretté que l’auteur tombe assez vite dans la caricature. Un personnage plus nuancé l’aurait rendu, somme toute, plus plausible et donc plus intéressant.

Son rôle dans l’histoire n’en demeure pas moins utile puisque c’est de sa présence et de son obsession pour la présidente et la présidence que la tension du récit émane. À travers ce personnage, l’auteur a déployé toute une intrigue dans laquelle Sophie va jouer un rôle primordial et ceci bien malgré elle… On ne peut donc que ressentir un minimum d’empathie pour cette femme : être parachuté dans une réalité différente de la sienne est déjà déroutant en soi, mais si en plus, on tombe dans une réalité qui donne envie de se planquer sous sa couette… J’ai toutefois été déstabilisée par la place que lui a accordée l’auteur dans le roman. Sophie est essentielle à l’intrigue, mais elle n’y pend pas vraiment part, ou du moins, pas activement… C’est assez personnel, mais j’aurais souhaité qu’elle ne se contente pas de raconter son histoire, sa réalité, mais qu’elle se batte un peu plus pour retrouver sa vie et les siens.

Quant aux autres personnages, ils sont, pour la plupart, antipathiques ! Même les plus gentils ont des idées qui donnent envie de vomir, ce qui est plutôt normal si l’on considère dans quelle nation et quelles valeurs ils ont été élevés… Cette ambivalence engendre un certain malaise, car difficile d’apprécier une personne qui, par exemple, fait tout pour sauver sa femme, mais qui est également capable de sacrifier un autre humain sans une once de culpabilité… Ces personnages ont le mérite de nous pousser à nous interroger sur toutes ces personnes qui ont vécu sous le joug de la pire dictature que le monde a connu sans se rebeller. Est-on vraiment le fruit de notre éducation ou peut-on arriver à se délivrer des carcans dans lesquels celle-ci a pu nous enfermer ? Et les liens familiaux et l’amour que l’on porte aux siens peuvent-ils venir à bout d’un endoctrinement constant et menaçant ?

En ce qui concerne le style de l’auteur, j’ai trouvé sa plume dynamique, bien qu’un peu trop simple pour satisfaire l’amatrice des belles plumes en moi. N’attendez donc pas de belles figures de style, mais plutôt des phrases relativement courtes et percutantes. La présence de nombreux dialogues rend, en outre, la lecture rapide et plutôt prenante. J’ai d’ailleurs lu le livre d’une traite. Il y a néanmoins quelques petits points qui, à mon sens, mériteraient d’être retravaillés : une couverture qui ne permet pas aux lecteurs de se projeter dans le récit, quelques incohérences notamment sur la notion de continent/pays, un retournement de situation gâché par une phrase qui aurait mérité la mention de « spoiler alerte », un grand méchant trop caricatural pour être crédible, une gentille infirmière qui se transforme d’un coup en tigresse bien qu’on pourrait arguer une volonté de rébellion trop longtemps contenue…

En conclusion, entre découvertes d’une réalité bien différente de la nôtre, des complots qui gangrènent un pouvoir déjà bien glauque en-soi et une certaine tension, Le matin des larmes est un roman qui se lit très vite, et qui devrait plaire aux amateurs d’histoires courtes menées tambour battant. Et puis en oscillant entre plusieurs genres, l’auteur fait preuve d’une audace que je ne peux que saluer d’autant qu’il s’agit ici de son premier roman.

Bruno Sanna

Photo du site Babelio

Page FB du roman

Je vous invite à lire les avis des autres membres du jury sur le site du Prix des auteurs inconnus

 

Le rêve de Vanessa, Cécile Soler

Je remercie Cécile Soler de m’avoir fait parvenir Le rêve de Vanessa via le site Simplement.

PRÉSENTATION ÉDITEUR

Vanessa n’a qu’une idée en tête: devenir une championne de patinage artistique. Son entraîneur, Madame Letourneur, lui a proposé de passer le concours d’entrée à Arcadia, l’académie dont elle rêve. Mais ses parents voient sa passion d’un très mauvais œil. Réussira-t-elle à les convaincre que la glace est toute sa vie? (à partir de 9 ans)

  • Broché: 118 pages
  • Editeur : CreateSpace Independent Publishing Platform (21 mars 2015)
  • Prix : 6,99€
  • Autre format : ebook

AVIS

Je trouve la couverture plutôt plaisante à regarder sans oublier que son aspect soft touch rend la prise en main du livre très agréable.

L’histoire et les personnages…

Mais au-delà de l’aspect esthétique, ce sont bien les qualités littéraires du livre qui m’ont plu. J’ai aimé la manière dont Cécile Soler nous plonge directement dans la vie de Vanessa, une jeune fille de onze ans qui ne vit et ne respire que pour une chose : le patinage artistique. Cette passion n’emporte hélas pas le suffrage de ses parents qui n’y voient, au mieux, qu’une chimère venant entraver la réussite scolaire de leur enfant unique. Une vision plutôt étriquée et injuste des choses si l’on considère que Vanessa arrive à jongler avec brio entre école et sport !

Les parents de la jeune fille m’ont semblé injustement sévères avec leur fille qui a pourtant tout de l’enfant modèle. Le contexte socioculturel de cette famille n’est pas expressément donné, mais l’on devine que Vanessa provient d’une famille plutôt à l’aise financièrement qui valorise la réussite sociale (pour une enfant, à travers ses notes) au détriment de l’épanouissement personnel. Le patinage artistique ne semble donc pas être une activité à la hauteur des attentes de ses parents. Alors que ses autres camarades de patinage sont soutenues par leurs parents, Vanessa doit par conséquent se battre pour imposer sa passion à des parents qui ne la soutiennent absolument pas et iront même jusqu’à lui mettre des bâtons dans les roues.

Laissez-moi vous dire que j’ai été plus que révoltée par l’attitude de ces deux adultes. Même si je n’ai pas d’enfant, je n’arrive pas à concevoir que l’on ne puisse pas le soutenir inconditionnellement surtout quand il fait preuve d’une telle maturité et pugnacité. En effet, bien qu’elle étudie plus pour faire plaisir à ses parents que par réel intérêt, Vanessa prouve tout au long du livre sa capacité de travail autant sur la glace que sur les bancs de l’école. C’est définitivement une jeune fille avec la tête sur les épaules.

L’histoire est assez courte et se lit très vite, mais on en vient très vite à s’attacher à notre jeune héroïne qui, malgré son côté enfant très sage, ne va pas hésiter à braver l’autorité parentale quand celle-ci entrave de trop près un premier pas vers son rêve. En tant qu’adulte, je l’ai trouvée très touchante, et j’imagine aisément que des filles de son âge puissent s’identifier à elle, qu’elles aient une passion dévorante ou non.

En effet, au-delà du patinage, l’autrice aborde des questions qui touchent chaque enfant à un moment ou à un autre de sa vie : l’amitié parfois fusionnelle et exclusive, les petits mots que l’on se lance en classe, la peste qui nous enquiquine l’existence depuis des années, l’autorité parentale, l’intérêt pour l’autre sexe qui commence petit à petit à s’éveiller… Mais les adultes ne seront finalement pas en reste, car ces différents points devraient leur rappeler quelques souvenirs. Et puis, la poursuite d’une passion et de ses rêves peut concerner chacun d’entre nous, quel que soit son âge.

L’autrice effleure également la rigueur et les restrictions notamment alimentaires que le sport peut engendrer quand il est pratiqué dans l’optique d’en faire son futur métier. J’ai trouvé cet aspect intéressant et espère qu’il sera développé de manière un peu plus approfondie dans les tomes suivants…

A noter en fin d’ouvrage un glossaire reprenant les termes techniques utilisés dans le récit. Je trouve que c’est une très bonne idée même si je vous rassure, le livre n’est pas truffé de termes incompréhensibles pour le commun des mortels. L’autrice a ainsi veillé à offrir un récit qui parlera certainement aux personnes pratiquant le patin à glace ou un sport à haut niveau tout en veillant à le rendre assez immersif et accessible pour plaire aux personnes ne connaissant pas le monde du patinage ou du sport.

Deux points qui m’ont un peu moins convaincue…

Si j’ai aimé l’histoire, j’ai néanmoins regretté son côté trop manichéen et la présence de personnages assez caricaturaux. Toutefois, la fluidité de la plume de l’autrice aide à oublier ce point d’autant qu’il convient de rappeler que nous restons dans un roman jeunesse.

De la même manière, je n’ai pas été convaincue par l’apparition soudaine et miraculeuse de la tante et encore moins par son intervention. Vu le caractère borné et autoritaire du père, la mère restant dans le rôle de l’épouse soumise, il m’apparaît quand même peu probable qu’elle puisse avoir une telle influence sur les choix éducatifs de son frère… Mais de nouveau, le public visé par le livre peut expliquer le dénouement un peu trop rapide et aisé de l’histoire.

En conclusion, tout au long du livre, le lecteur ne peut que s’attacher à Vanessa et espérer ardemment qu’elle accède à son rêve malgré son environnement familial plutôt hostile à sa passion du patinage artistique. A travers une histoire simple, mais touchante, Cécile Soler nous offre ainsi un très bon moment de divertissement qui devrait séduire autant les enfants que leurs parents.

Pour ma part, c’est avec plaisir que je lirai la suite des aventures de Vanessa puisque les tomes 2 et 3 sont déjà parus.


Site de l’autricePour acheter le livrePage FB

Pour ma part, je vous laisse avec le trailer du tome 3 de cette série jeunesse fort sympathique.

 

 

 

Premières lignes #13 : Le Psy, le Caniche… et Moi, Elisabeth Nihous

Premi!èr-1

J’ai décidé de participer au rendez-vous Premières lignes, initié par Ma lecturothèque, dont le principe est de citer, chaque semaine, les premières lignes d’un livre.

Pour cette semaine, j’ai décidé de vous présenter le roman d’une autrice très sympathique : Le Psy, le Caniche… et Moi d’Elisabeth Nihous.

51TuOMYH+QL._SY346_

UN MARI PSY QUI LA TROMPE…
nie farouchement l’évidence et n’applique aucun des principes qu’il conseille à ses patients.
UN FILS ADO MANIAQUE DE LA PROPRETÉ…
dont la consommation d’eau et de savon rivalisent ceux d’une blanchisserie.
UNE VIEILLE TANTE DÉJANTÉE…
sur le point d’être chassée de sa maison de convalescence pour cause de soirées karaokés.

ÉGALENT : une Charlotte bien décidée à surmonter les embûches… par le RIRE.
Avec le soutien de deux amies et celui, inattendu, d’un vieux client qui confond retraite avec nouvelle jeunesse.
Entre assassinat de smartphone, pancakes aux myrtilles et course-poursuite dans un palace s’ensuit une comédie gaie, vitaminée, aux personnages attachants en proie à de multiples rebondissements.

PREMIÈRES LIGNES

J’ai un peu triché puisque j’ai préféré sauter le prologue.

20170721_145340-1

J’ai choisi ce roman pour son titre et sa couverture qui, tous deux, annoncent déjà une lecture parfaite pour l’été. J’espère arriver à lire ce roman en août… Alors si une lecture commune vous tente, n’hésitez pas à me le dire ; plus on est de fous, plus on rit.

Et vous, le roman vous intéresse ?

 

Demain, quand j’étais mort ! , Eddard Mingwe

Je n’aime pas les zombies, mais j’aime rire.  Alors quand j’ai découvert Demain, quand j’étais mort ! de Eddard Mingwe, j’ai su qu’il me fallait découvrir cet ouvrage. Et puis je dois avouer que la couverture m’a fait penser à iZombie, la seule série avec des zombies que j’apprécie.

Je remercie l’auteur de m’avoir fait confiance, malgré mon absence de culture zombiesque, en m’envoyant son livre.

PRÉSENTATION ÉDITEUR

Connecticut-Sur-Maine. Pandémick Rivers. Notre époque.
Alors que la tant attendue saison de la chasse aux touristes est enfin ouverte et que la traditionnelle fête de la tartine humaine bat son plein, une météorite s’écrase près d’un insolite village peuplé de fermiers consanguins et anthropophages, libérant de mystérieuses spores visqueuses et particulièrement voraces.
Après la contamination de la plus grosse unité locale de production et d’exportation de cuisses de grenouilles surgelées, d’étranges cas de mutation vont être simultanément répertoriés à différents endroits du globe.
Le chaos s’installe, la menace se répand.
Bientôt des événements aussi cocasses qu’atroces vont s’enchaîner et nous mener droit à l’apocalypse la plus horrible et stupide jamais imaginée…Au menu de cette zombédie tragique : une pandémie, des morts-vivants, des retraités fous furieux, quelques politiciens véreux, des recettes culinaires cannibales de fin du monde, et bien entendu, un soupçon de romantisme et de magnifiques histoires d’amour…

  • Format : Format Kindle
  • Nombre de pages de l’édition imprimée : 240 pages
  • Prix : 2,99€
  • Autre format : broché

AVIS

Du sang, des doigts coupés et des pieds bouffés !

L’histoire de départ semble déjà bien loufoque et préfigure d’ailleurs parfaitement le contenu du livre. On part ainsi d’un village paumé où vivent une bande de dégénérés idiots, consanguins, cannibales et zoophiles pour finir par l’apocalypse marquant l’avènement des zombies.

Entre temps, il se passe des choses plus absurdes les unes que les autres ! Heureusement pour nous, notre protagoniste est là pour nous raconter les principales étapes de la catastrophe la plus idiote de tous les temps. On ne peut pas dire qu’on s’attache à lui, mais on prend plaisir à rire à ses côtés même si finalement, il n’est pas autant présent que cela dans l’histoire. Ce point m’a un peu étonnée m’étant imaginée qu’il aurait un rôle plus important dans les événements.

Mais peu importe, car l’auteur tient toutes ses promesses en nous livrant une histoire gore à souhait et tellement déjantée qu’elle en devient délicieusement absurde. C’est dingue, c’est dégueulasse et parfois malsain, mais on en redemande ! Il faut dire que l’auteur a l’art et la manière de manier la plume pour accrocher le lecteur et lui vendre du sensationnel. On est dans la surenchère de sang, de macabre, d’horreur, de cynisme… mais que c’est bon.

J’ai aimé cet étalage de personnages aussi déviants que débiles, d’événements improbables, cette profusion d’hémoglobine, ces doigts coupés, ces jambes sectionnées, ces pieds bouffés, ces yeux arrachés, ces scènes horribles qui marquent l’imagination… Je peux vous dire que ce qu’Eddard Mingwe décrit vous vous l’imaginez parfaitement ce qui devrait ravir les amateurs d’histoires bien gore.

Ces derniers reconnaîtront certainement les multiples références et clins d’œil de l’auteur aux films d’horreur puisqu’il en reprend avec brio les grosses ficelles. En parcourant le livre, je n’ai d’ailleurs pas pu m’empêcher de penser aux nanars que ma mère adore et qui sont tellement ridicules qu’ils en deviennent bons à condition de les prendre au deuxième voire troisième degré.

Des zombies, mais pas que…

Demain, quand j’étais mort ! , ce n’est pas seulement une parodie d’histoire de zombies. C’est également une critique acerbe et très juste de notre société et de ses travers.

L’auteur parsème ainsi son texte de références à l’actualité ou à des phénomènes de société : consumérisme, redistribution inégale des richesses, scandales alimentaires faisant régulièrement la une de nos journaux, élevage intensif (les humains finissant par être victimes de leurs propres pratiques)…

Les hommes politiques ou autres figures publiques en prennent aussi pour leur grade. Et je dois dire que les chapitres qui leur sont consacrés ont été de loin mes préférés. J’ai vraiment trouvé que c’est là que le côté caustique de la plume d’Eddard Mingwé ressortait le mieux.

La caricature de Donald Trump est ainsi plutôt savoureuse : homme au physique ingrat complètement ridicule et imbu de sa personne, idiot qui prend ses électeurs pour des demeurés (vous me direz, la boucle est bouclée), libidineux et éjaculateur précoce… C’est évidemment très caricatural, mais vu le potentiel comique du modèle original, il aurait été dommage pour l’auteur de ne pas l’exploiter.

Mais je dois dire que c’est Pol Narev, victime innocente de l’imposteur Michel Polnareff, et son besoin désespéré de revivre sa gloire passée, et de connaître de nouveau la joie d’être adulé par ses fans, qui m’a le plus amusée. Vous n’écouterez d’ailleurs plus Goodbye Marylou (si l’idée inexplicable de le faire vous prenait) sans penser à la version très personnelle de Pol Narev.

J’ai, en outre, beaucoup aimé l’humour noir, voire très noir, et le cynisme dont l’auteur sait faire preuve. On ressent qu’il s’est fait plaisir en ne censurant aucun de ses délires ! Dans une société de plus en plus bien-pensante où, à vouloir préserver tout le monde de tout, on ne rit plus de rien, c’est rafraîchissant et divertissant.

Je garde ainsi en tête une scène mémorable se déroulant dans une maison de retraite et impliquant une mamie, Parkinson et des œufs. C’est cynique à souhait, mais c’est infiniment drôle. Et je suis quasi certaine que ma grand-mère, maintenant perdue dans les limbes d’Alzheimer, aurait également ri volontiers à ce trait d’esprit si elle avait toujours le sien.

Demain, quand j’étais mort ! , c’est pour quels vivants ? 

Alors, est-ce que ce livre plaira aux amateurs fous furieux de zombies ? Là, est la question !

Je pense que oui, à deux conditions. La première est qu’ils se mettent bien en tête, avant de se lancer dans le livre, que ce n’est en aucun cas une histoire classique de zombies même si le gore est bien au rendez-vous. La seconde est que lesdits amateurs de zombies aient un minimum d’humour. Si ces deux conditions sont réunies, je dis banco ou bingo, c’est au choix.

Si comme moi, à l’inverse, vous regardez avec scepticisme cet engouement pour les zombies, je vous conseille aussi de vous lancer sans attendre dans la lecture du livre. Je vous assure, ça fait vraiment plaisir de voir un auteur qui traite le sujet avec légèreté se moquant allègrement des codes du genre comme de ceux des nanars de tous bords en prenant le temps, au passage, de formuler une critique acerbe de notre société.

En d’autres termes, Eddard Mingwe réunit les amoureux de zombies et les gens normaux hermétiques au phénomène sous une même bannière, celle de l’humour et du rire. Alors moi je lui dis bravo et merci pour ce moment.

Site de l’auteurAmazon