Cendrillon et moi : la belle-mère parle enfin, Danielle Teller

Je remercie les éditions Denoël de m’avoir permis de découvrir Cendrillon et moi de Danielle Teller.

PRÉSENTATION ÉDITEUR

C’est la marâtre la plus détestée de l’Histoire, celle dont on parle pour faire peur aux enfants désobéissants. Mais qui savait que la belle-mère de Cendrillon s’appelle en réalité Agnès, qu’elle a passé sa jeunesse à trimer comme bonne à tout faire, quelle a dû se battre comme une lionne pour accéder à un monde qui n’est pas le sien, que son époux est alcoolique et que sa belle-fille, petite princesse aux petons si délicats, est en réalité fort capricieuse ? Agnès n’en peut plus des sornettes autour des pantoufles, des princes charmants et des citrouilles. Elle est bien décidée à rétablir la vérité, quitte à égratigner quelque peu la version officielle. Une réécriture ingénieuse et jubilatoire du célèbre conte, qui réussit l’exploit de nous faire aimer un personnage détesté.

Denoël (11 avril 2019) – 400 pages – Broché (22,90€) – Ebook (16,99€)
Traduction : Audrey Coussy

AVIS

Vous pensez tout connaître de l’histoire de Cendrillon, de sa marâtre et de ses deux horribles belles-sœurs ? Détrompez-vous ! Agnès, alias la méchante belle-mère, vous donne sa propre version de l’histoire, une version bien différente de celle communément admise…

Quand nous imaginons Agnès méchante et cruelle, nous la découvrons malmenée par la vie, courageuse et pugnace. Que ce personnage m’a fascinée, émue, remuée… Élevée dans une famille pauvre qui ne peut continuer à subvenir à ses besoins, elle est envoyée très jeune dans un manoir pour assister la lingère. Cette femme fainéante et odieuse, qui abusera de sa position pour l’exploiter, sera, d’une certaine manière, la première personne à lui apprendre la dureté de la vie…

Tout au long du roman, on alterne entre des flash-back durant lesquels nous voyons Agnès grandir et partageons les moments forts de sa vie d’enfant, d’adolescente et d’adulte, et le présent.

En lisant ce roman, je m’attendais à une réécriture de conte légère et empreinte d’humour alors que j’ai découvert un récit plus proche d’une fiction historique que d’une histoire fantastique. Oubliez la fée marraine et sa baguette magique, et entrez plutôt de plain-pied dans cette histoire qui décrit de manière implacable une réalité sociale difficile, celle des pauvres contre les nantis, celle des femmes du peuple qui doivent se battre pour assurer leur survie et protéger le fruit de leurs entrailles, celle des femmes qui ne sont que peu de chose face à un pouvoir religieux écrasant et une société patriarcale qui a vite fait de vous voler tous vos acquis à la mort de votre mari…

On ne peut que se révolter devant les injustices faites à Agnès d’autant que derrière cette œuvre de fiction, se cache une réalité historique qui est d’ailleurs, en partie, toujours d’actualité dans certaines régions du globe. Agnès vit des choses difficiles et révoltantes, mais à aucun moment, nous ne ressentons de pitié pour cette femme. Non parce qu’elle nous est antipathique, bien au contraire, mais parce que c’est une battante qui ne se laisse pas faire, et qui affronte chaque situation et chaque personne avec courage. Intelligente, débrouillarde et déterminée, elle se battra sans relâche pour assurer son avenir et celui de ses deux filles issues d’un mariage malheureux dont elle arrive pourtant à s’accommoder et tirer parti…

Matilda et Charlotte, les deux amours de sa vie, ont également connu leur lot de malheurs. Rendues laides, chacune à leur manière, par les vicissitudes de la vie, elles seront rejetées et moquées alors que derrière leur apparence se cachent un cœur d’or et une grande intelligence. À travers ces deux personnages, l’autrice semble souligner ce culte de l’apparence qui hante le monde depuis tellement longtemps qu’il a imprégné les contes de notre enfance. Quand la laideur est associée à la méchanceté, la beauté est, quant à elle, synonyme de toutes les vertus. Mais est-ce vraiment le cas ?

Les choses ne sont-elles pas bien plus complexes à l’image de cette histoire qui nous permet de voir le mythe de Cendrillon sous un autre jour ? Sous la plume poétique et évocatrice de Danielle Teller, les personnages de ce célèbre conte nous apparaissent bien différents de l’image que nous en avons. Agnès n’est pas cette méchante femme que l’on a tous détestée, et Cendrillon ou Elfida de son vrai nom, aucunement ce parangon de vertu qui aurait été brimé et asservi par sa belle-famille ! Tout ceci n’est que billevesées et rumeurs idiotes dont rien ne semble entraver la propagation…

Ni sorcière pour l’une, ni modèle de perfection pour l’autre, ces deux femmes sont simplement des êtres humains avec leurs défauts et leurs qualités. Agnès se montre parfois maladroite, trop rigide et trop dure avec sa belle-fille pensant agir pour son bien… Quant à Cendrillon, c’est une enfant complexe dont il est difficile de briser la carapace, et qui se révèle capricieuse, habituée à ce que son père alcoolique et défaillant lui passe tous ses caprices. Mais derrière les malentendus, les incompréhensions, et les tensions inhérentes à toute vie de famille, a fortiori d’une famille recomposée, il y a aussi beaucoup de tendresse et d’amour. Le « belle » de belle-mère et de belle-fille finit d’ailleurs par disparaître ne laissant plus qu’une mère et sa fille qui sont passées par des moments difficiles, mais qui ont fini par se trouver.

En conclusion, en prenant le parti de nous offrir une réécriture de conte aux allures de fiction historique, Danielle Teller captive ses lecteurs qu’elle rend témoin privilégié de l’émancipation d’une enfant devenue femme malgré l’adversité. Quand l’imaginaire collectif fait de la belle-mère de Cendrillon et de ses deux filles d’horribles personnes, l’autrice les humanise et nous prouve que derrière chaque histoire, peut se cacher une tout autre réalité.

Feuilletez un extrait du roman sur le site des éditions Denoël.

Publicités

Comment l’hypnose a changé ma vie, Messmer

Je remercie Babelio et les éditions Michel Lafon pour m’avoir permis de découvrir Comment l’hypnose a changé ma vie de Messmer.

PRÉSENTATION ÉDITEUR

 » L’invisible, l’impalpable a une réalité, une énergie. « 

 » Je m’appelle Éric Normandin, mais en 1995 j’ai décidé de me faire connaître sous le nom de Messmer, en hommage à l’un des plus célèbres pionniers de la science de l’hypnose. Je suis né en 1971 et j’ai grandi à Saint-Césaire, une petite ville du Québec, dans une famille plus atypique qu’on pourrait le croire. Quarante-sept ans plus tard, je parcours la planète en exerçant le métier de fascinateur. Je crois au pouvoir de l’esprit. Grâce à lui, j’ai réalisé ce que j’ai longtemps cru impossible : faire découvrir l’hypnose au public, tout en le divertissant.
Lorsque j’ai enfin écouté et apprivoisé – en pleine conscience – la puissance de l’esprit, j’ai su, après bien des détours et des déconvenues, prendre les meilleures décisions pour réaliser mes rêves… Puisse mon livre vous aider à réaliser les vôtres.
Je suis Messmer et voici mon histoire. « 

Michel Lafon (24 janvier 2019) – 237 pages – Broché (18,95€) – Ebook (13,99€)

AVIS

Ne regardant quasiment pas la télé et jamais les émissions de divertissement, je confesserai être passée à côté du phénomène Messmer. En revanche, l’hypnose est un sujet qui m’intéresse beaucoup ayant eu l’occasion de tester l’hypnose ericksonienne dans le cadre médical. Si malheureusement, cela n’a pas vraiment eu d’impact sur mes phobies, je reste persuadée de la puissance et du bien-fondé de cette science.

J’étais donc très curieuse d’en apprendre plus sur la manière dont l’hypnose a pu changer, pour le meilleur, le destin d’une personne. Et je dois dire que je ne regrette pas du tout ma curiosité. Dès les premières lignes, Messmer arrive à créer une vraie complicité avec le lecteur lui narrant sa vie, de sa prime jeunesse à l’homme médiatique qu’il est devenu, comme il le ferait à un ami. Une convivialité dans le style d’écriture qui rend la lecture très agréable et surtout très rapide même pour les personnes qui, comme moi, ne lisent quasiment jamais d’autobiographies.

Les pages défilent sans que jamais ne pointe l’ennui. Bien au contraire, on prend beaucoup de plaisir à découvrir la vie de cet homme dont ici transparaît toute la gentillesse, la simplicité, la débrouillardise, mais surtout la pugnacité et la capacité de travail. Quand Messmer raconte certains épisodes de sa vie et notamment la manière dont il a réussi enfant à hypnotiser un camarade, on a presque l’impression que c’est facile. Il reçoit de son grand-père un étrange et mystérieux grimoire que je rêve de feuilleter au demeurant, il le lit, l’étudie, s’entraîne et ça marche.

Mais au fil des pages, on se rend compte que si l’homme semble avoir des dispositions naturelles, ses talents d’hypnotiseur sont avant tout le fruit de beaucoup de travail. Hypnotiser et fasciner les foules, c’est un travail personnel de longue haleine qui ne semble d’ailleurs jamais terminé. Messmer est, en effet, toujours à l’affût de nouveaux moyens de passionner ses spectateurs, et de développer ses capacités. Que ce soit en hypnotisant une salle entière en un claquement de doigts, ou presque, marquant ainsi un record mondial ou en essayant d’exploiter tous les sens pour offrir un spectacle multisensoriel, Messmer ne se repose jamais sur ses lauriers. C’est peut-être l’une des clefs du succès de cet homme qui fascine au sens propre comme au sens figuré.

Pour ma part, je n’ai jamais eu l’occasion d’assister à l’un de ses spectacles, mais s’il met sur scène ne serait-ce qu’une parcelle de l’énergie mise dans ce livre, le spectacle s’annonce grandiose ! J’ai d’ailleurs apprécié que l’auteur évoque certains moments forts/anecdotes de ses shows et de ses passages à la télé, certains se révélant amusants et d’autres empreints d’émotions. Cela permet, en outre, d’offrir aux personnes n’ayant jamais assisté à l’une de ses représentations, un petit aperçu de ce qu’il est capable de faire. Et même en gardant à l’esprit que l’hypnose n’a rien de magique, ses capacités ont de quoi faire rêver et impressionner !

Ce facteur rêve explique peut-être, en partie, l’engouement du public pour cet hypnotiseur que les spectateurs plébiscitent n’hésitant pas, pour certains, à assister plusieurs fois au même spectacle. Chose étonnante de prime abord, mais qui prend tout son sens quand l’on sait que Messmer interagit de manière importante avec le public. Chaque représentation, même si elle suit une trame rigoureuse et pensée de A à Z, est donc influencée par les personnes présentes dans la salle jusqu’à devenir unique… Et puis il y a cet amour du public que l’on perçoit à travers les mots de Messmer, et qui doivent certainement faciliter la relation de confiance qu’il entretient avec ses spectateurs prêts à repousser, avec enthousiasme et en toute confiance, les limites de leur esprit.

Dans ce livre, j’ai découvert un homme fascinant et passionnant, mais aussi quelqu’un de simple et d’accessible malgré sa profession et ses capacités peu communes. Une impression renforcée par les anecdotes qu’il partage sur son enfance, sa vie professionnelle qui n’a pas toujours été celle qu’on lui connaît, l’influence et l’importance de sa famille dans sa vie, les rencontres qui ont marqué sa carrière, la difficulté de mener de front vie de famille et carrière internationale… Sont également insérées quelques photos qui nous offrent une petite plongée dans l’intimité de l’auteur. Alors que l’on aurait pu craindre de tomber dans le voyeurisme avec cette sensation de feuilleter les pages d’un magazine people, Messmer a réussi à partager des moments significatifs de sa vie tout en gardant une certaine retenue.

Comment l'hypnose a changé ma vie, Messmer

La seule chose qui pourrait décontenancer les lecteurs avec cet ouvrage, c’est l’absence d’explications concernant l’hypnose et ses différentes techniques. Pour ma part, cela ne m’a pas dérangée, le sujet étant tellement vaste qu’il aurait fallu bien plus d’un seul livre pour en faire le tour.

En conclusion, que vous soyez fan de Messmer ou non, je ne peux que vous inviter à vous laisser tenter par cette autobiographie qui vous permet de découvrir l’homme derrière l’artiste. Avec simplicité et beaucoup de convivialité, il vous narre les principales étapes de sa vie et tous ces moments et rencontres qui lui ont permis de devenir l’un des meilleurs hypnotiseurs au monde. Messmer, parfait exemple du self-made-man, inscrit ici sa légende, et ne semble pas prêt de s’arrêter en si bon chemin.