La fille des eaux vives, Antonin Malroux

La Fille des eaux vives (ESSENTIELS) par [Malroux, Antonin]

Je remercie les éditions de Borée de m’avoir permis de découvrir La fille des eaux vives d’Antonin Malroux. Une lecture qui m’a laissé un avis assez mitigé malgré des débuts très prometteurs.

PRÉSENTATION ÉDITEUR

L’apparition d’Émilie a éveillé la curiosité des habitants de Besse, petite ville du Puy-de-Dôme. Qui est donc cette jeune femme qui arpente les rues, armée de son appareil photo ? Pourquoi prend-elle chaque jour des clichés de la maison de Romain ? Intrigué, ce jeune retraité se lie avec la vacancière. Émilie lui confiera-t-elle le mystère qui l’a conduite sous sa fenêtre ? Le cœur des hommes est parfois si fragile… Et le passé d’Émilie si douloureux.

Dans cette Auvergne qui veille sur son passé comme sur ses secrets, Émilie est loin de se douter que son aventure l’entraînera au cœur d’une légende. Et même, qui sait, sur les pas de la reine Margot.

Éditions De Borée (14 novembre 2019) – 234 pages – Broché (13,50€) – Ebook (6,99€)

AVIS

J’ai lu le livre rapidement séduite par la belle plume de l’auteur qui manie à merveille l’art de la description, et qui semble posséder un véritable talent pour faire ressortir ce qu’il y a de plus beau de l’Auvergne. L’auteur partage également quelques bribes d’histoire sur cette région que j’ai la chance de connaître un peu. Il m’a donc été aisé de me projeter dans le récit et de m’imaginer les décors et les différents lieux nommés.

De la même manière, je n’ai pas eu de mal à m’immerger dans la vie de cette petite ville du Puy-de-Dôme qui voit sa tranquillité menacée par l’arrivée d’Émilie, une Parisienne passionnée par la photographie. C’est d’ailleurs cette passion qui va la mener devant la maison de Romain avec lequel elle va, au fil des rencontres, développer des liens forts avant de succomber à son attrait pour ce célibataire qui a tout pour plaire. Ni leur différence d’âge ni les commérages ne les arrêteront !

Si je ne suis pas très romance, j’avoue avoir été, dans un premier temps, touchée par la relation entre ces deux êtres qui apprennent à se connaître au gré de leurs balades bien qu’une zone d’ombre persiste autour d’Émilie. Une zone d’ombre qui apporte un peu de mystère à l’intrigue et qui nous donne envie d’en apprendre plus sur cette jeune femme venue en Auvergne suite à un drame personnel… J’ai été toutefois quelque peu agacée par la tournure prise par les événements et l’attitude invraisemblable des personnages. Je ne suis pas contre un peu de dramatique et de romanesque dans un récit, mais ici on tombe clairement dans la surenchère. Tant de souffrance, de temps perdu et de douleur pour rien…

Je veux bien que le poids du passé puisse être lourd à porter, mais de là à tomber dans une telle extrémité surtout quand la vie d’une personne qui n’a rien demandé est en jeu ! La situation m’a semblé d’autant plus incongrue que l’autre membre du couple mis à distance ne tente même pas d’amorcer un dialogue comme n’importe quel adulte un tantinet sensé l’aurait fait préférant se comporter également comme un parfait idiot à l’égo bien mal placé… L’intérêt du début a donc fini par laisser place à de l’agacement puis à un franc ennui d’autant que je m’attendais probablement à autre chose à la lecture du résumé…

Vous aurez donc compris que si j’ai apprécié Romain et Émilie en début de livre, leur évolution en tant que couple ne m’a pas vraiment convaincue ayant eu l’impression de tomber dans un drame sans queue ni tête, un peu à la mode soap américain. Dommage parce que les thématiques soulevées comme le passé, le poids de son héritage et de ses racines n’étaient pas dénuées d’intérêt.

Malgré une déception liée à l’évolution peu cohérente des personnages, le roman possède néanmoins des atouts comme de touchants personnages secondaires. J’ai ainsi particulièrement apprécié un instituteur à la retraite non dénué de sagesse ainsi que le meilleur ami de Romain. Un homme devenu tétraplégique suite à un accident qui entretient une amitié fraternelle avec notre protagoniste. Aidé de sa mère dont il est très proche, il va faire de son mieux pour soutenir son meilleur ami et tenter à sa manière de lui faire ouvrir les yeux sur ses sentiments. Ce ne sera pas toujours un franc succès, mais s’il y a une chose que je retiendrai de ce roman, ce sont les liens profonds qui unissent ces deux hommes pourtant très différents. En grande amoureuse des animaux, la complicité entre Romain et sa chienne m’a également touchée.

En résumé, après avoir été conquise par la plume immersive et empreinte de poésie de l’auteur ainsi que par ses personnages, j’ai fini par ressentir un sentiment de trop-plein, trop de drames inutiles et de comportements incohérents et immatures. Je ressors donc frustrée de ma lecture qui avait pourtant très bien commencé. Comme toujours, si le roman vous intéresse, je vous invite néanmoins à vous forger votre propre opinion.

Retrouvez le roman chez votre libraire ou sur le site de la maison d’édition.