Une mère, Alejandro Palomas

Je remercie Babelio et les Éditions du Cherche Midi pour m’avoir permis de découvrir Une mère d’Alejandro Palomas.

PRÉSENTATION ÉDITEUR

Le roman qui a enflammé l’Espagne.

Barcelone, 31 décembre. Amalia et son fils Fernando s’affairent en attendant leurs invités. En ce dîner de la Saint-Sylvestre, Amalia, 65 ans, va enfin réunir ceux qu’elle aime. Ses deux filles, Silvia et Emma ; Olga, la compagne d’Emma, et l’oncle Eduardo, tous seront là cette année. Un septième couvert est dressé, celui des absents.

Chacun semble arriver avec beaucoup à dire, ou, au contraire, tout à cacher. Parviendront-ils à passer un dîner sans remous ?
Entre excitation, tendresse et frictions, rien ne se passera comme prévu.

Alejandro Palomas brosse avec humour le portrait d’une famille dont les travers font inévitablement écho à nos propres expériences, et celui d’une mère loufoque, optimiste, et infiniment attachante. Une mère profondément humaine, à qui il reste encore quelques leçons à transmettre à ses grands enfants : au cours de cette longue nuit, secrets, mensonges, non-dits et autres révélations familiales vont éclater.

Prenez place à table. Vous allez être servi !

  • Broché: 320 pages
  • Editeur : Le Cherche Midi (16 mars 2017)
  • Prix : 21€
  • Autre format : ebook
  • Traduction : Vanessa Capieu

AVIS

Quand j’ai postulé à la masse critique spéciale de Babelio pour recevoir ce roman, c’était avant tout pour la couverture et le résumé qui m’avaient intriguée. Et puis, je ne pouvais pas résister au plaisir de découvrir le roman d’un auteur provenant d’un pays dont je ne connais que trop peu la littérature : l’Espagne. Cependant, je craignais une histoire de règlement de compte familial sous fond de repas de fête. Les assiettes qui volent et tutti quanti, très peu pour moi !

J’ai donc été ravie et très agréablement surprise de découvrir, dès le début de ma lecture, qu’Une mère, ce n’est pas des assiettes qui volent, mais c’est au contraire, beaucoup d’amour parfois exprimé maladroitement, de tendresse, de soutien, de secrets et de fardeaux à porter, d’humour… En d’autres mots, en lisant ce roman, c’est un imbroglio d’émotions qui s’offrira à vous, vous faisant passer du rire aux larmes au questionnement en un instant.

Il vous sera difficile, si ce n’est impossible, de ne pas vous attacher à cette famille et à ses membres qui partagent beaucoup d’amour les uns pour les autres tout en ayant une certaine retenue dans le partage de leurs émotions et de leurs secrets. Heureusement, leur proximité leur permet de s’épauler et de panser leurs blessures même dans le silence des non-dits.

On vit l’histoire du point de vue de Fer qui est un peu le confident de sa mère et de ses sœurs. Ce statut privilégié du narrateur permet aux lecteurs de découvrir, petit à petit, les peines qui ont jalonné la vie des femmes de sa vie. Je vous rassure, on en apprend également sur ce trentenaire au cœur brisé même si j’avoue qu’il ma fallu un peu de temps pour m’attacher à lui tout comme à ses sœurs ou à l’oncle Eduardo.

Pour ma défense, Amalia, la mère, tire la couverture pendant une bonne partie du roman de par sa fraîcheur, son grain de folie, sa naïveté et ses réparties très souvent hilarantes. Elle fait partie de ces personnes lumineuses qui apportent du rire et de la légèreté là où il y a de la tristesse et de la lourdeur. Je l’ai tout simplement adorée et j’ai beaucoup ri de ses plans douteux et de ses monologues à la logique plus que décousue.

Elle m’a néanmoins parfois agacée dans sa manière de fuir les conflits et/ou de ne pas assurer son rôle de mère puisqu’elle se comporte bien plus souvent en enfant qu’en adulte. Cependant, vous verrez que malgré son apparente insouciance, Amalia est un roc sur lequel ses enfants peuvent compter dans les moments les plus critiques.

Dans ce livre, l’amour familial est omniprésent et peut offrir une vraie bouffée d’oxygène aux personnes qui ont parfois l’impression d’avoir une famille à part voire carrément dysfonctionnelle. Ce livre est en effet la preuve qu’une famille n’a pas besoin d’être parfaite, d’ailleurs la famille parfaite n’est-elle pas une vue de l’esprit, pour être soudée et être un lieu de refuge quand ses membres ont besoin de réconfort.

J’ai en outre beaucoup aimé la manière dont Alejandro Palomas aborde certains thèmes comme l’homosexualité ou encore le deuil, que ce soit d’une personne ou d’une relation qui n’a jamais vraiment commencé. L’homosexualité ne nous est ainsi pas présentée à travers des personnages caricaturaux, mais comme une chose naturelle qui fait simplement partie de la vie. Tellement vrai, mais tellement important à rappeler… Quant au deuil, il le traite avec délicatesse nous montrant que malgré le mal qu’une absence peut faire, l’important est de continuer à avancer tout en laissant une place aux absents.

Enfin, je ne connaissais pas l’auteur, mais j’aurai plaisir à suivre son travail ayant été séduite par sa plume que j’aurais envie de qualifier de « vivante ». Alors que le sujet de la famille n’est pas l’un de mes préférés, j’ai dévoré chacun des mots de l’auteur qui semblaient presque prendre vie devant mes yeux. J’imagine d’ailleurs très bien le roman adapté au cinéma ou à la télé. Il faut dire que grâce à la plume d’Alejandro Palomas, on ne lit pas Une mère, on le vit.

En résumé, j’ai adoré ce roman qui s’est révélé drôle, touchant et infiniment émouvant.  Si vous aimez les histoires avec des personnages touchants qui vous font ressentir des émotions allant du rire aux larmes, le livre est fait pour vous. Alors qu’attendez-vous pour rencontrer Amalia et sa famille ?

Premières lignes #1 : Une mère, Alejandro Palomas

Premi!èr-1

« J’ai décidé de participer au rendez-vous Premières lignes, initié par Ma lecturothèque, dont le principe est de citer, chaque semaine, les premières lignes d’un livre. « 

Pour ce premier rendez-vous, j’ai choisi Une mère d’Alejandro Palomas :

index

Barcelone, 31 décembre. Amalia et son fils Fernando s’affairent en attendant leurs invités. En ce dîner de la Saint-Sylvestre, Amalia, 65 ans, va enfin réunir ceux qu’elle aime. Ses deux filles, Silvia et Emma ; Olga, la compagne d’Emma, et l’oncle Eduardo, tous seront là cette année. Un septième couvert est dressé, celui des absents.

Chacun semble arriver avec beaucoup à dire, ou, au contraire, tout à cacher. Parviendront-ils à passer un dîner sans remous ?

  • Broché: 320 pages
  • Éditeur : Le Cherche Midi (16 mars 2017)

PREMIÈRES LIGNES

Maman avait dit qu’elle s’occuperait des fleurs, mais avec toute cette agitation, elle a oublié de passer chez le fleuriste cet après-midi, donc il n’y en aura pas. Maintenant, elle compte des grains de raisin à côté de moi. Elle les détache précautionneusement de leur grappe, avec en fond sonore la radio qui braille triplement dans le petit appartement : dans le transistor posé près de l’évier, dans celui qu’elle a laissé allumé  dans sa chambre et enfin celui de la salle de bains qu’elle n’éteint que très rarement. Nous sommes assis à la table du séjour, elle est occupée à compter son raisin et moi à plier les serviettes en papier rouges à motifs de Noël, tandis que dans le four le velouté refroidit en même temps qu’une viande, censée être de la dinde, à l’apparence indéfinie.

POURQUOI CE CHOIX

J’ai choisi ce livre car c’est celui que je viens de terminer et que je l’ai tellement aimé que j’aimerais le faire découvrir à tout le monde. Sous fond de repas de famille, Alejandro Palomas nous offre une magnifique histoire pleine d’émotions dont le seul défaut est de se lire bien trop vite.

Livre de ma bibliothèque, date de lecture : avril 2017

Et vous, vous connaissez ce livre ? Il vous tente ?

Chronique à paraître…