La hache, Alain Gerber

La hacheJe remercie les éditions Ramsay pour l’envoi surprise de La hache d’Alain Gerber.

PRÉSENTATION ÉDITEUR

Un sous-lieutenant français se trouve affecté avec trois autres soldats dans la zone occupée par l’armée d’un pays imaginaire qu’on imagine être situé en Europe de l’Est, sans doute de confession orthodoxe, peut-être la Serbie, car il y a un pope au village. Il est logé dans une ferme où habite un fermier, sa femme et sa fille adolescente. Un crime de guerre a eu lieu dans cette région, mais on ignore quels en sont les coupables. L’officier passe son séjour entre l’ennui de cet exil, dans un lieu peu hospitalier, avec les locaux dont il ne parle pas la langue, et les soldats placés sous ses ordres avec lesquels il n’a rien de commun. Un jeu de séduction s’instaure avec la jeune fille qui l’observe en cachette lorsqu’il prend son bain, bien vite interrompu par le père qui, pour couper son bois, manie une hache au fer étincelant. Peu à peu, se révèle la vérité sur ce qui s’est passé dans ce village, avec la découverte d’un charnier. Comme toujours chez Alain Gerber, l’intrigue a moins d’importance que la psychologie extrêmement subtile des personnages, la narration jouant sur les non-dits, les ellipses, les silences. Rien n’est clairement révélé, tout est suggéré, laissant au lecteur le soin de combler les vides du récit. Tout cela servi par une écriture belle et limpide, servie par un style inimitable.

 Ramsay éditions (mars 2019) – 184 pages – Broché (19€)

AVIS

Nous voilà transportés aux côtés d’un sous-lieutenant affecté à une zone dans un pays dont on ignore tout si ce n’est qu’on n’a pas envie d’y vivre et encore moins d’y mourir. Peu ravi d’être cantonné à une mission qui brille par ses contradictions et sa vacuité, il doit en plus se coltiner trois autres soldats dont un caporal qui semble avoir un petit problème avec l’autorité… Mais en bon soldat, notre sous-lieutenant tente de garder la tête froide afin de ne pas lui montrer que ses petites provocations l’affectent.

En parallèle, nous découvrons un fermier qui vit avec sa femme et sa fille. Cet homme semble cacher quelque chose, un secret que seul le froid de l’hiver lui permet, pour le moment, de conserver. L’auteur suggère rapidement et subtilement le drame qui s’est joué près de sa ferme et l’implication de cet homme qui semble dépassé par la tournure que prennent les événements. Il faut dire que les conseils du pope local ont de quoi le déstabiliser, ses suggestions étant un parfait exemple de l’hypocrisie humaine et de la manière dont l’humain, religieux ou non, est capable de sacrifier l’un des siens pour protéger ses propres intérêts ou la « collectivité ».

Le fermier que ces soldats répugnent doit pourtant leur offrir un endroit où se loger et se laver… Si la nouvelle ne l’enchante guère, de fil en aiguille, il finit par reconsidérer sa position vis-à-vis du sous-lieutenant et troque son air hautain pour quelques tentatives de rapprochement. Fantasme ou réalité, il espère ainsi que ces Occidentaux lui offrent finalement une échappatoire face à l’injustice et la trahison dont il se sent la victime.

Avec une couverture sobre qui met parfaitement en exergue le titre, La hache, ce roman pose une ambiance assez particulière à l’orée de la poésie et du cauchemar. De la poésie en raison de la superbe plume d’Alain Gerber qui sait user de métaphores et d’images fortes et tranchantes pour nous immerger dans son récit et sa pensée. Et du cauchemar en raison de l’atmosphère étouffante où la méfiance règne, des thèmes abordés ( la justice, les exactions commises au nom de Dieu et de sa patrie, l’hypocrisie, la suffisance des vainqueurs…) et du désœuvrement de ce sous-lieutenant, soldat par conviction, face à une guerre sans champ de bataille.

C’est donc l’atmosphère, les réflexions, non dénuées de pertinence, et la psychologie des personnages qui importent dans ce roman. Un point qui ne conviendra pas à tous les lecteurs notamment à ceux appréciant l’action pure et dure. L’action ne se déroule ainsi pas vraiment sur le terrain, mais plutôt dans la tête de deux personnages aux esprits embrumés par les attentes, les problèmes de communication et les malentendus qui en découlent… Ni le fermier ni le militaire n’attirent donc la sympathie bien que j’aie apprécié la passion pour la littérature et la poésie du sous-lieutenant. Une passion qui m’a presque fait occulter sa vision étriquée et sans concession de la femme idéale.

Un fantasme qui le poussera à ressentir un amour chaste et sublimé pour la fille du fermier avec laquelle il entretiendra un jeu de séduction fait de regards et de pensées. Cette jeune fille, au demeurant assez mystérieuse, en plus de fasciner le militaire suscitera chez son père une certaine inquiétude. Avec sa propension à s’enfermer dans sa bulle, à se murer dans le silence et à porter un masque morbide, elle semble lui échapper. Et puis il se souvient de sa participation active et consentante à l’Événement…

Si la lecture fut intéressante, il m’a parfois manqué un point d’ancrage non pas pour me projeter dans le récit, mais pour m’y cramponner. Peut-être qu’une lecture plus espacée m’aurait évité d’avoir l’impression d’être plongée dans des considérations qui me dépassent ou ne me touchent pas toujours. J’ai néanmoins apprécié la plume de l’auteur et le dépaysement offert par ce huis clos atypique, exigeant et profond dont la richesse tient principalement dans les réflexions qu’il soulève. L’intrigue, quant à elle, marquera l’esprit des lecteurs par cette brume vaporeuse qui semble la caractériser un peu comme si la surface du récit n’était finalement qu’une part infime de ce que roman avait à nous offrir.

Voici donc un livre à réserver aux lecteurs appréciant les belles plumes, un travail élaboré sur la psyché des personnages, les ambiances étouffantes donnant l’impression que chacun est sur le fil du rasoir, et les textes porteurs de réflexion et de questionnement notamment sur l’homme et l’état du monde.

Feuilletez un extrait sur le site des éditions Ramsay/retrouvez le roman en librairie