Premières lignes #77 : De bonnes raisons de mourir, Morgan Audic

Premi!èr-1

Le principe de ce rendez-vous initié par Ma lecturothèque est de citer, chaque semaine, les premières lignes d’un livre.


Pour cette édition, je voulais vous présenter les premières lignes d’un roman que j’ai dévoré et dont je vous reparle bientôt : De bonnes raisons de mourir de Morgan Audic.

De bonnes raisons de mourir

« Un cadavre atrocement mutilé suspendu à la façade d’un bâtiment. Une ancienne ville soviétique envoûtante et terrifiante. Deux enquêteurs, aux motivations divergentes, face à un tueur fou qui signe ses crimes d’une hirondelle empaillée. Et l’ombre d’un double meurtre perpétré en 1986, la nuit où la centrale de Tchernobyl a explosé…Morgan Audic signe un thriller époustouflant dans une Ukraine disloquée où se mêlent conflits armés, effondrement économique et revendications écologiques. »

PREMIÈRES LIGNES

_ C’est vraiment le pire endroit où mourir, déclara l’officier Galina Novak.
Au nord, vers la frontière biélorusse, des nuages noirs gonflaient à l’horizon, déversant des averses froides sur les forêts de Polésie. Novak sortit un paquet de cigarettes de sa poche et la tapota nerveusement sur un genou.
_ Vous pensez que c’est un meurtre ?
Surpris par la question, le capitaine Joseph Melnyk décrocha un instant son regard de la route et le tourna vers sa passagère. Cheveux blonds soigneusement domestiqués en une queue de cheval stricte, visage juvénile, uniforme flambant neuf au look vaguement américain… une fois de plus, il songea que la jeune femme, tout juste sortie de l’académie de police, ne semblait pas à sa place dans l’habitacle miteux de sa vieille Lada de service.
_ Vous pensez que quelqu’un a tué ce type ? insista-t-elle.
Melnyk haussa les épaules.
_ Inutile de s’en faire toute une histoire. Je te parie qu’il s’agit d’un touriste qui a fait une crise cardiaque, ou d’un vieil ivrogne qui est tombé d’un balcon. Ça sera réglé en moins de deux heures. Pas la peine d’imaginer le pire.

Et vous, connaissez-vous ce roman ?
Vous tente-t-il ?

Découvrez les premières lignes des autres participants :

La Chambre rose et noire
Au baz’art des mots
Chronicroqueuse de livres
Les livres de Rose
Lady Butterfly & Co
Le monde enchanté de mes lectures
Cœur d’encre
Les tribulations de Coco
La Voleuse de Marque-pages
Vie quotidienne de Flaure
Ladiescolocblog
Selene raconte
Pousse de gingko
La Pomme qui rougit
Chat’Pitre
La Booktillaise
The Cup of Books
Prête-moi ta plume
Le Parfum des Mots
Les lectures d’Emy
Songes d’une Walkyrie
Shury lecture
Aliehobbies
Entre deux lignes
Rattus Bibliotecus
Figures de style
Ma petite médiathèque

Publicités

Les loyautés, Delphine de Vigan

J’ai découvert par hasard le livre audio Les loyautés de Delphine De Vigan, et j’ai eu tout de suite envie de l’écouter, certaine de passer un moment fort et riche en émotion comme avec chaque livre de l’autrice…

PRÉSENTATION ÉDITEUR

« Chacun de nous abrite-t-il quelque chose d’innommable susceptible de se révéler un jour, comme une encre sale, antipathique, se révélerait sous la chaleur de la flamme ? Chacun de nous dissimule-t-il en lui-même ce démon silencieux capable de mener, pendant des années, une existence de dupe ? »

Audible (14 mars 2018) – 4 heures et 7 minutes – CD (18,50€)

AVIS

Je ne pensais pas vous parler de ce roman ayant toujours beaucoup de mal à évoquer les livres de Delphine de Vigan que j’aime pourtant beaucoup. Trop bouleversants et puissants, ses ouvrages ont tendance à tellement résonner en moi que je n’arrive pas vraiment à prendre le recul nécessaire pour les analyser et dépasser le stade primaire de l’émotion.

Je tenais néanmoins à vous dire quelques mots sur cette histoire qui parle de ce sentiment de loyauté qui nous pousse à cautionner des comportements qu’on n’approuve pas toujours, mais qu’il est parfois difficile de remettre en question. Comment trahir la confiance d’un ami, quitter un être dont le secret puant vous rebute et vous pousse à mettre en perspective toute votre vie, que faire avec cette amie qui s’enlise dans ses obsessions, et comment ne pas se trahir soi-même en étant plus loyal aux idées d’autrui qu’aux siennes ?

Des questions, parmi tant d’autres, que l’on se pose en suivant le quotidien d’une galerie variée de personnages : une maîtresse d’école qui projette un passé douloureux sur l’un de ses élèves, deux jeunes amis qui sont confrontés bien trop tôt à une addiction d’adulte, des parents qui, englués dans leur propre peine, en deviennent maltraitants avec leur enfant, une femme qui se perd dans son mariage…

Certains personnages sont plus touchants et marquants que d’autres à l’instar d’Hélène qui, en croyant reconnaître des signes de maltraitance sur l’un de ses élèves, Théo, met le pied dans un engrenage infernal. Maltraitée elle-même dans son enfance, elle finit par confondre son propre passé avec le sort de cet élève au point d’avoir des comportements inappropriés qui mettront en péril sa carrière. Mais plus grave, en se décrédibilisant auprès de ses collègues et de sa direction, Hélène n’aura plus vraiment les moyens d’apporter cette attention et cette aide dont Théo semble avoir terriblement besoin.

Car oui, Théo va mal, mais pas forcément pour les raisons que cette femme, tellement humaine et touchante dans sa vulnérabilité, imagine. Non, il n’est pas roué de coups chaque soir, mais il est victime d’une violence plus ordinaire et destructrice : celle de parents dont la route s’est séparée de manière fracassante ! Pris en étau entre une mère incapable de pardonner le départ de son mari et qui en fait payer le prix à son fils,  et un père paumé devenu alcoolique, Théo a dû développer sa propre manière de survivre…

L’autrice aborde ici un thème très rare en littérature, l’alcoolisme infantile, et le fait avec beaucoup de sensibilité et de réalisme. Elle plonge le lecteur aux côtés de ce jeune garçon dont le comportement annonce un futur drame ou du moins, une descente aux enfers que sa jeunesse rend effroyable. Quel gâchis ! C’est le sentiment que l’on ressent à la vue de ce garçon livré à lui-même et dont personne, à part sa maîtresse et son meilleur ami, ne semble voir la détresse. Quand les garçons de son âge pensent à s’amuser avec leurs amis, Théo pense lui à sa prochaine beuverie et à cet alcool qui embrumera son esprit… Le besoin d’alcool devient impérieux, son équilibre de plus en plus instable, et son détachement au monde de plus en plus inquiétant. Jusqu’où devra aller Théo pour qu’un adulte réagisse ?

Bien que très dure, j’ai adoré cette histoire sublimement écrite, la plume de l’autrice mêlant avec brio froideur et réalisme tout en suscitant chez ses lecteurs une implication totale. On entre dans cette lecture sans retenue et on ne la quitte pas avant d’en avoir découvert le dernier mot.

Et c’est là que la frustration commence, l’autrice concluant son livre de manière brutale, un peu comme si elle nous éjectait sans préavis de son récit, et donnait le droit à ses personnages de reprendre le cours de leur vie sans témoin. Que cette fin ouverte m’a décontenancée ! Même actuellement, je ne saurais dire si je la trouve brillante ou simplement frustrante. Ce qui est certain, c’est qu’elle est marquante et frappante à l’image de ce drame qui se construit inexorablement sous nos yeux…

Terminons cette chronique par la partie audio qui ici m’a complètement convaincue, les acteurs donnant vie aux personnages avec beaucoup de force et de réalisme. En collant parfaitement au texte de Delphine de Vigan dont on ressent alors toute la puissance évocatrice de la plume, les acteurs offrent à ce récit déjà poignant une émouvante et très belle interprétation dont vous ne pourrez que ressortir troublés et touchés. À lire, mais surtout à écouter !

Throwback Thursday Livresque #123 : flash-back

J’ai décidé de participer à un nouveau rendez-vous autour du livre : le Throwback Thursday Livresque. Imaginé par Bettie Rose Books, le principe est de partager chaque semaine sa lecture autour d’un thème mensuel qui sera décliné chaque semaine. Depuis peu, les liens de participation sont à déposer sur My-books.


Pour ce thème, j’ai tout de suite pensé à l’une de mes dernières lectures Cendrillon et moi : la belle-mère parle enfin de Danielle Teller que je vous recommande chaudement.

Dans cette réécriture de conte, la marâtre de Cendrillon prend la plume pour raconter sa vie de son enfance à sa vie de belle-mère… Loin de l’image que l’on se fait d’elle, on découvre alors une femme attachante, forte et admirable qui a vécu des choses très dures, mais qui a toujours gardé la tête haute !

Pour en apprendre plus sur ce très beau roman, je vous invite à lire ma chronique dont voici la conclusion :

En prenant le parti de nous offrir une réécriture de conte aux allures de fiction historique, Danielle Teller captive ses lecteurs qu’elle rend témoin privilégié de l’émancipation d’une enfant devenue femme malgré l’adversité. Quand l’imaginaire collectif fait de la belle-mère de Cendrillon et de ses deux filles d’horribles personnes, l’autrice les humanise et nous prouve que derrière chaque histoire, peut se cacher une tout autre réalité.

Je vous propose également une autre histoire, celle de deux femmes très différentes qui se rencontrent sur le chemin de Compostelle et deviennent amies : Mes pas dans les tiens de Fioly Bocca. À travers des flash-back, on découvre ce qui les a poussées à faire cette randonnée, et les blessures de chacune, l’une pleurant la mort de son mari, et l’autre la fin d’une relation…

Couverture Mes pas dans les tiens

Si ce roman vous intéresse, n’hésitez pas à lire ma chronique dont voici la conclusion :

Mes pas dans les tiens nous offre un récit poignant mettant en scène deux femmes aux histoires aussi uniques que banales, la séparation et la mort ayant en commun une certaine universalité. Avec délicatesse et poésie, Fioly Boca nous invite aux côtés de ses personnages à faire un voyage dont la richesse et la profondeur se dévoilent au fil des pages. Belle, forte et touchante, laissez-vous emporter par cette rencontre riche en émotions !

Et vous, connaissez-vous ces romans ?
Vous tentent-ils ?

La fille aux cheveux roses, Amélie B.

Couverture La fille aux cheveux roses

J’ai lu La fille aux cheveux roses d’Amélie B. dans le cadre du Prix des auteurs inconnus, le roman concourant dans la catégorie young adult.

RÉSUMÉ

Après deux années de prépa, Adèle, élève sérieuse et réservée, quitte le cocon familial pour intégrer une école supérieure en province. La cohabitation avec les autres étudiants n’est pas toujours facile et l’ambiance festive qui règne sur le campus perturbe ses habitudes. Une personne intrigue immédiatement la jeune Parisienne : Chloé. Son style décalé et son caractère bien trempé soulèvent quelques interrogations. En voulant percer les mystères qui entourent cette fille aux cheveux roses, Adèle s’apprête à vivre l’année la plus marquante de son existence.

Auto-édition – 259 pages – Ebook (2,99€) – Broché (13,99€)

AVIS

Malgré ses très bons avis sur la blogosphère, je suis complètement passée à côté de ce roman et de cette histoire d’amitié entre deux étudiantes que tout oppose. Adèle est une fille modèle couvée par sa mère et obsédée par la réussite scolaire. Rien d’étonnant donc à ce qu’elle ait besoin d’un certain temps d’adaptation pour s’approprier sa nouvelle vie d’étudiante… À l’inverse, Chloé, avec sa mèche rose et sa personnalité haute en couleur, est plutôt du genre rebelle… Bien qu’elles proviennent de deux mondes très différents, les deux jeunes femmes arriveront-elles à dépasser leurs différences pour devenir amies ?

Cette amitié n’a suscité chez moi ni intérêt ni enthousiasme parce que je n’ai pas cru un seul instant à la relation unissant Adèle à Chloé, la première déclarant pour la seconde une fascination qui vire à l’obsession. On a bien des tentatives d’explication sur le pourquoi du comment, mais cela ne m’a guère convaincue… Transposé dans la vraie vie, le comportement d’Adèle m’a également semblé dérangeant et malsain. S’intéresser à une personne, fort bien, mais s’immiscer dans sa vie sans aucune gêne, et partir à la recherche d’informations personnelles quand l’autre personne ne désire pas les partager, me paraît quelque peu déplacé. Si on ajoute à cela les questions incessantes d’Adèle…

Ce détachement vis-à-vis du thème principal du roman ne m’a pas permis de m’impliquer dans cette lecture qui m’a, et j’en suis désolée, clairement ennuyée. Il y a bien quelques tentatives pour susciter l’intérêt du lecteur, mais elles n’ont pas fonctionné sur moi : il y a ce groupe d’amis qui se formera autour d’Adèle et qui apportera sa propre dynamique à l’histoire, la tentative d’instaurer un peu de mystère autour de Chloé, l’émergence de sentiments amoureux, les péripéties inhérentes à la vie d’étudiant…

Quelques points ne sont néanmoins pas dénués d’intérêt comme cet événement brutal qui va marquer un tournant décisif dans la vie d’Adèle. Je ne vous en dirai pas plus si ce n’est que j’ai apprécié le mystère et le suspense qu’il suscite… Le voyage à l’étranger d’Adèle apporte également un peu de dynamisme au récit même s’il m’a fallu me faire violence pour ne pas lever les yeux au ciel quant aux raisons qui l’ont poussée à l’entreprendre. Ce voyage va lui permettre de grandir, et de commencer à couper un peu le cordon avec ses parents. Forte de son expérience dans un pays dont la culture et les conditions de vie sont très éloignées de celles de la France, la jeune fille va réaliser que la voie toute tracée qu’elle s’imaginait suivre ne lui convient peut-être plus vraiment… 

Malgré cette évolution que j’ai appréciée, je n’ai ressenti aucun attachement à Adèle qui m’a plutôt agacée par sa manière plus qu’intrusive d’entrer dans la vie de Chloé, et ses changements d’avis incessants vis-à-vis de ses sentiments pour deux autres personnages… J’ai, en revanche, bien plus accroché à Chloé qui, derrière ses grands airs de fille forte qui se moque de tout et de tout le monde, cache une certaine vulnérabilité. Le personnage est certes un poil caricatural, mais il n’en demeure pas moins attachant et somme toute, bien plus intéressant que celui d’Adèle. J’ai d’ailleurs préféré les quelques passages narrés du point de vue de Chloé. Néanmoins, je ne me suis pas sentie concernée par l’aura de mystère que l’autrice a tentée d’instaurer autour de ce personnage ayant anticipé assez rapidement son secret, du moins, en partie. Mais il est de plus en plus rare qu’une fin me surprenne, et je ne doute pas que beaucoup de lecteurs seront bouleversés par la révélation finale.

Si le fond ne m’a pas convaincue, la forme, en revanche, m’a plu. Le style d’Améie B. est fluide et agréable à lire tout en restant très accessible. La présence de nombreux dialogues devrait, quant à elle, séduire les lecteurs n’aimant pas trop les récits descriptifs.

Pour conclure, malgré la plume agréable de l’autrice, La fille aux cheveux roses n’a pas su me convaincre ni éveiller en moi un réel intérêt en raison d’une amitié qui m’a paru aussi invraisemblable que dérangeante. Chaque avis étant bien sûr différent, je vous invite toutefois à vous laisser tenter par ce roman si vous êtes curieux de découvrir comment deux jeunes femmes que tout oppose vont se rapprocher, et si vous êtes en quête d’un récit qui parle également d’amour, de vie étudiante, et de ce chemin parfois difficile vers la vie d’adulte.

Feuilletez/achetez le roman sur Amazon

Challenge NetGalley 2019

Je suis inscrite sur NetGalley même si j’utilise plus le site pour augmenter de manière déraisonnable ma wish list que solliciter des SP.

Toutefois, malgré une PAL qui déborde et enthousiaste à l’idée de me lancer dans un défi collectif, j’ai décidé de m’inscrire au Challenge NetGalley qui se déroule du 9 mai au 6 juin 2019.

Le principe : chroniquer le plus de livres possible parmi une liste prédéfinie de romans dans laquelle vous pouvez piocher. Pour pimenter le challenge, des défis et des conseils seront également au programme…

Parmi les 20 titres proposés, beaucoup me tentent, mais j’ai préféré rester raisonnable en ne téléchargeant que les deux romans que j’avais de toute manière prévu d’acheter, et que je suis certaine de lire :

L'arrache-mots (Hors-séries) par [Bouilloc, Judith]

J’espère avoir le temps de lire également un ou deux romans de cette liste :

Double 6Les DIY de Maélie

Les fleurs sauvagesL'âme du violonLa librairie des rêves suspendus

Pour se joindre à l’aventure, ça se passe sur cette page !

Et vous, pensez-vous participer ?
Avez-vous repéré des titres qui vous tentent ?

Cendrillon et moi : la belle-mère parle enfin, Danielle Teller

Je remercie les éditions Denoël de m’avoir permis de découvrir Cendrillon et moi de Danielle Teller.

PRÉSENTATION ÉDITEUR

C’est la marâtre la plus détestée de l’Histoire, celle dont on parle pour faire peur aux enfants désobéissants. Mais qui savait que la belle-mère de Cendrillon s’appelle en réalité Agnès, qu’elle a passé sa jeunesse à trimer comme bonne à tout faire, quelle a dû se battre comme une lionne pour accéder à un monde qui n’est pas le sien, que son époux est alcoolique et que sa belle-fille, petite princesse aux petons si délicats, est en réalité fort capricieuse ? Agnès n’en peut plus des sornettes autour des pantoufles, des princes charmants et des citrouilles. Elle est bien décidée à rétablir la vérité, quitte à égratigner quelque peu la version officielle. Une réécriture ingénieuse et jubilatoire du célèbre conte, qui réussit l’exploit de nous faire aimer un personnage détesté.

Denoël (11 avril 2019) – 400 pages – Broché (22,90€) – Ebook (16,99€)
Traduction : Audrey Coussy

AVIS

Vous pensez tout connaître de l’histoire de Cendrillon, de sa marâtre et de ses deux horribles belles-sœurs ? Détrompez-vous ! Agnès, alias la méchante belle-mère, vous donne sa propre version de l’histoire, une version bien différente de celle communément admise…

Quand nous imaginons Agnès méchante et cruelle, nous la découvrons malmenée par la vie, courageuse et pugnace. Que ce personnage m’a fascinée, émue, remuée… Élevée dans une famille pauvre qui ne peut continuer à subvenir à ses besoins, elle est envoyée très jeune dans un manoir pour assister la lingère. Cette femme fainéante et odieuse, qui abusera de sa position pour l’exploiter, sera, d’une certaine manière, la première personne à lui apprendre la dureté de la vie…

Tout au long du roman, on alterne entre des flash-back durant lesquels nous voyons Agnès grandir et partageons les moments forts de sa vie d’enfant, d’adolescente et d’adulte, et le présent.

En lisant ce roman, je m’attendais à une réécriture de conte légère et empreinte d’humour alors que j’ai découvert un récit plus proche d’une fiction historique que d’une histoire fantastique. Oubliez la fée marraine et sa baguette magique, et entrez plutôt de plain-pied dans cette histoire qui décrit de manière implacable une réalité sociale difficile, celle des pauvres contre les nantis, celle des femmes du peuple qui doivent se battre pour assurer leur survie et protéger le fruit de leurs entrailles, celle des femmes qui ne sont que peu de chose face à un pouvoir religieux écrasant et une société patriarcale qui a vite fait de vous voler tous vos acquis à la mort de votre mari…

On ne peut que se révolter devant les injustices faites à Agnès d’autant que derrière cette œuvre de fiction, se cache une réalité historique qui est d’ailleurs, en partie, toujours d’actualité dans certaines régions du globe. Agnès vit des choses difficiles et révoltantes, mais à aucun moment, nous ne ressentons de pitié pour cette femme. Non parce qu’elle nous est antipathique, bien au contraire, mais parce que c’est une battante qui ne se laisse pas faire, et qui affronte chaque situation et chaque personne avec courage. Intelligente, débrouillarde et déterminée, elle se battra sans relâche pour assurer son avenir et celui de ses deux filles issues d’un mariage malheureux dont elle arrive pourtant à s’accommoder et tirer parti…

Matilda et Charlotte, les deux amours de sa vie, ont également connu leur lot de malheurs. Rendues laides, chacune à leur manière, par les vicissitudes de la vie, elles seront rejetées et moquées alors que derrière leur apparence se cachent un cœur d’or et une grande intelligence. À travers ces deux personnages, l’autrice semble souligner ce culte de l’apparence qui hante le monde depuis tellement longtemps qu’il a imprégné les contes de notre enfance. Quand la laideur est associée à la méchanceté, la beauté est, quant à elle, synonyme de toutes les vertus. Mais est-ce vraiment le cas ?

Les choses ne sont-elles pas bien plus complexes à l’image de cette histoire qui nous permet de voir le mythe de Cendrillon sous un autre jour ? Sous la plume poétique et évocatrice de Danielle Teller, les personnages de ce célèbre conte nous apparaissent bien différents de l’image que nous en avons. Agnès n’est pas cette méchante femme que l’on a tous détestée, et Cendrillon ou Elfida de son vrai nom, aucunement ce parangon de vertu qui aurait été brimé et asservi par sa belle-famille ! Tout ceci n’est que billevesées et rumeurs idiotes dont rien ne semble entraver la propagation…

Ni sorcière pour l’une, ni modèle de perfection pour l’autre, ces deux femmes sont simplement des êtres humains avec leurs défauts et leurs qualités. Agnès se montre parfois maladroite, trop rigide et trop dure avec sa belle-fille pensant agir pour son bien… Quant à Cendrillon, c’est une enfant complexe dont il est difficile de briser la carapace, et qui se révèle capricieuse, habituée à ce que son père alcoolique et défaillant lui passe tous ses caprices. Mais derrière les malentendus, les incompréhensions, et les tensions inhérentes à toute vie de famille, a fortiori d’une famille recomposée, il y a aussi beaucoup de tendresse et d’amour. Le « belle » de belle-mère et de belle-fille finit d’ailleurs par disparaître ne laissant plus qu’une mère et sa fille qui sont passées par des moments difficiles, mais qui ont fini par se trouver.

En conclusion, en prenant le parti de nous offrir une réécriture de conte aux allures de fiction historique, Danielle Teller captive ses lecteurs qu’elle rend témoin privilégié de l’émancipation d’une enfant devenue femme malgré l’adversité. Quand l’imaginaire collectif fait de la belle-mère de Cendrillon et de ses deux filles d’horribles personnes, l’autrice les humanise et nous prouve que derrière chaque histoire, peut se cacher une tout autre réalité.

Feuilletez un extrait du roman sur le site des éditions Denoël.

In My Mailbox #115

in-my-mailbox1

« In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. C’est un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés ou empruntés à la bibliothèque. Les liens pour les participants francophones sont regroupés sur Lire ou Mourir. »


ACHATS

  • Malgré des avis assez mitigés sur la toile, j’ai fini par craquer pour 13 minutes :

Couverture 13 minutes

« Je suis morte pendant treize minutes. Et maintenant je veux savoir pourquoi. »

Natasha, seize ans et reine du lycée de Brackston, ne se souvient pas comment elle a fini dans les eaux glacées de la rivière. La seule chose qu’elle sait : ce n’était pas un accident.
D’après le proverbe, il faut être proche de ses amis et encore plus de ses ennemis. Sauf que, au lycée, il est parfois difficile de les différencier.
Ses amies l’aiment, Natasha en est sûre. Mais ça ne veut pas dire qu’elles n’ont pas essayé de la tuer…

  • J’ai commandé une pochette de livre format poche dans la boutique etsy de Charlène du blog Un bon livre à lire que je vous recommande les yeux fermés. J’avais un doute, mais la pochette convient également à ma liseuse qui a déjà une coque de protection, mais que j’aime bien transporter dans une pochette.

Aucune description de photo disponible.

AUDIOBOOK

Beaucoup de choix sur Audible, mais j’ai fini par utiliser mon crédit du mois pour un livre VO dont la voix et le débit de la narratrice m’ont semblé très compréhensible, ce qui n’est pas toujours le cas…

« Narrator Suzy Jackson’s assured, brassy tones and forceful delivery are an exceptional match for Sanderson’s high-stakes, battle-driven space opera…. Jackson’s gift for characterizations shines – she brings out the humor and heroism in Spensa’s young classmates and friends (and the neurotic spaceship MBOT), along with the pain and perseverance of the generations that came before them. This is a high-octane futuristic narrative of hope, sacrifice, and courage, and a fast pace speaks to the rising urgency as war rages above the planet. Winner of AudioFile Earphones Award. » (AudioFile magazine)

From Brandon Sanderson, the number one New York Times best-selling author of the Reckoners series, Words of Radiance, and the internationally best-selling Mistborn series, comes the first book in an epic new series about a girl who dreams of becoming a pilot in a dangerous world at war for humanity’s future.  

Spensa’s world has been under attack for decades. Now pilots are the heroes of what’s left of the human race, and becoming one has always been Spensa’s dream. Since she was a little girl, she has imagined soaring skyward and proving her bravery. But her fate is intertwined with her father’s – a pilot himself who was killed years ago when he abruptly deserted his team, leaving Spensa’s chances of attending flight school at slim to none.  

No one will let Spensa forget what her father did, yet fate works in mysterious ways. Flight school might be a long shot, but she is determined to fly. And an accidental discovery in a long-forgotten cavern might just provide her with a way to claim the stars.

 

SERVICES PRESSE

  • L’industrie du bonheur de Mathilde Chabot :

Couverture de L'industrie du bonheur par Mathilde Chabot

Catherine ne se résout pas à faire le même métier que tout le monde. Maïwenn souffre de maltraitances psychologiques. Lorsque le destin les fait se rencontrer, la première rêve de devenir raccommodeuse de sourire, alors que le sourire de la seconde est porté disparu. Cet heureux hasard prend place sous le toit d’un inventeur bariolé, ex-horloger – désormais praticien en bobologie et mauxrologie à ses heures –, et de sa femme, une écrivaine un peu particulière.

  • Le trésor de Sunthy d’Arnaud Friedmann :

Couverture de Le Trésor de Sunthy par Arnaud Friedmann

Suite à l’annonce de la maladie grave de son grand-père, Garance réalise qu’elle ne sait pas grand-chose de lui, notamment de sa jeunesse et des circonstances qui l’ont mené loin de son pays natal, le Cambodge. Comme pour rattraper ou rallonger le temps, elle lui rend visite aussi souvent que possible et l’interroge sur son passé. Ce passé qui risque bien de changer sa propre vie et sa relation avec ses parents…
Un roman historique et de réalisme sociale qui revient sur le régime des Khmers rouges et les réfugiés cambodgiens qui ont choisi la France comme terre d’accueil.

Et vous, quelles sont les nouveautés de votre PAL ?