InqEnqIncEnc : Les Inquiétantes Enquêtes d’Incoming Encounters S.01 – ép.01 : épisode pilote, S. de Sheratan

Délicatement glissé dans son enveloppe en Velin d’Arches, calligraphié et scellé à la cire, le message porté à l’attention de Denis Hurvoas, ne pouvait promettre qu’un évènement exceptionnel. Jeune journaliste de terrain, il est en réalité légitime héritier de la fortune démesurée de son aïeule Eleanor Thruttle. Mais pour prétendre à cette richesse, il va devoir se plier à la demande du sinistre notaire Everett McGill : résoudre 666 enquêtes paranormales.

La Compagnie Littéraire (1 septembre 2019) – 70 pages
Papier (5€) – Ebook (1,99€)

AVIS

En 70 pages, l’auteur pose les jalons d’une série qui s’annonce fort prometteuse si, comme moi, vous appréciez les intrigues mêlant habilement enquêtes et fantastique. Ce premier épisode est une sorte de grosse introduction nous permettant de comprendre comment un correspondant de guerre se trouve mêlé, bien malgré, lui à une agence de détectives spécialisée dans le surnaturel et le paranormal.

Mais rembobinons le film. De retour d’une mission, Denis trouve sa maison vide, sa femme et ses deux enfants étant partis en vacances. Une mauvaise surprise pour lui qui se faisait une joie de les retrouver, mais il n’a pas le temps de s’appesantir sur sa déception qu’il découvre, dans son courrier, une lettre des plus inattendues !

Déjà aisé financièrement, le voilà maintenant sur la liste des héritiers d’une ancienne pilote et aventurière américaine passionnée par le monde de l’invisible et des légendes ! Mais pour en apprendre plus sur cet éventuel héritage, pas le choix, direction Philadelphie afin de rencontrer le notaire chargé du dossier. Au terme de leur entrevue, une décision s’impose, de celle du genre à changer votre vie à jamais… Après réflexion, Denis va accepter de mettre les pieds dans un engrenage dont on a très hâte de découvrir tous les rouages, l’auteur se contentant, pour le moment, de nous offrir une très efficace et intrigante mise en bouche qui ne pourra qu’éveiller votre curiosité et susciter en vous un certain nombre de questions.

J’ai adoré la manière dont l’auteur, grâce à de courtes, mais immersives descriptions, instaure une ambiance angoissante. Cela se fait par petites touches avec un vocable qui emprunte au domaine de l’horreur et qui nous permet de nous représenter à la perfection les différents décors qui défilent sous nos yeux. Une plume fluide et parfaitement maîtrisée qui se révèle visuelle à souhait et qui devrait enchanter les amateurs de films d’horreur dans lesquels le frisson passe plus par l’atmosphère que par l’hémoglobine.

Bien que ce premier tome soit introductif, il n’en demeure pas moins fort intéressant d’autant qu’il soulève un certain nombre de questions quant à la personnalité extraordinaire et fantasque de notre mystérieuse disparue. En accord avec sa passion pour le surnaturel, elle ne s’est ainsi pas contentée de rédiger un testament, elle l’a soumis à une clause obligeant les héritiers intéressés par sa fortune à mener 666 enquêtes paranormales. Une clause inhabituelle qui ne sera pas sans risque pour ceux qui l’acceptent…

Mais heureusement, en tant que correspondant de guerre, Denis est plutôt du genre à apprécier les dangers et à relever les défis même si celui-ci semble de taille ! Espérons qu’il pourra compter sur l’aide et le soutien des autres héritiers ayant accepté de travailler pour l’agence de détectives Incoming Encounters. Personnage à part entière, cette agence d’un genre particulier semble nous réserver encore bien des surprises.

Complètement immergée dans l’ambiance de ce livre et curieuse de découvrir comment Denis, avec l’aide de ses cousins/collègues, va se lancer dans sa nouvelle vocation de détective du surnaturel, je lirai la suite avec plaisir. Rythmé, très bien écrit et plein de mystère, voici un tome introductif qui ne manquera pas de vous faire passer un bon moment de divertissement et de vous donner envie de vous lancer, vous aussi, dans le monde de l’étrange, du surnaturel et de l’occulte.

Merci à La Compagnie Littéraire pour cette lecture.

 

Mini-chroniques en pagaille #23

Mini-chroniques en pagaille

Plus détaillées qu’un simple commentaire, mais moins développées qu’une chronique, les mini-chroniques me permettent de partager succinctement mon avis sur certaines de mes lectures que je n’ai pas eu le temps ou l’envie de chroniquer de manière plus classique.


  • Un certain intérêt pour les flammes de Violette Paquet : nouvelle écrite durant les 24h de la nouvelle avec la consigne d’intégrer un lieu abandonné dans l’histoire.

Un certain intérêt pour les flammes

Je ne savais pas trop à quoi m’attendre, mais je dois dire que j’ai été très agréablement surprise par la manière dont l’autrice arrive en quelques lignes à poser un décor et à saisir une ambiance. On découvre ainsi Edith, une jeune femme qui ne partage guère le goût des mondanités de sa famille, à commencer par son frère si parfait et si bien apprêté. Alors qu’elle aurait pu passer sa soirée à fumer et à regarder les invités guindés de ses parents « se distraire » et s’échanger des banalités, son attention est très vite attirée par l’une des invités, Alexandrine.

Si la jeune femme a tous les attraits d’une jeune ingénue, il faut parfois se méfier de l’eau qui dort. En faisant sa rencontre, Edith était loin de se douter qu’elle ferait une plongée brûlante et violente dans le passé de sa propre famille. Un passé que les flammes n’auront pas réussi à complètement effacer comme notre jeune héritière l’apprendra à ses dépens… En plus d’une tension qui monte crescendo avec cette impression d’étau qui se resserre et nous prend à la gorge, on appréciera la plume de l’autrice et sa manière bien à elle de brouiller les frontières entre les époques puisque si le récit se déroule de nos jours, il s’en dégage un charme suranné qui nous donne le sentiment d’avoir remonté les couloirs du temps.

Surprenante, immersive et pleine de tension, voici une nouvelle que je ne peux que vous conseiller et qui devrait vous surprendre par la tournure cauchemardesque qu’elle prend. Claustrophobes s’abstenir !

Lire la nouvelle en ligne ou la télécharger sur le site de l’autrice

  • La pension Moreau – les enfants terribles de Marc Lizano et Benoît Broyart : (Éditions de la Gouttière) :

Emile est un jeune garçon souvent perdu dans son monde intérieur. Il adore dessiner, griffonner, croquer, au grand dam de ses parents. Désespérés, ces derniers décident de l’envoyer à la Pension Moreau, un lieu de vie accueillant des enfants  » difficiles « . Pour être accepté, il suffit simplement d’avoir le porte-monnaie bien garni… Emile fait la connaissance de Paul, Jeanne et Victor, des pensionnaires qui ont subi le joug des différents professeurs. Peu à peu, la pension prend des allures de pénitencier et révèle sa vraie nature à Emile. L’entraide est de mise entre les camarades afin de supporter les humiliations et les mauvais traitements, mais pendant combien de temps vont-ils accepter ce régime ? Qu’ont-ils fait pour mériter cela ?

La pension Moreau est censée être un endroit pour éduquer et venir à bout des velléités de rébellion d’enfants difficiles appartenant à des familles fortunées. Il s’agit en fait d’un établissement lugubre tenu par un horrible directeur qui n’hésite pas à prôner l’humiliation et l’enfermement pour obtenir le respect et l’obéissance des enfants.

Sous fond de maltraitance infantile, on suit donc avec curiosité et un certain dégoût cette histoire mélangeant avec efficacité humains et animaux. Les humains étant les détenus et les animaux, les bourreaux de ces enfants que l’on ne peut que prendre en pitié. On se demande d’ailleurs ce qu’a bien pu faire le calme et gentil Emile pour finir dans cet horrible endroit. Certes, il a dû mal à communiquer autrement que par ses dessins, mais est-ce là un motif suffisant pour que des parents se séparent définitivement de leur enfant ?

Heureusement, le garçon va se faire des amis qui l’aideront à supporter un quotidien difficile autant physiquement que psychologiquement. Si Emile ne parle pas beaucoup, il n’en demeure pas moins touchant, notamment par sa gentillesse et sa manière très personnelle de se lier aux autres. Ses dessins sont pour lui son exutoire et l’on sent que derrière chacun d’entre eux, c’est une partie de lui-même qu’il pose sur le papier.

Entre brimades et jolis moments d’amitié et d’entraide, Emile va devoir faire face à sa nouvelle vie au sein d’une pension sur laquelle plane encore un certain mystère. Ce qui est certain, en revanche, c’est que la situation risque d’exploser, certains élèves ne semblant pas prêts à baisser les bras devant la violence et les injustices qu’ils subissent au quotidien…

  • Mon grand frère et moi de Taghreed Najjar et Maya Fidawi

Aloush est le plus jeune de sa famille. Il est très proche de son grand frère, Ramez, qui est son idole.
Chaque jour, en se rendant à son travail, Ramez dépose Aloush à l’école. Il l’emmène jouer au basketball, le conduit au cinéma, et lui permet même de regarder le soccer avec ses amis. Mais soudainement, Ramez n’a plus de temps pour son petit frère : il est amoureux !
Aloush se sent délaissé et contrarié et essaie de se débarasser de cette « menace » en réalisant une série de farces. Aloush réussira-t-il à récupérer son frère
?

Crackboom (20 juin 2019) – 32 pages – 9,90€

Pas facile pour Aloush que son grand frère Ramez, dont il est très proche, se détourne de lui. Alors qu’ils passaient beaucoup de temps ensemble et multipliaient les activités,  Ramez prend ainsi ses distances ! La raison de ce changement de comportement : l’amour.

Des sentiments, certes très humains, mais qui laissent Aloush, encore très jeune, bien indifférent. Lui, ce qu’il comprend, c’est qu’une intruse est en train de lui voler son grand frère adoré. Une seule solution, s’en débarrasser ! Et pour ce faire, le garçon a tout un arsenal d’idées qu’il n’hésite pas à mettre en œuvre. Mais cette jeune femme représente-t-elle vraiment une menace pour Aloush et sa relation avec son frère ?

À travers ce court et sympathique ouvrage, sont abordés avec justesse et beaucoup de sensibilité des thèmes comme la fraternité, mais également la jalousie et l’importance d’accueillir et d’accompagner ce sentiment. Chose qu’a su parfaitement faire l’intruse qui, de fil en aiguille, deviendra Dimas, la sympathique fiancée d’un grand frère peut-être moins disponible, mais qui aime toujours autant son petit frère.

En bref, voici un joli album jeunesse sur la fraternité, la jalousie et la nécessité de rassurer un enfant sur le fait que l’arrivée d’une nouvelle personne dans sa vie ne menace nullement l’importance des relations déjà existantes.

Merci à NetGalley et aux éditions Crackboom pour cette lecture.

Et vous, connaissez-vous ces titres ?
Certains vous tentent-ils ?

Mini-chroniques en pagaille #22

Mini-chroniques en pagaille

Plus détaillées qu’un simple commentaire, mais moins développées qu’une chronique, les mini-chroniques me permettent de partager succinctement mon avis sur certaines de mes lectures que je n’ai pas eu le temps ou l’envie de chroniquer de manière plus classique.


Je vous propose mon avis sur les quatre dernières nouvelles lues dans le cadre du Challenge The Maki Project.

  • Disparition programmée, Anthony Boulanger (Éditions du chat noir) : nouvelle extraite du recueil Géniteur et fils.

Il ressort de ce texte un puissant sentiment de solitude. Mais aurait-il pu en être autrement si l’on se réfère à la vie de notre protagoniste, l’homme invisible ou plutôt un homme invisible qui a choisi de le devenir entièrement à la face du monde. Étudié sous toutes les coutures durant son enfance, notamment par son scientifique de père, il a choisi de crier sa rage au monde et de s’isoler à la campagne. Peu de compagnies, pas de travail, mais le plaisir de peindre malgré sa condition qui tend à faire disparaître les objets tout autour de lui… Puis, vient la chute, brutale, un brin cynique, et plutôt bien amenée ! L’invisibilité vous fascine ? Tant mieux parce qu’elle pourrait bien finir par tout emporter.

Nouvelle disponible gratuitement sur Kobo et Amazon.

  • Trois secondes, Kane Banway :

Jack est un père de famille aimant. Et en tant que mari modèle, il se doit de faire plaisir à sa femme qui ne veut pas passer 7 heures en voiture alors qu’en passant par une T-Porte, ils seraient tous arrivés en trois secondes, montre en main.
Sauf que Jack n’aime pas les T-Portes… Mais il aime sa femme, alors…
Qu’est-ce qu’on ne ferait pas, pour l’amour de sa vie ?

S’inspirant d’une nouvelle dont il a oublié la source, l’auteur nous propose un monde où la téléportation est devenue une réalité. Oubliez les longs trajets en voiture, en avion ou en train pour voyager et toutes ces précieuses minutes, voire heures, perdues dans les transports pour se rendre à son travail… À la place, on utilise des portes de téléportation.

Cela a de quoi faire rêver tout le monde ! Tout le monde ? Pas vraiment puisqu’il y a un irréductible réfractaire à cette technologie. Alors que sa femme et ses deux jumeaux empruntent chaque jour la T-Porte de la maison, Jack s’y refuse. Il a développé envers l’engin une réticence qui s’est muée en véritable phobie. Savoir qu’à chaque fois que sa famille passe cette porte, elle disparaît pendant trois secondes, compresse son cœur et le fait mourir d’inquiétude.

Paranoïa due à son métier d’écrivain et à une imagination trop fertile ? À première vue peut-être, mais force est de constater que derrière ce beau rêve de voyager n’importe où en un claquement de doigts, cette technologie semble cacher quelque chose de plus sombre. N’est-ce pas un peu trop beau pour être vrai ?

Non dénuée de suspense et de mystère, cette nouvelle vous fera passer un moment de lecture agréable tout en vous poussant à vous interroger sur l’ingérence des nouvelles technologies dans nos vies et les éventuels dangers qu’une confiance aveugle en ces dernières peut faire peser sur l’humanité.

En bref, grâce à une plume immersive et d’une grande fluidité, l’auteur réussit en peu de pages à créer un texte cohérent et rythmé dans lequel la tension monte crescendo jusqu’à un dénouement qui devrait vous marquer.

Nouvelle disponible gratuitement sur Kobo et Amazon.

  • La Route vers L’étoile Antalys, Max Demaux :

Que feriez-vous si vous étiez responsable de la malédiction qui soudainement s’abat sur votre cité ? Relèveriez-vous le défi du roi des rois Piruk bravant seul la chaine de montagnes des Purgamilles ou vous lamenteriez-vous sur votre sort? Ceci est le difficile choix auquel est confronté Namok, jeune officier du roi de la cité d’Isaukur.

Nous partons à la rencontre d’un ancien peuple, les Oularkiens, appartenant à une civilisation dorénavant disparue… Dirigée par un roi arrogant ayant perdu sa sagesse d’antan, la citée ne convient guère au plus jeune officier du roi, Namok. Il adresse donc une prière au roi des Dieux, Piruk, pour que la situation change !

Naïf, le jeune homme n’avait néanmoins pas anticipé que sa louable intention se retourne contre le peuple sur lequel Piruk, très en colère, lance une terrible malédiction. Afin de réparer son erreur, Namok se lance alors dans un périple destiné à sauver les siens, mais le temps est compté…

Cette quête de rédemption, dans laquelle il se lance à corps perdu, sera semée d’embûches et le poussera dans ses retranchements. Au fil des épreuves, Namok en apprendra beaucoup sur lui-même et sur ce qui fait la valeur d’un homme. Il ressortira grandi de cette difficile épreuve même si j’ai peut-être trouvé que tout était un peu trop facile pour lui. Mais cela peut s’expliquer par le format court du récit.

L’histoire, bien que souffrant de quelques maladresses au niveau du style, se lit toute seule et bénéficie d’un bon rythme.

Nouvelle disponible gratuitement sur Kobo.

  • Les enfants d’Avalon, Xavier Portebois :

Une nouvelle à propos de Gareth, un développeur de réalité virtuelle soudain en prise avec les avatars des intelligences artificielles qu’il est censé contrôler.
À moins que tout ça ne soit qu’un prétexte de la part de ce curieux narrateur un peu trop présent…

Nouvelle initialement parue dans le webzine Pénombres #6

Nous faisons connaissance de Gareth, un ingénieur informatique travaillant sur un projet d’intelligences artificielles plutôt avancé. Grâce à des lunettes spéciales, des êtres virtuels de formes diverses et variées peuvent prendre vie sous ses yeux et s’intégrer parfaitement à la réalité qui l’entoure ! Si l’idée est tentante, il semblerait que la création dépasse les attentes du créateur qui va devoir alors faire face à une situation inattendue et quelque peu angoissante… Mais est-ce la réalité ou les délires d’un homme surmené par son travail ?

Un peu de suspense, un jeu intéressant sur le rêve et la réalité, pas mal de tension et un rythme effréné pour un texte qui aborde la question des intelligences artificielles et de leur soulèvement. Quand un être virtuel a conscience de sa virtualité, cela ne lui confère-t-il pas une aura d’humanité aussi fascinante que dangereuse ? 

Si le sujet de cette nouvelle n’est pas original, j’ai apprécié le traitement qui en a été fait tout comme la fin et le choix de l’auteur de s’impliquer personnellement dans le récit en s’adressant régulièrement aux lecteurs. Il en ressort un sentiment de proximité, un peu comme si nous nous faisions les témoins et les confidents privilégiés d’une histoire extraordinaire…

Nouvelle disponible gratuitement sur Kobo ou Amazon.

Et vous, connaissez-vous ces nouvelles ?
L’une d’entre elle vous tente-t-elle ?

O-fée-Li, Hélène Caruso

O-Fée-Li (Imaginaire) par [Caruso, Hélène]

Je remercie Évidence éditions de m’avoir permis de découvrir O-fée-Li d’Hélène Caruso.

PRÉSENTATION ÉDITEUR

À dix-sept ans, Ophéli est une jeune fille épanouie, née le jour de la Saint-Valentin. Recueillie par Steve et Molly Puttnam, elle est élevée avec James et Cooper, qu’elle considère comme ses frères. La lycanthropie de James et la faculté de Cooper à prendre n’importe quelle apparence font d’eux une fratrie très soudée. Surtout qu’Ophéli ne possède aucun pouvoir….

Évidence Éditions (13 février 2019) – 80 pages – Broché (9€) – Ebook (4,99€)

AVIS

O-fée-Li est une lecture réalisée dans le cadre de mon challenge personnel consistant à sortir de ma zone de confort. Si de ce côté, l’expérience fut concluante, je serais peut-être un peu plus nuancée quant à mon ressenti pour la simple et bonne raison que je n’appartiens pas au public visé par le livre.

Nous sommes clairement ici dans un court ouvrage destiné à des adolescent(e)s qui devraient apprécier de découvrir Ophéli, une jeune fille de dix-sept ans dont l’anniversaire avance à grands pas. Adoptée dès son plus jeune âge par les Puttnam, elle a été élevée aux cotés de James, un loup-garou et de Cooper, un caméléon. Une famille atypique qui veille sur leur petite fée comme ils aiment à la surnommer bien qu’Ophéli ne possède pas de pouvoirs. C’est, du moins, ce qu’elle pensait jusqu’à ce qu’une rencontre et certains événements semblent prouver le contraire…

Le scénario est assez classique avec l’arrivée d’un mystérieux et ténébreux vampire qui met l’adolescente dans tous ses états et qui semble posséder sur elle un certain ascendant. Ami ou ennemi ? Une question qu’il vous faudra découvrir par vous-mêmes bien que le loup de James semble lui s’est très rapidement fait une opinion ! Mais est-ce vraiment la bonne ? Tapie dans l’obscurité, une menace bien plus grande ne risque-t-elle pas de mettre en danger la vie d’Ophéli et de bouleverser toutes ses certitudes ?

Nous sommes dans un texte court ce qui se ressent dans la personnalité des personnages qui reste assez survolée. Mais cela ne dérange pas la lecture puisque l’on est d’abord concentré sur l’anniversaire d’Ophéli qui approche et qui est annonciateur d’un grand bouleversement. Quant à l’attirance immédiate et magnétique entre l’adolescente et Reed, elle devrait plaire aux romantiques dans l’âme. Pour ma part, ce sont bien plus les liens familiaux qui m’ont touchée que les sentiments de notre héroïne.

Élevée par un couple aimant, Ophéli est très proche de sa famille qui fait tout pour la protéger. Bien que le comportement de James m’a paru parfois un peu trop protecteur, j’ai apprécié celui des parents adoptifs, pris entre le désir de protéger leur fille et l’impérieuse nécessité de lui dire la vérité sur son passé afin de l’aider à affronter les épreuves à venir… Mon seul regret est que le rôle de Cooper ne soit pas plus important. Sa capacité à prendre l’apparence d’autrui m’a fascinée d’autant qu’elle est plutôt rare en littérature !

Si les clichés des romances fantastiques/YA sont présents en nombre, je reconnais que le livre se distingue néanmoins sur deux points : une écriture poétique, fluide et élégante, et une fin qui a su me surprendre. Je ne vous en parlerai pas outre mesure puisque c’est cette dernière qui fait tout le sel de cette histoire, mais je peux néanmoins vous dire qu’elle nous pousse à reconsidérer l’aventure d’Ophéli sous un autre jour. Et si derrière les secrets et une histoire d’amour fulgurante se cachait une tout autre réalité ?

En conclusion, O-féé-Li est, au premier abord, une romance fantastique pour adolescent(e)s qui me semble constituer une bonne entrée en matière pour des lecteurs et lectrices qui aimeraient s’initier au genre. Si le scénario semble cousu de fil blanc, il serait dommage de n’y voir qu’une énième histoire de gentille fille tombant amoureuse au premier regard d’un vampire sous peine de passer sur ce qui fait le charme de l’histoire. Le libre arbitre, la lutte du bien contre le mal, la famille et l’amour sont au centre d’une histoire rapide à lire et dont la fin bouleversante et surprenante constitue à elle seule un motif de lecture.

Retrouvez le livre sur le site d’Évidence éditions.

Les nouvelles aventures de Carnacki, Frédéric Livyns

Les nouvelles aventures de Carnacki par [Livyns, Frédéric]

Je remercie Évidence Éditions pour m’avoir permis de découvrir Les nouvelles aventures de Carnacki de Frédéric Livyns.

PRÉSENTATION ÉDITEUR

Carnacki, le légendaire détective du surnaturel créé par William Hope Hodgson revient dans de nouvelles aventures.
À travers les six épisodes de cette première saison, vous vous mesurerez, avec lui, à de démoniaques entités qui vous feront passer des nuits blanches.
Repris par l’auteur belge Frédéric Livyns, lauréat à trois reprises du Prix Masterton, ce Sherlock Holmes du surnaturel vous emmènera aux portes de la peur ; à vous de décider si vous souhaitez les franchir ou non.

22 novembre 2019 – Ebook (7,99€) – Broché (14,99€)

AVIS

Dès les premières lignes, j’ai été séduite par la plume de l’auteur qui dégage un charme suranné avec cette impression de faire un plongeon dans le passé, ce qui n’est guère étonnant si l’on considère que Frédéric Livyns a choisi de redonner vie à un personnage créé au début du XXe siècle par William Hope Hodgson. Je ne connais pas la version originale, mais je peux vous dire que j’ai été plus que séduite par la manière dont Frédéric Livyns s’est approprié ce détective de l’étrange qui n’hésite pas à se confronter à des forces qui le dépassent.

Si vous connaissez mon appétence pour les enquêtes à la Sherlock Holmes et le fantastique, vous ne serez pas étonnés qu’un livre regroupant ces deux genres m’ait fait passer un très bon moment de lecture empli de frissons. Il faut dire que les fantômes et autres créatures de cauchemar que l’on rencontre au détour des pages ne peuvent laisser de marbre. À travers six nouvelles à l’ambiance particulièrement soignée, l’auteur nous entraîne ainsi dans le monde de l’occulte, de l’étrange, du surnaturel, du frisson, des secrets, de la vengeance, de la monstruosité qu’elle soit surnaturelle ou tristement humaine… 

Et pour ce faire, il suit toujours le même schéma : Carnacki convie son groupe d’amis à venir l’écouter narrer ses aventures. Un procédé plutôt astucieux qui nous donne l’impression de faire partie des quelques privilégiés qui ont l’honneur de ces instants intimes et feutrés durant lesquels l’incroyable prend vie. Cela nous procure également la satisfaction de nous sentir directement concernés lorsque détective s’adresse à ses amis…

Carnacki nous apparaît comme un personnage téméraire, mais réfléchi, qui prend un véritable plaisir à exercer son savoir-faire des plus particulier ! Sans se révéler très attachant, c’est un homme dont on ne peut qu’admirer la force de caractère et la pugnacité. En plus d’avoir un véritable talent pour faire face avec aplomb à des situations effrayantes pour le commun des mortels, Carnacki possède un certain sens de la déduction et une bonne capacité à percer les secrets de l’âme humaine. Des traits de caractère qui lui seront fort utiles dans ses investigations…

Je regrette seulement les allusions, trop nombreuses à mon goût, aux précédentes enquêtes du détective. Je n’ai pas eu le sentiment que cela présentait un réel intérêt pour la compréhension du recueil même si ces allusions permettent de sentir tout le poids de l’expérience du détective, et de créer une certaine connivence entre ce dernier et ses amis/les lecteurs.

En conclusion, si vous appréciez les plumes au charme suranné, les enquêtes et le surnaturel, ce recueil devrait vous plaire. À travers six nouvelles entraînantes, l’auteur vous offre la dose parfaite de frissons pour un délicieux moment de lecture où l’angoisse se dispute à la curiosité d’explorer le monde de l’occulte aux côtés d’un personnage qui n’a pas froid aux yeux.


Si vous souhaitez en apprendre plus sur les différentes nouvelles, je vous en donne brièvement mon avis ci-dessous.

Encre, Red, Éclaboussures, Résumé

  • Chambre rouge : quand l’un de ses amis fait appel à lui, Carnacki sait tout de suite que la situation est grave. Tom, endeuillé par le suicide de sa femme, n’est pas du genre à crier au loup sans raison. Il lui aura d’ailleurs fallu attendre que deux personnes se tuent dans sa propre maison, transformée en maison d’hôte, avant de tirer la sonnette d’alarme ! Heureusement que le flair de Carnacki va lui permettre de percer le mystère de ces suicides et de faire le lien entre ces drames et le drame personnel vécu par Tom.

Quand la douleur, la mort, le deuil et une entité malfaisante à vous faire dresser les cheveux sur la tête se mêlent, cela donne une histoire pleine de sang, de tension et de frissons ! L’auteur a su, en une trentaine de pages, créer une atmosphère angoissante qui rendra chaque petit bruit qui vous entoure suspect. Cette nouvelle m’a fait forte impression peut-être parce que l’horreur de celle-ci passe autant par les événements obscurs de la Chambre rouge que les faits qui en sont à l’origine…

Armoire, De Stockage, Meubles, Intérieur

  • Le placard qui chuchote : c’est un Carnacki fatigué par sa dernière affaire que ses amis découvrent… Appelé à l’aide par le fils d’un homme récemment décédé, il a vécu une situation difficile autant physiquement qu’émotionnellement. Si les monstres revêtent parfois le voile de la mort, d’autres sont, quant à eux, bien humains. Une vérité qui frappera le détective et les lecteurs de plein fouet !

Je ne développerai pas outre mesure mon avis sur cette nouvelle sous peine de vous gâcher la lecture, mais je peux néanmoins vous dire que l’auteur aborde des thèmes forts tout en arrivant à instaurer une ambiance gothique avec une demeure ancienne dont la partie délabrée ne sera pas sans rappeler la nature de certaines personnes qui n’ont d’humaines que le nom. Apparence, secret, vengeance et famille au cœur d’un récit glaçant !

Ancre, Chaîne, Nautiques, Océan, Mer

  • Ce qui murmure : instant nostalgie avec un Carnacki qui se remémore et raconte l’une de ses premières interventions… Alors que le monde de l’occulte venait de s’ouvrir à lui, il accepte d’aider un de ses anciens amis dans une situation délicate, ses nuits étant hantées de manière assez surprenante. Mais de fil en aiguille, nous comprenons que les choses sont bien plus complexes  qu’au premier abord et qu’il existe une zone d’ombre autour de cette histoire. Mais comment régler le problème quand votre ami vous ment par omission ? Une question qui taraudera Carnacki loin, à l’époque, de posséder tout le savoir et le savoir-faire qui font aujourd’hui sa force.

J’ai trouvé cette nouvelle différente des précédentes, pas dans le style ni le frisson que l’on ressent à l’évocation d’une entité qui réclame le prix du sang, mais plutôt dans l’identité de la vraie victime, la fin réservant un retournement de situation qui pose la question de la justice et de la vengeance. Il est intéressant de voir que Carnacki ne semble pas avoir fait un trait sur ce souvenir que l’on sent encore empli d’émotions ! C’est d’ailleurs la première fois que l’on perçoit réellement l’humanité du personnage avec ses moments de doute et ses regrets. J’aurais néanmoins apprécié qu’il condamne plus fermement un acte qui ne pourra que vous révolter surtout quand l’on considère les chiffres actuels…

Union, Alliance, Mariés

  • L’écho de son ombre : c’est, cette fois, auprès d’un père et de ses deux filles que le détective intervient. Une entité vient, nuit après nuit, hanter le repos de la maisonnée au point de faire fuir tous les domestiques ! Le père est éreinté et apeuré à  l’éventualité que ses filles soient blessées… Malheureusement, une fois n’est pas coutume, la victime ne se montre pas totalement honnête avec le détective sur l’entité qui a pris possession de sa demeure. Il faudra alors à Carnacki toute sa patience et son sens de la déduction pour faire la lumière sur le problème et trouver une solution à une situation qui n’a que trop duré.

De nouveau, l’intérêt de la nouvelle repose sur l’ambiance instaurée par l’auteur, une ambiance mêlant surnaturel, amour tourmenté, injustice et vengeance. Si je n’ai pas trouvé le récit fondamentalement original par rapport aux précédents, j’en ai, en revanche, apprécié la fin émouvante et la morale sans oublier la satisfaction de voir que rien n’est jamais perdu, et que des personnes dans l’erreur peuvent finir par trouver le chemin de la rédemption…

Halloween, Horreur, Gruselhaus

  • La plaintivel’auteur signe ici une nouvelle diablement effrayante reprenant avec efficacité ce qui fait le succès du genre : spiritualisme, fantômes, maison hantée…  Dès les départ, l’ambiance se veut angoissante avec cette maison dont chaque mur semble nous crier de fuir. Même le très courageux Carnacki sent que quelque chose ne va pas et que la prudence lui recommanderait de prendre ses clics et ses malles et de partir sans se retourner. Mais le détective ne peut décemment pas abandonner à son sort le maçon qui l’a appelé pour purifier cette maison que, sur demande de son riche employeur, il doit retaper. Prenant son courage à deux mains et en affichant une confiance de façade, Carnacki entreprend alors de cerner le problème et de sonder cette demeure de malheur dont l’aura funeste le prend à la gorge…

Pour la première fois, on tremble vraiment pour Carnacki qui va être confronté à des forces d’une puissance incroyable qui semblent bien décidées à ne pas le laisser franchir le seuil de la porte vivant. Quant à la fin, elle m’a rappelé certains films, mais elle n’en demeure pas moins terriblement efficace pour vous faire dresser les cheveux sur la tête. Vous avez ici ma nouvelle préférée du recueil et celle qui m’a le plus angoissée !

Portes, Choix, Choisir, Décision

  • L’envers : pas de vacances pour les braves ! Alors que Carnacki profitait d’une accalmie dans son activité pour prendre quelques jours de vacances, le voilà de nouveau en prise avec des forces occultes. Question de karma peut-être… En passant la nuit dans son hôtel, il ne s’attendait certainement pas à être réveillé par des bruits et des coups étranges ! Libre de ses mouvements, le détective aurait pu prendre la poudre d’escampette, mais après une conversation avec un bavard du coin, il décide de retourner à son hôtel afin de se confronter à ces forces occultes qui ont eu l’audace de perturber un repos bien mérité.

L’auteur ménage ses effets en introduisant un mystère bienvenu autour des tragédies qui ont frappé l’établissement. On suit donc avec plaisir le détective dans son enquête puis dans ses préparatifs pour sauver les gérants d’une situation dont ils ont bien du mal à se dépêtrer. Sa volonté de les aider est d’autant plus généreuse que leur accueil fut loin d’être chaleureux, mais vu la terreur dans laquelle ils vivent depuis plusieurs années, on leur pardonnera aisément. Voici encore une enquête rondement menée par un personnage débrouillard qui, même dépourvu de tout son matériel, réussit à s’imposer comme la référence en matière de lutte contre les forces du mal !

Retrouvez le livre sur le site d’Évidence Éditions.

 

Les Explorateurs, Alan Spade

Les Explorateurs (nouvelle) par [Spade, Alan]

Pour ma deuxième participation au Challenge The Maki Project, j’ai choisi une nouvelle qui me sort complètement de mes habitudes de lecture : Les Explorateurs d‘Alan Spade.

PRÉSENTATION ÉDITEUR

Deux officiers de la Compagnie d’Exploration Interstellaire aux personnalités divergentes, envoyés sur une planète inexplorée, vont vivre une série d’expériences paranormales au cours desquelles leurs capacités d’adaptabilité et leur esprit d’équipe vont être mis à rude épreuve.

Les Explorateurs est l’une des huit nouvelles du recueil de science-fiction (space opera) Les Explorateurs, d’Alan Spade, parue en 2009 aux Éditions Lokomodo.

AVIS

J’ai été très agréablement surprise par cette nouvelle qui, dès les premières pages, m’a conquise. D’une plume fluide et immersive, l’auteur arrive, en une trentaine de pages, à construire un récit prenant et empli de tension.

Une tension qui passe autant par la relation entre les deux protagonistes que les différentes péripéties qu’ils vont traverser. Covain Chase et Kara Elison n’auraient pu être plus différents : le premier est sûr de lui, vantard et sexiste,  quand la seconde est intelligente, réfléchie et mature. C’est d’ailleurs cette opposition de caractère qui leur a valu de devoir collaborer sur une mission. Leurs supérieurs estiment, en effet, qu’il est préférable de faire travailler ensemble deux personnes qui ne s’apprécieront jamais et ne seront donc pas tentées de compromettre le succès d’une mission en sauvant l’autre en cas de gros problème. Les adeptes de l’entraide et de l’esprit d’équipe n’ont qu’à se faire une raison, business is business !

Après quelques échanges tendus dans leur vaisseau et un atterrissage mouvementé, Covain et Kara explorent la planète X-0968 afin de confirmer ou d’infirmer la présence de trinocium, un minerai prisé. Une mission en apparence anodine qui se révèlera bien plus difficile que prévu ! Les nerfs mis à vif, nos deux explorateurs vont ainsi faire face à une série d’épreuves devant laquelle ils réagiront très différemment. La force brute et l’impulsivité contre la réflexion et l’intelligence des situations !  Ces épreuves nous permettront donc de découvrir les forces et faiblesses de chacun ainsi que quelques bribes de leur passé…

En plus des tensions entre les personnages qui apportent pas mal de piment au récit, j’ai apprécié cette plongée sur une planète mystérieuse qui recèle bien des surprises et des questions. Qui est derrière cette série de tests qui nous donne l’impression d’assister à une émission de télé-réalité version survie dans l’espace ? Qu’attend-on réellement de notre duo pas vraiment complémentaire ? Comment vont s’en sortir nos explorateurs et surtout s’en sortiront-ils vivants ? Tout autant d’interrogations qui facilitent l’empathie avec les personnages et nous donnent envie de tourner les pages afin de découvrir le fin mot de cette étrange aventure.

De la même manière, si j’aurais souhaité en apprendre plus sur les différentes espèces rencontrées tout au long du récit, force est de constater que l’auteur stimule avec aisance notre imagination grâce à une galerie d’êtres aux formes et aux capacités diverses et variées.  Quant à la chute, je l’ai trouvée plutôt savoureuse et inattendue. Je n’en dirai pas plus si ce n’est que je serais ravie de lire une nouvelle, voire un roman, sur l’après….

En conclusion, entre illusions et faux-semblants, l’auteur nous offre une nouvelle emplie de tension qui repose autant sur des protagonistes que tout oppose que sur un suspense savamment distillé qui saura tenir en haleine les lecteurs !

Vous pouvez télécharger gratuitement la nouvelle sur Kobo ou sur Amazon.

Je ne suis pas une légende, Catherine Dufour

Je ne suis pas une légende

Pour inaugurer le Challenge The Maki Project, j’ai choisi une nouvelle de Catherine Dufour publié précédemment dans le recueil L’accroissement mathématique du plaisir : Je ne suis pas une légende.

À l’époque où Malo rencontra son premier vampire, il frôlait la dépression. Après deux ans de bons et loyaux services en tant que Life Time Value Manager chez Johnson & Johnson, une persistante absence de cravate doublée d’une regrettable propension à quitter le bureau en sifflotant sitôt son travail bouclé lui avait valu une mise au placard définitive. Dans les premières semaines de sa relégation, il essaya d’inverser la vapeur : il mit une cravate noire imprimée de petits ours rouges et passa de longues heures supplémentaires près de la machine à café. Peine perdue Il était trop tard. Beaucoup trop tard.

AVIS

C’est la référence au roman Je suis une légende de Richard Matheson qui a tout de suite attiré mon attention. Si je ne l’ai pas lu, j’avais apprécié son adaptation cinématographique bien qu’il me semble que cette dernière ait pris quelques libertés avec l’œuvre originale…

Tout au long de la nouvelle, l’autrice fait preuve d’un cynisme et d’un humour féroce, voire mordant, qui m’a bien plu. Elle pointe avec un certain talent les tares de nos sociétés capitalistes avec ces grands groupes historiques bercés par la valse ininterrompue des changements plus ou moins absurdes, mais qui ont au moins le mérite de leur donner l’impression d’être dans le mouvement…

Un mouvement que notre héros, Malo, a bien du mal à suivre. En ne jouant pas la comédie du parfait employé selon les critères de son employeur, le voilà placardé… Une aubaine selon ses amis (à lui la piscine en pleine journée), le début de la déprime pour lui ! Il saura néanmoins rebondir en utilisant les outils de la disgrâce mis à sa disposition par son employeur. Une capacité de rebond qui ne sera guère appréciée par ledit employeur qui espérait une lettre de démission et non pas un salarié ragaillardi par sa nouvelle réussite professionnelle aux frais de l’entreprise…

Mais les affres de la vie professionnelle ne sont finalement rien eu égard à l’épidémie de vampirisme qui frappe de plein fouet le pays… Nous suivons alors notre protagoniste dans sa lutte pour la survie dans un monde dominé par les vampires. La disparition de l’humanité se fait progressivement, sans révolte, sans tentative d’arrêter l’épidémie, les individus ressemblant à de gentils moutons conduits sans embûche à l’abattoir.

Seul Malo semble conscient de la situation sans pour autant pouvoir y faire grand-chose. Seul contre tous, que peut-il de toute manière faire si ce n’est s’arranger pour survivre et ne pas se transformer en réservoir à hémoglobine… C’est que le sang frais se fait rare ! Il est assez déstabilisant de constater que ce monde dont l’absurdité nous frappe de plein fouet ne semble pas perturber outre mesure notre protagoniste qui s’adapte avec une certaine facilité à la situation. Enfin au début parce la solitude et la folie finissent par le rattraper jusqu’à cette fin abrupte dont j’ai aimé le côté assez désabusé… 

Si l’écriture est très agréable, les critiques sous-jacentes non dénuées d’intérêt et le ton féroce à souhait, il m’a manqué un petit truc pour être totalement conquise.  À cela s’ajoute un passage court, mais particulièrement malsain, qui a joué sur mon appréciation globale. Un peu trop glauque pour moi…

En résumé, voici une nouvelle bien écrite qui se lit toute seule et qui a le mérite de nous pousser à nous interroger sur notre monde qui n’a pas attendu d’être vampirisé pour être bestial… Vampire ou humain, cela change-t-il finalement quelque chose à la marche du monde et de son économie ?

Pour télécharger gratuitement la nouvelle, ça se passe sur le site de la maison d’édition Le Bélial’, sur Kobo ou Amazon.