Mini-chroniques en pagaille #38 : de l’émotion, des sensations fortes et un peu de bilinguisme !

Mini-chroniques en pagaille

Plus détaillées qu’un simple commentaire, mais moins développées qu’une chronique, les mini-chroniques me permettent de partager succinctement mon avis sur certaines de mes lectures que je n’ai pas eu le temps ou l’envie de chroniquer de manière plus classique.


  • Raison et mariage de Laura Lee Guhrke

Raison et mariage par Guhrke

Ayant apprécié le tome précédent, j’avais certaines attentes mais j’avoue avoir été quelque peu déçue, n’ayant pas ressenti le même côté addictif avec cette romance qui tarde franchement à démarrer. Je n’ai pas non plus eu beaucoup d’affinités avec une héroïne que j’ai trouvée entêtée, bien que j’aie compris son envie de garder le contrôler sur sa vie et sa dot ! Quant au héros, il se révèle plutôt attachant et son passé assez marquant pour nous pousser à ressentir une certaine empathie pour sa personne.

Quelques bons passages et une écriture toujours aussi efficace m’ont permis néanmoins de terminer ma lecture sur une note positive, d’autant que j’ai apprécié que l’on ait une certaine continuité avec le premier tome puisque l’on suit de l’intérieur l’affaire sordide évoquée précédemment. Et si l’on connaissait déjà la fin, assister à la chute d’un infâme personnage n’a pas été désagréable, bien que l’issue soit quelque peu dramatique…

À noter que pour une fois, la mère de l’héroïne fait montre d’une certaine lucidité quant à sa condition de femme et tentera d’offrir, bien que maladroitement, d’autres perspectives à sa fille. Une fille plus faite pour diriger que se laisser manœuvrer, quoi que son père puisse en penser !

  • Moriarty tome 10 de Ryôsuke Takeuchi et Hikaru Miyoshi (dessin)

Couverture Moriarty, tome 10

Moriarty est une série que j’affectionne, mais dont je regrette la très grande inégalité entre les tomes. Mais ce tome 10 ne m’a pas déçue un instant, j’y ai retrouvé le charme des débuts et cette noirceur qui caractérise une intrigue poussant les lecteurs à considérer leur propre notion du bien et du mal, et dans quelle mesure ils sont prêts à franchir une frontière parfois bien mince.

Plutôt justicier répondant à l’appel de la loi ou plutôt justicier impitoyable qui n’hésite pas à utiliser les méthodes des criminels pour construire une société plus égalitaire et juste ? Le prince du crime et ses acolytes ont depuis un moment fait leur choix, un choix qui s’impose parfois à d’autres à cause ou malgré leurs idéaux nobles.

Ici, on suivra ainsi un idéaliste face à un choix éthique et moral qui va le conduire à entrer dans une partie d’échecs avec un fin stratège qui œuvre dans l’ombre et contre lequel, il nous semble bien démuni. Dès le début, j’ai tremblé pour ce personnage qui m’a semblé agneau dans un monde de loups !

Tension, corruption, trahison, sang et vengeance… encore un tome intense ! On regrettera peut-être une fin qui n’apporte pas grand-chose, mais qui permet à l’auteur d’introduire une petite dose de Sherlock Holmes, une chose à laquelle il semble tenir. Quant à l’esthétique globale du manga, elle est, comme d’habitude, irréprochable.

  • My Mummy does weird things/ Maman fait des choses bizarres d’Amélie Julien et Gustyawan (illustrations) 

Avant d’aller plus loin, je présente mes excuses à l’autrice pour cette chronique très en retard, puisque je dois avouer avec honte avoir oublié l’album dans l’une de mes bibliothèques.

Comme le titre le laisse supposer, My Mummy does weird things/ Maman fait des choses bizarres est un album jeunesse bilingue anglais-français parfait pour initier, dès leur plus jeune âge, les enfants à une langue étrangère et/ou leur proposer une lecture en duo quand ils sont en âge de lire.

À chaque page, nous découvrons une ou deux phrases en anglais tout de suite traduites en français, avec une traduction qui évite l’écueil du mot à mot. J’ai apprécié de parcourir ces quelques planches pleines d’humour qui m’ont fait sourire. À travers les différentes situations décrites avec une naïveté tout enfantine, on ressent pleinement l’affection de deux enfants pour leur mère, même quand celle-ci fait des choses étranges comme s’étirer les bras et les jambes devant la télé, ou cacher des choses dans des endroits inattendus… Non, mais quelle idée de mettre les bonbons en hauteur dans un placard ou de cacher des légumes dans les pâtes.

Malgré ses petites excentricités, les deux frères l’aiment leur maman qui est là pour eux et qui sait toujours comment leur apporter joie et bonheur. Un vrai arc-en-ciel leur maman, le sourire et les bisous en plus ! Quant aux illustrations, leur rondeur, leur côté très coloré et leur simplicité devraient permettre aux enfants de se plonger aisément dans ces quelques pages, avant de réfléchir à toutes ces choses bizarres que font leur maman.

En bref, voici un album illustré plein d’humour prouvant la force des liens mère/fils tout en offrant une belle initiation au bilinguisme.

Et vous, connaissez-vous ces livres ?
L’un d’entre eux vous tente-t-il ?

Interview with the robot, Lee Bacon

50031773. sx318

Fugitive. Criminal. Robot.

A sci-fi adventure for young listeners, Interview with the Robot introduces a unique heroine who seeks the truth about herself.
Eve looks like an ordinary 12-year-old girl, but there’s nothing ordinary about her. She has no last name. No parents or guardian. She’s on the run from a dangerous and secretive organization that will stop at nothing to track her down.
And most astonishing of all: she’s a robot, a product of Eden Laboratories. When Eve discovers the truth, she realizes everything she thought she knew about herself is a lie. Eve manages to escape, fleeing the lab, the only home she’s ever known.
After being arrested for shoplifting, Eve is interviewed by Petra Amis from Child Welfare Services. Her incredible story unfolds during the interrogation, with flashbacks to her life inside Eden Laboratories, which has a dark secret. Listeners follow Eve from her first moment of consciousness to her evolution as a nearly-human companion to Emory, the son of the founder of Eden Laboratories.
Exploring a range of topics that drive our society and our lives—topics such as artificial intelligence and human nature – Interview with the Robot is a story told by a startlingly original protagonist, a story that explores the vast potential of technology and the deep complexities of humanity.

À partir de 10 ans – 3hrs 42mins

AVIS

J’ai profité du fait qu’Audible propose des livres audio à écouter gratuitement durant le confinement pour me lancer dans Interview with the robot de Lee Bacon. Si la science-fiction n’est pas mon genre de prédilection, les intelligences artificielles et la robotique m’intéressent beaucoup, ce qui explique peut-être le plaisir pris à découvrir ce roman jeunesse qui soulève des  questions intéressantes sur ces sujets notamment d’un point de vue éthique et moral.

Qu’est-ce qui différencie l’homme de la machine ? Une machine faite de métal, de circuits imprimés et ayant la conscience d’exister ne peut-elle pas être considérée comme une entité vivante ? Les émotions sont-elles l’apanage des hommes et des animaux ? Tout autant de questions que l’histoire d’Eve, robot ayant l’apparence d’une enfant de douze ans, ne manquera pas de susciter en vous. Une histoire qu’elle raconte à un membre des services sociaux, Petra Amis, après avoir réussi à s’échapper de l’organisation qui l’a conçue. À mesure que l’on découvre tout ce qu’elle a traversé et qu’on apprend à la connaître, on en vient à s’interroger sur sa véritable nature…

En plus de la conscience d’être, elle semble éprouver des sentiments, notamment envers le fils de son créateur qui est devenu, au fil du temps, son meilleur ami. À travers des flash-backs, on découvre d’ailleurs leur réelle et belle complicité et la manière dont, aux côtés d’Emory, Eve a gagné en humanité, apprenant, par exemple, à faire des plaisanteries ou à détecter les nuances parfois subtiles dans les échanges entre humains. Elle n’a pas de sang ou d’organes humains et se recharge comme un téléphone portable, mais la réduire au statut de simple machine au service de l’humanité semble donc terriblement injuste…

J’ai adoré découvrir le récit de cette héroïne atypique et hors du commun à laquelle je me suis beaucoup attachée à l’instar de Petra qui va traiter Eve comme n’importe quel autre enfant : avec empathie, patience et gentillesse. Les interactions et les dialogues entre les deux personnages sont truculents et m’ont fait régulièrement sourire, car si Eve semble humaine par bien des aspects, elle n’a pas encore toutes les clefs en main pour comprendre les comportements parfois irrationnels des humains… L’entretien entre Petra et Eve permet également de réaliser le fossé entre ce que son créateur veut d’elle et ce qu’Eve désire vraiment. Elle a, en effet, appris à exprimer ses propres envies et est capable de prendre des initiatives qui n’entrent pas forcément dans le cadre de ses prérogatives.

Au-delà de la question des intelligences artificielles et des réflexions sur la nature humaine, le roman aborde également des thèmes comme la famille. Qu’est-ce qu’une famille ? Cela se réduit-il vraiment aux liens du sang ? Une interrogation soulevée tout au long du roman qui trouve son apogée dans une révélation qui m’a complètement prise de court. Je ne l’avais pas du tout anticipée, ce qui m’a donné envie d’écouter le roman depuis le début afin de voir si l’auteur avait laissé quelques indices. Je ne l’ai pas fait, mais j’ai apprécié la manière dont ce retournement de situation parfaitement orchestré bouleverse l’ordre des choses et donne une certaine profondeur au roman. Il soulève, en outre, certaines questions, notamment sur le bien et le mal, et ce que l’on est en droit de faire au nom de ses idéaux et/ou de sa famille.

Destiné aux enfants à partir de 10 ans, le roman, bien qu’en anglais, se révèle tout à fait accessible. Le vocabulaire et les constructions grammaticales sont simples, et les nombreux flash-back, accompagnés d’une petite transition sonore, aident à s’immerger complètement dans l’intrigue. N’hésitez donc pas à vous lancer si vous avez envie de tester ou de vous remettre à la lecture de livres audio en anglais d’autant qu’en plus d’être rapide (moins de quatre heures), l’écoute se révèle rythmée, prenante et plutôt addictive.

En conclusion, à travers l’histoire mouvementée et surprenante d’une héroïne atypique et attachante, l’auteur soulève d’intéressantes et pertinentes réflexions sur la notion d’humanité, la technologie, mais également sur la famille, ce qui fait son socle et comment l’amour des siens peut pousser une personne à commettre l’indicible… Captivant, intelligent, teinté d’humour et empli de mystère, voici un roman jeunesse fort sympathique que je ne peux que vous conseiller pour une plongée fascinante dans le monde de la robotique.

Pour écouter gratuitement le roman durant le confinement, rendez-vous sur le site d’Audible Stories.

Enchant, Demelza Carlton

Enchant: Beauty and the Beast Retold (Romance a Medieval Fairytale Book 1) (English Edition) par [Carlton, Demelza]

Je suis toujours curieuse de découvrir une réécriture du conte de La Belle et la Bête. Profitant que cette novella soit proposée gratuitement sur Kobo et Amazon, je me suis donc laissée tenter. J’ai lu ce titre dans le cadre du Challenge Je lis en VO.

PRÉSENTATION AUTEUR

A beastly prince. An enchanting beauty. Only love can break the spell.
Once upon a time…
The wicked King Thorn forced the enchantress Zuleika to cast a terrible curse. She fled his court to travel the world, helping those who need her magic most. Until a search for her merchant father’s lost ships leads her to an enchanted island, where Prince Vardan, the island’s ruler, is afflicted by the most powerful curse Zuleika has ever encountered. She’s not sure she can reverse the spell, but she’s determined to try. After all, a prince who fights pirates can’t be all bad…no matter how beastly his appearance.

Together, can the enchanting beauty and the beastly prince break the spell?

AVIS

Avant d’aller plus loin, je préfère vous prévenir que dans les premiers chapitres, il y a une scène de viol. Elle est courte et non détaillée, mais j’avoue avoir été assez perturbée ne m’attendant pas à tomber sur une telle scène au vu de la couverture et du résumé. Cela ne m’a néanmoins pas empêchée d’apprécier cette version de La Belle et la Bête qui présente l’originalité de donner des pouvoirs à Belle alias Zuleika.

Quand le roi Thorn sollicite sa mère pour ses services d’enchanteresse, la jeune femme n’a pas vraiment d’autre choix que de prendre sa place, cette dernière étant décédée. Une décision qu’elle regrettera amèrement quand le roi profitera de sa position et de sa force pour la bafouer avant de lui arracher un sortilège… Mais loin de se laisser abattre, Zuleika va s’échapper, porter assistance aux personnes ayant besoin de sa magie avant de finir par aider son père à retrouver ses bateaux disparus. Une mission qui la conduira sur une île maudite gouvernée par le prince Vardan, le frère de son bourreau.

Vardan se montre tout de suite amical et accueillant, un comportement qui tranche avec celui de son frère, mais aussi avec son aspect bestial, le prince étant sous le joug d’un terrible sortilège. Il n’est d’ailleurs pas le seul à être maudit puisque toute sa cour et les habitants de l’île sont, quant à eux, devenus invisibles. Pas pratique au quotidien, mais plutôt utile pour chasser les pirates qui osent s’approcher de l’île ! En plus de l’invisibilité de ses sujets, le prince peut également compter sur un artefact magique pour protéger son île, un artefact qui possède une certaine importance dans l’histoire…

Appréciant les pirates, j’ai trouvé la menace qu’ils représentent intéressante d’autant que, sans le vouloir, ceux-ci faciliteront le rapprochement entre Zuleika et le prince. Un rapprochement rendu non pas difficile par le faciès de bête du prince, mais par le secret que la jeune femme porte en elle et sur lequel elle est bien décidée à veiller précieusement. Néanmoins, de fil en aiguille, la réserve, voire la peur de Zuleika, disparaît au profit de sentiments plus doux…

Comme vous le savez, je ne suis pas une grande amatrice de romance, mais elle passe ici assez bien puisqu’elle n’est pas trop pesante et qu’elle offre quelques beaux moments de tendresse, de complicité et d’émotions. Mais ce qui fait l’intérêt de cette réécriture est le personnage de Zuleika qui se révèle plutôt nuancé et bien construit, la jeune femme oscillant entre fragilité, force et détermination. Courageuse, intelligente, généreuse, elle fera de son mieux pour lever la malédiction qui pèse sur l’île et le prince tout en essayant de ne pas compromettre son secret et son avenir, du moins, jusqu’à ce qu’une révélation la touche en plein cœur… Mais si le destin est parfois cruel, il ne l’est pas assez pour contraindre une femme aussi puissante et volontaire à la reddition…

Quant au prince, il tombe rapidement sous le charme de notre enchanteresse tout en gardant une certaine perspicacité sur la nature bien trop rapide et violente de ses sentiments. Ce n’est pas si courant, et cela me l’a rendu sympathique bien que je l’aie trouvé quand même bien trop passif à mon goût. Il a enduré la malédiction cinq ans sans réellement chercher de solution préférant se cantonner à l’espoir qu’une femme débarque sur son île, tombe amoureuse de lui malgré son apparence et le sauve ainsi que son peuple… Pour l’héroïsme, on repassera. Je l’ai trouvé également assez naïf par rapport à son frère. Il reste toutefois attachant et se révèle un homme juste et bon avec les habitants de son île, un aspect qui le différencie de son frère et qui le rapprochera de Zuleika sensible à cette bonté qui transparaît chez lui.

En conclusion, si l’on peut regretter que l’autrice n’évoque pas plus en profondeur les pouvoirs de son héroïne et que le méchant de l’histoire se révèle un peu trop caricatural à mon goût, l’histoire n’en demeure pas moins rapide et facile à lire. Elle ne me restera pas longtemps en tête, mais elle offre un moment de divertissement agréable qui plaira aux amateurs de romances fantastiques, de réécritures de contes et d’histoires de malédiction.

Télécharger gratuitement le livre sur Kobo ou Amazon.

https://lightandsmell.files.wordpress.com/2020/01/14b53-je2blis2ben2bvo2b2018.jpg

Challenge Je lis en VO 2020

 

https://lightandsmell.files.wordpress.com/2020/01/14b53-je2blis2ben2bvo2b2018.jpg

Chaque année, j’essaie de lire quelques livres en anglais et y arrive plus ou moins bien. J’avais déjà participé à un challenge littéraire sur cette thématique et l’article des lectures sucrées m’a donné envie de retenter l’expérience.

Je me suis donc inscrite au Challenge je lis en VO qui a commencé le 1 janvier et se terminera le 31 décembre 2020.  Pour vous inscrire, ça se passe sur le forum de Livraddict en sachant que le challenge est rétroactif et que l’on peut s’inscrire à tout moment !

Ce que j’apprécie avec ce challenge, c’est sa flexibilité puisque tous les formats sont acceptés : romans, nouvelles, mangas, livres audio… Un bon moyen pour moi de lire, entre autres, les livres reçus dans des box littéraires américaines et anglaises.

Plusieurs paliers sont proposés en fonction de vos aspirations. Pour ma part, j’ai choisi le palier 4 avec 10 livres à lire sur l’année.

Je n’ai pas de PAL précise pour le challenge, mais voici une liste de livres dans laquelle je compte piocher  :

Couverture To Best the BoysCouverture HeartlessCouverture Miss Peregrine et les enfants particuliers, tome 1

Couverture Given duet, book 1: Given to the seaCouverture Onyx and IvoryCouverture Beyond a darkened shoreCouverture Hazel Wood, tome 1

Couverture Everless, tome 1Couverture Rise of the Empress, book 1: Forest of a Thousand LanternsCouverture Daughter of the Burning CityCouverture Le Faiseur de Rêves, tome 1

Couverture Le trône des étoiles, tome 1 : Fugitifs

Et vous, lisez-vous en VO ?