Où est le dragon ?, Leo Timmers

Au beau milieu de la nuit, trois chevaliers prennent en chasse un dragon. Ils repèrent bien vite le dangereux monstre.
Mais dans le noir, il faut se méfier des apparences…

Cambourakis (4 mars 2020) – 32 pages -14€ À partir de 3 ans
Traduction : Laurent Bayer

AVIS

Où est le dragon ? This is the question ! Et une question de la plus haute importance, voyez-vous, parce que si on ne retrouve pas le dragon aperçu par le roi, ce dernier n’osera pas aller au lit ! Mais pas de panique, un dragon, ça doit bien se voir même dans le noir, non ?

C’est, du moins, ce qu’espéraient les trois chevaliers lancés à sa poursuite avant de finir par déchanter. Malgré tout ce qu’ils connaissent des caractéristiques physiques d’un dragon, à chaque fois qu’ils pensent l’avoir identifié, ils se retrouvent nez à nez avec tout, sauf un dragon ! Saperlipopette, c’est que la chasse au dragon, ça n’est pas facile et pas très rigolo !

Enfin si, c’est amusant à rire à pleines dents pour les enfants qui devraient être séduits par les (més)aventures de trois chevaliers qui font faire une importante découverte : les apparences sont bien souvent trompeuses. Mais après une telle leçon de vie, ne serait-il pas enfin temps d’aller au lit ?

On saluera le piquant avec lequel l’auteur casse les codes des histoires de chevalerie. Il se moque ainsi gentiment de ces trois chevaliers, peut-être preux, mais pas très dégourdis, et pousse les enfants à ressentir une certaine empathie pour un dragon qui, ma foi, n’a pas l’air bien méchant. Après tout, quel est son crime à part d’avoir été aperçu par le roi ?

En plus d’une histoire amusante non dénuée de mystère, j’ai apprécié les rimes simples, mais efficaces, qui apportent une dose supplémentaire de charme à l’album. La forme ne manque pas non plus d’atouts : un format agréable à prendre en main, de jolies illustrations, des traits ronds et simples très expressifs…

ouestledragon2

Mais ce que j’ai probablement préféré, c’est la manière dont sont alternativement plongés les chevaliers dans l’ombre et la lumière avec, comme fil conducteur, une bougie qui éclaire et qui fait toute la lumière sur la vérité. Une vérité bien souvent éloignée de celle imaginée par les enfants dont l’imagination est ici stimulée avec originalité et mordant.

Où est le dragon ?, Leo Timmers illustrations

Plein d’humour et de charme, cet album jeunesse est une merveille de poésie et de beauté que je conseillerais à tous les petits et grands enfants. Pour ma part, nul doute que je le relirai avec grand plaisir.

Chat totem – Suivez votre bonne étoile féline, Veronique Aïache

Chat totem – Suivez votre bonne étoile féline

Les Amérindiens considèrent l’animal Totem comme un guide spirituel, une sorte de bonne étoile bienveillante. Selon eux, la symbolique de l’animal qui emboîte le pas de l’individu est là pour l’aider à mieux se connaître, à identifier ses forces et ses faiblesses, à développer son potentiel, à s’ouvrir à de nouvelles perspectives sur sa relation avec la nature et mêmes, à gagner en confiance en soi pour mieux faire face aux défis du quotidien. Choisir le chat pour totem, c’est découvrir par ailleurs d’autres aspects de l’identité de ce petit animal pas comme les autres. C’est aller au-delà de ce que l’on connaît déjà de lui. Ici, il ne sera pas question de le considérer comme un exemple à suivre sur les chemins de la paix intérieur, mais plutôt de l’accueillir comme un maître à penser – et à agir dans la quête d’équilibre entre soi et le monde extérieur. L’animal totem du chat nous enseigne ces six sagesses : la liberté avant tout, agir calmement et au bon moment, l’art de la clairvoyance, se taire pour mieux entendre, la soif de l’aventure, l’art de retomber sur ses pieds.

Hugo Document (4 juin 2020) – 189 pages – Papier (11,50€) – Ebook (7,99€)

AVIS

Si vous me suivez depuis un moment sur le blog, vous n’êtes pas sans connaître mon amour des chats. C’est donc avec un plaisir certain et beaucoup d’enthousiasme que je me suis lancée dans cet ouvrage dont le titre et le résumé m’ont tout de suite intriguée.

Cartésienne par nature, j’ai néanmoins eu un peu peur que le livre soit trop ésotérique pour moi parce que si je reste curieuse de découvrir les croyances d’autrui, j’ai parfois du mal à me laisser emporter par des textes trop mystiques. Si vous êtes dans mon cas, aucune inquiétude à avoir, le livre étant très accessible même pour les plus rationnels des lecteurs. Sa mise en page aérée et sa construction autour de quatre grandes parties le rendent également très facile et rapide à lire !

D’une plume fluide et agréable, l’autrice aborde différents sujets avec une grâce presque féline. Et le voyage commence par un retour dans le passé afin de comprendre la complicité qui s’est créée, au fil du temps, entre les chats et les êtres humains. Une relation qui remonte à très longtemps et qui n’a pas toujours été cordiale, le chat faisant partie de ces rares animaux ayant suscité autant de haine et de méfiance que de passion et de dévotion !

Tous les peuples ne se sont ainsi pas montrés aussi aimants avec les chats que les Égyptiens sous le règne des Pharaons qui les associaient volontiers à la déesse de la fertilité et des foyers, Bastet. Une vision divine et idéalisée des chats laissant sceptiques les Grecs et ses penseurs comme Hérodote qui avaient une vision bien plus négative de cet animal vu comme cruel, dépravé, calculateur… Aimant l’histoire, j’ai trouvé cette partie passionnante et très instructive d’autant qu’elle m’a permis de comprendre l’engouement des Japonais pour les Maneki-Neko ou encore la place du chat dans l’Islam qui loue sa légendaire propreté. 

J’ai également apprécié d’en apprendre un peu plus sur les Amérindiens qui vouent le plus profond respect à la nature, considérant que les hommes, les animaux, et même la végétation, forment une même famille. Une vision respectueuse de la vie, sous toutes ses formes, qui tranche avec la nôtre et qui ne manque pas de poésie surtout si l’on considère la croyance amérindienne selon laquelle chaque individu peut faire le choix de laisser son âme et son esprit renaître dans une autre forme…

Autre aspect intéressant de cette culture, la manière dont sont perçus les animaux : incapables d’être corrompus, contrairement aux hommes, ils deviennent pourvoyeurs d’enseignement ! Les Amérindiens associent ainsi à chaque animal, un comportement et une personnalité dont on peut tirer des leçons à condition d’avoir bien identifié son totem, sa représentation animalière. Celle-ci n’est pas forcément liée à votre animal préféré, mais plus à celui qui possède les qualités dont vous avez besoin pour avancer et tirer le meilleur de vous-mêmes… L’autrice détaille différentes manières pour trouver son animal totem, et si je n’ai pas encore pris le temps d’identifier le mien, je le ferai avec plaisir curieuse de le découvrir et d’apprendre à mieux le connaître avant de m’imprégner de ses enseignements.

Il aurait été difficile et indigeste de faire le portrait totémique de chaque animal dans cet ouvrage, mais l’autrice dresse celui de l’animal qui nous intéresse le plus ici, le chat ! Pas le chat que nous connaissons, et qui a conquis notre cœur en même temps que le web, mais plutôt celui qu’ont eu l’occasion de côtoyer les premiers Indiens d’Amérique, le grand chat sauvage. Un animal symbole d’indépendance, de patience, d’adresse, de courage, de curiosité et de clairvoyance… Un portrait finalement très proche du chat qui honore nos foyers et dont l’autrice nous rappelle les principales caractéristiques ainsi que ses bienfaits sur les êtres humains.

De son ouïe exceptionnelle qu’il arrive à modérer quand nos bruits du quotidien l’indisposent à son odorat surdéveloppé en passant par sa capacité à voir dans le noir, le chat nous apparaît définitivement comme un animal fascinant que l’on ne peut que prendre plaisir à accueillir tout en profitant, au passage, de ses doux et salutaires ronrons… Je suis d’ailleurs plus que convaincue des bienfaits et de l’intérêt de la ronronthérapie dont j’ai la grande chance de pouvoir bénéficier.

Les trois premières parties m’ont permis de découvrir certaines choses et de renforcer certaines connaissances, mais j’avoue que c’est la dernière partie qui m’a peut-être la plus surprise et conquise. J’ai, en effet, adoré la manière dont l’autrice reprend des concepts de développement personnel, somme toute assez classiques, en les illustrant à travers le comportement et la vie d’un chat. Voilà une démarche simple et évocatrice qui parle bien plus à l’amoureuse des chats en moi que de longs discours qui sonnent parfois creux ou prennent des chemins détournés pour énoncer de simples vérités.

J’ai donc découvert avec curiosité les trente commandements du chat, un animal qui s’érige naturellement en coach spirituel vous encourageant dans votre vie à condition, évidemment, de rester à l’écoute des signes qu’il vous envoie pour guider vos pas. Certains commandements ont plus résonné en moi que d’autres, mais tous m’ont semblé pleins de bon sens et de justesse à l’image d’un certain félin sur lequel, après la lecture de cet ouvrage, vous aurez très envie de prendre exemple. Cela signifie, entre autres, trouver un bon équilibre entre égoïsme et altruisme, apprendre à prendre ce que la vie offre pour en tirer le meilleur profit, profiter de l’instant présent, rester curieux et éveillé, transformer des contraintes en réflexes, fixer des limites (si vous connaissez les chats, vous savez certainement à quel point, ils sont doués pour faire comprendre quand on les importune)…

En conclusion, en ouvrant Chat Totem, je ne savais pas trop à quoi m’attendre, mais j’ai découvert un très bel et agréable ouvrage qui mêle, avec brio, Histoire, exercices simples à mettre en place, croyances et mythes amérindiens et sagesse féline dont chacun devrait s’inspirer et s’imprégner afin de vivre une vie de pacha ou, du moins, une vie en adéquation avec ses valeurs et ses envies ! Cet ouvrage s’adressera aussi bien aux amoureux de la nature et des chats qu’aux personnes désirant se lancer dans une démarche originale de développement personnel placée sous le signe du chat.

Je remercie Babelio et les éditions Hugo&Cie pour m’avoir envoyé ce livre en échange de mon avis.

 

 

Caribou baby, Meg Rosoff

Caribou Baby (Grand Format Ados) par [Meg Rosoff]

Jess a 17 ans et elle vient d’avoir un bébé. Bon… pas n’importe quel bébé : un bébé caribou. Personne ne sait comment c’est arrivé. On n’avait rien détecté. Avec Nick, son copain bien humain, Jess apprend à accepter l’absurdité de la vie, à devenir mère, à comprendre que son enfant est un individu, parfois encombrant, mais un individu à part entière. Un être qu’il faut choyer… et savoir laisser vivre et libérer le moment venu.

Rageot Editeur (12 septembre 2018) – 11,90€ – Epub (9,49€) – Broché (11,90€)

AVIS

À travers ce court, mais truculent roman, Meg Rosoff aborde avec justesse et de manière parfois métaphorique des thématiques sociétales fortes : la grossesse adolescente, la contraception, le fossé culturel entre deux milieux sociaux différents, mais surtout la famille, la parentalité quand on n’est pas encore soi-même un adulte, les enfants « différents », le regard de la société sur ceux qui n’entrent pas dans les normes, la bienveillance…

Et pour ce faire, elle passe par une histoire en apparence complètement abracadabrantesque offrant plusieurs niveaux de lecture. Les enfants pourront ainsi prendre plaisir à suivre la chouette aventure d’un jeune caribou, les adolescents pourront éventuellement voir dans ce titre une sensibilisation à la contraception et à la parentalité à un âge où on n’est pas forcément armé pour s’y frotter ou ils pourront y voir, comme les adultes, une forte allégorie du droit à la différence, de la difficulté pour des parents de faire face à un enfant qui n’est pas forcément celui qu’ils attendaient, et de l’amour parental nonobstant le regard de la société…

Sans fausse pudeur, l’autrice nous plonge ainsi dans la vie de deux adolescents qui découvrent avec stupeur que le bébé tout rose et joufflu qu’ils espéraient se trouve être un mignon, mais fort poilu caribou ! Une fois le choc passé, vient le temps de l’acceptation, puis celui de l’adaptation. Jess et Nick se révèlent d’ailleurs plutôt responsables se faisant avec beaucoup de rapidité à la situation…

Mais de fil en aiguille, on réalise que si Jess est assez réaliste sur ce qu’élever un caribou implique, Nick l’est beaucoup moins. Il a ainsi plus de mal à renoncer au futur qu’il imaginait pour son fils continuant à placer en lui des espoirs vains et injustes. Un caribou ne sera jamais un poète, il n’enchantera pas les oreilles de son père de douces mélodies et il ne sera pas capable de suivre une scolarité normale…

Nick et Jess vont donc devoir apprendre à composer avec la nature profonde de leur enfant et trouver pour lui des solutions afin qu’il s’épanouisse en fonction de ses propres besoins et non de ceux des autres enfants. L’équité se révèle, en effet, parfois bien plus juste et pertinente qu’une recherche vaine d’égalité qui ferait fi des capacités de départ de chacun. Nous avons ici une jolie leçon de vie et d’amour qui nous prouve que souhaiter le meilleur pour quelqu’un, c’est aussi accepter ses différences sans tenter de le faire entrer dans des cases ou des pseudos-normes.

Bien que le roman soit très court, j’avoue m’être complètement prise d’affection pour cette famille atypique, et surtout pour Jess qui fait montre d’une capacité de recul et d’un humour à toute épreuve. La jeune femme est décontenancée par la situation, mais elle prend sa vie à bras-le-corps et tente d’être la meilleure mère possible pour son petit caribou sans pour autant nier les difficultés qu’elle rencontre. Elle est heureusement épaulée par sa mère qui, malgré les appréhensions des débuts, finit par aimer ce petit-fils qui n’est peut-être pas comme tous les autres, mais qui n’en demeure pas moins attachant et digne d’être aimé pour ce qu’il est, et non pour ce qu’elle aurait aimé qu’il soit.

Quant à la fin, si elle m’a légèrement décontenancée m’attendant à ce que l’autrice aille dans une autre direction, elle a le mérite de l’originalité et n’est pas dénuée d’un certain humour, à l’image de ce roman truculent que j’ai lu d’une traite. Il faut dire qu’en plus d’être court, son organisation sous forme de dialogues au ton enlevé le rend plutôt rapide à lire tout comme la plume caustique, fluide et rythmée de l’autrice.

On appréciera également l’illustration au début de chaque chapitre qui apporte une certaine douceur à la lecture et facilitera, peut-être, l’attachement des jeunes lecteurs à notre mignon petit caribou dont on suit la croissance en accéléré.

../Images/CHAP_1.jpg

Poétique, original, et empli d’humour et d’amour, Caribou baby est un magnifique et touchant roman jeunesse qui, sous couvert d’une histoire complètement loufoque, délivre un très joli message de tolérance et de bienveillance. À lire et à relire, seul ou en famille !

Je remercie NetGalley et les éditions Rageot pour cette lecture.

 

La singulière aventure de Pénélope Vermillon, Valija Zinck

La singulière aventure de Pénélope Vermillon par [Valija Zinck]

Pénélope a les cheveux gris et une odeur de feu. Cela a beau être étrange, la petite fille ne s’en est jamais vraiment souciée. La seule chose qui attise un peu sa curiosité, c’est que chaque été, le jour de son anniversaire, il pleut et que, ce jour-là, la pluie ne mouille pas. Cependant, quand Pénélope découvre par hasard qu’elle a en fait les cheveux roux et des pouvoirs un peu bizarres, tous les petits mystères de sa vie se transforment en un océan d’énigmes. Ces pouvoirs sont-ils hérités de son père, comme le lui révèle finalement sa mère ? Pourquoi cette dernière lui a-t-elle fait croire qu’il était mort alors qu’il les a tout simplement abandonnées ? Tandis que la magie croit en Pénélope, s’épanouit aussi la colère et l’envie de partir à la recherche de ce père absent…

Rageot (11 avril 2018) – 304 pages – Broché (13,90€) – Ebook (10,99 €) – 10/12 ans

AVIS

Rarement un titre aura aussi bien été choisi puisque c’est bien dans une singulière aventure que l’autrice transporte ses jeunes et moins jeunes lecteurs. Nous faisons ainsi la connaissance d’une héroïne qui se révèle aussi originale que haute en couleur. Du haut de ses dix ans, Pénélope a les cheveux gris, une odeur de feu et possède l’étrange don d’Entendre-Avant. Avouons que question originalité, elle se pose en modèle ! Mais si sa vie est déjà émaillée d’un petit grain de folie, elle va prendre une tournure encore plus inattendue et extravagante quand la jeune fille fera de surprenantes découvertes sur ses cheveux, ses facultés, et sa famille. Des découvertes qui mettront en perspective toute sa vie et qui lui donneront l’élan nécessaire pour enfin être elle-même.

Débrouillarde, courageuse, intelligente et pugnace, Pénélope est une jeune fille attachante que l’on suit avec beaucoup de plaisir dans ses péripéties. On la voit ainsi faire de son mieux pour s’approprier tout un pan de sa vie qui lui était jusqu’à maintenant inconnu, ce qui ne la rend que plus touchante. Elle affrontera également sans sourciller les dangers que son désir de renouer avec une personne de son passé mettra sur sa route… Entre l’étude d’un précieux livre de magie, ses séances pour, entre autres, apprendre à voler, ses sorties entre amis et son enquête sur ses origines, elle n’aura donc pas le temps de s’ennuyer.

Pour l’épauler dans ses aventures, Pénélope pourra heureusement compter sur le soutien de son chat, un sympathique félin auquel je me suis tout de suite attachée. Elle obtiendra également l’aide d’autres personnages dont l’un qui fut pour moi un véritable coup de cœur, peut-être parce que comme notre jeune héroïne, il n’a pas la langue dans sa poche. J’ai rarement vu un auteur donner vie à un protagoniste de cette nature, et c’est fort dommage parce que cela apporte une jolie touche d’extravagance et d’humour. D’ailleurs, l’humour ne manque pas dans ce roman, ce qui tient en grande partie à l’esprit vif, fantasque et parfois un peu culotté de Pénélope qui possède une bonne dose d’imagination et de détermination. 

Au-delà de la galerie de personnages variée et originale, j’ai apprécié le mystère qui plane tout au long de l’aventure, notamment sur le père de Pénélope et les pouvoirs magiques que la jeune fille semble avoir hérités de ce dernier. Si j’ai regretté que le côté magie ne soit pas un peu plus exploité, j’ai néanmoins apprécié la manière dont l’autrice a creusé les relations familiales, que ce soit dans l’absence ou la présence… La mère de Pénélope n’apparaît pas énormément dans l’intrigue, mais on sent toute la complicité qui l’unit à sa fille et sa détermination à lui offrir une certaine normalité malgré les circonstances. Mais la normalité n’est pas vraiment compatible avec l’esprit Vermillon, ce qu’elle finira bien par accepter… On notera aussi le charme qui se dégage de la maison « dragon » habitée par trois générations de femmes et un chat, il ne faut jamais oublier le chat, surtout quand ce dernier détient un petit secret.

Quant à la plume de l’auteure, travaillée tout en demeurant accessible, elle véhicule de jolies valeurs et est empreinte de cet humour qui rallie les lecteurs de tout âge. Ce roman jeunesse devrait donc ravir les enfants qui pourront s’identifier à l’esprit d’aventure de Pénélope, et plaire aux adultes qui ont gardé leur âme d’enfant et leur capacité à s’émerveiller devant l’histoire d’une fillette pas comme les autres.

En conclusion, La singulière aventure de Pénélope Vermillon séduira les lecteurs par sa touche de fantastique, son héroïne haute en couleur, ses personnages secondaires inattendus et attachants, sa bonne dose de mystère et d’action, mais surtout son atmosphère pétillante empreinte de magie, d’extravagance et d’originalité. Quant à l’humour subtilement distillé par-ci, par-là, c’est un peu la cerise sur le gâteau ou le dernier ingrédient d’une potion qui fera des étincelles et vous offrira un joli moment de divertissement

Je remercie les éditions Rageot et NetGalleypour cette lecture.

Le château du temps perdu, Paul Bruard

Couverture Le château du temps perdu

Maxime, Lucien et toute leur bande de bons copains du CM2 ne se doutaient pas que leur voyage de fin d’année allait les entraîner dans de fantastiques aventures.
Un château médiéval, une chasse au trésor, jusque-là rien de plus banal ! Mais lorsque leur curiosité les conduit dans une autre dimension pour y faire la connaissance de deux enfants du treizième siècle, tout bascule.
Trouveront-ils le moyen de délivrer le château et ses habitants d’une malédiction qui les poursuit depuis neuf siècles ?

Ex Aequo éditions (7 février 2020) – 9/12 ans – 116 pages –
Papier (11€)- Ebook (3,99€)

AVIS

De la superbe couverture au résumé, tout me tentait dans ce roman jeunesse que j’ai lu d’une traite et qui m’a offert ce moment d’évasion et de distraction dont j’avais tant besoin. Maxime, Lucien et leurs amis de CM2 sont excités à l’idée de leur dernier voyage scolaire avant l’entrée en sixième, une étape tellement importante dans la vie d’un écolier. Au programme, la visite d’un château médiéval avec, en prime, une chasse au trésor ! Mais une surprise de taille va attendre les six amis : la rencontre avec deux enfants du treizième siècle qui vont leur demander de les aider à lever une terrible malédiction…

Le début d’une aventure menée tambour battant durant laquelle nos protagonistes vont devoir faire preuve de débrouillardise, d’intelligence, de réflexion, mais surtout de bravoure, les dangers étant nombreux et les défis de taille. Fort heureusement, notre groupe pourra compter sur les différentes personnalités qui le composent. Il y a ainsi le passionné d’histoire, l’amateur de gastronomie capable de détendre l’atmosphère avec son humour à toute épreuve, la très cartésienne, les aventuriers… Les enfants devraient vite s’attacher aux personnages et se retrouver, ainsi que certains de leurs camarades, dans ce sympathique et éclectique groupe. Et chose assez rare pour être noté, l’auteur a veillé à inclure des filles et des garçons dans son aventure.

Enfant, j’aurais adoré ce roman qui nous plonge avec réalisme dans un château médiéval dont on découvre, même si ce n’est que succinctement, la manière dont la vie y était organisée. Le mélange Histoire/fantastique fonctionne ici à merveille et apporte beaucoup de charme à ce roman dont on tourne les pages avec plaisir, curieux de découvrir comment les six amis vont faire face à un enchantement que personne n’a réussi, malgré les années, à lever. Je n’en dirai pas plus sur le sujet si ce n’est qu’ils ont de la ressource et que, malgré les moments de doute, les difficultés et les dangers, rien n’arrivera à ébranler la confiance qu’ils se portent mutuellement.

J’ai, en outre, fortement apprécié la relation entre les personnages, une relation faite de respect et de tolérance, les défauts des uns n’étant jamais méchamment moqués par les autres. À une époque où le harcèlement scolaire est plus que jamais d’actualité, ce genre de relations positives ne peut qu’être salué. Même la « rapporteuse » de service, qui va mettre en danger notre groupe, va réaliser que dénoncer à tour de bras ses camarades n’est peut-être pas la meilleure manière de se comporter. Une prise de conscience réaliste et très bien amenée tout comme l’est cette histoire de malédiction qui devrait attiser votre curiosité et satisfaire les amateurs de chasses au trésor, d’énigmes et de passages secrets !

Quant à la plume de l’auteur, elle m’a complètement charmée, Paul Bruard ayant trouvé un juste équilibre entre beauté du texte, accessibilité, réalisme et fluidité. En plus de descriptions courtes et percutantes, l’auteur veille à introduire, avec parcimonie et en toute intelligence, un peu de vocable moyenâgeux qu’il prend le temps d’expliquer en notes de bas de page. Cela facilite grandement l’immersion dans le récit et nous donne l’impression d’avoir fait, aux côtés de nos jeunes héros, un voyage dans le temps.

En conclusion, présent et passé se mêlent pour nous faire vivre une aventure fantastique dans laquelle des élèves de CM2 vont devoir, plus que jamais, compter sur leur amitié pour faire face à une succession de péripéties empreintes de danger et de mystère. Aventure, chasse au trésor, amitié, action et passages secrets vous attendent dans ce roman qui devrait ravir le cœur des enfants et leur prouver que l’Histoire, c’est loin d’être barbant !

Merci aux éditions Ex Æquo pour cette lecture.

Challenge Animaux du Monde

Sharon, une blogueuse dont j’apprécie les chroniques percutantes, relance son Challenge Animaux du Monde. Vu mon amour pour les animaux, je suis plus que ravie de son initiative et compte bien participer.

Le challenge a commencé début mars et prendra fin le 28 février 2021.

L’objectif est de lire des romans, BD, nouvelles, mangas et essais ayant en lien avec les animaux : présence d’un animal sur la couverture, nom d’un animal dans le titre ou un héros représenté sous la forme d’un animal.

Plusieurs paliers sont proposés :

  • Mirabelle : jusqu’à 5 livres lus.
  • Violette : jusqu’à 10 livres lus.
  • Bill : jusqu’à 15 livres lus.
  • Chablis : jusqu’à 20 livres lus.
  • Urgente de Longuemare : 25 livres lus et plus.

J’ai, pour ma part, choisi le palier le plus élevé, ma PAL regorgeant de livres avec des animaux.

En plus de ces deux articles vous présentant 10 romans et 10 ouvrages graphiques de ma PAL avec un animal sur la couverture qui me tentent, voici quelques suggestions de livres chroniqués sur le blog :

Un amour de chat par MetzLe chapardeur des coeurs par Metz20 ans avec mon chat par Inaba

Manx catJournal intime d'un chat acariâtre par Pouhier

Sur la route de Nosy Komba par GossetDe bonnes raisons de mourir par AudicLa Geste des Braves, tome 1 : La Guerre des Rois par MilivelesLe Silence des Dragons, tome 1 : Dracaenars par Villemin

Blues pour Irontown par VarleyDust Bowl par FernandezLe Malleus : Les sorcières de Sarry par König

Le vieux qui lisait des romans d'amour par SepúlvedaLe Psy, le Caniche... et Moi par Nihous11 serpents par SaimbertLa Flèche du Scythe par Morgan

Le lapin de Lucas par GaïaMamie Bonbon par LuceaChat gris par SaltielAnna et le Père Noël par Mazeau

La craie des étoiles, tome 1 par DrommelschlagerLe jour des premières fois. Croquettes & cie par ColotLa véritable histoire de Boucle d'Or et du Chat Marcel par PerrierLe chat bonheur par Qu

Elma, une vie d'ours, tome 1 par MazéCrapule par DeglinLe rêve de Chat Taigne par HoarauFacéties de chat par Lacombe

Sale Matou prend un bain par BruelLe Baron Miaou par BallyÀ cheval !, tome 1 : Hip hippique, hourra ! par DufreneyLe Magicien d'Oz, tome 2 (BD) par Chauvel

Enola et les animaux extraordinaires : La gargouille qui partait en vadrouille par ChamblainAstrid Bromure, Tome 1 : Comment dézinguer la petite souris par ParmeL'extraordinaire voyage du chat de Mossoul raconté par lui-même

Pour vous inscrire, je vous invite à consulter l’article de présentation de Sharon et à rejoindre le groupe FB pour échanger directement avec les autres participants.

Et vous, comptez-vous participer à ce challenge ?

Alya et les trois chats, Amina Hachimi Alaoui

Maryam et Sami ont trois chats : Pacha le chat angora noir – fier comme un pacha vraiment ! —, Minouche le tigré gris trouvé dans la rue et Amir le siamois déluré. Mais voilà qu’un jour le ventre de Maryam se met à grossir, et quelque chose commence à remuer dedans. Maryam disparaît quelques jours et revient avec quelque chose qui hurle et demande beaucoup d’attention. Nos trois minous sont bien désemparés.

32 pages – 3 ans et plus – Illustrations : Maya Fidawi

AVIS

Une couverture avec des chats, il ne m’en fallait pas plus pour avoir envie de découvrir cet album jeunesse qui m’a complètement charmée. L’autrice, à travers trois adorables chats, aborde avec douceur et délicatesse un sujet qui parlera à de nombreuses personnes : l’arrivée d’un nouvel enfant dans une famille. Un événement heureux qui peut néanmoins perturber l’équilibre d’un foyer et susciter un certain sentiment de jalousie parmi les éventuels frères et sœurs.

Ce ne sont pas Pacha, Minouche et Amir qui vous diront le contraire ! Ces trois minets, très différents les uns des autres autant physiquement qu’au niveau de leur personnalité, coulaient des jours heureux auprès de Maryam et de son mari, entre câlins, jeux endiablés et siestes. Il y avait bien ce ventre qui grandissait et qui les intriguait, mais ils n’auraient jamais imaginé ce qui allait en sortir. Les voilà dorénavant contraints de partager leur douce Maryam avec un petit être qui, comble de malchance, fait des bruits de souris, et monopolise l’attention de leur humaine adorée.

Mais heureusement, la jeune femme a un grand cœur et la place suffisante pour y accueillir tout le monde, bébé et chats compris ! En plus du joli message qui permet de rassurer les enfants quant au fait que l’arrivée d’un bébé ne change en rien l’amour que leur portent leurs parents, j’ai apprécié que la jeune mère ne sacrifie pas ses chats au nom de sa nouvelle maternité. Un phénomène qui arrive hélas fréquemment, parfois encouragé par le corps médical…

Quant aux belles illustrations pleines de couleurs et de douceur de Maya Fidawi, elles devraient, en plus d’illuminer le récit et lui apporter beaucoup de chaleur, capter le regard des jeunes lecteurs. J’ai, pour ma part, plus particulièrement apprécié les gros plans sur les chats dont on perçoit l’espièglerie, la curiosité et, surtout, l’amour pour leur « maman » humaine. Appréciable également, le dépaysement offert par les illustrations que ce soit en raison de leurs couleurs chaudes ou des détails aux notes orientales de certaines planches.

Alya et les trois chats

Lumineux et attendrissant, en plus d’être pédagogique, voici un ouvrage à lire et à relire aux enfants dont la famille va s’agrandir. Porté par un trio de chats attendrissants, Alya et les trois chats devrait également ravir les amoureux de cet animal dont, vous l’aurez compris, je fais partie.

Merci à NetGalley et aux éditions Chouette pour cette lecture.