Eugénie et les mystères de Paris, tome 1 : On a volé la liberté d’Eric Summer et Miriam Gambino

Couverture Eugénie et les mystères de Paris

Je vous parle aujourd’hui d’une BD découverte par hasard dans les rayons de ma médiathèque : Eugénie et les mystères de Paris, tome 1 : On a volé la liberté d’Eric Summer et Miriam Gambino.

Paris, Février 1885. Abandonnée par sa mère, Eugénie vit depuis toute petite avec son oncle Edmond. Policier sans véritable talent, ce grand et gentil monsieur réalise vite les incroyables capacités de déduction de sa nièce et n’hésite pas à s’en servir au cours de ses investigations. Mais ça ne suffit pas à Eugénie ! Et puisqu’à 13 ans, on n’a pas encore le droit de devenir détective, elle crée « La Confrérie de Vidocq » avec ses amis Charles, un orphelin sans-abri et Arthur, un apprenti-vitrier maltraité par son père. Ce club, inspiré par les lectures policières d’Eugénie, a pour but de résoudre mystères et énigmes dans les coins et recoins de Paris. D’ailleurs, ça tombe à pic ! Car, après que la statue de la liberté ait été une première fois construite au centre de Paris, puis démontée pour être envoyée en cadeau aux États-Unis, quelques malveillants personnages sont parvenus à subtiliser les caisses l’acheminant vers le bateau en partance pour New-York. Tandis qu’Edmond peine à dénicher des indices et que les américains envoient sur place un de leurs agents, les trois amis se lancent tête baissée dans cette dangereuse affaire qui leur réserve bien des surprises.

Vents d’Ouest (10 mars 2021) – 48 pages – 14,50€

AVIS

J’aime beaucoup les enquêtes qu’elles soient menées par des policiers aguerris ou de jeunes adolescents qui jouent, comme ici, au détective. Nous suivons ainsi trois amis, Eugénie, Charles et Arthur dans une enquête de la plus haute importance, mais rien que ne sauraient résoudre les membres de « La Confrérie de Vidocq » qu’ils ont créée ensemble. 

À défaut d’avoir un environnement familial stable et bienveillant, ils peuvent compter les uns sur les autres. Eugénie est élevée par un oncle commissaire qui l’a recueillie, mais qui n’est pas très chaleureux, et c’est un euphémisme. J’ai même trouvé une ou deux de ses remarques cruelles alors même qu’il n’essayait pas de l’être. Un oncle qui a bien compris que sa nièce possédait de véritables talents d’enquêtrice, là où lui ne semble pas particulièrement briller malgré sa fonction.

Arthur, apprenti-vitrier, est battu par son père à chaque fois qu’il casse une vitre, ce qui arrive très souvent le garçon étant maladroit au possible. Difficile de ne pas être révolté par son visage marqué par les coups, mais en 1885, cela ne semble choquer personne.

Quant à Charles, c’est un orphelin espiègle sans-abri débrouillard qui survit dans la vie comme il peut sans jamais se plaindre. S’il n’hésite pas à se servir en cas de besoin, il travaille aussi quitte à devoir mentir sur son âge. Il a d’ailleurs participé au chantier de démantèlement de la statue de la Liberté en vue de son expédition aux États-Unis. Une expédition qui ne se passera pas comme prévu, les Américains recevant des caisses remplies de pierres et de cailloux à la place des différentes pièces de la statue. Une perte pour la France et un véritable affront pour les États-Unis !

Qui a volé la statue de la Liberté et pourquoi ? Des questions auxquelles il est urgent de répondre avant que l’affaire ne parvienne aux oreilles de la presse et qu’un incident diplomatique n’éclate ! Nos enquêteurs en herbe sont heureusement bien décidés à faire toute la lumière sur cette histoire et à trouver les coupables. Dans cette délicate entreprise, ils seront secondés, sans même qu’ils ne le sachent, par la petite cousine d’Eugénie et le neveu du policier américain venu participer à l’enquête française. 

Je me suis vite attachée à ces deux enfants qui décident de prêter main-forte à nos trois amis en toute discrétion. Quant à Eugénie, Charles et Arthur, ils se révéleront plutôt doués pour remontrer les pistes d’un plan ingénieux et machiavélique, mais ils se montreront peut-être un peu trop téméraires pour leur propre bien. Eric Summer nous offre ici une enquête prenante qui est emplie de dangers, d’action et de tension, et qui ne manquera pas de vous tenir en haleine. Cerise sur le gâteau, elle sera l’occasion de parcourir les rues de ce Paris de 1885 et de retrouver un illustre auteur…

Pour ma part, j’ai apprécié l’humour créé par le décalage entre l’oncle d’Eugénie en charge du dossier côté français, et son homologue américain. Les deux adultes passeront à côté de l’essentiel,  alors que nos héros feront montre d’un certain sens de la déduction. Il faut dire que si les deux premiers sont plus dans une optique de compétition que de collaboration, nos trois camarades, quant à eux, vont tirer parti des talents de chacun pour avancer dans leurs investigations. Dommage qu’ils n’aient pas pensé à élargir leur cercle d’enquêteurs…

J’ai, en outre, beaucoup aimé les illustrations pleines de rondeur, de vie et de mouvement de Miriam Gambino qui nous donnent le sentiment de participer activement à l’enquête et la vie de nos protagonistes. J’ai également été très sensible au magnifique travail de colorisation réalisé par Piky G. S. Hamilton et Arcancia Studio, qui apporte un réel élan d’authenticité aux scènes qui prennent vie sous nos yeux.

En conclusion, On a volé la Liberté, premier tome de la série Eugénie et les mystères de Paris, plaira aux lecteurs en quête d’une aventure pleine de dangers et de mystère au cœur d’un Paris de 1885 dont on se plaît à arpenter les rues et les sombres secrets ! Une première enquête, non dénuée d’humour, qui laisse entrevoir tout le potentiel d’un groupe d’amis dont il faudra toute la détermination et le courage pour faire la lumière sur un vol audacieux qui ne devrait pas manquer de vous réserver quelques surprises.

 

24 réflexions sur “Eugénie et les mystères de Paris, tome 1 : On a volé la liberté d’Eric Summer et Miriam Gambino

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.