L’Enragée, Jennifer Tellier (abandon) #PLIB2022

Couverture L'enragée, Jennifer Tellier, PLIB 2022

L’Enragée de Jennifer Tellier – Lauréat du Grand Prix 404 Factory 2020

Ne fuyez pas votre destin, il finira toujours par vous rattraper…
Le royaume de Kardamen attire toutes les convoitises. Sur le point de mourir, le roi entreprend la quête secrète et désespérée de retrouver ses héritiers, des jumeaux disparus depuis bien longtemps. La mission s’annonce périlleuse et il engage celle que l’on appelle l’Enragée, la mercenaire la plus redoutée du pays, pour accompagner ses soldats. Mais, en réalité, qui est cette guerrière froide et impitoyable, que les légendes décrivent comme une sauvage assoiffée de sang, et quels secrets a-t-elle enfouis au plus profond de son âme ?
Alors que les tensions s’accentuent entre les royaumes quant à l’avenir de Kardamen, l’Enragée devra prendre en main son destin car une menace bien plus ancienne et dangereuse plane sur le monde, mettant en péril la vie de tous…

404 éditions (8 avril 2021) – 464 pages- 16€ – #ISBN9791032404553

AVIS

Chronique d’une bien cruelle déception, ayant fini par abandonner ma lecture… Par curiosité, j’ai lu en diagonale quelques chapitres jusqu’à la fin, confirmant le fait que malgré de très bons avis, ce roman n’était pas pour moi. Les débuts étaient pourtant prometteurs et ont tout de suite titillé ma curiosité. J’avais ainsi hâte de découvrir cette Enragée, une femme à la terrible réputation, engagée, aux côtés d’un chevalier et de soldats, pour mener à bien une importante mission, retrouver les deux héritiers d’un roi qui se meurt.

Malheureusement, mon enthousiasme n’a pas duré longtemps. On fera l’impasse sur la mise en avant de ses longues jambes nues : c’est certain que devant une femme à la réputation de tueuse, c’est la première chose sur laquelle n’importe quelle personne sensée s’attarderait… Et puis, la récurrence du mot sauvage m’a franchement indisposée, sans oublier que la grande mercenaire implacable, solitaire et sanguinaire qu’on m’a promis se transforme fort vite en maman poule. 

Une maman poule qui veille avec un naturel désarmant sur le maillon faible parmi ses nouveaux alliés et se révèle bien sociable d’un coup. Alors qu’elle était supposée ne pas aimer parler aux gens, et c’est l’euphémisme du siècle, elle se met très vite à bavarder, s’amuser et rigoler. Bizarre pour une femme qui d’habitude réagit violemment quand on vient lui parler. On aurait pu se dire que c’était un moyen de montrer que sa réputation de femme sanguinaire était exagérée, mais il aurait alors peut-être fallu amener progressivement ce revirement de personnalité ou, au moins, l’expliquer.

Tout dans la construction de ce personnage m’a semblé maladroit et incohérent. Même chose avec un chevalier censé être hostile à cette Enragée et qui tombe plus ou moins en extase devant son joli minois dès le début. D’ailleurs, à partir de leur rencontre, on a le droit aux regards, à la jalousie bien mal placée et un focus agaçant sur l’attirance naissante entre les deux. J’aime beaucoup la romance dans les romans de fantasy, mais à condition qu’elle soit un minimum subtile…

On notera également une tentative de viol qui apparemment ne gêne personne. Pire, quand notre chevalier en est témoin, ce qui le perturbe, ce n’est pas ce qu’a failli faire son ami, mais que l’objet de son attirance en ait embrassé un autre. Dommage qu’au lieu d’être dénoncée, cette tentative de viol soit banalisée et utilisée pour accentuer la jalousie fort mal placée d’un homme, dont l’intérêt pour l’héroïne est palpable…

En plus d’avoir été déçue du traitement réservé à une héroïne badass qui ne l’est pas vraiment, je me suis ennuyée devant une action qui se concentre, du moins dans le premier tiers du roman, surtout sur les sentiments de personnages dont les pensées tournent en rond. Une révélation que je n’avais pas anticipée aurait pu créer une nouvelle dynamique, mais elle est vite expédiée. Elle m’a semblé assez représentative d’un roman contenant de bonnes idées, mais ayant tendance à manquer de profondeur, rendant le tout assez bancal…

Si le fond ne m’a guère convaincue, j’ai apprécié la forme. L’écriture de Jennifer Tellier est, en effet, agréable, fluide et dynamique, ce qui m’a permis d’avancer malgré mon manque d’intérêt pour les personnages et les événements. Pas assez toutefois pour poursuivre ma lecture, ayant décidé, hors service presse, de ne plus me forcer à terminer un roman qui ne me convainc guère. Toutefois, si le manque de profondeur ne vous dérange pas et que vous appréciez un minimum la romance, ce roman possède des idées intéressantes.

Je pense, entre autres, au retour annoncé de deux héritiers que l’on pensait morts et qui vont devoir s’adapter à une nouvelle vie. L’état de transe dans lequel notre héroïne entre n’est pas non plus dénué d’intérêt, d’autant qu’il soulève quelques questions… Si le comportement des personnages ne m’avait pas autant agacée, j’aurais d’ailleurs poursuivi ma lecture, curieuse d’obtenir des réponses à mes interrogations, l’autrice ayant réussi à développer certains enjeux notamment politiques. La relation fraternelle qui est amorcée avant que je n’abandonne ma lecture est également intéressante, même si de nouveau, la manière dont elle est amenée m’a semblé manquer quelque peu de subtilité.

En bref, malgré un résumé alléchant et la promesse d’une héroïne badass, L’Enragée n’a pas su me convaincre en raison d’une certaine maladresse dans la construction des personnages, d’un manque de subtilité dans les relations et, de manière générale, de profondeur. Tout autant d’éléments qui ont fini par m’agacer et me faire abandonner ma lecture. Ce roman n’a pas répondu à mes attentes, mais peut-être qu’il en sera autrement pour vous. Alors si le résumé vous tente ou que mon avis vous intrigue, n’hésitez pas à vous lancer ou à lire d’autres avis, beaucoup étant bien plus enthousiastes que le mien.. 

30 réflexions sur “L’Enragée, Jennifer Tellier (abandon) #PLIB2022

  1. Quand j’ai lu ce passage dans ta chronique « On notera également une tentative de viol qui apparemment ne gêne personne.  » Je me suis dit que c’était suffisant pour expliquer une telle déception. Je crois que je n’aurais pas apprécier ma lecture non plus avec ça. Surtout si finalement ça ne suscite que de la jalousie chez un autre personnage…

    Aimé par 1 personne

  2. Aïe, ça fait pas envie 😦 j’avais lu des avis rapides qui allaient dans ce sens, mais ta chronique détaillée développe bien tout ce qui t’a gêné, et pour le coup, je comprends ton point de vue. Je n’étais pas hyper partante pour le lire, mais maintenant encore moins. Bon, j’attends de voir s’il passe dans les 5. Si ce n’est pas le cas, je ferai l’impasse.

    Aimé par 1 personne

  3. Pingback: Mes 5 finalistes #PLIB2022 | Light & Smell

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.