Corba, tome 1 : L’île du mage, Rémi Faure

Couverture Corba : L\'île du Mage

Bienvenue dans un monde fantastique où l’amitié est le seul bouclier contre le danger. Quatre orphelins échouent sur un îlot paradisiaque, au beau milieu de la mer de Corba. Leur ami Gaspard a disparu. Accompagnés d’un zouflon et d’une hyène, ils partent à sa recherche, d’île en île, affrontant d’innombrables épreuves et un mage tout-puissant. Comment déjoueront-ils les sortilèges rencontrés en chemin ? Vont-ils sauver Corba, menacée par une pollution abominable ? Que vont-ils découvrir sur l’île sauvage ? Gaspard est-il toujours vivant ? Une aventure à couper le souffle à découvrir sans attendre. Le début d’une saga puissante et inspirante.

Les Arènes – 14.90€ – 304 pages

AVIS

Avant de parler du livre en lui-même, je tenais à souligner la qualité du travail éditorial : personnages illustrés en couleur en début et fin d’ouvrage, une carte facilitant grandement l’immersion, un titre en relief, un effet métallisé sur la couverture, des en-têtes de chapitre illustrés… La photo de la couverture ne rend pas justice à ce premier tome d’une série jeunesse que je suivrai avec plaisir et qui m’a fait passer un très bon et divertissant moment de lecture.

Je ne m’attendais pas à autant accrocher à la plume de l’auteur qui s’éloigne de mes goûts habituels. Quand j’aime les longues phrases, l’auteur multiplie les phrases courtes et rythmées qui, en plus d’être parfaitement adaptées au public visé, soulignent à merveille le côté presque nerveux d’une aventure menée tambour battant. C’est simple, d’un chapitre à l’autre, l’auteur s’arrange pour relancer l’intérêt des lecteurs, jeunes et moins jeunes, les poussant à tourner les pages avec avidité. Il faut dire que le roman nous offre des moments de tension incroyables, qui ont même fait craindre le pire à l’adulte que je suis, mais aussi des péripéties dignes d’un bon roman d’aventure, des révélations inattendues et des instants de tendresse absolue.

D’ailleurs, je ne pense pas avoir déjà lu un roman jeunesse aussi bienveillant, tendre et mignon, les jeunes protagonistes s’acceptant dans leurs différences, et n’hésitant pas à exprimer leurs émotions et leurs sentiments à voix haute, à se faire des câlins dans les moments de peine comme de joie, à multiplier les petits gestes d’amitié qui se passent de mots, mais qui signifient beaucoup. Du haut de mes trente-six ans, j’ai été incroyablement touchée par la poésie de cette amitié hors norme et exceptionnelle entre des enfants que l’on apprend à connaître et dont on découvre l’histoire personnelle au fil des pages, l’auteur levant progressivement le mystère autour du passé de chacun…

Au début du roman, on nage dans le flou, puisqu’on se réveille aux côtés du jeune Aden qui ne se souvient pas de grand-chose. Accompagné de son zouflon, sorte de mini zèbre dont la couleur varie au gré de ses émotions, il va rapidement faire la rencontre d’autres enfants avec lesquels il va se lier d’amitié : Isla, Jacob et Jeanne. Des enfants qu’il décide d’accompagner dans leur expédition destinée à retrouver leur ami disparu, Gaspard. Le début d’une aventure mouvementée, entre terre et mer, qui va les conduire à explorer les différentes îles de la mer de Corba, chacune présentant sa propre particularité et ses propres dangers. À cet égard, je ne peux que saluer la présence d’une jolie carte en début de roman. Je m’y suis régulièrement référée pour m’immerger totalement dans ma lecture et imaginer au plus près le périple de nos jeunes aventuriers.

Bien que l’on soit dans un roman jeunesse, l’auteur ne ménage pas ses personnages, les poussant dans leurs retranchements en de multiples occasions, et leur faisant vivre d’incroyables péripéties pleines de dangers et de magie ! Au cours de l’aventure, ils feront également des rencontres plus ou moins sympathiques : une hyène complètement idiote, mais absolument adorable, un mage effrayant et machiavélique, des animaux hybrides, des entités étranges que l’on ne peut que plaindre, mais qu’il est préférable de fuir sous peine de rejoindre leur rang… Les lecteurs et notre bande d’amis n’ont donc pas le temps de s’ennuyer durant cette épique aventure et encore moins de s’endormir. En effet, à chaque fois que l’on pense le groupe prêt à atteindre son objectif, un événement survient et remet tout en cause, contraignant les enfants à puiser au fond d’eux-mêmes le courage d’avancer. J’ai adoré cet art du rebond que semble posséder l’auteur, tout comme sa capacité à proposer des personnages divers et variés, possédant une sensibilité qui leur est propre.

Chaque personnage est différent des autres, mais s’insère pourtant parfaitement au groupe et lui apporte quelque chose : Aden est un enfant intelligent, sensible et observateur qui prend le temps de voir ce que les autres ignorent, Jacob est toujours positif et plein d’entrain, offrant réconfort et sourires à ses amis, Jeanne, si elle a perdu la parole, s’impose par sa présence et représente un peu l’âme du groupe, et Isla, en parfaite fille de pirates, possède un goût inné pour l’aventure et l’action ainsi qu’une bonne dose de courage !

Si j’ai développé une petite préférence pour Aden, admirant la finesse de ses observations et sa sensibilité à fleur de peau, je me suis attachée à tous les personnages ! Alors, j’imagine que le processus d’identification et d’attachement doit être encore plus fort chez de jeunes lecteurs qui devraient être inspirés par le courage des protagonistes, mais aussi par leur sens inébranlable de l’amitié. Au-delà de la tendresse et de la complicité qui unissent nos personnages, l’auteur rappelle également avec sensibilité et délicatesse que l’amitié, c’est également laisser l’Autre partir pour suivre sa propre voie et tracer son propre chemin. Un joli message qui, plus jeune, m’aurait aidée à accepter certaines situations et séparations… En trame de fond, le thème de l’écologie s’impose avec, entre autres, une pollution aux conséquences dramatiques. Mais là encore, on est sur quelque chose de subtil qui lie à la perfection imaginaire et thématique sociétale actuelle.

En conclusion, d’une plume rythmée et immersive adaptée aux jeunes lecteurs, l’auteur nous plonge dans un roman d’aventure avec un grand A, en même temps que dans un roman d’apprentissage dans lequel de jeunes protagonistes vont vivre d’incroyables péripéties et réaliser la force et la beauté de leurs liens. Entre des dangers aux multiples contours, un ennemi tapi dans l’ombre qui cache peut-être une menace encore plus grande, des révélations étonnantes, de la magie… les lecteurs n’ont pas le temps de s’ennuyer, d’autant que l’imaginaire foisonnant de l’auteur leur réservera quelques surprises. Premier tome d’une série de fantasy jeunesse à suivre, L’île du mage a été l’une de mes plus belles lectures de l’année. Peut-être en raison de son originalité, de son rythme effréné, de ses personnages touchants qui brillent par leurs différences et leur sens aigu de l’amitié, ou encore de l’aura de bienveillance que l’auteur a réussi à insuffler à son récit, rendant l’histoire aussi intense que belle et touchante.

 

11 réflexions sur “Corba, tome 1 : L’île du mage, Rémi Faure

  1. Pingback: C’est le 1er, je balance tout ! décembre 2021 | Light & Smell

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.