Super Madrona, tome 1 : Des emmerdes jusqu’au cou, Helen Harper

Couverture Super Madrona, tome 1 : Des emmerdes jusqu'au cou

Madrona n’avait pas vraiment prévu de se réveiller sur un parcours de golf, avec un cadavre sur les bras, des pouvoirs étranges et sans aucun souvenir… mais visiblement, elle n’est pas au bout de ses surprises.
Un corps. Plusieurs attaquants à l’allure bizarre. Des pouvoirs magiques très étranges. Et une sévère crise d’amnésie. Le moins que l’on puisse dire, c’est que Madrona ne passe pas une très bonne semaine. Mais ça va s’arranger. Tout ce qu’elle a à faire, c’est découvrir qui elle est vraiment, empêcher une star de feuilleton télévisé d’être agressée par un harceleur et comprendre pourquoi tant de gens semblent avoir peur d’elle. Parce qu’elle ne peut être que quelqu’un de bien…
N’est-ce pas ?

AVIS

Helen Harper est pour moi une valeur sûre alors quand j’ai vu qu’un de ses nouveaux titres était publié en français, je n’ai pas hésité une seconde. Si je garde une très nette préférence pour sa série Les liens du sang, j’ai passé un très bon moment aux côtés de Madrona, une héroïne assez atypique !

Madrona se réveille amnésique à côté d’un cadavre sans tête. Une expérience désobligeante qui devient franchement invivable quand, en plus, elle est prise pour cible. Heureusement pour elle, elle se découvrira des super-pouvoirs ! De là se considérer comme une super-héroïne, il n’y a qu’un pas, qu’elle franchit allègrement. Adorant les histoires avec des personnages amnésiques, dès le début du roman, j’ai accroché, d’autant que Madrona, loin de geindre devant sa situation, se révèle complètement farfelue avec son délire de super-héroïne qu’elle poussera jusqu’à s’acheter un costume.

Il y a donc pas mal d’humour dans ce premier tome qui nous permet de faire la connaissance d’une héroïne que tout le monde craint sans qu’elle ne puisse se rappeler pourquoi. Et puis, il y a cet homme de son passé, gentiment surnommé Ténébreux et Méprisant (TM pour les intimes), qui semble lui vouer une haine farouche. Bref, Madrona que les gens appellent Madhatter est apparemment une super-méchante, quand elle ne se sent pas mauvaise du tout. Certes, elle n’a pas l’âme d’une Mère Teresa mais de là à susciter une telle peur chez les gens qui la (re)connaissent…

L’autrice joue à merveille sur le décalage entre ce que ressent Madrona et ce que l’on pense d’elle, même si j’avoue que pour ma part, je n’ai pas cru à ce rôle de grande méchante qu’on lui assigne. Il faut dire que je me suis très vite attachée à sa personnalité atypique, à sa manière d’avancer sans jamais se lamenter, à sa langue bien pendue et à son humour. Sa relation avec TM m’a également plu, les deux ensemble faisant des étincelles ! On sent ce personnage masculin tiraillé entre sa haine pour Madrona, et les sentiments plus anciens qui semblent les avoir auparavant liés, jusqu’à une trahison de la part de notre héroïne. Et puis, l’amnésie de cette dernière brouille les cartes et le déstabilise bien plus qu’il n’accepte de le reconnaître.

TM, sans être un personnage coup de cœur, a su me toucher, d’autant qu’il va finir par aider Madrona, les deux ayant des intérêts communs. Il y a, en outre, un vrai enjeu autour des souvenirs de notre héroïne que ce soit autour de sa vie passée, la manière dont elle est devenue amnésique ou les raisons pour lesquelles on tente de la tuer. En trame de fond, plane également une menace que Madrona ne peut ignorer, celle d’un homme que tout le monde semble craindre encore plus qu’elle, un être pour lequel, avant son amnésie, elle faisait un travail peu reluisant…

Sans aucun souvenir sur sa vie d’avant, mais pas sans caractère ou pouvoirs, la jeune femme va faire de son mieux pour gérer les différentes menaces qui se présentent à elle et protéger Julie, une actrice qui l’a engagée comme garde du corps. Et si la situation n’était déjà pas assez difficile en soi, elle découvre un monde surnaturel surprenant qui l’éclaire certes sur sa véritable nature, mais qui se révèle être surtout une bonne source de dangers. Je vous laisserai le plaisir de la découverte, mais j’ai apprécié le travail de l’autrice sur la mythologie autour de la nature de nos protagonistes, la situation délicate dans laquelle ils se trouvent et la manière dont ils se sont organisés pour y faire face, sans oublier un mythe qu’elle détricote non sans humour.

Le mystère et le suspense côtoient l’action, Madrona ayant l’habitude de susciter des réactions violentes par sa seule présence, quand ce n’est pas elle qui décide de pimenter une vie qui l’est déjà bien assez ! Aucun temps mort donc dans ce premier tome qui ne perd pas son temps en détails inutiles, tout en nous offrant les informations nécessaires pour s’immerger complètement dans l’intrigue et vouloir en apprendre plus sur une héroïne haute en couleur. Le fait de découvrir des éléments de son passé en même temps qu’elle apporte, en outre, un réel sentiment de proximité avec cette dernière qui n’est peut-être pas la tendresse incarnée, mais qui ne correspond en rien au portrait que l’on fait d’elle. Son amnésie l’a-t-elle changée ou la vérité se trouve-t-elle ailleurs ?

Entre un rythme haletant, une héroïne amnésique à qui on a collé l’étiquette de vilaine quand elle aurait préféré une belle cape de super-héroïne, un protagoniste masculin ténébreux et peut-être pas aussi borné qu’il n’y paraît, des ennemis un peu trop entreprenants et nombreux, un monde surnaturel replié sur lui-même, une bonne dose d’humour et d’originalité, Super Madrona est le genre de roman qu’on lit d’une traite et dont on réclame à cor et à cri la suite ! Mais rien d’étonnant, c’est tout simplement l’effet Helen Harper, l’une des meilleures autrices d’urban fantasy, du moins pour moi. 

 

44 réflexions sur “Super Madrona, tome 1 : Des emmerdes jusqu’au cou, Helen Harper

  1. Pingback: Top Ten Tuesday #241 : mes 10 meilleures lectures de SFFF de l’année | Light & Smell

  2. Pingback: Challenge Jeunesse Young adult #11 [Bilan 3] – Muti et ses livres

  3. Pingback: Challenge Jeunesse Young adult #11 [Bilan 5] – Muti et ses livres

  4. Pingback: Les 10 sorties d’avril qui me tentent le plus – Top Ten Tuesday #254 | Light & Smell

  5. Pingback: Challenge Jeunesse Young adult #11 [Bilan 6] – Muti et ses livres

  6. Pingback: 10 romans dont les personnages sont atypiques  – Top Ten Tuesday #256 | Light & Smell

  7. Pingback: Super Madrona – tome 2 : La loi de Murphy frappe toujours deux fois, Helen Harper | Light & Smell

  8. Pingback: Challenge Jeunesse Young adult #11 [Bilan 7] – Muti et ses livres

  9. Pingback: Des emmerdes jusqu’au cou. Helen Harper – Vingt et une pages

  10. Pingback: Challenge Jeunesse Young adult #11 [Bilan 8] – Muti et ses livres

  11. Pingback: The Music Book TAG | Light & Smell

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.