La mémoire envolée, Dorothée Piatek et Marie Desbons

Couverture La mémoire envolée

Aujourd’hui, dans la vie de Mamie, les mots se promènent à l’envers, à l’endroit, ils n’en font qu’à leur tête. … Je me souviens pour elle…

Bilboquet édition (25 février 2009) – 38 pages

AVIS

Plus j’en lis, plus je suis persuadée que les albums jeunesse regorgent de pépites qui permettent d’aborder des thématiques difficiles avec douceur, bienveillance, poésie et tendresse. La mémoire envolée se classe indéniablement parmi cette catégorie !

Alors que les mots semblent jouer à saute-mouton dans l’esprit de sa grand-mère, faire de grands écarts, se placer là où ils ne devraient pas être et se vider de leur sens, une petite fille observe avec tendresse sa grand-mère, la cajole et lui dit de belles et réconfortantes paroles, tout en se souvenant avec une nostalgie dénuée de tristesse, tous ces moments de complicité passés ensemble. Les mercredis à jouer à la marchande, les dimanches consacrés à visiter des personnes âgées…

À voir défiler le flot des souvenirs de cette petite fille, on réalise les tendres sentiments qui l’unissaient et l’unissent toujours à une mamie qui semblait joyeuse, gentille, généreuse, pleine d’imagination et d’énergie, avant qu’une méchante maladie ne vienne lui grignoter l’esprit. Alors quoi de plus naturel pour cette petite-fille que de prendre soin, à son tour, de sa mamie adorée qui, plus que jamais, a besoin de sa présence rassurante et réconfortante. Finalement, peu importe que les conversations n’aient plus ni queue ni tête ou qu’elles se tarissent en raison de la fatigue, l’important étant la force du lien qu’une petite-fille s’évertue à maintenir avec sa grand-mère.

Si parler d’Alzheimer n’est jamais aisé en soi, j’ai été touchée par la sensibilité et la poésie avec lesquelles l’autrice et l’illustratrice le font. Cela passe, entre autres, par des illustrations d’une grande douceur flirtant avec l’onirisme, afin de représenter la manière décalée dont les idées peuvent s’agencer dans la tête d’une personne ayant Alzheimer, et des scènes tendres et touchantes à la fois. En tant qu’adulte, la maladie de ma grand-mère, dont j’ai toujours été très proche, a été l’une des plus dures épreuves que j’aie dû affronter, parce qu’il est difficile de lâcher-prise et d’accepter que la personne que vous aimez ne sera plus jamais la même. Que ses souvenirs s’emmêlent, se cognent et se désordonnent, avant de petit à petit, vous effacer ou du moins de vous éloigner très loin dans les limbes de sa mémoire et de vous fondre dans le souvenir d’autres personnes.

Alors si je ne suis pas le public premier visé par cet album, je dois avouer qu’il m’a fait du bien et m’a beaucoup touchée et émue, d’autant que j’ai pu vraiment m’identifier à la narratrice. C’est assez difficile à expliquer mais en tournant la dernière page, j’ai eu le sentiment d’un poids qui s’envolait… J’ai également trouvé la conclusion très belle avec cette idée que si la personne que vous aimez ne peut plus se souvenir, vous pouvez vous faire le gardien ou la gardienne de sa mémoire.

En bref, voici un album tendre, touchant et poétique qui aborde avec beaucoup de sensibilité, et non sans une jolie touche d’humour, le thème délicat de la maladie d’Alzheimer. Que ce soit pour un enfant afin de l’aider à appréhender le changement de comportement d’un proche touché par cette maladie, ou pour un adulte qui a besoin d’une histoire réconfortante lui permettant de se souvenir du plus important, cet album est à lire et à relire. Pour ma part, j’ai été étonnée du réconfort qu’en peu de pages, il a su m’apporter.

Album lu dans le cadre du Challenge Un mot, des titres des Lectures d’Azilis.

26 réflexions sur “La mémoire envolée, Dorothée Piatek et Marie Desbons

  1. Oh merci pour cette découverte. Je me rappelle avoir été chamboulé par d’autres albums comme Papy reconnecté (je crois) chez Saltimbanque qui parlait aussi d’Alzheimer. Comme toi, je trouve que les auteurs jeunesse avec beaucoup de délicatesse !

    Aimé par 1 personne

  2. Pingback: Challenge Un mot, des titres : les billets (session 75 : MEMOIRE) | Les Lectures d'Azilis

  3. Pingback: Muti et ses livres

  4. Pingback: C’est le 1er, je balance tout ! octobre 2021 | Light & Smell

  5. Pingback: Challenge Jeunesse Young adult #11 [Bilan 2] – Muti et ses livres

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.