Fleurs de feu (tome 1), Sarah Lark

Couverture Fleurs de feu, tome 1 : Fleurs en feu

1837. L’espoir d’une vie meilleure pousse Ida et ses parents à partir à l’autre bout du monde, en Nouvelle-Zélande. Quand leur navire, accoste enfin au sud de l’île, les colons s’installent dans un village de pêcheurs. Et Ida déchante.

Non seulement est-elle mariée de force à un homme qui se révèle brutal, mais la vie, au sein de cette communauté rigoriste, y est tout aussi dure qu’en Europe.

Par chance, Ida se lie avec Cat, qui n’a pas non plus été épargnée par le destin. Les deux jeunes femmes vont dès lors se soutenir. Et, qui sait, trouver enfin le bonheur…

Le premier volet de cette nouvelle saga n’est pas sans rappeler Le Pays du nuage blanc, l’immense succès de Sarah Lark.

L’Archipel (12 mai 2021) – 640 pages – Papier (24€) – Ebook (16,99€)
Traduction : Jean-Marie Argelès

AVIS

C’est en ayant le roman en main que je me suis rendu compte du caractère imposant de ce pavé de 640 pages. Imposant en raison de son nombre de pages, mais aussi des différentes thématiques abordées dont certaines assez dures et sombres. En effet, l’autrice, qui semble avoir fait un certain nombre de recherches avant de se lancer dans son travail d’écriture, n’a pas édulcoré un contexte historique difficile, a fortiori pour les femmes. Que ce soit en Allemagne qu’un groupe de colons a quittée dans l’espoir d’une vie meilleure, ou en Nouvelle-Zélande, en ce XIXᵉ siècle, les femmes sont brimées et soumises, soumises à une foi rigoriste, à la bonne morale, à la rigueur, à leur père, puis à leur mari.

Des hommes qui, du moins dans ce livre, font bien souvent montre d’autoritarisme, si ce n’est de maltraitance. Ainsi, et il me semble préférable de le mentionner, vous n’échapperez pas à de multiples scènes de viol conjugal, Ottfried, le personnage le plus méprisable du roman, ne semblant pas savoir faire l’amour autrement que violemment et sous la contrainte. Ce qui n’empêchera pas Ida de rester à ses côtés, enfermée dans des principes religieux rigides et inviolables. Et pourtant, sous le joug de son tortionnaire de mari, Ida va connaître de nombreux épisodes malheureux, des humiliations et des actes immondes.

L’autrice possède un talent pour nous faire ressentir avec force toutes les injustices de l’époque et des violences faites aux femmes. Mais j’avoue que j’ai ressenti un trop-plein et une certaine lassitude à lire page après page, la soumission que l’on demande aux femmes et tous ces viols domestiques répétés inlassablement. Alors, même si l’autrice n’entre jamais dans les détails, et que l’on sent chez elle un véritable souci de véracité historique, ça a été difficile pour moi d’assister impuissante au calvaire d’Ida. Un calvaire que les hommes justifient au nom d’une foi portée par des individus faisant preuve d’une hypocrisie sans nom. Une fois qui, au lieu de relier les hommes comme toute religion devrait le faire, devient un outil de contrôle destiné à permettre à une minorité de conserver argent, pouvoir et privilèges.

J’ai parfois été agacée par le comportement d’Ida, mais je me suis également rappelée qu’on ne sort pas aussi facilement d’un endoctrinement qui nous définit depuis notre plus jeune âge. Mais Ida n’est pas seulement une femme pieuse et obéissante, c’est également une femme courageuse, intelligente, loyale, et résiliente, qui ne rechigne jamais devant l’effort. Si on ne peut s’empêcher de ressentir une certaine pitié pour elle, elle suscite également beaucoup d’admiration et de sympathie, d’autant qu’elle s’affirmera année après année. Et Cat n’est pas étrangère à cette évolution, certes lente, mais probante.

Autre femme forte du roman, cette dernière n’a pas non plus eu une vie facile. Fuyant une vie de fille de joie qu’on a voulu lui imposer, Cat se battra jour après jour pour bâtir une vie de femme libre ! Comme Ida avec laquelle elle nouera de très forts liens d’amitié, et qu’elle protégera de son mieux, elle va traverser des tempêtes, connaître la douleur, mais elle ressortira toujours la tête haute des épreuves que la vie place sur son chemin.  Il faut dire qu’elle a un caractère de battante !

Cat présente également la particularité de faire le pont entre les colons et les Maoris, avec lesquels elle a vécu un certain nombre d’années. Je ne connais pas du tout la culture maorie, alors je n’ai pu qu’être fascinée par cette plongée dans ses us et coutumes, ses traditions, ses croyances et mythes, sa vision des rapports hommes/femmes bien plus égalitaires que ceux en vigueur en Europe au XIXᵉ siècle … De fil en aiguille, on découvre que ceux que les colons appellent sans honte « sauvages » sont bien plus civilisés qu’eux. Quand on les accuse de sauvagerie, ils se montrent accueillants, ouverts d’esprit, curieux, et d’une tolérance que les colons pourraient prendre en exemple. À l’inverse, les colons se révèlent brutaux, sanguinaires, voleurs, n’hésitant pas à tenter de s’emparer par la force, ou la ruse de terres, qui ne leur appartiennent pas et qu’ils n’hésitent pas à bafouer, faisant fi des croyances locales.

Bien sûr, tous les colons ne sont pas des brutes épaisses, certains juste des hommes désabusés par des vendeurs de rêve qui n’ont pas tenu leurs promesses. En effet, loin d’être le Pays de Cocagne tant espéré, la Nouvelle-Zélande présente ses propres défis à relever, mais tous n’y arriveront pas ou, du moins, ne seront pas prêts à faire les efforts et sacrifices nécessaires pour s’adapter. D’autres se lanceront dans le commerce de manière plus ou moins légale et/ou morale. À cet égard, si Jane est une femme pour laquelle je n’ai ressenti aucune affinité, il faut dire qu’elle est particulièrement retorse et méprisante, elle se révélera une femme d’affaires très douée. Vu la difficulté à l’époque pour une femme d’exister par elle-même, c’est un talent que l’on ne peut que louer. Dommage que Jane l’exerce au détriment des coutumes maories pour lesquelles elle ne montre aucun respect. Néanmoins, certains événements nous laissent espérer que la jeune femme évolue et arrive à concilier commerce et traditions, ou du moins, qu’elle soit plus réceptive à une culture autre que celle de l’argent.

En plus de la découverte de la culture maorie, j’ai apprécié cette plongée en Nouvelle-Zélande, dont on apprend à connaître la géographie et les paysages grâce à des descriptions concises, immersives et percutantes. En peu de mots, les décors sont posés, les paysages finement dépeints et l’atmosphère des différents lieux traversés imprègne l’esprit et le cœur des lecteurs. Quant aux sentiments des personnages, de la perfidie de l’un, aux ambitions de l’autre, en passant par l’amitié, l’espoir, les craintes ou l’amour de personnes séparées par les conventions et les circonstances, ils se font vivants, vibrants et poignants ! À cet égard, j’ai été très touchée par les sentiments entre Ida et Karl, un homme bon, courageux et travailleur, dont le seul tord aux yeux du père de la jeune femme a été de ne pas satisfaire à ses exigences de statut social.

Je ne vous en dirai pas plus pour ne pas vous gâcher le plaisir de la découverte, mais la relation entre Ida et Karl contient cette part de drame, de beauté, de douleur et d’espoir qui forme les belles histoires d’amour, de celles qui marquent et émeuvent au-delà du temps. Bien que j’aurais aimé qu’il soit plus présent dans ce premier tome, Karl prouve que même à l’époque, certains hommes pouvaient considérer une femme avec respect et amour, et non pas comme un titre de propriété… Sans être un prince charmant, c’est un homme dont on ne pourra que louer la droiture et un certain esprit chevaleresque ! 

En conclusion, contrairement à ce que la couverture laisse entrevoir, Fleurs de feu n’est pas qu’une aventure dépaysante baignée de chaleur, c’est l’histoire de l’arrivée mouvementée de colons dans un pays dont ils ne connaissent rien, mais dont ils espèrent tout. Néanmoins, entre les désillusions, les doutes, les espoirs, les coups durs et les sentiments contradictoires, la Nouvelle-Zélande ne sera pas le paradis promis, mais un défi que certains relèveront mieux que d’autres. Au-delà du côté aventure et nouvelle vie, ce roman, c’est également celui de l’émancipation de deux femmes qui vont découvrir la force de l’amitié, de l’entraide et de la solidarité féminine face à l’adversité ! 

Et si, après l’obscurité, survenait la lumière ?

Je remercie les éditions de l’Archipel de m’avoir envoyé Fleurs de feu en échange de mon avis.

19 réflexions sur “Fleurs de feu (tome 1), Sarah Lark

  1. Cette auteure m’intriguait déjà beaucoup et ton avis me rend encore plus curieux. D’autant plus que cette dernière semble aborder de forts sujets.

    Je me le note si des fois je tombe sur une bonne occasion 😉

    Aimé par 1 personne

    • Je la connais peu, mais de ce que j’ai pu voir de son style dans ce roman, je ne peux que te la recommander 🙂 Oui, les thématiques sont importantes et fortes (racisme, fanatisme, place de la femme…) même si heureusement, il y a des moments de lumière…
      J’espère que tu auras l’occasion de le croiser alors !

      Aimé par 1 personne

    • J’avoue que j’ai été un peu décontenancée du décalage entre la couverture et la dureté du contenu… Ce n’est pas un point négatif en soi, mais mieux vaut en être conscient pour choisir le bon moment de lecture.
      Karl, c’est l’un des deux hommes qui permet de se dire que tous les hommes de l’époque n’étaient pas à mettre dans le même panier. Et j’avoue qu’il apporte un souffle bienvenu 🙂
      Quant aux deux héroïnes, elles sont vraiment à rencontrer ! Leur résilience ne peut laisser indifférent.

      Aimé par 1 personne

  2. Pingback: Top Ten Tuesday #215 : 10 couvertures qui correspondent à votre continent, selon sa couleur (Jaune = Europe) | Light & Smell

  3. Pingback: C’est le 1er, je balance tout ! mai 2021 + New Pokémon Snap | Light & Smell

  4. Pingback: Fleurs de feu de SARAH LARK - Les Paravers de Millina

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.