La Belle et le Highlander, Nicola Cornick

Couverture Les héritières MacMorlan, tome 1 : La Belle Et Le Highlander

Forres Castle, Écosse, 1803

Robert, marquis de Methven, exige un mariage de convenance avec Lucy, pour hériter des domaines MacMorlan à titre de réparation. Lucy, farouchement opposée à toute idée d’engagement, refuse et éconduit le marquis, malgré le charme viril qu’il dégage. Mais, lorsque Robert menace de révéler ses activités secrètes, elle panique. S’il venait à se découvrir qu’elle écrit des missives romantiques contre de l’argent, elle serait à jamais déshonorée…

AVIS

Nous faisons la connaissance de Lucy, une jeune aristocrate qui a un passe-temps plutôt inhabituel, voire scandaleux pour une personne de sa condition… En effet, notre lady excelle dans l’écriture de lettres érotiques bien qu’elle n’ait jamais elle-même connu l’amour charnel autrement que par les livres. Et pour cause, elle n’est pas mariée, mais elle est surtout terrifiée à l’idée d’unir son corps à celui d’un homme. Une peur viscérale qui s’explique par un drame de son passé… Pour ceux sensibles à cette thématique, je vous rassure, il n’est point ici question d’abus sexuels, mais plutôt d’une perte difficile à surmonter et d’une réalité historique que les progrès de la médecine auraient trop vite tendance à nous faire oublier.

Alors que Lucy essaie de mener une existence simple et de paraître sous son meilleur jour en société, tout menace de voler en éclats à cause d’un service qu’elle a accepté de rendre à son frère : rédiger une lettre enflammée afin de persuader la fiancée du marquis de Methven de le quitter pour lui. Mais Lucy n’avait pas prévu qu’une fois la fiancée envolée, Robert devrait en chercher une autre et que, comble de malchance, elle serait le seul choix possible pour d’obscures raisons d’héritage. Va ainsi commencer un jeu du chat et de la souris entre un marquis bien décidé à épouser Lucy afin d’avoir un héritier et de pouvoir conserver son domaine, et Lucy déterminée à tenir hors de sa couche ce séduisant, mais pas vraiment gentleman, marquis !

L’alchimie entre les deux est évidente et indéniable, ce qui explique que Robert ne comprend pas pourquoi cette lady, qui cache des réserves de passion, prétend ne pas être intéressée par les plaisirs charnels. Peu crédible quand on note avec quel empressement, elle répond à ses étreintes… De fil en aiguille, et au gré de leurs échanges toujours chargés d’électricité, Robert arrive néanmoins à fendiller la carapace de la jeune femme et à découvrir le secret qui hante son corps et son âme depuis de nombreuses années. Un secret qui fera, dans une certaine mesure, écho à un drame familial qu’il a tenté de fuir sans vraiment y arriver.

Si j’ai adoré la personnalité de Lucy, savant mélange de détermination, de passion et de sensibilité, j’ai aussi apprécié le caractère séducteur de Robert qui, bien que fort physiquement, l’est finalement peut-être moins que Lucy sur le plan émotionnel. Chose que l’on découvre au fur et à mesure d’une lecture passionnante et addictive qui donne envie de tourner les pages les unes après les autres.

Néanmoins, dans la dernière partie du roman, on finit par tomber dans un schéma assez répétitif, un peu comme si l’autrice prenait le prétexte du blocage et de la peur de Lucy pour les relations charnelles afin de multiplier les scènes érotiques. Or, si je pense que cela pourra plaire à certains lecteurs, cela m’a profondément ennuyée ! Je reconnais toutefois qu’on ne tombe jamais dans la vulgarité et que l’autrice a veillé à ce que son protagoniste masculin bride ses élans physiques afin d’aider sa femme à surmonter ses peurs sans jamais la brusquer ni la forcer. Un bon point si l’on considère le nombre de romances historiques dans lesquelles les relations conjugales sont bien souvent plus proches du viol que de l’amour.

Au-delà des problèmes émotionnels qui rendent la relation entre nos deux héros parfois hésitante, une menace bien plus dangereuse et palpable se met également en travers de leur route. Un méchant, certes un peu caricatural, mais qui aura le mérite de mettre un peu de piment dans l’histoire, et de pousser un certain personnage à réaliser la force de ses sentiments pour une femme qui a depuis longtemps cessé de n’être qu’un objet de désir… Certains passages mettront en avant le courage de Lucy et sa détermination à se battre pour un bonheur qu’elle est bien décidée à revendiquer, quitte à brusquer un époux peu enclin à partager ses blessures du passé.

En bref, une romance historique agréable, bien que peut-être inégale sur la durée, qui vous fera passer un bon moment de divertissement auprès de deux protagonistes qui vont devoir combattre ensemble leurs propres démons afin d’espérer bâtir une relation sereine et à la hauteur de l’attirance et de la passion qu’ils éprouvent l’un pour l’autre.

10 réflexions sur “La Belle et le Highlander, Nicola Cornick

  1. Tu le donnes diablement envie. J’aime l’idée d’une femme ayant des désirs mais ayant peur de les réaliser et d’un homme qui fera tout pour la faire fondre. Alors même si la partie avec le méchant ne m’attire pas du tout, je vais noter le titre sur ma wishlist 😁

    Aimé par 1 personne

    • Pour le méchant, ce n’est pas désastreux, mais ça reste méga classique avec un petit côté caricatural qui tranche avec l’originalité de la thématique principale, la peur des conséquences physiques des relations sexuelles pour une femme… Et des blocages mentaux que cela occasionne. D’ailleurs, si j’avais vécu au 19ème siècle, je pense que j’aurais également été terrifiée !
      En tout cas, ravie de t’avoir tentée 🙂

      Aimé par 1 personne

  2. Pingback: Le mois de la romance (février 2021) : l’heure du bilan #MDLR2021 | Light & Smell

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.