Ronde et sexy 1 : Love seduction, Jenna Ric’S

Love séduction: Ronde et sexy, T1 par [Jenna Ric'S]

Pour Jordanna, le quotidien se cantonne à ceux qu’elle aime : ses meilleures amies, Laura et Manuela, son boulot, ses plans cul et surtout, à gérer sa vie comme elle l’entend avec son lot de complications.
Mais ça, c’était avant son arrivée à lui. C’était avant qu’il ne lui fasse découvrir la vie et l’amour sous de nouvelles facettes, c’était avant qu’il ne se faufile dans son cœur…

Évidence Éditions (2 juillet 2020) – 382 pages – Broché (17€) – Ebook (7,99€)

AVIS

Si je lis de plus en plus de romance, je me contente, en général, de piocher dans les romances historiques et les romances fantastiques, je suis donc sortie de mes habitudes de lecture avec Love seduction.

Ce qui m’a attirée, en plus d’une couverture toute pimpante, ce sont les mentions Body Positiv et Ronde et sexy qui ne sont pas courantes !  Et pour cause, les romances actuelles mettent souvent en avant le même genre d’héroïne : une beauté qui s’ignore et qui répond à tous les standards de la beauté en vigueur, la minceur étant bien sûr comprise dans le package.

Ici, Jenna Ric’s prend le parti inverse en mettant en scène une jeune femme ronde entourée de ses deux meilleures amies également rondes ! C’est presque triste à dire, mais ça, c’est assez novateur, du moins dans le paysage éditorial français même si j’ai l’impression que les choses commencent à bouger un peu de ce côté-là. L’autrice casse également tous les codes et les préjugés des grossophobes en proposant une héroïne très dynamique et bien dans sa peau qui sait mettre en valeur ses formes. Il faut dire que styliste, c’est un peu son fonds de commerce ! D’ailleurs, bien que la mode soit un sujet qui me soit toujours passé au-dessus de la tête, j’ai apprécié la passion avec laquelle Jordanna l’évoque. On sent que pour elle, c’est une vraie vocation et qu’elle aime à la folie ce qu’elle fait. Et moi, personnellement, les gens passionnés m’inspirent et me fascinent toujours…

Nous sommes donc loin du cliché de la « grosse fainéante qui s’habille comme un sac à patates et qui ne pense qu’à manger » qu’on vous renvoie à la figure quand vous avez des formes. Et rien que pour avoir réussi à casser les clichés, je dis bravo à l’autrice. Plus jeune, ce genre de livre m’aurait probablement évité de passer des heures à choisir des vêtements pour cacher ce « fessier qu’on ne saurait voir » et qui semblait indisposer les gens si j’en crois les nombreuses remarques déplacées et méchantes essuyées. Ici, Jordanna n’a pas ce problème : elle assume parfaitement son corps et prend plaisir à mettre en valeur ses formes pour assouvir sa sexualité décomplexée et mouvementée. Souffrant d’hypersexualité, elle a, en effet, des besoins en matière de sexe assez importants…

J’ai apprécié de voir une femme ronde qui a une vie sexuelle épanouie et qui ne reste pas toute seule dans un coin avec son pot de glace comme certains semblent aimer à le croire. Elle plaît, elle le sait et n’hésite pas à en jouer pour séduire ses conquêtes d’un soir qui ne s’en plaignent pas, bien au contraire. Néanmoins, s’il est intéressant d’évoquer une maladie peu connue, l’hypersexualité, je me suis posé la question de sa place dans ce roman. Pourquoi ne pas s’être contentée d’une héroïne voluptueuse qui a une vie sexuelle riche et épanouie ? Était-il vraiment nécessaire d’inclure ce point qui fait perdre une certaine force au message original, celui qu’une personne avec des formes peut aimer faire l’amour et prendre plaisir à explorer sa sexualité sans qu’il y ait une maladie sous-jacente lui faisant perdre ses inhibitions ? Il s’agit ici d’une réflexion purement personnelle…

En plus de cette hypersexualité, Jordanna est victime de douleurs chroniques importantes et d’autres pathologies qui rendent parfois ses jours et ses nuits insupportables. J’ai, de nouveau, trouvé intéressant que l’autrice évoque certaines maladies encore peu connues du grand public alors qu’elles occasionnent une vraie souffrance mentale et physique… Notre héroïne pourra heureusement compter sur le soutien indéfectible de ses deux meilleures amies, ou plutôt de ses deux sœurs de cœur, puis plus tard, sur celui de son nouveau voisin, Damien, qui ne tardera pas à devenir bien plus que cela.

J’ai adoré la relation unissant Jordanna à Laura et Manuela. Elles sont toutes les trois très différentes, mais elles sont unies comme les doigts de la main et veillent les unes sur les autres sans jamais faillir. Manuela et Laura n’hésitent pas à sortir les griffes et les crocs pour protéger Jordanna ! Et ce n’est pas le pauvre Damien qui vous dira le contraire. Il devra ainsi montrer patte blanche et faire ses preuves avant que les deux femmes lui accordent leur confiance et le laissent entrer dans la vie et le cœur de leur meilleure amie.

Mais finalement, la barrière la plus difficile à franchir, n’est-elle pas celle mise en place par Jordanna elle-même ? Ayant souffert par le passé, notamment avec un ex-petit ami s’étant comporté comme un véritable goujat devant ses problèmes de santé, la jeune femme refuse de céder aux sirènes de l’amour, préférant rester sur une relation purement charnelle avec Damien. Une position difficile à accepter pour cet homme complètement fou des courbes et de la personnalité de Jordanna. Il faut dire que notre héroïne sait se montrer attachiante : fidèle en amitié, enjouée, passionnée et combative, elle peut se révéler caractérielle et partir dans des emportements, notamment quand ses douleurs atteignent leur paroxysme. Chose qu’on pourra difficilement lui reprocher.

Mais Damien n’a pas dit son dernier mot ! Bien décidé à conquérir autant son cœur que son corps, il fera tout pour prouver à Jordanna sa sincérité quant à ses sentiments et la rassurer : tous les hommes ne sont pas des lâches et malgré les difficultés, certains sont prêts à tout pour l’élu(e) de leur cœur. C’est assez rare pour être signalé, mais j’ai apprécié que le personnage n’échappe pas au cliché du bel homme musclé auquel aucune femme ne résiste. Je trouve ce point intéressant dans la mesure où il prouve que oui, des femmes avec des formes peuvent attirer des partenaires répondant aux critères de beauté en vogue... En matière d’amour, point de norme, mais une alchimie de corps et d’esprit qui semble ici avoir parfaitement opéré entre les deux amants.

Bien qu’il soit un peu trop possessif à mon goût, Damien sait se montrer prévenant et charmant, mais également déterminé puisqu’il essaiera de se rapprocher de Jordanna, jouant selon les règles de la jeune femme tout en tentant d’imposer les siennes. Une espèce de partie d’échecs s’installe donc entre nos deux protagonistes, l’un prêt à tout pour conquérir la personne de ses rêves, et l’autre développant mille et un stratagèmes pour échapper aux élans de son cœur.

Qui va remporter la bataille ? Pour le savoir, il vous faudra bien sûr lire le roman, mais ce qui est certain, c’est que le combat sera plutôt mouvementé et quelque peu épicé. C’est d’ailleurs un point qui m’a étonnée. À la vue de la couverture et à la lecture du résumé, je m’étais attendue à une romance toute mignonne et toute douce, ce qui est loin d’être le cas. Il y a bien des passages tout mignons, bien qu’un peu trop guimauves pour moi, mais la romance est principalement basée sur le sexe avec un vocabulaire cru à base de chatte et de queue.

J’avoue une certaine déception de ce côté-là puisque c’est aux antipodes de ce que j’aime dans une romance. Je préfère quand les personnages se tournent autour et prennent le temps de se connaître, d’éventuelles scènes de sexe venant concrétiser leur relation. Ici, c’est plutôt l’inverse : c’est grâce à des parties de sexe endiablé que les liens amoureux entre les deux personnages vont véritablement se construire. Un schéma qui ne me convient guère, mais qui correspond parfaitement à la personnalité de Jordanna, prise entre son hypersexualité et son refus obtus de vivre une nouvelle histoire d’amour par peur d’être de nouveau blessée. On comprend alors que c’est en s’invitant régulièrement dans son lit et en gagnant peu à peu sa confiance que Damien peut espérer faire voler en éclats les barrières de la jeune femme.

Ce roman est donc à réserver à un public averti qui n’est pas rebuté par l’omniprésence du sexe et d’un vocabulaire qui ne fait pas dans la dentelle. Si je ne suis clairement pas le public visé, force est de constater que j’ai quand même lu rapidement le roman, curieuse de découvrir le dénouement de l’histoire et le devenir des personnages auxquels je me suis progressivement attachée. Les pages s’enchaînent donc rapidement d’autant que l’alternance des points de vue entre les deux amants apporte beaucoup de dynamisme et de rythme au récit. Autre point qui rend la lecture rapide et fluide : l’absence de drames inutiles. Il y a bien sûr des problèmes afin d’offrir quelques rebondissements scénaristiques à se mettre sous la dent, mais l’autrice ne prolonge pas inutilement les malentendus et quiproquos, ce dont je la remercie grandement…

De la même manière, on appréciera la subtilité avec laquelle elle amorce le nouveau duo qui sera, je l’espère, mis à l’honneur dans la suite de la série. On sent la dynamique entre les personnages très différente de celle entre Jordanna et Damien, mais mon petit doigt me dit qu’elle devrait être tout aussi caliente !  Je tenais également à souligner un point qui me semble primordial dans une histoire où le sexe est omniprésent : la prévention. Avec naturel et sans lourdeur, l’autrice rappelle ainsi, à travers ses protagonistes, la nécessité de se protéger lors de rapports sexuels avec des partenaires occasionnels, mais également celle de prendre toutes les précautions avant de décider de se passer de protection.

Il y a toutefois un point qui m’a interpellée, notamment en considération de la démarche body positive de l’autrice et de la maison d’édition : la stigmatisation des « bouffeuses de pommes », c’est-à-dire des femmes minces surveillant leur poids. Cela n’est pas récurrent, mais Jordanna utilise cette expression à deux ou trois reprises. Je tenais donc à revenir sur ce point parce que je pense qu’il pourra heurter certaines lectrices. Je l’ai d’ailleurs été. Ces propos déplacés reflètent toutefois une triste réalité : la manière dont la société met en compétition les femmes vis-à-vis de leur corps, les poussant, malgré elles, à avoir des préjugés sur celles qui sont plus grosses ou bien plus minces qu’elles. Une autre version du « mieux faut faire envie que pitié » que je n’ai jamais supporté et qui montre que mince ou avec des formes, une femme n’aura jamais de toute manière le bon corps. J’aurais toutefois apprécié que l’autrice prenne le temps de faire prendre conscience à Jordanna de la méchanceté de ses propos.

En conclusion, Love seduction ne m’a pas apporté cette romance toute douce et mignonne que j’attendais, l’autrice ayant opté pour une romance érotique qui devrait plaire aux amatrices et aux amateurs de scènes épicées et plutôt torrides entre deux personnages qui prennent un plaisir certain à découvrir et satisfaire le corps de l’autre.  Je retiendrai néanmoins de ce roman la volonté de mettre en avant une héroïne ronde, indépendante et au tempérament de feu, qui assume parfaitement ses formes et sa sexualité. Alors si vous aussi vous en avez assez de retrouver toujours le même genre d’héroïne dans les romances, Love seduction devrait vous apporter cette diversité de corps qui fait encore cruellement défaut à l’heure actuelle ! Quant au format semi-poche très agréable à prendre en main, il devrait finir de vous convaincre de vous poser sur votre transat, votre canapé ou votre lit afin de découvrir l’histoire de Jordanna et de son nouveau voisin terriblement sexy….

Je remercie Évidence Éditions de m’avoir envoyé ce roman en échange de mon avis.

18 réflexions sur “Ronde et sexy 1 : Love seduction, Jenna Ric’S

  1. Malheureusement, si le côté érotique prend beaucoup de place, ce n’est pas pour moi.
    J’approuve avoir un personnage principal étant en harmonie avec ses formes et sa sexualité mais si cela est « trop » mis en avant, ça ne va pas me plaire… 🙂

    Aimé par 1 personne

    • Tout reste subjectif, mais j’ai trouvé la part accordée au sexe importante. Après, je n’aime pas ça en général, mais là, j’ai quand même lu le roman rapidement parce qu’il y a quand même autre chose à côté comme cette amitié hors norme entre les filles que j’ai adorée et cette mise en avant des maladies invisibles… Un point que j’ai peu rencontré alors qu’il concerne finalement beaucoup de monde.

      Aimé par 1 personne

  2. Cette romance a l’air un peu étrange, tapant toujours à côté de ce à quoi on s’attend.
    Je vais être franche, entre le fait qu’avoir des appétits sexuels importants pour une femme soit ici pris sous l’angle de la maladie et la compétition grosses vs minces qui pointe parfois, je ne suis pas du tout tentée.
    J’aurais cru comme toi que ce serait une petit romance douce et pétillante, ce n’est pas le cas. Je passe.
    Merci pour ton avis honnête et détaillé 😉

    Aimé par 2 personnes

    • Avec plaisir pour mon avis 🙂
      Je ne peux pas nier que j’aurais trouvé le roman encore plus frappant si Jordanna avait été juste présentée comme une amatrice de sexe à la libido importante, mais pas pathologique. Cela aurait même été novateur puisqu’en général, ce sont les mecs qui ont cette image dans les livres.
      Pour la compétition entre les femmes, je ne l’ai pas vraiment ressenti comme cela. Pour moi, on est bien plus dans un schéma inconscient qui pousse les femmes à se jauger et à avoir des idées toutes faites. D’ailleurs, les deux ou trois remarques de Jordanna sur les femmes minces m’ont rappelé une vidéo récente d’une booktubeuse qui disait que ‘ce n’est pas méchant, mais pour elle, une femme doit voir des formes ». Jordanna est exactement dans cet état d’esprit sans réaliser que c’est du même acabit que les gens qui se moquent des femmes avec des formes. En ce sens, l’autrice a réussi à pointer un fait qui gangrène les rapports sociaux…
      En tout cas, tu me rassures sur le fait que toi aussi, tu te serais peut-être attendue à un autre genre de romance 🙂

      Aimé par 2 personnes

  3. Voilà un billet sacrément complet! J’avoue que le fait d’avoir une héroïne qui change des clichés habituels me donne assez envie de laisser une chance à ce bouquin, malgré tous ses autres défauts… Merci de cette chouette découverte, donc, je me le note dans mes petits papiers!

    Aimé par 1 personne

  4. J’avais lu un très bon avis dessus, mais j’avoue que la personne n’avait pas mis en avant le côté érotique du livre. J’ai besoin d’un mélange entre romance et sexe… Du coup, si les scènes sous la couette prennent le pas sur le reste, je préfère passer. Dommage car, comme toi, j’aime l’idée d’héroine ronde. Cela change !

    Aimé par 1 personne

    • Il est difficile de parler de ce roman sans évoquer le sexe qui reste quand même très présent de part la psychologie de l’héroïne… Je ne sais pas trop si le sexe prend le pas sur la romance, mais je pense que quand ce n’est pas ce qu’on cherche dans une romance, il y en a déjà trop même si la fluidité de la plume permet de passer outre. Quant aux formes de l’héroïne, ça fait du bien 🙂

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.