The Poet X, Elizabeth Acevedo

The Poet X - WINNER OF THE CILIP CARNEGIE MEDAL 2019 (English Edition) par [Elizabeth Acevedo]

Dans un monde qui ne veut pas l’entendre, elle refuse de rester silencieuse

Résumé : Harlem. Xiomara a 15 ans et un corps qui prend plus de place que sa voix : bonnet D et hanches chaloupées. Contre la rumeur, les insultes ou les gestes déplacés, elle laisse parler ses poings. Étouffée par les préceptes de sa mère (pas de petit ami, pas de sorties, pas de vagues), elle se révolte en silence. Personne n’est là pour entendre sa colère et ses désirs. La seule chose qui l’apaise, c’est écrire, écrire et encore écrire. Tout ce qu’elle aimerait dire. Transformer en poèmes-lames toutes ses pensées coupantes.

Jusqu’au jour où un club de slam se crée dans son lycée. L’occasion pour Xiomara, enfin, de trouver sa voix.

AVIS

Je remercie Grâce pour cette lecture commune parce que sans elle, je ne suis pas certaine que j’aurais osé me lancer dans ce roman en raison de sa forme particulière qui m’attirait autant qu’elle me faisait peur. Écrit en vers libres, The Poet X est un petit bijou de poésie, pas du genre de celle qui vous enchante par la beauté des mots, mais plutôt de celle qui vous touche et vous frappe par leur puissance.

Écrire pour mettre des mots sur les maux, écrire sans réfléchir, écrire pour trouver un peu de liberté, écrire pour être soi sans masque ni censure… La poésie devient un exutoire pour Xiamora qui, en plus de devoir faire face aux commentaires et aux regards déplacés sur son corps, doit composer avec une mère profondément puritaine et croyante. Comment ne pas étouffer sous le poids d’une mère qui attend d’elle un comportement exemplaire et une totale dévotion envers Dieu quand elle n’est même pas certaine de croire en une religion qui s’entête à traiter les filles et les garçons différemment ?

Tout au long du roman, on ne peut que ressentir le sentiment de révolte de Xiaomara qui est sans cesse soumise à des injonctions que ce soit envers son corps ou ses pensées. Ses poèmes deviennent alors pour elle le seul moyen de s’exprimer et de partager ses questionnements, ses sentiments et ses états d’âme sans, entre autres, heurter une mère prise dans une foi religieuse virant au fanatisme.

Je dois d’ailleurs dire que sa mère m’a profondément agacée que ce soit en raison de sa manière de tenter de vivre son rêve à travers sa fille ou sa vision étriquée de la foi et sa vision rétrograde des femmes. De fil en aiguille, on comprend son mal-être et sa difficulté à renoncer à cette vie consacrée à la religion dont on l’a privée, mais son fanatisme religieux n’en demeure pas moins intolérable. Une foi imposée mérite-t-elle d’ailleurs seulement le nom de foi ? Heureusement, un homme d’Église fait montre d’un peu plus de retenue et semble comprendre la nécessité de laisser Xiaomara suivre sa propre voie… 

Si sa mère se révèle tyrannique en considérant le corps de sa fille comme un objet de convoitise qu’elle doit garder pur jusqu’à son mariage (une vision bien traditionnelle de la femme qui semble avoir la vie dure) et que son père est plutôt aux abonnés absents, Xiaomara peut compter sur le soutien et la présence de son frère jumeau, un petit génie plus adepte de la réflexion que des poings. Le frère et la sœur ne pourraient être plus différents l’un de l’autre, mais on sent qu’il existe une connexion particulière qui les lie malgré leurs différences et leurs incompréhensions. Le frère n’a pas la combativité de la sœur, mais il essaie, à sa manière, de l’aider et de la pousser à se révéler à elle-même et à la face du monde. Un soutien très discret, voire pudique, que j’ai trouvé assez touchant d’autant que le jeune homme doit faire face à sa propre tempête intérieure…

Aux côtés du frère et de la sœur, se dresse avec une constance sans égale, Caridad. Sage, raisonnable, sincèrement croyante et très respectueuse de ses parents, l’adolescente est un peu l’antithèse de Xiaomara. Jamais blessante ni critique, elle se contente d’être là pour elle et de la soutenir. Aucun jugement de valeur donc, juste une présence rassurante et indéfectible ! C’est le genre d’amie qu’on aimerait tous avoir et la preuve que l’on peut avoir des opinions très différentes, mais être toujours là pour l’autre.

Autre relation positive, celle que va nouer notre héroïne avec un jeune homme qui verra en elle autre chose qu’un corps voluptueux qu’il peut, comme ses camarades, commenter à l’envi. J’ai apprécié la manière dont l’autrice a construit leur relation, l’adolescent se montrant à l’écoute de Xiaomara et ne lui imposant pas des choses pour lesquelles elle ne se sent pas prête. Cela semble normal, mais c’est loin d’être toujours le cas… À cet égard, j’ai particulièrement apprécié une scène dans laquelle est abordé, avec subtilité et beaucoup de justesse, le thème du consentement. L’autrice nous montre qu’une personne a le droit de changer d’avis lors d’un rapprochement physique sans pour autant être insultée, voire pire. Un message qui me semble plus que jamais important de diffuser surtout dans un roman à destination des adolescent(e)s.

Quant à Xiaomara, elle m’a juste bluffée. J’ai été, dès les premières pages, séduite par sa personnalité et son aura de battante qui refuse de se laisser dicter sa conduite. Elle lutte entre l’envie de ne pas blesser sa mère, de survivre sans se laisser marcher dessus dans un quartier où le corps des femmes est sans cesse jaugé et celle d’être enfin elle-même. Une adolescente pleine de ressources avec une capacité de recul impressionnante pour son âge, et surtout une poétesse dans l’âme. Ce que Xiaomara se retient de hurler à la face du monde, elle le couche sur le papier avec frénésie et justesse jusqu’à ce qu’une opportunité lui laisse entrevoir une autre voie, celle du partage et du slam. Une révélation qui ne se fera pas sans heurts, mais qui rapprochera l’adolescente d’elle-même et des siens…

À cet égard, la fin, pleine d’émotions, m’a beaucoup plu et touchée. L’autrice ne tombe pas dans un happy end où tous les problèmes seraient réglés d’un coup de baguette magique, mais elle finit quand même sur une note d’espoir. Et elle nous démontre, une fois de plus, le pouvoir des mots qui rassemblent et unissent malgré la distance, les désaccords et les blessures que l’on peut infliger à ceux que l’on aime, parfois maladroitement…

Avec une économie de mots volontaire et parfaitement maîtrisée, elle frappe le lecteur et s’insère dans son cœur. Aucune envolée lyrique, mais la force brute des mots martelés comme des poings, des mots qui volent, qui fusent, qui touchent et qui font réfléchir. Et les sujets de réflexion sont nombreux : la religion et le fanatisme qui peut parfois en découler, l’homosexualité a fortiori dans une famille extrêmement croyante et un environnement machiste, le libre arbitre, la condition de la femme et le regard/jugement omniprésent sur son corps, les premiers émois amoureux, la découverte de son corps et de la sexualité, le consentement, la quête d’identité et l’affirmation de soi, l’immigration, la confrontation de deux cultures… Le roman m’a d’ailleurs donné envie d’en apprendre plus sur la culture dominicaine dont on a un petit aperçu et sur laquelle je n’avais jamais rien lu.

En conclusion, incisif, puissant et émouvant, The Poet X est un petit bijou que je vous recommande chaudement. Pas besoin d’apprécier la poésie pour se laisser emporter par l’histoire de Xiaomara, une adolescente forte et touchante qui refuse de plier sous le poids de la foi maternelle, de la société et de la concupiscence des hommes, et qui trouve, dans la poésie, un moyen de s’affirmer et de partager ses sentiments, ses espoirs et ses états d’âme.

The Poet X ou quand la force et la puissance des mots remplacent celle des poings !

Retrouvez l’avis de Grâce sur son blog Les notes de Grâce M.

J’ai lu le roman en VO qui est très accessible, mais une version française est proposée par les éditions Nathan.

Signé poète X - Dès 14 ans par [Elizabeth Acevedo, Clémentine Beauvais]

Nathan (29 août 2019) – 384 pages – Broché (16,95€) – Ebook ( 6,49€)
Traduction : Clémentine Beauvais 

35 réflexions sur “The Poet X, Elizabeth Acevedo

  1. On a beaucoup entendu parler de ce roman à sa sortie, mais je ne m’étais jamais laissée tenter… Par contre, ton avis très bien écrit attise ma curiosité ! Je me suis prise le nouveau roman de cette auteure et selon comment va se passer ma lecture, je me laisserais peut-être tenter par celui-ci!

    Aimé par 1 personne

  2. Pingback: Lecture commune Signé Poète X – Elizabeth Acevedo – Les notes de Grâce M.

  3. Le sujet pourrait m’intéresser mais j’avoue que le fait que ce soit des vers libres est un frein, j’ai peur de ne pas aimer. Je vois que toi tu es hyper enthousiaste alors il faudrait que je mette la main dessus pour en lire quelques pages pour voir si ça me convient ^^
    Merci pour la découverte !

    Aimé par 1 personne

  4. Le fait que le roman soit écrit en prose m’avait quelque peu interpellé et étonné. Je ne savais pas à quoi m’attendre, mais The Poet X a été un coup de coeur. J’ai été totalement conquis par l’histoire, le personnage de Xumara, sa révolte… Finalement, la forme faisait sens.

    Aimé par 1 personne

    • J’ai eu la même crainte, mais elle s’est envolée dès les premières pages. Mais je pense que cette écriture en vers libres passe ou casse… Si un jour la curiosité est trop forte et que tu as la possibilité d’emprunter le roman, ce serait un bon moyen de limiter la prise de risque 🙂

      J'aime

  5. J’adore les romans qui se permettent des libertés dans la forme et dans l’expression ! Signé Poète X est dans ma liste de futures lectures Young adult, ne serait-ce que pour ça, et ton avis m’en donne encore plus envie ! J’ignorais par contre totalement le caractère des autres personnages autour de l’héroïne, et tes descriptions de son jumeau ou de son amie, soutiens discrets à leur manière, me plaît déjà. Il y a trop rarement de personnages discrets mais pour autant forts et attachants par leur stabilité et leur soutien, leur attention aux autres.

    Si un jour tu veux découvrir un autre roman en vers, je te conseille Long Way Down de Reynolds (je crois), où un adolescent d’un quartier américain craignos voit l’un des membres de sa famille se faire tuer par un gang. Il décide d’appliquer la loi du talion, et prend l’ascenseur dans ce but, pour descendre avec une arme à la fin, mais il va ensuite se passer des tas de choses dans cet espace-clos… et c’est toute l’histoire du livre ! Là aussi, ça m’a frappé de voir à quel point des vers peuvent être puissants et poignants.

    Aimé par 1 personne

    • Pour le frère, le soutien est très discret et subtil, cela tient de sa personnalité assez réservée. Et j’ai adoré ce point parce que les personnages qui ne sont pas des grandes gueules, mais qui n’en restent pas moins attachants, ce n’est pas courant. Quant à la meilleure amie, j’ai adoré qu’elle soit l’antithèse de Xiomara 🙂 On ne la voit pas énormément, mais à chaque fois, elle se tient tel un phare dans la nuit pour notre héroïne… Je lirai ton avis avec plaisir sur ce roman et croise les doigts pour que toi aussi, tu te laisses emporter par la magie des vers de l’autrice et de son héroïne.

      Long Way Down est dans ma wish list ayant craqué pour la couverture et l’intrigue assez originale… Il va falloir que je me penche un peu plus dessus parce qu’il a l’air vraiment puissant.

      Aimé par 1 personne

      • Même ainsi, la disposition, l’attitude des personnages, ça change de d’habitude ! Et ça fait d’autant plus plaisir… Je reviendrai vers toi quand j’aurai eu le livre entre les mains, et fini. Long Way Down est effectivement très puissant, ça a été quasi un coup de coeur à la lecteure !

        Aimé par 1 personne

    • Je te comprends même si le roman se lit vraiment tout seul 🙂 Avec Grâce, cela nous a frappées ! Je ne doute pas de la qualité du travail de la traductrice, mais avec un roman dont le choix des mots revêt une telle importance, je pense qu’une lecture VO sera forcément bien plus marquante…

      Aimé par 1 personne

  6. Tu parles vraiment bien de ce titre que je sentais effectivement plein d’émotions. J’ai failli l’importer via mon réseau, mais il était réservé par une autre biblio… Je le note pour plus tard, car cela me semble être une lecture marquante !

    J'aime

  7. Pingback: C’est le 1er, je balance tout ! mai 2020 | Light & Smell

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.