Narcisse versus Lollaloca, Pascale Leconte

Je remercie Pascale Leconte pour m’avoir permis de découvrir son roman jeunesse, Narcisse versus Lollaloca.

PRÉSENTATION AUTEUR

Récit du passage de l’adolescence à l’âge adulte.

Comment être heureux malgré nos doutes, nos questionnements sur nous-mêmes afin de trouver notre place dans cette société ? « Elisa Lallie est invitée à suivre une formation dans un village dont elle n’a jamais entendu parler… En pénétrant dans ce lieu haut en couleur, Elisa découvre un endroit où les habitants affichent leurs différences avec panache. »

Auto-édition (31 octobre 2017) – 331 pages – Broché (10,55€)
À partir de 12 ans – Illustré par Martin Trystram et son fils Lullaby

AVIS

Après l’excellent Jack L’Éventreur n’est pas un homme que je vous invite à découvrir si ce n’est pas encore fait, Pascale Leconte quitte le monde l’horreur pour celui de la jeunesse et de la quête d’identité. À dix-huit ans, âge charnière auquel on n’est plus un enfant, mais pas vraiment encore un adulte, comment décider quoi faire de sa vie ? Une question qui perturbe Elisa Lallie qui végète en attendant le mois de septembre. Mais alors que son avenir s’annonçait désespérément vide, la jeune femme reçoit une étrange invitation pour suivre une mystérieuse formation dans un village dont personne ne semble connaître l’existence !

Après avoir hésité, Elisa finit par accepter cette formation qui tombe à point nommé d’autant que cela lui permettra de prendre un peu de distance avec son père plus intéressé par les programmes télé que par sa fille unique. Seule sa grand-mère va lui manquer, mais elle pourra heureusement la revoir les week-ends. Elisa est dans le noir complet quant à ce qu’on lui réserve sur place tout comme les lecteurs qui découvrent à ses côtés l’étrange village dont j’ai adoré la philosophie et l’éthique de vie.

Vous connaissez le fameux slogan de McDonald’s « Venez comme vous êtes » ? Parce que ces quelques mots résument à merveille l’essence même de ce lieu qui ne ressemble à nul autre pareil. Ici, point de faux-semblants, aucun besoin de se fondre dans le moule, aucun jugement de valeur… la seule chose qui vous est demandée est d’être vous et simplement vous. Pas si simple quand on a été confronté des années durant à une société prônant une certaine standardisation et un conformisme rassurant, mais cela n’empêchera néanmoins pas Elisa de se faire rapidement à la situation. J’aurais d’ailleurs peut-être apprécié qu’elle soit un peu plus déroutée, mais sa faculté d’adaptation reste cohérente avec l’intrigue. En effet, elle n’a pas été choisie au hasard et il est fort probable que sa sélection provienne de son potentiel à explorer elle-même les différentes facettes de sa personnalité…

Dans cette nouvelle vie teintée d’exubérance et d’extravagance, la jeune femme sera épaulée par ses nouveaux amis hauts en couleur et plutôt différents les uns des autres. Elle fera également la rencontre d’un jeune homme qui ne la laissera pas indifférente. Une attraction partagée si l’on se fie aux efforts de ce « pirate » bien décidé à ravir son cœur. La relation entre les deux personnages est assez mignonne et devrait plaire aux jeunes lecteurs.

Notre village mystérieux est un lieu exceptionnel où chacun est invité à se trouver et à explorer ses envies afin de trouver le métier qu’il lui convient, mais cela ne veut pas dire que tout est parfait. L’amitié d’Elisa avec sa meilleure amie est ainsi menacée par un sombre personnage manipulateur et agressif quand une élève difficile à cerner s’entête à faire passer des messages aussi déroutants et angoissants que sibyllins ! Non, il n’y a pas à dire, même coupée du monde traditionnel, Elisa n’a pas une vie de tout repos d’autant que ses tracas se poursuivent même dans ses rêves.

Avant même d’intégrer sa formation, la jeune femme faisait déjà des rêves étranges mettant en scène un personnage richissime, mais fort peu sympathique, bien décidé à faire entrer la société de consommation au sein de notre village ! Un homme qui fait froid dans le dos, mais qui, je l’avoue, m’a beaucoup amusée, notamment à partir du moment où il arrive enfin à entrer dans le village dont les portes lui sont longtemps restées inaccessibles. Mais il va vite découvrir qu’il n’y a pas que les Gaulois qui savent résister face à l’envahisseur…  Sous fond de dialogues hilarants, l’autrice nous offre ainsi un délectable et truculent choc des cultures ! Imaginez l’impérialisme et le capitalisme américain entrant en collision avec un monde utopique où l’individualité et l’originalité deviennent une force et la standardisation et la normalisation, des abominations rejetées en bloc… De quoi décontenancer notre industriel plus habitué à vendre sa boisson par million qu’à réfléchir à qui il est vraiment.

Mais les rêves d’Elisa le sont-ils vraiment ou l’homme qui hante ses nuits représente-t-il un véritable danger pour le village, ses habitants et leur mode de vie atypique ? Une question qui commencera à prendre forme dans l’esprit de la jeune femme… Si ces rêves apportent une touche de mystère, de tension et d’humour intéressante, force est de constater que nous restons dans un premier tome où il ne se passe pas grand-chose. Je comparerais ce roman aux mangas tranches de vie où l’on suit les amitiés, les amours, les difficultés et les questionnements quant à l’avenir d’une bande d’amis sur le chemin de la vie d’adulte. Devant le manque d’événements marquants, je me suis donc parfois ennuyée d’autant que, contrairement à des lecteurs plus jeunes, je n’ai pas pu compter sur un sentiment d’identification pour pallier ce problème…

Malgré ce sentiment d’ennui qui a parfois accompagné ma lecture, j’ai pris plaisir à découvrir ce roman dont la richesse repose autant sur la plume de l’autrice toujours très fluide que sur son imaginaire. Pascale Leconte nous plonge ainsi sans réserve dans un établissement dont les cours plutôt originaux ne peuvent que vous donner envie de retourner sur les bancs de l’école et de célébrer, aux côtés des élèves, les nombreux événements et cérémonies qui marquent l’année. Mais ce qui fait le véritable charme de ce roman est ce village complètement fantasque dans lequel chacun est libre d’exprimer toute sa sensibilité et ses préférences sans être moqué, dénigré ou considéré comme un fou. Une ode à l’acceptation de soi et à la différence, et une ouverture d’esprit qui nous permettent de réaliser à quel point nos sociétés standardisées et hyperformatées briment la personnalité des individus et nous privent de multiples talents !

À noter que le roman est agrémenté de quelques illustrations, parfois assez enfantines, qui apportent un certain charme au récit, et qui donnent envie de nous reconnecter à notre enfant intérieur. C’est du moins, ce que j’ai ressenti en les découvrant au fil des pages…

En conclusion, comme j’aurais aimé recevoir ma lettre pour Poudlard, j’aurais apprécié de recevoir celle m’invitant à intégrer une formation atypique qui, à travers ses valeurs et ses cours plutôt inhabituels, offre quelque chose de précieux à ses étudiants, la faculté d’apprendre à se connaître et à devenir la personne qu’ils sont au fond d’eux-mêmes. Entre les amitiés qui se forment et se délitent au gré des différends, les amours et les dangers qui planent au-dessus d’un village prônant la différence et l’acceptation de soi, vous devriez prendre plaisir à plonger dans la nouvelle vie d’une héroïne qui ne semble pas au bout de ses surprises !

Retrouvez le roman sur Amazon ou sur le site de Pascale Leconte.

13 réflexions sur “Narcisse versus Lollaloca, Pascale Leconte

  1. Dommage que ce titre de l’auteure t’ai ennuyée. Je me souviens que tu avais aimé « Jack l’éventreur n’est pas un homme » (et moi « le dernier conte »). Mais peut-être qu’un jeune lectorat appréciera davantage. En tout cas, le concept est original et ta critique est bien argumentée. Je comprends aisément ton ressenti. Si je tente un autre de Pascale Leconte, je m’orienterai quand même plus sur le livre avec Jack…

    Aimé par 1 personne

    • Malgré quelques moments d’ennui, j’ai dans l’ensemble quand même bien apprécié ce titre 🙂 Mais par rapport à Jack, le rythme est bien moins prenant. Je ne peux que te conseiller de te tourner en priorité vers Jack qui m’avait captivée bien que ce roman soit bien plus sanglant 🙂

      Aimé par 1 personne

  2. Pingback: Challenge jeunesse / young adult #9 [Bilan 5] – Muti et ses livres

  3. Pingback: Framboise et volupté, Pascale Leconte | Light & Smell

  4. Pingback: Challenge jeunesse / young adult #9 [Bilan 6] – Muti et ses livres

  5. Pingback: Challenge jeunesse / young adult #9 [Bilan 7] – Muti et ses livres

  6. Pingback: Challenge jeunesse / young adult #9 [Bilan 8] – Muti et ses livres

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.