Je ne suis pas une légende, Catherine Dufour

Je ne suis pas une légende

Pour inaugurer le Challenge The Maki Project, j’ai choisi une nouvelle de Catherine Dufour publié précédemment dans le recueil L’accroissement mathématique du plaisir : Je ne suis pas une légende.

À l’époque où Malo rencontra son premier vampire, il frôlait la dépression. Après deux ans de bons et loyaux services en tant que Life Time Value Manager chez Johnson & Johnson, une persistante absence de cravate doublée d’une regrettable propension à quitter le bureau en sifflotant sitôt son travail bouclé lui avait valu une mise au placard définitive. Dans les premières semaines de sa relégation, il essaya d’inverser la vapeur : il mit une cravate noire imprimée de petits ours rouges et passa de longues heures supplémentaires près de la machine à café. Peine perdue Il était trop tard. Beaucoup trop tard.

AVIS

C’est la référence au roman Je suis une légende de Richard Matheson qui a tout de suite attiré mon attention. Si je ne l’ai pas lu, j’avais apprécié son adaptation cinématographique bien qu’il me semble que cette dernière ait pris quelques libertés avec l’œuvre originale…

Tout au long de la nouvelle, l’autrice fait preuve d’un cynisme et d’un humour féroce, voire mordant, qui m’a bien plu. Elle pointe avec un certain talent les tares de nos sociétés capitalistes avec ces grands groupes historiques bercés par la valse ininterrompue des changements plus ou moins absurdes, mais qui ont au moins le mérite de leur donner l’impression d’être dans le mouvement…

Un mouvement que notre héros, Malo, a bien du mal à suivre. En ne jouant pas la comédie du parfait employé selon les critères de son employeur, le voilà placardé… Une aubaine selon ses amis (à lui la piscine en pleine journée), le début de la déprime pour lui ! Il saura néanmoins rebondir en utilisant les outils de la disgrâce mis à sa disposition par son employeur. Une capacité de rebond qui ne sera guère appréciée par ledit employeur qui espérait une lettre de démission et non pas un salarié ragaillardi par sa nouvelle réussite professionnelle aux frais de l’entreprise…

Mais les affres de la vie professionnelle ne sont finalement rien eu égard à l’épidémie de vampirisme qui frappe de plein fouet le pays… Nous suivons alors notre protagoniste dans sa lutte pour la survie dans un monde dominé par les vampires. La disparition de l’humanité se fait progressivement, sans révolte, sans tentative d’arrêter l’épidémie, les individus ressemblant à de gentils moutons conduits sans embûche à l’abattoir.

Seul Malo semble conscient de la situation sans pour autant pouvoir y faire grand-chose. Seul contre tous, que peut-il de toute manière faire si ce n’est s’arranger pour survivre et ne pas se transformer en réservoir à hémoglobine… C’est que le sang frais se fait rare ! Il est assez déstabilisant de constater que ce monde dont l’absurdité nous frappe de plein fouet ne semble pas perturber outre mesure notre protagoniste qui s’adapte avec une certaine facilité à la situation. Enfin au début parce la solitude et la folie finissent par le rattraper jusqu’à cette fin abrupte dont j’ai aimé le côté assez désabusé… 

Si l’écriture est très agréable, les critiques sous-jacentes non dénuées d’intérêt et le ton féroce à souhait, il m’a manqué un petit truc pour être totalement conquise.  À cela s’ajoute un passage court, mais particulièrement malsain, qui a joué sur mon appréciation globale. Un peu trop glauque pour moi…

En résumé, voici une nouvelle bien écrite qui se lit toute seule et qui a le mérite de nous pousser à nous interroger sur notre monde qui n’a pas attendu d’être vampirisé pour être bestial… Vampire ou humain, cela change-t-il finalement quelque chose à la marche du monde et de son économie ?

Pour télécharger gratuitement la nouvelle, ça se passe sur le site de la maison d’édition Le Bélial’, sur Kobo ou Amazon.

13 réflexions sur “Je ne suis pas une légende, Catherine Dufour

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.