Chaos, Robert de Rosa

Je remercie les éditions De Borée de m’avoir permis de découvrir Chaos et je remercie l’auteur pour sa dédicace.

PRÉSENTATION ÉDITEUR

1999 : année de l’éclipse totale de soleil. Une catastrophe s’abat sur Clermont-Ferrand et sa région. Une épidémie surgie du passé, la peste, affole la population. À la peur s’ajoutent le désordre et les comportements irrationnels encouragés par la crainte de l’an 2000. Mais quand la contamination est maîtrisée, on constate que les morts de quatre victimes sont des meurtres. Le commissaire Marcel Broust et ses adjoints Des Cartes et Spinoza, assistés de la jeune stagiaire Framboise Sagan, passent du rôle d’assistants sanitaires à ceux d’enquêteurs criminels. Leur les amènera à découvrir les agissements d’un parti politique extrémiste, d’une secte promouvant un Ordre Nouveau, de francs-maçons transfuges et de pseudo-chevaliers du Temple.

De Borée (juin 2019) – 320 pages – Broché (19,90€) – Ebook (9,90€)

AVIS

Chaos est un roman policier que j’ai trouvé prenant et plutôt original. L’auteur commence par nous plonger au XIVe siècle avant de nous ramener en 1999 dans un Clermont-Ferrand en proie à une épidémie de peste. Un fléau dont l’Europe s’était débarrassée, mais que la grande curiosité de trois enfants a fait réapparaître. Le lien entre le passé et le présent nous apparaît assez vite évident et plutôt bien amené à tel point que j’ai rêvé de pouvoir intervenir dans le roman afin d’éviter la catastrophe. L’auteur a, en outre, fait preuve d’une certaine audace, du moins pour la lectrice que je suis, avec un choix scénaristique qui m’a prise de court…

Il est juste un peu dommage que l’épisode de peste, qui apporte pas mal de tension au récit, soit assez vite endigué bien qu’on comprenne, en fin de lecture, que l’auteur a su jouer de métaphore… Une fois le calme revenu et les citoyens rassurés, les autorités doivent faire face à quatre décès non imputables à la peste. Le commissaire Marcel Broust, ses adjoints Des Cartes et Spinoza ainsi que la jeune stagiaire, Framboise Sagan, se lancent alors sur la piste des responsables de ces meurtres en apparence indépendants les uns des autres. Mais est-ce vraiment le cas ou un lien peut-il être établi entre les victimes ?

Je vous laisserai le soin de le découvrir, mais je peux d’ores et déjà vous dire que les policiers vont avoir du pain sur la planche avec des tensions entre différents ordres, un prophète du nom de Savonarole qui, fort heureusement, n’a pas le même talent que le célèbre prédicateur pour soulever les foules, des personnes aux idées nauséeuses… L’auteur arrive donc à tenir en haleine ses lecteurs en leur offrant une intrigue prenante dont on a hâte de détricoter les fils qui, comme vous le verrez, tissent une toile bien plus complexe qu’il n’y paraît.

L’enquête, en plus d’être intéressante, est également l’occasion de soulever de nombreux sujets et des questions quasi philosophiques : la religion et ce besoin viscéral de croire en quelque chose, l’exploitation abjecte de la misère humaine, la financiarisation à outrance de l’économie, le racisme, l’obscurantisme, la solitude des plus âgés, l’hypocrisie… Tout autant de sujets qui apportent une certaine richesse et profondeur au récit, mais qui pourront décontenancer les amateurs de thrillers à l’américaine qui tendent plutôt à jouer sur le rythme et des rebondissements bien souvent spectaculaires. Pour ma part, j’ai apprécié les différentes réflexions étayant le roman d’autant que la plume tout en finesse de l’auteur les rend très accessibles. Pas de longueurs donc, mais la sensation d’être plongé dans une histoire pensée de A à Z pour offrir une expérience de lecture agréable et enrichissante.

L’auteur a donc joué la carte de la réflexion mélangée à l’action sans oublier de faire un vrai travail sur ses personnages qui se révèlent plutôt atypiques et complémentaires : une jeune femme impulsive, mais pas casse-cou, au passé mouvementé qui n’a pas sa langue dans sa poche, un policier mettant sa passion de la photographie au service de son métier, un scientifique contrarié… Cette équipe de policiers ne peut donc que marquer les esprits et donner envie de la suivre dans ses investigations. J’ai néanmoins un peu regretté de ne pas avoir lu les deux premiers tomes de la série puisqu’on sent qu’il y a un passif entre le commissaire et ses deux adjoints et que leurs précédentes aventures les ont rapprochés et soudés.

Si cela ne m’a pas empêchée de suivre avec intérêt l’enquête et les interactions entre les personnages, j’ai parfois eu l’impression d’être la petite nouvelle qui débarque… Une position qui m’a heureusement permis de me sentir assez proche de la stagiaire qui s’intègre avec naturel à l’équipe bien qu’il lui faille un peu de patience pour amadouer le commissaire Broust. Un peu plus sur la réserve que ses adjoints, ce policier est celui avec lequel j’ai eu le moins d’affinité même si, de fil en aiguille, j’ai fini par l’apprécier. Et puis il était en concurrence avec un amateur de chats et n’avait donc objectivement aucune chance d’être le premier à me séduire.

En conclusion, sous fond d’épidémie de peste, au sens propre comme au sens figuré, Robert de Rosa nous offre un roman immersif, non dénué d’une certaine profondeur, qui mélange avec subtilité et intelligence enquêtes, réflexions et action. Un cocktail détonant mis en valeur par une jolie plume sans oublier le charme de ce retour mouvementé à la fin des années 90 et l’arrivée à la fois crainte et attendue de l’an 2000 !

Retrouvez ce roman sur les sites des éditions De Borée.

9 réflexions sur “Chaos, Robert de Rosa

    • Je ne suis pas certaine qu’on soit vraiment dans une uchronie au sens traditionnel du terme dans la mesure où à part l’épisode de peste, l’auteur colle parfaitement à la réalité. Mais le concept d’introduire ce fléau dans l’histoire contemporaine est très bonne et plutôt originale 🙂
      Pour la stagiaire, je l’ai beaucoup aimée 🙂 Mais en me relisant, je pense qu’il peut y avoir une confusion entre le commissaire que j’ai pris du temps pour apprécier et la stagiaire. J’ai donc changé un mot pour que ce soit plus clair.

      Aimé par 1 personne

    • Les thèmes abordés sont intéressants d’autant qu’il y a un petit aspect historique qui devrait te plaire 🙂
      Pour le commissaire, je te rassure, je l’ai apprécié mais de par sa fonction, il ne dégage pas la même familiarité que les autres personnages.

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.