Si j’avais su, Allison Forichon

Je remercie l’autrice de m’avoir invitée à découvrir son roman Si j’avais su.

RÉSUMÉ

La vie d’Elena Nohcirof bascule le jour où elle reçoit une lettre de sa tante Jessica. Alors qu’elle accepte de prendre l’avion pour la rejoindre, il s’écrase au milieu du désert de Goldhope. Seule survivante, elle y rencontrera Jackson, Mickael, Shane et Spencer avec qui elle va vivre une aventure irréelle, d’exception et des plus surprenantes !

Auto-édition – 5 novembre 2018 – 233 pages – Broché (9.26€) – Lien d’achat

AVIS

Le résumé était prometteur, mais je n’ai pas été complètement séduite par cette lecture qui m’a donné l’impression de survoler une succession d’événements plutôt que de découvrir un récit prenant et immersif. La faute à une aventure menée bien trop vite pour susciter, du moins chez moi, cette immersion indispensable pour vivre un livre de l’intérieur. Le point positif de cet enchevêtrement non-stop d’actions et de péripéties, c’est que cela devrait plaire aux lecteurs aimant les aventures menées tambour battant.

Si en début d’histoire, on prend le temps de découvrir Elena qui vit isolée depuis la mort de son grand-père adoré, on entre très vite dans le feu de l’action. Il y a d’abord cette lettre d’une tante qui n’a pas donné signe de vie depuis la mort des parents de la jeune fille quand elle était enfant sans qu’elle sache vraiment pourquoi. Un mystère qu’Elena est bien décidée à résoudre en rejoignant sa tante par avion, un moyen de transport que pourtant elle redoute. Mais le voyage tournera au cauchemar quand son avion s’écrasera en plein désert de Goldhope marquant ainsi le début d’une périlleuse et incroyable aventure. Au cours de celle-ci, Elena apprendra à se (re)découvrir, fera de nouvelles rencontres et se rendra compte que l’espoir est une valeur à ne jamais oublier même dans l’adversité.

Le principal atout de ce roman est la dose de mystère qu’il recèle. L’autrice soulève, tout au long de son ouvrage, un certain nombre d’interrogations qui ne manqueront pas de vous tenir en haleine et de vous donner envie de découvrir tous les tenants et aboutissants de cette histoire.  Pourquoi le silence de cette tante quand sa nièce aurait eu tellement besoin d’elle pour faire face à la mort de ses parents ? Qui sont vraiment Jackson, Mickael, Shane et Spencer, ce groupe d’amis qui va la prendre sous son aile ? Qui se cache derrière l’antagoniste de l’histoire que la jeune fille devra affronter avec l’aide des quatre garçons et grâce à l’enseignement d’Elbas ? D’ailleurs, que penser de ce mystérieux être dont l’esprit paraît quelque peu insondable ? Comment sortir de ce désert, enfer à ciel ouvert ?

Mais toutes ces interrogations ne compensent pas une histoire qui aurait mérité d’être plus développée. Tout semble arriver trop vite, trop soudainement... Les problèmes et les dangers sont, à mon goût, surmontés bien trop vite pour qu’on ait le temps de ressentir la moindre peur, et ceci malgré quelques moments dramatiques. Le manque d’approfondissement se ressent également dans les personnages dont la psychologique n’est pas assez travaillée pour que l’on puisse développer, au fil des pages, de l’attachement ou de l’intérêt pour ce qu’ils traversent. Seul un petit garçon, qui n’intervient pourtant pas beaucoup, m’a touchée par sa gentillesse, sa simplicité et son innocence. Je comprends toutefois la raison qui a poussé l’autrice à offrir une intrigue rythmée qui fait l’impasse sur le superflu. Bien que cela n’ait pas fonctionné avec moi, car j’aime les univers riches et détaillés, ce choix narratif reste cohérent avec le twist final.

En ce qui concerne le style d’écriture, mon avis sera également mitigé. On sent un véritable amour des mots et une volonté de bien faire avec un vocable recherché et des expressions imagées. On tombe cependant bien souvent dans le « trop » avec l’utilisation abusive de qualificatifs et la présence d’un certain nombre de mots utilisés à mauvais escient. Malgré le lyrisme qui se dégage parfois du texte, certaines formulations m’ont donc paru maladroites.

Malgré ces différents points qui ne m’ont pas permis d’apprécier pleinement ma lecture, je reconnais que l’autrice a su développer des idées originales, que ce soit au niveau du lieu de l’action ou de la forme que prennent les dangers. J’ai aimé me plonger dans ce désert, une sorte de prison de sable étouffante et angoissante, dans lequel évoluent des créatures effrayantes dont un monstre qui fera de la vie d’Elena et de ses amis un enfer.  À chaque moment, le danger peut s’abattre sur le groupe qui n’aura de cesse de se battre pour sa survie. Y arrivera-t-il ? Je vous laisserai le soin de le découvrir, mais ce qui est certain, c’est que l’autrice n’hésite pas à malmener ses protagonistes mentalement et physiquement. Heureusement pour eux que les moments d’angoisse et de doute seront entrecoupés de scènes plus douces et de moments d’amitié…

Quant à la fin, je ne peux pas vous en parler sans vous gâcher le plaisir de la surprise, mais attendez-vous à un retournement de situation très bien trouvé. J’avais envisagé un moment cette possibilité, mais je l’avais très vite mise de côté. Chapeau donc à l’autrice d’avoir réussi à me surprendre…

En conclusion, Si j’avais su est un petit roman qui regorge de bonnes idées et qui n’est pas dénué d’une certaine originalité. Toutefois, les maladresses stylistiques et le manque de profondeur du livre et de ses protagonistes peineront à convaincre les lecteurs les plus exigeants. Si pour ma part, ce n’est pas un roman qui m’a transportée, je pense qu’il pourrait plaire aux jeunes lecteurs et à ceux en quête d’une aventure menée tambour battant.

Deux avis plus enthousiastes sur la toile : Les chroniques de Lee HamSatine’s books

 

 

 

Publicités

15 réflexions sur “Si j’avais su, Allison Forichon

    • Bonjour Philippe, ce message est sans doute adressé à Audrey, mais je me permets d’y répondre aussi. 😊 C’est certes délicat, mais dès l’instant où le chroniqueur ne fait pas preuve de méchanceté gratuite, ce n’est pas grave. Il y a toujours moyen élégant de laisser entendre qu’on na pas spécialement apprécié un roman. Personnellement j’ai écrit un livre que j’auto éditerai , et quitte à être un petit peu déçue, Je crois tout de même que je préfèrerai des retours sincères. Il me semble que c’est ce qu’ a fait Audrey, sans méchanceté, Et c’est bien.😊

      Aimé par 1 personne

    • Offert ou non, il est toujours délicat de chroniquer un livre quand notre avis est mitigé ou négatif 🙂 Il faut trouver un équilibre entre partager son ressenti et respecter le travail qu’il y a derrière l’écriture d’un roman…

      J'aime

  1. Pingback: Challenge jeunesse / young adult #8 [Bilan 5] – Muti et ses livres

  2. Pingback: C’est le 1er, je balance tout ! Février 2019 | Light & Smell

  3. Pingback: Challenge jeunesse / young adult #8 [Bilan 6] – Muti et ses livres

  4. Pingback: Challenge jeunesse / young adult #8 [Bilan 7] – Muti et ses livres

  5. Pingback: Challenge jeunesse / young adult #8 [Bilan 8] – Muti et ses livres

  6. Pingback: Challenge jeunesse / young adult #8 [Bilan 9] – Muti et ses livres

  7. Pingback: “Challenge jeunesse / young adult #8 [Bilan 9] – Muti et ses livres

  8. Pingback: “Challenge jeunesse / young adult #8 [Bilan 11] – Muti et ses livres

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.