Tu tairas tous les secrets, Hervé Jourdain

Je remercie Babelio et Fleuve éditions pour m’avoir permis de découvrir Tu tairas tous les secrets d’Hervé Jourdain.

À noter que Tu tairas tous les secrets est le cinquième tome de la saga 36, quai des Orfèvres, mais il peut se lire indépendamment des autres.

PRÉSENTATION ÉDITEUR

Une femme est retrouvée morte dans le parc naturel des Ardennes.
À plusieurs kilomètres de là, le corps d’une autre est repêché dans la Seine.
Sur le pull que portait la première victime, l’ADN de l’épouse d’un chef de brigade de la PJ de Paris.
Au cou de la seconde, un curieux médaillon en forme de chouette.
Le commandant Guillaume Desgranges est chargé de l’enquête parisienne. Et ce qui se passe dans les Ardennes, il refuse d’en entendre parler : il a élevé seul son fils et remué ciel et terre pour retrouver celle qu’il aimait. Le temps a passé. Son évaporation ne regarde qu’elle, à présent, où qu’elle soit.
Le brigadier Zoé Dechaume ne l’entend pas de cette façon et n’a qu’une idée en tête : remonter la piste ardennaise. Alors, en toute clandestinité, et en duo avec sa coéquipière Lola Rivière, elle va se lancer sur les traces d’une femme qu’elle ne connaît pas, mais dont elle a toutes les raisons de penser qu’elle vit encore.
Mettant en péril leurs carrières et bien plus encore, les deux jeunes femmes vont se heurter aux secrets qui contraignent au sil
ence, écorchent, et finissent par tuer ceux qui les portent.

Fleuve éditions (11 octobre 2018) – 416 pages – 19,90€ (broché) – ebook diponible

AVIS

Hervé Jourdain nous offre non pas une, mais deux enquêtes, l’une qui se déroule à Paris, l’autre dans un parc naturel des Ardennes. Si la première se révèle intéressante dans la mesure où elle nous conduit dans le monde de l’édition et ses dessous, pas forcément très glorieux, c’est bien la seconde qui a éveillé tout mon intérêt.

L’auteur déroule sous les yeux des lecteurs une affaire assez sombre et complexe dans laquelle le présent vient titiller le passé. Et qui dit passé, dit secret qu’il vaut parfois mieux taire ou ignorer. C’est, dans tous les cas, l’opinion de Guillaume Desgranges qui ne veut pas découvrir comment l’ADN de sa femme disparue depuis une dizaine d’années s’est retrouvé sur le corps de la victime des Ardennes. S’il a beaucoup souffert de sa disparition, il a depuis tourné la page et ne souhaite pas entendre parler de cette étrange histoire. Mais c’était sans compter sur le brigadier Zoé Dechaume et le lieutenant Lola Rivière bien déterminés à lever le voile sur la disparition de la femme de leur chef de groupe, que celui-ci le veuille ou non. Et pour cela, il leur faudra enquêter sur le meurtre des Ardennes quitte à prendre quelques libertés avec la justice française et belge…

À mesure que les deux coéquipières progressent dans leur enquête et que l’auteur abat ses cartes, la tension monte, la situation s’opacifie et les questions se multiplient… On se rend alors compte que l’enquête est bien plus complexe qu’il n’y paraît et que les deux femmes se sont lancées dans une entreprise dont elles n’avaient nullement soupçonné la dangerosité et les multiples ramifications.

Comme les deux femmes, on se pose pas mal de questions sur les liens qui peuvent exister entre les différentes révélations faites au fil des pages. Il se dégage ainsi du récit un certain suspense d’autant que le roman n’est pas exempt de personnages ambivalents qui semblent cacher quelques secrets. Certains comportements laissent donc une drôle de sensation… À cet égard, mes soupçons sur l’un des personnages se sont révélés fondés même si je n’avais pas pris la mesure de toute l’horreur de ses agissements !

L’auteur, à travers son récit, aborde différents sujets comme la question des réfugiés même si c’est de manière assez succincte. Mais il est avant tout question ici de manipulation, de celle qui déconstruit et détruit des vies et dont on ne ressort presque jamais indemne. Je ne pourrai pas vous détailler cet aspect sans vous gâcher une bonne partie de l’intrigue, mais je peux néanmoins vous dire qu’il n’est pas nécessaire de tuer directement pour se comporter comme un monstre… Là où certains auteurs nous glacent le sang avec des détails sordides, Hervé Jourdain préfère, quant à lui, jouer sur la noirceur de l’âme humaine et cette faculté qu’ont certaines personnes à exploiter les failles des autres pour en tirer profit. C’est révoltant, mais tristement réaliste ! Mais plus déstabilisant encore, l’auteur nous prouve à quel point l’humain est complexe et que la frontière entre victime et bourreau est ténue, voire perméable…

Au-delà de l’aspect enquête, ce qui fait la richesse de ce roman, c’est la galerie de personnages complexes et hauts en couleur qui nous est proposée. Par leur manière d’interagir et de se comporter, les personnages sonnent « vrais ». Un point intéressant si l’on considère, comme l’actualité le montre, qu’on aurait tendance à oublier que derrière les forces de l’ordre se cachent des êtres de chair et de sang avec leurs forces, leurs faiblesses et leur propre personnalité que les procédures et la paperasse ont tendance à asphyxier, mais aucunement effacer… Alors comme dans la vraie vie, certaines attitudes plaisent, d’autres agacent, mais elles n’en demeurent pas moins toujours très humaines.

J’ai, pour ma part, eu un peu de mal au début du roman avec Zoé et Lola qui, sous couvert d’aider leur ami, font montre d’une certaine indélicatesse, mais ce sont paradoxalement les deux personnages qui m’ont le plus intéressée. Loin de jouer les faire-valoir de leurs homologues masculins, elles tiennent ici le haut de l’affiche ! Très différentes l’une de l’autre, elles ont pourtant en commun de savoir s’affranchir de leur hiérarchie et des règles quand cela s’avère nécessaire. L’auteur nous offre donc un duo de choc qui plonge la tête la première dans l’action, parfois avec une certaine témérité qui frise l’imprudence, mais toujours avec panache. Cela leur attirera bien sûr des ennuis, mais leur détermination à toute épreuve les mènera sur les chemins tortueux de la vérité… De fortes têtes que j’aurai plaisir à suivre dans d’autres aventures d’autant que la fin laisse envisager un changement de cap pour notre équipe d’enquêteurs qui devrait ressortir plus soudée que jamais de cette histoire.

En conclusion, avec Tu tairas tous les secrets, Hervé Jourdain a su construire un récit prenant et immersif dans lequel des éléments apparemment disparates finissent par s’emboîter pour dévoiler une réalité que personne n’aurait pu soupçonner… Toute vérité est-elle bonne à dire ? À vous de vous faire votre propre opinion, mais ce qui est certain, c’est que toute vérité se mérite, une découverte qui se fera dans la douleur pour nos protagonistes. Bien écrit, sombre, mais avec quelques notes d’espoir, complexe et pourtant prenant, voici un roman aux multiples facettes qui saura plaire aux lecteurs recherchant une enquête exigeante et sans concession !

Et vous, envie de découvrir Tu tairas tous les secrets ?

4 réflexions sur “Tu tairas tous les secrets, Hervé Jourdain

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.