Re : Load – Tome 1, Takumaru SASAKI

MANGA RE:LOAD

Je remercie Lecteurs.com et les éditions Bamboo, à travers leur collection Doki Doki, pour m’avoir permis de découvrir le premier tome de la trilogie Re : Load de Takumaru Sasaki dans le cadre de l’opération Explorateur du polar.

PRÉSENTATION ÉDITEUR

Un polar sans concession.

Ancien flic à la dérive, Shôkichi Inui a coupé les ponts avec l’humanité et perdu tout appétit de vivre. Une nuit, des coups de feu déchirent le silence de la nuit et réveillent ses vieux instincts… Sa rencontre avec Makoto donne un nouveau sens à sa vie : menacée par la pègre, cette petite fille a hérité des lourds secrets de son beau-père véreux. Personne n’échappe à son destin sanglant, surtout pas Inui, alias “ le chien enragé ”. Parviendra-t-il à se canaliser pour protéger cette fille, seule lueur d’espoir dans son monde violent et corrompu ?

  • Tankobon broché: 200 pages
  • Editeur : Bamboo (7 février 2018)
  • Collection : DOKI-DOKI

AVIS

Quand je pense thriller, je pense roman, mais avec ce premier tome, Takumaru Sasaki m’a prouvé que le genre pouvait être dignement représenté par un manga.

Nous découvrons ici un ancien inspecteur de police, Shôkichi Inui, qui vit en retrait de la société et une jeune fille, Makoto, qui s’est vue confier par son beau-père des clés USB avant qu’il l’enjoigne à fuir au plus vite l’appartement familial. Les clés contenant d’importantes informations pour le clan Gomon, sa vie se trouve alors menacée. Et ce n’est que grâce à l’intervention d’Inui que la jeune fille est encore en vie. Mais la question qui s’impose très vite est : pour combien de temps ?

Une course contre la mort s’engage alors entre l’ancien policier/Makoto et les membres du clan bien décidés à les éliminer tous les deux. La traque de nos deux personnages apporte une certaine tension à l’histoire puisqu’on a la sensation que quoi qu’ils fassent, le pouvoir des yakuzas est tel que l’issue ne peut être que fatale. Ceci est d’autant plus vrai que l’on découvre avec effarement que la pègre a corrompu des membres de la police…

En parallèle à cette tension qui nous tient en haleine, l’auteur a veillé à introduire un certain suspense notamment à travers le passé d’Inui que l’on découvre grâce à quelques flash-back. Un procédé efficace pour dévoiler au compte-gouttes des informations sur cet homme qui semble cacher de profondes meurtrissures. À cela s’ajoute une révélation sur Makoto qui ne peut que nous pousser à vouloir en apprendre plus sur la jeune fille que l’on connaît finalement assez peu…

Si j’ai aimé suivre ce duo atypique, je dois avouer avoir également beaucoup apprécié de découvrir un personnage introduit au cours de l’intrigue. Électron libre du clan missionné pour traquer et tuer les deux fuyards, il a tout du bon gros psychopathe sanguinaire et dérangé. D’ailleurs, il ne parle pas de personnes à abattre, mais de jouets… Cela en dit long sur le personnage qui devrait vous faire froid dans le dos ! Pour ma part, il m’a autant intriguée que mis mal à l’aise.

On se rend également compte que ce tueur, qui apporte du piment à un récit déjà bien haletant, n’est pas un inconnu pour l’ancien inspecteur. C’est même une ombre de son passé qui a changé dramatiquement le cours de sa vie. Une révélation sur la relation qui unit ces deux protagonistes, aussi violents l’un que l’autre, va nous permettre de mieux comprendre le comportement de l’inspecteur, et sa volonté de vivre en retrait de tout. Difficile d’ailleurs de ne pas compatir devant l’horreur qu’il a vécue et de ne pas comprendre son désir de vengeance.

Mais la vengeance pouvant conduire n’importe quel homme à se transformer lui-même en bête, Inui va pouvoir compter sur la dévotion de Makoto. Au péril de sa vie, elle est prête à tout pour qu’il ne sombre pas dans une folie meurtrière. Et l’on touche ici le gros point fort de ce livre, du moins pour moi, la relation forte et très belle qui se noue rapidement entre cet homme détruit par la vie, et cette jeune fille qui, malgré le drame qui a frappé les siens, reste souriante et adorable. On peut dire sans se tromper que ces deux-là se sont bien trouvés et qu’ils se sont sauvés mutuellement ! J’ai adoré voir comment Inui se montre d’abord réticent à aider Makoto, puis à quelle vitesse, il finit par tout faire pour la protéger quitte à en mourir. Il est vrai qu’au-delà de la protection de la jeune fille, il a un autre motif pour agir de la sorte, mais nul doute que derrière une prétendue froideur et une tendance à la violence, il demeure un homme bon et juste.

Malheureusement pour lui, le sort semble s’acharner et le passé se répéter ! Ne reste qu’à espérer que sa détermination et sa faculté à éliminer les ennemis sur sa route lui permettront de sauver cette fillette qui lui a apporté un peu de lumière dans une vie baignée de noirceur… D’ailleurs, à travers les graphismes, on se rend compte que Makoto est la seule source de lumière et de chaleur dans ce manga où la violence et le sang règnent en maître. Malgré l’épée de Damoclès au-dessus de sa tête, il se dégage de la jeune fille une certaine chaleur qui fait grand bien à notre héros/antihéros. On a même droit à une scène assez amusante et touchante où elle essaie de lui apprendre à manger correctement avec des baguettes. Bien qu’il se montre réticent à l’idée, on ne peut que lire sur son visage un changement dans ses émotions, un peu comme si aux côtés de la Makoto, il retrouvait un peu de son humanité.

Cette scène coupe de manière agréable une histoire où la violence prédomine, les yakuzas n’étant pas réputés pour leur grand cœur surtout quand toute leur organisation est menacée. Ce manga est donc à réserver aux lecteurs qui ne sont pas gênés par le sang, les meurtres de sang-froid, la violence froide et implacable. Pour ma part, cela ne m’a pas gênée, mais j’ai quelque peu regretté la représentation physique trop caricaturale des membres du clan. Ils ont la gueule de l’emploi certes, mais c’est un peu trop à mon goût. LE méchant du manga est heureusement plus nuancé autant dans son physique que dans sa psychologie qui frise le cas psychiatrique d’ailleurs.

Photo du site Doki Doki

En ce qui concerne le final, il a ce qui faut de violence, de tension, de sang et de suspense pour donner envie de se jeter immédiatement sur la suite, ce que je ferai sans hésiter d’autant que cette série ne comporte que trois tomes.

En conclusion, Re : Load est un thriller haletant et riche en actions, en violence, en suspense, en tension. Son rythme effréné qui devrait ravir les amateurs de fictions menées tambour battant ne doit pas cacher son autre point fort, la psychologie des personnages et la relation unissant les deux protagonistes. Takumaru Sasaki nous propose donc ici un thriller psychologique sombre et efficace !

Et vous, envie de découvrir le tome de cette trilogie ? Retrouvez-le sur différents sites comme Amazon.

Publicités

2 réflexions sur “Re : Load – Tome 1, Takumaru SASAKI

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.