L’Événement, Marc Brucker

Je remercie Livr’s éditions et Babelio pour m’avoir permis de découvrir L’événement de Marc Brucker.

PRÉSENTATION ÉDITEUR

De nos jours, en France…

Les disparitions mystérieuses se multiplient depuis peu dans la région Midi-Pyrénées. Le commissaire Bouvier et sa lieutenante, Domenga Etxeberri, de la SRPJ de Toulouse, ne savent pas où donner de la tête. Qui est donc cet étrange Dr Dittman qui rôde dans les parages ? Les ennemis invisibles cachés dans les bois proviennent-ils de son laboratoire secret ? Une seule certitude : le début des disparitions coïncide avec « l’événement » et, si les craintes des enquêteurs se confirment, cela pourrait signifier rien de moins que la fin… de l’Humanité !

  • Prix : 18€
  • Pages : 242

AVIS

J’ai postulé pour ce titre attirée par le résumé et le côté très apocalyptique de la superbe couverture de Geoffrey Claustriaux. Je ne regrette pas mon choix, le roman étant à la hauteur du très beau travail d’édition.

L’histoire et les personnages…

Nous découvrons le commissaire Bouvier et la lieutenante Domenga Etxeberri, un duo qui doit faire face à de multiples disparitions probablement liées à l’Événement. L’auteur laisse planer un certain mystère sur cet événement même si, je vous rassure, il finit par nous en dévoiler la nature. Je n’en dirai donc pas plus vous laissant le plaisir de découvrir ce qui s’est passé le jour de ce fameux événement, et de quelle manière celui-ci est lié aux multiples meurtres qui ont touché la région Midi-Pyrénées.

Déterminé à faire la lumière sur les multiples disparitions, notre duo croisera régulièrement la route, durant son enquête, du docteur Dittman, un énergumène dont l’étrange comportement attisera ses soupçons. Simple fou, dangereux criminel ou un peu des deux, vous le découvrirez très vite, mais je peux d’ores et déjà vous dire que son peu d’amour pour l’espèce humaine, et son appétence pour les expériences scientifiques peu déontologiques, le rendent fort peu sympathique.

Aimant beaucoup les enquêtes policières, j’ai pris plaisir à suivre les investigations de notre duo rejoint par Alain Gassiolle, un entomologiste dont l’expertise leur sera indispensable. A force de travailler côte à côte et de mettre en commun leurs compétences, une certaine complicité s’établira entre les trois personnages, ce qui leur donnera cette pointe d’humanité qui leur faisait quelque peu défaut. Je les ai trouvés en effet parfois un peu froids face aux scènes sanguinolentes et au sort des victimes. Je comprends évidemment la nécessité pour des policiers de laisser leur émotivité chez eux, mais leur indifférence rend difficile tout processus d’identification. Fort heureusement, ils deviennent plus attachants à mesure que l’on apprend à les connaître et que l’on découvre leurs faiblesses ou leur sens de l’humour.

Le roman étant relativement court, mais plutôt intense, la psychologie des personnages n’est pas forcément très développée. Cela ne m’a néanmoins pas dérangée, car ce qui est intéressant dans ce livre, c’est de suivre l’enchaînement et l’enchevêtrement des événements, et la manière dont nos policiers y font face. Et au niveau des événements, on peut dire que l’auteur n’a pas ménagé ses personnages. Ils devront ainsi faire face à des créatures tout droit sorties de vos pires cauchemars, ou du moins, de ceux de la lieutenante… Voraces et déterminées à survivre, elles n’en auront pas fini de vous faire perdre la tête !

Une enquête de police, a fortiori quand une menace d’un genre nouveau met en péril l’humanité, ne se faisant pas en autarcie, nos protagonistes devront gérer, en plus de ces monstres, des personnalités officielles cachant des informations, mais attendant des résultats, et tout ceci sous l’œil attentif des médias que le côté extraordinaire et sensationnel de la situation attire comme des mouches autour d’un pot de miel. Ces considérations assez terre à terre rendent l’histoire très crédible et l’ancrent dans la réalité ce qui ajoute une dose d’horreur à une histoire qui en contient déjà pas mal.

Un petit bémol, vraiment ?

A noter un point pour lequel je ne peux que remercier l’auteur : pas de triangle amoureux ni de romance. Je ne supporte plus ce schéma que je retrouve à toutes les sauces et ne pas devoir le subir n’en a rendu ma lecture que plus agréable. La seule chose qui m’a un peu fait lever les yeux au ciel est le comportement de la lieutenante à l’arrivée d’un agent du FBI…

De la même manière, l’intervention des forces américaines pour soutenir la police française m’a perturbée. Je me suis demandée si c’était une manière pour l’auteur de rester dans le schéma classique des films catastrophe, où les Américains se considèrent toujours comme les seuls capables de sauver le monde, ou si c’était juste un élément comme un autre de l’intrigue. L’auteur a gentiment répondu à mon interrogation en confirmant que ma première supposition était la bonne réduisant ainsi à néant mon seul potentiel point négatif.

Des films d’horreur au roman, de la tension à l’addiction…

Le point fort de ce roman, du moins en ce qui me concerne, est la faculté de l’auteur à utiliser, avec un grand naturel, certaines ficelles des films d’horreur. D’ailleurs, à la lecture du roman, j’ai parfois eu le sentiment de visionner un de ces films mettant en scène d’horribles bestioles dont je ne suis pas très friande.

Si en général je n’aime pas ce genre de films, c’est que certains réalisateurs transforment de bonnes idées en un ramassis de stéréotypes, de scènes invraisemblables, le tout ponctué de dialogues absurdes… en un pur navet en somme. Or avec son roman, Marc Brucker évite cette surenchère tout en conservant le côté très visuel des films d’horreur avec leur dose d’hémoglobine, de membres arrachés, de morts, d’action… Même la fin se révèle très hollywoodienne ! J’avoue l’avoir vue venir à cent lieues à la ronde, mais ça ne m’a pas gênée, car il ne pouvait simplement pas y en avoir d’autres.

En commençant le roman, j’ai eu un peu peur de ne pas réussir à m’immerger totalement dans le récit ne lisant quasiment jamais de science-fiction. Mais mes craintes se sont envolées presque aussi spontanément qu’elles sont apparues. En effet, comme dans un bon film, l’auteur est arrivé à capter mon attention dès les premières pages en instaurant un redoutable élément : la tension. Celle-ci est omniprésente et va crescendo créant un climat tout aussi anxiogène qu’addictif qui vous tient en alerte et en haleine. L’auteur offre bien quelques moments de répit au lecteur, mais ce n’est que pour mieux le tirer brusquement de sa langueur, et lui rappeler que le danger est là, tapi dans l’ombre. L’impression de danger se traduit également par ce mauvais pressentiment qui prend le lecteur aux tripes et dont il ne peut se départir. On sent ainsi à chaque page que quelque chose d’horrible se prépare et/ou va se passer, et ce sentiment tenace vous pousse à tourner les pages les unes après les autres sans vraiment vous en rendre compte.

La lecture se révèle d’autant plus captivante que le récit est porté par la plume diablement efficace de Marc Brucker. Sans chercher à vous impressionner par des phrases alambiquées ni une profusion de détails inutiles, il va à l’essentiel s’assurant ainsi de votre totale attention de la première à la dernière ligne de son roman. La concision du livre a cet autre avantage de stimuler votre imagination et de rendre encore plus prenante et marquante chaque atrocité.

En conclusion, L’Événement est un roman de science-fiction qui devrait plaire à toutes les personnes aimant les films d’horreur avec des grosses bestioles peu sympathiques. Reprenant certaines ficelles de ce genre de films, l’auteur nous offre ici un roman très visuel où la tension omniprésente vous poussera à tourner les pages avec avidité et, pour les plus peureux des lecteurs, avec une certaine appréhension. Amateurs ou non de science-fiction, je ne peux que vous inviter à vous laisser prendre dans les filets de l’auteur qui s’est évertué à faire de son roman une œuvre accessible à tous. Pour ma part, j’ai passé un moment de lecture tellement agréable que j’ai très envie de découvrir le précédent roman de l’auteur Le secret d’Amy-Lee auquel il fait d’ailleurs allusion.

Site de l’auteurPage FB de l’auteur

Envie de lire un extrait ou acheter l’Événement ? Visitez le site de Livr’s éditions.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Publicités

9 réflexions sur “L’Événement, Marc Brucker

    • Je n’ai pas encore lu Le secret d’Amy-Lee, mais ce roman me tente beaucoup d’autant que je suis séduite par la plume de Marc Brucker. Quant à l’événement, je suis certaine que vous passerez un très bon moment de lecture avec ce livre 🙂

      Aimé par 1 personne

    • Bonsoir Marc, merci pour votre commentaire, c’est assez rare qu’un auteur prenne le temps d’en laisser un sur mon blog 🙂
      Je n’ai pas (encore) fait de cauchemars, mais je ne doute pas que les personnes partageant la phobie Domenga en fassent !

      Aimé par 1 personne

  1. Pingback: Défi Pocket Jeunesse Novembre 2017 | Light & Smell

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.