La Femme-Dragon, Méla Nie

514tFefAjPL._SX260_

J’ai découvert, par hasard, La Femme-Dragon de Méla Nie sur Amazon. Le livre a été publié via Bookelis dans le cadre du prix Fantasy des BookTubers.

PRÉSENTATION ÉDITEUR

« La Femme-Dragon naîtra sous forme de dragonneau avant de redevenir un bébé humain. Elle grandira dans l’ignorance de sa destinée. Chacun sentira lorsqu’il faudra lui révéler son destin.
A l’heure où les ténèbres projetteront leur ombre sur tout le pays, la Femme-Dragon devra choisir entre le bien et le mal, entre la souffrance et la facilité. Seules ses actions influenceront la vie ou la mort. Tout le monde comptera sur ses pouvoirs, n’ayant d’autre choix que de lui remettre sa vie.
La Femme-Dragon ne sortira pas indemne de cette épreuve. Lorsque tout sera terminé, elle devra partir car rien ne sera plus pareil, elle s’éloignera de ceux qu’elle aime, à jamais. »

La prophétie se réalisera-t-elle ? Louise aura-t-elle la force de combattre le Sorcier Obscur et de faire face à son destin ?

  • Format : Format Kindle
  • Nombre de pages de l’édition imprimée : 38 pages
  • Editeur : Méla Nie (23 février 2016)

AVIS

Une prophétie fait de Louise la Femme-Dragon, dont le destin est de sauver son peuple de la tyrannie d’un sorcier Obscur. Mais pour cela, il faudrait déjà que la principale intéressée croie en sa destinée et en elle-même ce qui est loin d’être le cas. Heureusement, elle pourra compter sur Marie, sa meilleure amie, pour l’encourager et lui faire prendre conscience de ses capacités.

L’histoire est sympathique et se lit très rapidement d’autant qu’il n’y a aucun temps mort. On a un schéma classique avec un groupe de gentils qui soutiennent leur championne (malgré elle) et un gros méchant prêt à assouvir le peuple pour arriver à ses fins. Ce n’est pas original, mais ça permet de cerner rapidement l’histoire ce qui semble important pour un texte d’une quarantaine de pages.

L’idée de la prophétie est en outre intéressante puisque Louise est supposée finir par se transformer en un animal légendaire que j’aime beaucoup : un dragon. Cette métamorphose en laquelle la jeune fille a beaucoup de mal à croire est également source de peur puisqu’elle suppose la fin d’une vie que Louise a toujours connue. On peut donc comprendre qu’elle ne soit pas très emballée à l’idée de se transformer… et qu’elle n’y mette pas vraiment du sien.

J’avoue que ce point m’a agacée, car sans sa meilleure amie, l’héroïne aurait certainement passé son temps à se morfondre sur son sort. Vous aurez compris que je ne l’ai pas particulièrement appréciée et lui ai nettement préféré Marie et les deux dragons qui les accompagnent.

L’auteure a, dans l’ensemble, de bonnes idées, mais j’ai regretté un certain nombre de maladresses et une écriture que j’aurais envie de qualifier de naïve. Tout arrive trop vite et trop soudainement. Cela n’aurait pas été dérangeant si les événements avaient été amenés de manière plus naturelle alors que là, on a parfois l’impression qu’ils arrivent comme un cheveu sur la soupe…

En conclusion, La Femme-Dragon est une petite histoire rapide à lire et sympathique à suivre si vous aimez les dragons et les prophéties. Le texte étant assez court et l’écriture manquant peut-être d’une certaine subtilité, je ne recommanderais néanmoins pas l’ouvrage aux lecteurs les plus exigeants.

Vous pouvez vous procurer gratuitement le livre sur Amazon.

Publicités

7 réflexions sur “La Femme-Dragon, Méla Nie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s