Premières lignes #10 : Les souliers écarlates, Gaël Aymon

Premi!èr-1

J’ai décidé de participer au rendez-vous Premières lignes, initié par Ma lecturothèque, dont le principe est de citer, chaque semaine, les premières lignes d’un livre.

Pour cette édition, j’ai choisi de vous présenter un album très court, mais très fort : Les souliers écarlates de Gaël Aymon.

Cet album aborde un sujet qui reste encore trop tabou dans notre société : les violences conjugales qu’elles soient physiques et/ou morales.

51vI0Fc0GiL._SX369_BO1,204,203,200_

Un seigneur avait épousé une jeune fille telle qu’il l’avait souhaitée : aussi belle qu’il était grand, aussi fragile qu’il était fort. Plus elle était fragile, plus il se sentait fort. Il se mit donc à la malmener. Lasse d’être traitée comme une poupée, elle s’évada chaque nuit grâce à des souliers magiques. Un soir, son époux la suivit et découvrit qu’elle retrouvait la vie en dansant dans un bal. Désarmé, il ne put que la regarder lui échapper.

 

  • Album: 20 pages
  • Tranche d’âges: 3 – 5 années
  • Editeur : Talents Hauts Editions (4 octobre 2012)
  • Prix : 13,80€

PREMIÈRES LIGNES

20170623_195343-1

PREMIÈRE ILLUSTRATION

20170623_195400-1-1

J’espère sincèrement que cette brève présentation vous donnera envie de lire l’album qui est soutenu par Amnesty International.

 

 

Publicités

15 réflexions sur “Premières lignes #10 : Les souliers écarlates, Gaël Aymon

    • Ce livre est un travail de sensibilisation sur les violences domestiques. Je pense donc qu’il est avant tout destiné aux adultes,mais l’histoire est assez poétique pour s’adresser également aux enfants aidés de leurs parents pour décrypter le message qui se lit derrière l’histoire. Je pense donc que le texte s’adresse à tout le monde.

      Aimé par 1 personne

      • D’accord, mais les adultes qui ouvrent ce livre ne sont-ils pas déjà sensibles au problème? Cela ne permet pas d’atteindre les personnes qui n’accorderaient pas assez d’importance au sujet… Je me fais l’avocat du diable, parce que moi aussi je lis ce genre de littérature, mais c’est une question qui m’intrigue beaucoup… 😉

        Aimé par 1 personne

      • Je pense que la question se pose pour tous les livres qui sensibilisent à un sujet particulier… Et qu’il n’y a pas de réponse toute faite.
        Par contre, le fait que l’histoire se présente sous forme de conte est à mon avis un moyen de toucher beaucoup plus de personnes qu’une histoire lambda.

        Aimé par 1 personne

  1. Pingback: Premières lignes #65 – Ma Lecturothèque

  2. Pingback: Premières lignes #65 | Songes d'une Walkyrie

  3. Pingback: Premières lignes #66 – Ma Lecturothèque

  4. Pingback: Premières lignes #15 – La marmotte qui Lit

  5. Pingback: Premières lignes #16 – La marmotte qui Lit

  6. Pingback: Premières lignes #67 | Songes d'une Walkyrie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s