Mini-chroniques en pagaille #7

Cela fait un petit moment que je n’ai pas publié un type d’article que vous semblez bien apprécier : Les mini-chroniques en pagaille :

ŒUVRES GRAPHIQUES

  • L’épouvantable peur d’Épiphanie Frayeur, Gauthier et Lefèvre

51z-YVq47LL._SY346_

J’aime beaucoup le travail de Séverine Gauthier ; c’est ce qui m’a d’ailleurs poussée à emprunter cet ouvrage. La sublime couverture et les superbes graphismes ne sont pas non plus étrangers à mon envie de découvrir l’histoire d’Épiphanie Frayeur.

Cette fillette de 8 ans et demi porte très bien son nom, Frayeur, puisqu’elle a peur de tout, tout le temps, et même de sa propre ombre, symbole de sa peur, qui grandit plus vite qu’elle. Bien décidée à se libérer de sa peur, elle part en quête d’un remède et croise, en chemin, différentes personnes qui tenteront de l’aider. Mais finalement, c’est en puisant dans ses propres ressources que la fillette trouvera le moyen de dompter sa peur et de redonner une taille acceptable à son ombre.

J’ai beaucoup aimé cet album qui traite des peurs enfantines voire, plus généralement, des phobies avec humour. La personnification de la PEUR par une ombre qui se veut effrayante, mais qui finalement a un petit quelque chose de mignon et d’attachant, est excellente. Cela permet aux enfants d’aborder l’histoire de manière un peu plus sereine. J’ai également trouvé que cette dualité de la peur était assez représentative de la réalité puisqu’à force de vivre dans la peur, on finit parfois par s’y attacher ou, du moins, s’y habituer.

En bref, L’épouvantable peur d’Épiphanie Frayeur est un très bel ouvrage graphique qui vous offrira un joli voyage au pays de la peur et de l’émotion.

  • Tome 23, Black Butler, Yana Toboso

index

J’ai retrouvé avec plaisir Ciel et surtout, Sebastian, son diable de majordome. Dans ce 23ème tome, Ciel est diligenté par la reine pour mener une enquête sur un étrange music-hall où sont organisées des fêtes gratuites à destination de tous, sans aucune distinction de classe sociale. Dans l’Angleterre victorienne, cela ne peut que susciter de l’étonnement voire de l’inquiétude surtout quand l’on constate que les participants à ces fêtes sont de plus en plus nombreux et de plus en plus accro à ces moments d’euphorie collective.

Et si derrière les chants et la danse, quelque chose de plus sombre se tramait ? C’est ce que nos deux protagonistes vont tenter de déterminer d’autant qu’ils ont une source de motivation importante pour faire le point sur ce mystérieux et inquiétant music-hall.

Sans surprise, j’ai dévoré ce nouveau tome où l’auteur arrive à happer l’attention du lecteur dès les premières pages. Le suspense et le mystère sont, comme à chaque fois, au rendez-vous pour vous faire passer un agréable moment de lecture. J’ai maintenant hâte de découvrir le tome 24 puisque l’auteur nous laisse de manière totalement sadique avec nos interrogations.

NOUVELLES

  • Mon chat est immortel, Mancini Anna

51A1aiuP8sL._SY346_

Écrivaine qui voyage beaucoup, l’héroïne accepte quand même d’aller chez sa voisine pour découvrir la portée de chatons de sa minette. Comme hypnotisée par un chaton, elle finit par l’adopter malgré sa résolution de ne pas craquer. Mais elle découvre vite que cette boule de poils d’apparence banale est spéciale, très très spéciale. Et c’est de cette découverte et des conséquences sur sa vie que l’héroïne souhaite faire part aux lecteurs.

Racontée comme une histoire vraie, cette petite nouvelle se lit rapidement et avec plaisir. Complètement irréaliste, on se laisse néanmoins séduire par cette histoire de chat, d’Égypte et de magie. N’hésitez pas à vous laisser tenter même si, je vous préviens, vous ne regarderez plus votre chat de la même manière.

  • Carousel, un parc trop mortel, Bogdan Kostenetsky

51wzch2lp5L._SY346_

Une visite familiale dans un parc d’attraction ? La journée ne pouvait donc que s’annoncer très bonne pour cette famille à moins, bien sûr, que le parc ne réserve quelques funestes surprises…

A l’image du ça de Stephen King, l’auteur reprend le faciès aussi rigolo qu’inquiétant des clowns pour plonger le lecteur dans un récit horrifique où l’hémoglobine est de la partie.

Cette nouvelle se lit facilement et plaira aux amoureux du genre. Je regrette néanmoins les fautes d’orthographe et de ponctuation qui ont quelque peu perturbé ma lecture.

 

Et vous, certaines de ces lectures vous tentent ?

Publicités

13 réflexions sur “Mini-chroniques en pagaille #7

  1. Pingback: Challenge Emprunts de livres 2017 | Light & Smell

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s