Carnaval, Ray Celestin

51l0ey-kfdl-_sx195_

J’ai lu  Carnaval de Ray Celestin, publié aux Éditions 10/18, dans le cadre du Club du Petit Pingouin Vert et du challenge Lire en thème.

PRÉSENTATION ÉDITEUR

Lorsqu’en 1919 un tueur en série s’attaque aux habitants de La Nouvelle-Orléans en laissant sur les lieux de ses crimes des cartes de tarot, la panique gagne peu à peu. On évoque le vaudou. Les victimes étant siciliennes, les rivalités ethniques sont exacerbées. Un policier, Michael Talbot, un journaliste, John Riley, une jeune secrétaire de l’agence Pinkerton, Ida, et un ancien policier tout juste sorti de prison, Luca D’Andrea, vont tenter de résoudre l’affaire. Mais eux aussi ont leurs secrets… Alors qu’un ouragan s’approche de la ville, le tueur, toujours aussi insaisissable, continue à sévir. Le chaos est proche.

  • Poche: 528 pages
  • Éditeur : 10/18 (19 mai 2016)
  • Prix : 8,80€

AVIS

L’intrigue…

J’ai été d’emblée intriguée par ce roman qui part d’un personnage qui a réellement existé et qui a semé la terreur à la Nouvelle-Orléans en 1919 : l’Homme à la Hache. L’auteur a d’ailleurs publié dans le livre la lettre originale envoyée par ce tueur sanguinolent ce qui n’en rend que le récit plus glaçant.

L’intrigue est intéressante car on a envie de découvrir qui se cache derrière ce tueur violent et comprendre enfin ses motifs. L’auteur distille des petits indices par-ci par-là mais j’avoue que je n’ai pas réussi à découvrir la vérité avant qu’elle ne nous soit dévoilée. C’est assez rare dans ce genre de livre pour que je le souligne.

Les personnages…

L’enquête policière pour trouver ce tueur est officiellement menée par l’inspecteur Michael Talbot mais d’autres personnes cherchent également à savoir le fin mot de l’histoire.  Ainsi, nous suivons plusieurs personnages tous très différents les uns des autres : un journaliste plutôt paumé et au bout du rouleau, Lucas l’ancien policier ripou, Michael l’ancien protégé de Luca qui incarne l’autorité, Ida qui travaille chez un détective et son ami Lewis.

J’ai apprécié l’ambiguïté du personnage de Luca. Affilié à la mafia et ayant tout au long de sa carrière œuvré pour cette organisation, nous serions en droit de ne pas l’apprécier mais pour autant, il m’a été difficile de le détester. D’ailleurs, Michael qui a fait son devoir en dénonçant les pratiques de son ancien mentor semble partager cette ambivalence des sentiments.

De la même manière, sans pouvoir vous en dire plus, on finit par ressentir le même genre de choses pour le tueur à la hache : sans pardonner ses crimes, on comprend ses raisons.

La seule chose qui m’a un peu déçue c’est le personnage d’Ida. Cette jeune femme avait un énorme potentiel pour prendre une place plus importante dans le livre alors que l’auteur, au final, n’exploite que trop peu ce personnage. Son ami Lewis semble avoir pris l’ascendant sur elle alors que pour moi, il aurait dû rester dans son ombre.

Une immersion à la Nouvelle-Orléans…

Alors que l’auteur est anglais, il a su parfaitement nous dépeindre la Nouvelle-Orléans de 1919. En effet, le roman n’est pas bourré de longues descriptions mais les informations données sont suffisamment développées et surtout, imagées pour permettre aux lecteurs de s’imaginer assez précisément la ville.

20161027_093130-1

Il a également réussi à nous immerger dans l’ambiance si singulière de la Nouvelle-Orléans avec l’omniprésence de la musique qui accompagne chaque instant de vie, la diversité culturelle mais également la méfiance entre les différentes communautés et bien sûr, la ségrégation….

« Il adorait la Nouvelle-Orléans, mais il ne se faisait aucune illusion : il savait que c’était une ville de ségrégation et de racisme. Il travaillait sur un bateau pour les Blancs mais tout le monde écarquillerait des yeux furieux si jamais il s’avisait de mettre un pied sur la piste de danse. »

NOTE : 4/5

En conclusion, Carnaval est un livre que j’ai beaucoup aimé notamment pour la capacité de l’auteur à nous transporter à la Nouvelle-Orléans. Le suspense est également bien là avec un tueur qui est difficile à cerner et qui semble parfois insaisissable. A l’image de la Nouvelle-Orléans avec ses zones d’ombre et de lumière, l’auteur a su en outre nous proposer des personnages nuancés, ni tout blanc ni tout noir.

Je conseille ce roman à tous les amateurs de thriller qui aiment les dénouements inattendus mais également à tous les amoureux de la Louisiane dont vous retrouverez le charme.

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Publicités

11 réflexions sur “Carnaval, Ray Celestin

  1. Pingback: # 6 Club de Lecture – Petit Pingouin Vert

  2. Pingback: Trip TAG : Royaume-Uni | Light & Smell

  3. Pingback: Top Ten Tuesday #8 : Les 10 personnages que vous considérez comme de grands méchants | Light & Smell

  4. Pingback: Bilan lecture octobre 2016 | Light & Smell

  5. Pingback: Challenge lire en thème 2016 | Light & Smell

  6. Pingback: Top Ten Tuesday #35 : 10 livres de votre bibliothèque dont les couvertures ne contiennent pas de personnages » | Light & Smell

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s