Jolies Ténèbres, Kerascoët et Vehlmann

3

Comme très souvent avec les BD, j’ai emprunté Jolies Ténèbres subjuguée par l’illustration de l’ouvrage sans un regard pour le contenu. Vous allez découvrir que ce n’était cette fois-ci pas une bonne idée.

PRÉSENTATION ÉDITEUR

Un conte cruel et saisissant
Dans les champs, au printemps, une fillette gît, inerte. Est-elle morte ? Qui l’a tuée ? On n’en saura pas plus.

De ci, de là, une minuscule communauté surgit, comme échappée de contes de fées : Aurore, mais aussi l’Orgueilleuse, la Régressive, l’Aventurière, le Prince m’as-tu vu…

Les saisons passent et Aurore, la presque princesse, s’agite toujours pour son petit monde, qu’elle voudrait merveilleux, pour accorder cette improbable assemblée à la nature et aux bêtes qui les entourent. Jusqu’à ce jour d’hiver, où elle devra faire face à un choix amer…

  • Album: 96 pages
  • Editeur : Dupuis (6 mars 2009)
  • Prix : 16€
  • Auteurs : Kerascoët, Fabien Vehlmann

AVIS

En plus d’être plutôt poétique, le titre de l’album est très bien trouvé. L’oxymore Jolies ténèbres résume ainsi très clairement et succinctement son contenu.

J’ai trouvé cette BD plutôt dérangeante par la manière dont les auteurs ont mélangé la douceur et l’insouciance de l’enfance, à travers les illustrations plutôt enfantines, avec la violence du monde adulte par le truchement de scènes très dures à vivre. Ces deux mondes qui s’entrechoquent ne peuvent que créer une atmosphère étouffante où l’absurde de la situation nous frappe de plein fouet.

Cette BD m’a tellement perturbée que j’ai pensé, un bref instant, la refermer et la ramener à la bibliothèque en laissant en suspens le reste de l’histoire. C’est la première fois qu’une lecture m’a procuré ce genre de sentiment intense et, je ne peux le nier, fort désagréable.

Néanmoins, je ne regrette pas d’avoir lu cet ouvrage notamment pour les illustrations que j’ai trouvées très belles. J’ai en outre apprécié l’évolution du personnage d’Aurore qui est loin de suivre celle des contes classiques. Au départ, la pseudo princesse est le parfait stéréotype de la gentille fille prête à tout pour embellir la vie des autres. Mais les épreuves qu’elle traverse finissant par corrompre son âme, c’est une toute autre personne que nous découvrons à la fin de l’histoire.

BANDE-ANNONCE

MA NOTE : 3/5

En résumé, Jolies Ténèbres est un conte qui m’a mise mal à l’aise comme aucun jusqu’ici n’avait su le faire. Cette BD n’est pas forcément à mettre entre toutes les mains mais elle devrait plaire aux personnes désireuses de lire un conte dur voire cruel que la magie Disney aurait épargné.

Enregistrer

Enregistrer

Publicités

3 réflexions sur “Jolies Ténèbres, Kerascoët et Vehlmann

  1. Pingback: Bilan lecture Juillet 2016 | Light & Smell

  2. Pingback: Throwback Thursday Livresque #12 : Once upon a time | Light & Smell

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s