La vie contrariée de Louise, Corinne Royer

513Gahkd+JL._SX336_BO1,204,203,200_

Soyons honnête, les deux principales raisons qui m’ont poussée à lire cet ouvrage est simplement que l’action se passe au Chambon-sur-Lignon, où j’y ai d’agréables souvenirs de vacances, et que l’auteure est originaire de Saint-Etienne.

C’est donc par pur chauvinisme et l’envie de plus en plus forte de découvrir des auteurs régionaux que La vie contrariée de Louise de Corinne Royer, publié aux Editions d’Héloïse d’Ormesson, s’est retrouvé entre mes mains. Je vous rassure, j’avais quand même le sentiment que le contenu allait me plaire.

C’est le deuxième livre lu dans le cadre du challenge Vide ta PAL en été.

PRÉSENTATION ÉDITEUR

Lorsque James Nicholson apprend l’existence d’une grand-mère qui vit en France, au Chambon-sur-Lignon, il est trop tard. Comme seul testament, Louise laisse à son petit-fils venu des États-Unis un cahier rouge, journal intime de sa jeunesse. Au fil des pages lues par Nina, serveuse dans le petit hôtel où il séjourne, l’Américain découvre que le village protégea des milliers de réfugiés sous l’Occupation.

Pourtant, même les plus belles histoires recèlent leur part d’ombre et de mystère. De la liaison de Louise avec Franz jusqu’au terrible secret des enfants cachés, James plonge dans un passé familial où la barbarie bouscule l’innocence et l’amour. Nul ne peut tout à fait se soustraire à son destin, mais il appartiendra à Nina, la lectrice, de décider si toute vérité est, ou non, bonne à dire.

Réminiscences du Liseur, désirs clandestins, sensualité de la lecture, La Vie contrariée de Louise est un suspense bouleversant.

  • Broché: 230 pages
  • Editeur : Héloïse d’Ormesson (15 mars 2012)
  • Prix : 18€
  • Autres formats : poche, ebook

 

AVIS

J’ai apprécié de retrouver le Chambon-sur-Lignon et de découvrir un peu mieux l’histoire de ce village qui protégea des milliers de réfugiés pendant la seconde guerre.

J’ai en outre été intriguée par la plume de l’auteure qui est à la fois abrupte comme pour souligner la dureté de l’époque et à certains moments, plus douce comme pour rappeler que la lumière n’est jamais loin des ténèbres. Elle m’a semblé coller parfaitement à l’histoire.

Je suis restée néanmoins sur ma faim, car l’histoire a pris une tournure à laquelle je ne m’étais pas attendue. La présentation de l’éditeur m’avait fait attendre un roman où le passé de Louise ne serait pas qu’une trame de fond mais l’intrigue principale. J’avais espéré en apprendre beaucoup sur cette dernière, découvrir de manière approfondie voire historique la vie dans ce village en pleine Seconde Guerre Mondiale. Je m’étais attendue à côtoyer les petits réfugiés que Louise et le village se sont évertués à sauver.

Au final, si le passé de Louise est abordé et son lot de malheurs exprimé, je regrette qu’il soit dilué dans l’histoire des personnages du présent. Le fait que le livre soit assez court nuit, à mon sens, à l’intérêt du livre : en si peu de pages, Corinne Royer a essayé d’aborder tellement de thèmes que l’ensemble me laisse un goût d’inachevé.

L’histoire de James Nicholson ne m’a pas émue ni intéressée, car elle est seulement effleurée. On saisit son besoin quasi viscéral de nouer avec sa propre histoire à travers celle de Louise mais on ne la ressent pas ; le personnage étant à peine ébauché. Je n’ai d’ailleurs eu aucune empathie pour ce personnage et sa quête d’identité.

Enfin, j’ai eu l’impression d’être sur des montagnes russes avec des passages marqués quasiment par l’inertie et a contrario, des événements qui se déroulent très vite comme s’ils coulaient de source. Certains passages auraient largement mérité d’être développés mais nous revenons au principal point qui m’a chagrinée : le caractère trop succinct de l’ouvrage.

NOTE : 3/5

En conclusion, La vie contrariée de Louise me laisse une impression mitigée : si l’idée de départ me semble très intéressante, le choix du format m’a paru quant à lui porter préjudice à son déroulement. Je pense que j’aurais apprécié ce livre s’il avait comporté plus de pages de manière à traiter convenablement chaque protagoniste.

Publicités

4 réflexions sur “La vie contrariée de Louise, Corinne Royer

  1. Pingback: La librairie Tanabe, MIYABE Miyuki | Light & Smell

  2. Pingback: Bilan lecture Juillet 2016 | Light & Smell

  3. Pingback: Bilan challenge Vide ta PAL en été | Light & Smell

  4. Pingback: Top Ten Tuesday #4 : Les 10 livres qui ne vous ont pas plus dont vous continuez à lire l’auteur | Light & Smell

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s