A l’intérieur, Jodi Picoult

A_l_interieur_poster

J’ai lu A l’intérieur de Jodi Picoult, aux éditions Michel Lafon, dans le cadre du club de lecture du Petit Pingouin Vert. Il s’agit du deuxième livre sélectionné par le groupe.

Je ne connaissais pas l’auteure mais le résumé du livre m’a tout de suite emballée. C’est donc avec plaisir que je me suis lancée dans sa lecture.

PRÉSENTATION ÉDITEUR

Quand votre fils ne vous regarde jamais dans les yeux… comment savoir s’il est coupable ?

Adolescent atteint du syndrome d’Asperger, Jacob Hunt ne possède pas le mode d’emploi pour communiquer avec les autres. Enfermé dans sa bulle, il est pourtant d’une intelligence prodigieuse. Un sujet le passionne plus que tout : la criminalistique. Il parvient souvent à se rendre sur des scènes de crime, où il ne peut s’empêcher d’expliquer aux policiers comment faire leur travail. En général, il tombe juste.

Mais lorsqu’un assassinat se produit dans le quartier, l’attitude de Jacob est un signe flagrant de culpabilité pour la police. Pour la mère et le frère de Jacob, l’intolérance et l’incompréhension qui ont toujours menacé leur famille ressurgissent brutalement.

Et cette question lancinante, qui ne laisse pas leur âme en paix… Jacob a-t-il, oui ou non, commis ce meurtre ?

  • Broché: 605 pages
  • Editeur : Michel Lafon (21 janvier 2016)
  • Langue : Français
  • Prix : 19,95 €
  • Autre format : ebook

AVIS

Je ne sais pas si c’est un effet de mode mais j’ai le sentiment que les romans alternant les points de vue sont de plus en plus courants. Ce procédé ne me dérange pas quand il est bien maîtrisé comme ce fut le cas avec ce livre. Il apporte même un certain enrichissement puisqu’il permet de connaître les pensées de tous les protagonistes du roman notamment celles de Jacob qui, en raison du syndrome d’Asperger, diffèrent nettement de l’individu lambda.

Le principal attrait de ce livre repose, pour moi, sur les recherches de l’auteure sur l’autisme et plus principalement, sur le syndrome d’Asperger. A travers le personnage de Jacob, on apprend un peu mieux à connaître les personnes atteintes de ce trouble même si bien sûr, chaque individu possède ses propres spécificités : la manière de penser et de concevoir le monde, les difficultés de communication, le nécessaire apprentissage des codes sociaux qui ne sont pas intuitifs, les gestes répétitifs…  On y découvre aussi les difficultés que cela engendre pour les proches que ce soit les parents ou la fratrie. A cet égard, j’ai été très touchée par le frère de Jacob, Théo, qui a du mal à trouver sa place au sein de sa propre famille. La dépendance de Jacob envers sa mère et vice-versa ne laisse que peu de place pour d’autres personnes.

J’ai trouvé, tout au long du roman, la mère très courageuse notamment lors de la gestion des différentes crises que Jacob traverse lorsque sa routine est bouleversée. Malgré la difficulté de sa situation, à aucun moment, le lecteur ne doute de l’amour de cette mère pour son fils ni même de son dévouement. Néanmoins, j’ai parfois été agacée par sa manière d’être obnubilée par Jacob au détriment de tous notamment de son autre fils qui, même s’il est d’une banale normalité, a besoin de sa mère.

La première partie du livre donne le sentiment que l’intrigue policière est au cœur du roman mais au final, on se rend compte que c’est surtout le moyen pour l’auteure de parler du syndrome d’Asperger et de la relation au monde des personnes atteintes de cette pathologie. Ce n’est pas un point négatif en soi, mais je m’attendais à une intrigue policière un peu plus poussée en lisant le résumé du livre.

J’ai apprécié ma lecture d’autant que le style de l’auteure, sans faire d’étincelles, est simple et agréable. Mais j’avoue que la fin m’a laissé un goût d’inachevé ; elle ne m’a pas du tout surprise puisque je l’avais anticipée assez rapidement. Elle m’a semblé un peu trop convenue ! Je regrette que l’auteure n’ait pas pris la peine de marquer un peu plus les esprits par une conclusion qui sorte de l’ordinaire.

MA NOTE : 4/5

En résumé, A l’intérieur de Jodi Picoult est une histoire dont j’ai apprécié l’intrigue mais qui mérite surtout d’être lue pour les nombreuses informations que l’auteure dispense sur le syndrome d’Asperger. En plus d’être instructive, la lecture est émouvante sans pour autant être dégoulinante de bons sentiments. Je ne connaissais pas cette auteure, mais elle a su trouver un savant équilibre entre émotions et réalisme en montrant, contrairement à ce que Jacob pense, que dans la vie tout n’est pas tout noir ni tout blanc.

Enregistrer

Enregistrer

Publicités

11 réflexions sur “A l’intérieur, Jodi Picoult

  1. Je suis totalement d’accord avec toi notamment pour Théo qui est vraiment un personnage touchant. La mère m’a agacée pour la même raison. Je trouvais son dévouement parfois exagéré, même si on peut facilement comprendre vu le contexte. C’est vrai qu’on anticipe très tôt la fin (encore plus en voyant le titre anglais, « les règles de la maison »), mais je ne m’attendais à rien de ce côté-là donc je n’ai pas été déçue sur ce point.

    Aimé par 1 personne

  2. Je suis partagée à la lecture de ton article : J’ai lu « ma vie pour la tienne » de cette auteure, sur les enfants médicament : un vraie coup de cœur pour moi qui pourtant n’aime pas les histoires de maladie. Il était juste parfait. Alors là j’étais enthousiaste que tu nous présente un de ses roman sur ce syndrome, me disant qu’il serait super bien traité. Et visiblement pas tant que ça… Je le note, je vais me renseigner plus ! Merci

    J'aime

    • En ce qui concerne l’autisme, je trouve que le sujet est plutôt bien traité même si je ne suis pas une spécialiste. Bien sûr, on ne peut pas faire une généralisation à partir de Jacob… Là où j’ai été mitigée c’est sur le traitement de l’enquête que je ne l’ai pas trouvé assez haletant, je m’attendais à plus de suspense, peut-être pas autant que La fille du train mais plus que ce qu’a offert l’auteure.

      J'aime

  3. Pingback: 3 # Le Club de Lecture Du Pingouin Vert – Petit Pingouin Vert

  4. Pingback: Bilan lecture juin | Light & Smell

  5. Pingback: Top Ten Tuesday : 10 auteurs dont vous avez découvert la plume en 2016 | Light & Smell

  6. Pingback: Throwback Thursday Livresque #20 : un pavé de plus de 500 pages | Light & Smell

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s