Celle qui en savait trop, Linwood Barclay

410m1t1LT0L._SX307_BO1,204,203,200_

Ayant adoré Crains le pire de Linwood Barclay, je n’ai pas hésité un instant à embarquer Celle qui en savait trop quand je l’ai découvert dans les rayons de la bibliothèque. Ce roman est un peu particulier puisqu’il est basé sur une nouvelle longue (Clouded Vision) écrite par l’auteur dans le cadre d’une action visant à inciter à la lecture un public peu enclin à cette activité.

PRESENTATION EDITEUR

« Pour arrondir ses fins de mois, Keisha Ceylon a eu LA bonne idée : troquer ses balais de femme de ménage contre une boule de cristal. Entre thème astral et marc de café, elle s’est fait une spécialité : faits divers et disparitions. Cinq mille dollars contre l’espoir de retrouver un être cher : certaines familles sont prêtes à tout. Et justement, Wendell Garfield est sans nouvelles de sa femme Ellie, volatilisée à la sortie du supermarché une semaine plus tôt. Aucun indice, la police piétine. La presse est en émoi. Wendell et sa fille sont affolés : l’heure est idéale pour l’arnaqueuse qui se prépare à livrer sa plus belle, sa plus troublante, sa plus dangereuse vision… Car, sans le savoir, la fausse voyante vient de frôler de très près une vérité meurtrière. Et de réveiller les instincts d’un tueur en liberté… »

  • Broché: 320 pages
  • Editeur : Belfond (16 avril 2015)
  • Collection : BELFOND NOIR
  • Prix : 21€

AVIS

L’auteur prend le temps de poser l’intrigue, les personnages, leur vie… peut-être un peu trop. Les premiers chapitres ne se sont pas révélés particulièrement intrigants et la lecture s’en est donc trouvée plaisante sans être passionnante. Ce n’est qu’au tiers du livre que j’ai commencé à réellement accrocher à l’histoire.

A la lecture du quatrième de couverture, je n’ai pu m’empêcher de trouver le personnage de Keisha particulièrement antipathique. Les premiers chapitres du livre apportent néanmoins un éclairage sur sa vie, ses difficultés, son contexte familial qui, sans excuser son comportement, permet au moins de comprendre les raisons de ses agissements. Mais même là, son absence de remords alors qu’elle abuse du désespoir des gens m’a hérissé le poil. Paradoxalement, cette approche de l’auteur présentant le personnage principal sous un mauvais jour m’a plu.  Quand des événements plutôt dramatiques se sont enchaînés pour Keisha, je n’ai jamais eu le sentiment que c’était un juste retour de bâton pour ses actions plutôt discutables. Bien qu’elle ait été antipathique jusqu’au bout, le seul point positif chez cette femme étant sa relation avec son fils, je n’ai pas réussi à la détester.

Ce roman est le premier que je lis et qui évoque le domaine de la voyance. L’image qui en est donnée correspond en tout point à celle que j’en ai. Je ne doute pas que sur le sujet, les avis sont très divergents et portent à débat. Les personnes plutôt sensibles à ce genre de croyance pourront alors se sentir agacées par l’image que donne l’auteur à travers le personnage de Keisha.

« La clé était d’écouter, de leur faire lâcher des indices. Leur fournir quelque chose à quoi s’accrocher. Les laisser l’emmener là où ils voulaient qu’elle aille. « 

Enfin, le style de Linwood Barclay est fluide et percutant grâce à des chapitres plutôt courts mais dont la fin amène bien souvent un élément qui vous pousse invariablement à continuer votre lecture même si vous vous étiez promis que le chapitre tout juste terminé serait le dernier. C’est de cette manière que bien que ce livre ne m’ait pas passionné, j’ai fini par le lire très rapidement.

NOTE : 3,5/5

L’AUTEUR

Si vous désirez en apprendre plus sur Lindwood Barclay, vous pouvez visionner quelques vidéos sur le site de l’éditeur Belfond notamment sur « les coulisses de l’écriture » :

En résumé, Celle qui en savait trop est un roman plaisant qui peine à démarrer mais qui, une fois atteint son rythme, se lit facilement et parfois avec avidité. Ce n’est pas un coup de coeur car il lui manque la part de suspens qui vous tient éveillé et que j’attendais. Pour me forger un avis complet, je pense maintenant lire la nouvelle sur laquelle est basé ce livre, Clouded vision, en profitant du format relativement court, pour la lire en anglais. Enfin, si vous aimez les thrillers, je ne peux que vous conseiller de vous intéresser aux différents livres de cet auteur.

Publicités

4 réflexions sur “Celle qui en savait trop, Linwood Barclay

  1. Pingback: Livres chroniqués sur le blog | Light & Smell

  2. Pingback: Top Ten Tuesday #4 : Les 10 livres qui ne vous ont pas plus dont vous continuez à lire l’auteur | Light & Smell

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s